FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 16 septembre 2021Flux principal

Remplacez la commande « ls » par un truc plus cool

16 septembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Que vous soyez sous mac ou Linux, vous connaissez forcement la commande « ls » qui permet dans un terminal de lister les fichiers d’un répertoire.

Seulement, voilà… Un « ls » chez moi ça ressemble à ça :

C’est très monochrome, pas forcément super bien présenté et on a du mal à y voir clair.

Alors bien sûr, vous pouvez sûrement passer des heures à tuner votre terminal comme vous le faites déjà probablement avec votre voiture.

Mais si ça vous saoule et que vous voulez du résultat tout de suite, pourquoi ne pas tester exa ?

Exa est un « ls » amélioré avec beaucoup plus de fonctionnalités et un meilleur rendu. Il utilise des couleurs pour distinguer les types de fichiers et les métadonnées, il reconnaît les liens symboliques, les attributs étendus et Git.

Niveau vitesse, c’est le feu et vous pouvez organiser l’information par liste, vue en arborescence, en grille, filtrer certains types de fichiers ou ajouter des icônes devant les noms de fichiers…etc.

Pour installer exa sous mac :

brew install exa

Sous Ubuntu :

apt install exa

Et pour les autres OS (y’a pas pour Windows), c’est par ici. Ensuite pour découvrir comment fonctionne exa et ses possibilités, je vous renvoie vers cette page.

Merci à Laurent.

Quelles sont les nouveautés de Kali Linux 2021.3 ?

16 septembre 2021 à 07:52

Offensive Security a mis en ligne Kali Linux 2021.3 ! Découvrons ensemble les nouveautés principales de cette nouvelle mouture.

Pour rappel, Kali Linux est une distribution basée sur Debian qui intègre de nombreux outils liés à la sécurité informatique, que ce soit pour de l'audit, de l'analyse, mais aussi des tests de pénétration. Au-delà des améliorations apportées à la distribution directement, c'est le site Kali Tools qui s'est refait une beauté.

Les nouveaux outils de Kali Linux 2021.3

Commençons par la liste des nouveaux outils intégrés à Kali Linux 2021.3, puisque nous avons le droit à quelques nouveautés comme lors de la sortie de la version 2021.2.

  • Berate_ap : outil pour créer des points d'accès Wi-Fi malveillants (rogue AP MANA)
  • CALDERA : un framework conçu pour créer des simulations d'attaques, entre autres
  • EAPHammer : outil pour attaquer les réseaux Wi-Fi "WPA2-Enterprise"
  • HostHunter : outil de reconnaissance pour détecter les noms d'hôtes via les techniques d'OSINT
  • RouterKeygenPC : un outil pour générer les clés Wi-Fi WPA/WEP par défaut de certains routeurs
  • Subjack : un outil pour analyser et détecter les sous-domaines vulnérables
  • WPA_Sycophant : un outil pour attaquer un réseau Wi-Fi grâce à une attaque par relai
Kali Linux 2021.3
Kali Linux 2021.3

OpenSSL : tous les protocoles obsolètes sont actifs

Tout d'abord, Offensive Security a revu l'intégration d'OpenSSL au sein de Kali Linux. Alors que sur une machine de production il est préférable de ne pas activer les protocoles non sécurisés comme TLS 1.0 et TLS 1.1, sur cette distribution Linux, c'est différent. Afin de pouvoir cibler des périphériques obsolètes, il est nécessaire de les activer, c'est ce qui est fait avec cette nouvelle version.

En résumé, au sein de Kali Linux 2021.3, OpenSSL est configuré de manière à être compatible avec un plus grand nombre de configurations.

La virtualisation mieux supportée

Si vous utilisez Kali Linux dans une machine virtuelle, sachez que les développeurs ont amélioré le support dans les différents environnements de virtualisation (VMware, VirtualBox, Hyper-V). L'image Live peut être utilisée sur une VM et bénéficier de fonctions d'intégration sans installer les VMware Tools (ou équivalent). Par exemple, vous pouvez bénéficier du copier-coller nativement, ou redimensionner la fenêtre de la VM sans avoir à gérer la résolution manuellement.

Enfin, sachez que cette nouvelle version supporte mieux les architectures ARM puisque différents bugs ont été corrigés.

Rendez-vous sur le site Kali Linux pour obtenir tous les détails.

The post Quelles sont les nouveautés de Kali Linux 2021.3 ? first appeared on IT-Connect.
Hier — 15 septembre 2021Flux principal

Kali Linux 2021.3 released with new pentest tools, improvements

15 septembre 2021 à 17:30
​Kali Linux 2021.3 was released yesterday by Offensive Security and includes a new set of tools, improved virtualization support, and a new OpenSSL configuration that increases the attack surface. [...]

Comment conteneuriser une application web avec Docker ?

15 septembre 2021 à 10:00

I. Présentation

Aujourd'hui, nous allons voir comment conteneuriser votre application web / site web avec Docker, par l'intermédiaire d'un exemple simple. Vous vous demandez surement dans quel but/objectif conteneuriser un projet ? Et bien cela permettra à une tierce personne de tester "On the fly" votre projet, en outrepassant une phase d'installation (de dépendances, etc.) qui peut s'avérer longue en fonction du type de solution. En effet, celle-ci sera intégrée directement dans l'image du conteneur Docker. Si vous souhaitez que quelqu'un puisse tester votre projet, c'est une bonne manière de lui simplifier le déploiement !

Si vous n'êtes pas très à l'aise avec Docker, je vous encourage à lire le cours suivant d'OpenClassrooms. La conteneurisation avec Docker est une technologie à part entière comme Git, vous ne pourrez pas saisir et comprendre tous les concepts et mécanismes en 1 heure... 🙂

En complément, je vous invite à consulter la ressource suivante si la technologie de conteneurisation est encore très floue pour vous : Principe des DockerFile.

II. Rédaction du fichier Dockerfile

Dans le cas présenté ci-dessous, je souhaite conteneuriser une page web que j'ai développée, permettant d'afficher un compte à rebours en fonction d'une date précise. Dans la pratique, ce n'est clairement pas la peine de conteneuriser cela, car le projet peut tourner facilement sur n'importe quel ordinateur en local disposant d'un navigateur web compatible avec JavaScript Internet Explorer. Mais, imaginez un plus gros projet digne de ce nom, requérant des outils comme PHP, NodeJS, Maven ou autre chose.

Le fait de conteneuriser son application (avec Docker ou autre) prend alors tout son sens, car cela évitera à la personne souhaitant tester l'application d'installer un environnement spécifique (long et fastidieux), si cela est simplement pour un vulgaire test.

Passons à la pratique... Ouvrez un terminal et saisissez les deux commandes suivantes pour créer le dossier "myWebApp" et le fichier "Dockerfile" à l'intérieur :

mkdir myWebApp
touch myWebApp/Dockerfile

Il est important de créer un dossier (à l'emplacement que vous souhaitez) et stocker le fichier DockerFile à l'intérieur. En fait, quand nous allons construire notre image, tout le contenu du dossier sera ajouté à notre image, d'où l'intérêt de "l'isoler".

Le fichier DockerFile va contenir toutes les instructions nécessaires à la fabrication de l'image de notre container. On va préciser l'image de base, ainsi que tous les paquets à installer et les données de notre site Web.

Editez le fichier avec votre éditeur de texte préféré, en insérant le contenu suivant : 

# Utilisation d'une image Ubuntu (par défaut la dernière en date) pour construire notre image docker file
FROM ubuntu 
# Mise à jour des repository distant du container, avant d'installer les paquets requis pour le projet
RUN apt update && apt upgrade -y
# Permet d'éviter d'avoir le bug concernant le choix de la timezone
RUN DEBIAN_FRONTEND="noninteractive" apt-get -y install tzdata 
# Installation des paquets requis pour le projet à savoir git et le service web apache2
RUN apt-get install -y -q git apache2 
# Le conteneur s'éxécutera en se basant sur le service apache2
ENTRYPOINT /usr/sbin/apache2ctl -D FOREGROUND 
# Renommage du fichier de base d'apache2 index.html vers index.html.old
RUN mv /var/www/html/index.html /var/www/html/index.html.old 
# Récupération de mon repository Git avec le mini projet
RUN git clone https://github.com/archidote/get-ready-simple-countdown-html-css-js 
# Copie des fichiers du mini projet web vers la racine de mon serveur web
RUN cd get-ready-simple-countdown-html-css-js && cp * /var/www/html/

Dès lors, enregistrez le fichier DockerFile, puis exécutez la commande suivante :

docker build .
# ou, si vous souhaitez nommer votre image Docker en "mywebapp" :
docker build -t mywebapp .

Une fois l'image construite, affichez les images présentes sur votre hôte Docker avec la commande suivante :

docker images 

Vous devriez voir la vôtre. Dans mon cas, elle est identifiée par l'ID suivant : 9e39...

III. Instanciation du container

L'image étant créée, il faut maintenant instancier un conteneur à partir de celle-ci. Utilisez la commande suivante :

docker run -d -p 8080:80 <id>
  • -d permets de lancer le conteneur en arrière plan (tâche de fond)
  • -p 8080:80 : permet d'exposer le port 8080 (de votre machine hôte Docker) vers le port 80 de votre container (là où est installé le service web, ainsi que le mini projet. C'est grâce à ce mécanisme, que vous allez pouvoir accéder à votre container depuis votre hôte Docker (via un navigateur web)

Vérifiez, que le conteneur est bien en cours d'exécution avec la commande suivante :

docker ps

Dès lors, ouvrez un navigateur et indiquez l'adresse IP de votre machine (hôte) ou localhost, en spécifiant le port "8080" que nous avons choisit précédemment.

Voilà ! L'application web en question, tourne sur le container que je viens de créer.

Si vous voulez interagir directement avec le shell du conteneur, pour éditer un fichier ou autres, entrez la commande suivante :

docker exec -it <id> bash

III. Conclusion

Le Dockerfile que je vous ai présenté peut vous servir de bonne base, pour la rédaction du vôtre. A vous d'adapter la configuration système et les dépendances requises en fonction des prérequis de votre application web :-).

The post Comment conteneuriser une application web avec Docker ? first appeared on IT-Connect.

La nouvelle mouture du malware ChaChi vise les systèmes Linux

14 septembre 2021 à 18:42
Par : UnderNews

Les cybermenaces continuent de se succéder. La semaine dernière, une nouvelle version du malware ChaChi conçu par le groupe à l’origine du ransomware Pysa a été détectée. Ce malware écrit en GoLang est conçu pour attaquer les hôtes Linux et peut donc servir à propager des malwares tels que les ransomwares, ou encore à exfiltrer des données.

The post La nouvelle mouture du malware ChaChi vise les systèmes Linux first appeared on UnderNews.
À partir d’avant-hierFlux principal

Résoudre Ping : délai d’attente de la demande dépassé

12 septembre 2021 à 14:10

La commande ping permet de tester la connexion entre deux hôtes au sein d'un réseau.
Que vous soyez sur Windows ou Linux, lors de l'utilisation de la commande ping, cela peut retourner l'erreur "Délai d'attente de la demande dépassé".
Cela se produit lorsque l'hôte distante ne répond pas dans un délai imparti.
On parle aussi en anglais de timeout.
D'ailleurs Chrome, Edge peuvent afficher une erreur Err_Connection_Timed_Out.

Dans ce tutoriel, je vous explique ce qui peut être à l'origine du délai d'attente de la demande dépassé.
Enfin comment résoudre cette erreur de la commande ping.

Résoudre Ping : délai d'attente de la demande dépassé

Qu'est-ce que le délai d'attente de la demande dépassé sur la commande ping ?

Lorsque vous utilisez la commande ping, cela envoie un message Echo Reply avec le protocole ICMP à l'hôte distant.
Ce dernier répond à l'hôte, ce qui permet de vérifier que les deux hôtes parviennent à communiquer au sein du réseau.
De plus, cela permet de mesurer la latence entre les deux hôtes.

Le message de délai d'attente dépassé indique qu'aucun message Echo Reply n'a été reçu dans le délai par défaut de 1 seconde.
Si le message est simplement « Hôte de destination inaccessible », alors il n'y a pas de route depuis le système local et les paquets à envoyer n'ont jamais été mis sur le fil d'attente.
Si le message est « Répondre de "adresse IP" : hôte de destination inaccessible », alors un problème de routage s'est produit sur un routeur distant, dont l'adresse est indiquée par le champ "adresse IP".

Le problème de timeout peut être dû à de nombreuses causes différentes ; les plus courants incluent :

  • Ma congestion du réseau
  • L'échec de la demande ARP
  • Le filtrage de paquets par un firewall
  • L'erreur de routage ou un rejet silencieux
Délai d'attente de la demande dépassé sur la commande ping

Résoudre Ping : délai d'attente de la demande dépassé

Faire un test de ping en mode sans échec

Afin de s'assurer qu'aucune application comme un antivirus, VPN ou autres ne bloquent les connexions réseaux ou le perturbent, il faut faire le test de ping en mode sans échec.

  • Démarrez les deux hôtes en mode sans échec. Pour vous aider, suivez ce tutoriel :
  • Puis refaites le test de ping afin de vérifiez si l'erreur d'attente de la demande dépassé se produit
  • Si ce n'est pas le cas, alors une application en mode normal pose des problèmes

Vérifier la configuration IP

La première cause d'erreur de délai d'attente dépassé est une mauvaise configuration IP sur un des hôtes du réseau.
Ainsi, la communication et connexion entre les deux hôtes ne peut s'établir correctement.
Vérifiez la configuration IP sur chaque hôte ou passez les en configuration IP automatiquement afin que le serveur DHCP distribue la configuration réseau.

Ces tutoriels peuvent aider :

Autoriser le ping sur le pare-feu

Le pare-feu Windows Defender peut filtrer les paquets ICMP utilisés par la commande ping pour envoyer le message à l'hôte distante.
Vous devez donc vérifier que les règles ICMP pour le ping soient bien autorisées.

Pour cela :

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis dans la fenêtre exécuter, saisissez wf.msc
ouvrir les règles avancées de Windows Defender Firewall
  • Puis cliquez sur règles de trafic sortant
  • Ensuite cliquez sur la colonne Protocole afin de trier les règles par protocole. Cela devrait passer les règles ICMP en début de liste
  • Vérifiez que les règles réseau de base et gestion réseau de base ci-dessous avec le bouclier vert sont bien autorisés. Notamment il faut que les règles suivantes soient autorisées :
    • Gestion réseau de base - Destination inaccessible Fragmentation nécessaire (Trafic entrant ICMPv4)
    • Gestion réseau de base - temps dépassé (ICMPv6 entrant)
  • Répétez la vérification dans les règles de trafic entrant afin de
Autoriser le ping sur le pare-feu Windows Defender

Du côté de Linux, il faut autoriser sur le pare-feu iptables, ifw ou autres.

Désactiver le pare-feu sur l'hôte

  • Cliquez en bas à droite sur l'icône bouclier depuis la zone de notification 1
  • Puis dans les sécurité de Windows, cliquez à gauche dans le menu Pare-feu et protection du réseau 2
Activer et désactiver le pare-feu Windows Defender de Windows 10, Windows 11
  • Lorsque le pare-feu est actif sur un profil réseau, le réseau privé ou public est marqué comme actif
Activer et désactiver le pare-feu Windows Defender de Windows 10, Windows 11
  • Cliquez sur l'un des profils et désactivez Pare-feu Microsoft Defender
Activer et désactiver le pare-feu Windows Defender de Windows 10, Windows 11
Activer et désactiver le pare-feu Windows Defender de Windows 10, Windows 11
  • Testez ensuite à nouveau la commande ping afin de vérifier si l'erreur de délai d'attente dépassé est résolue
  • Si cela ne résout pas le problème de ping, je vous conseille de réactiver le pare-feu Windows Defender pour des raisons de sécurité

Désinstaller les VPN

Les VPN peuvent parfois mettre le bazar la configuration réseau comme les routes.
Afin de s'assurer que le problème ne vient pas d'eux, désinstallez tous les programmes VPN.

Réinitialiser le réseau de Windows

ipconfig /release
ipconfig /renew
ipconfig /flushdns
netsh int ip reset c:\tcp.txt
netsh winsock reset
  • Redémarrez votre PC afin de prendre en compte les changements
  • Puis testez la connexion internet et réseau
Réinitialiser la couche Winsock de Windows

Pour aller plus loin :

Réinitialiser le routeur ou switch

Un problème de connectique sur un équipement réseau peut entrainer des erreurs ou problème de connexion entre les autres.
Cela peut entraîner de la congestion et des erreur timeout.
Pour s'assurer que le problème ne vient pas de là, réinitialisez votre routeur ou switch.
Ensuite testez à nouveau la commande ping pour vérifiez si les erreurs de délai d'attente dépassé sont résolues.

L’article Résoudre Ping : délai d’attente de la demande dépassé est apparu en premier sur malekal.com.

Hacker-made Linux Cobalt Strike beacon used in ongoing attacks

13 septembre 2021 à 16:00
An unofficial Cobalt Strike Beacon Linux version made by unknown threat actors from scratch has been spotted by security researchers while actively used in attacks targeting organizations worldwide. [...]

Un script pour changer de fond d’écran automatiquement sous Linux

30 août 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous êtes sous Linux et vous aimez changer régulièrement de fonds d’écran ? Alors j’ai ce qu’il vous faut.

Cela s’appelle Styli.sh et c’est tout simplement un script qui automatise la recherche de nouveaux fonds d’écran, leur téléchargement et leur mise en place sur votre système.

Là où Styli.sh est puissant, c’est qu’il permet de rechercher des fonds d’écran spécifiques depuis unsplash ou télécharger une image aléatoire depuis les subreddits que vous aurez spécifiés.

Et si vous utilisez pywal, il peut également définir automatiquement les couleurs de votre terminal.

Avant d’install Styli.sh, vous aurez besoin des outils suivants :

sudo apt install feh nitrogen

Ensuite, il suffit de cloner le dépôt git comme ceci et de lancer l’outil :

git clone https://github.com/thevinter/styli.sh
cd styli.sh
./styli.sh

Puis il n’y a plus qu’à vous référer à la documentation :

Pour définir un fond aléatoire de 1920×1080

./styli.sh

Pour spécifier une largeur ou une hauteur désirée

./styli.sh -w 1080 -h 720
./styli.sh -w 2560
./styli.sh -h 1440

Pour définir un papier peint en fonction d’un terme de recherche

./styli.sh -s island
./styli.sh -s "sunset"
./styli.sh -s sea -w 1080

Pour obtenir un fond d’écran aléatoire à partir de l’un des subreddits définis

Note : Les paramètres width/height/search ne fonctionnent pas avec reddit.

./styli.sh -l reddit

Pour obtenir un fond d’écran aléatoire à partir d’un subreddit personnalisé

./styli.sh -r nom_sub_reddit
./styli.sh -r wallpapers

Pour utiliser feh pour manipuler les images

./styli.sh -b paramètres_de_feh
./styli.sh -b bg-scale -r ultrahdwallpapers

Pour ajouter des paramètres feh personnalisés

./styli.sh -c vos_paramètres_préférés
./styli.sh -c --no-xinerama -r ultrahdwallpapers

Pour définir automatiquement les couleurs du terminal avec pywal

./styli.sh -p

Pour utiliser nitrogen au lieu de feh

./styli.sh -n

Pour mettre à jour plusieurs écrans en utilisant nitrogen

./styli.sh -n -m nombre_ecran

Choisir un arrière-plan aléatoire dans un répertoire

./styli.sh -d /path/to/dir

Amusez-vous bien !

Donnez de la couleur à votre système d’exploitation et à votre terminal

29 août 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous aimez passer du temps dans votre terminal (sous Linux, macOS ou même Windows maintenant), peut-être avez-vous personnalisé le style graphique de celui-ci pour que vos journées soient plus agréables.

Seulement voilà, tout le monde n’a pas la sensibilité artistique d’un décorateur ou d’une décoratrice d’intérieur, et sorti du vert sur fond noir à la matrix, on se retrouve vite limité pour choisir des couleurs qui vont bien ensemble pour nos terminaux.

Heureusement, c’est là qu’entre en scène Pywal, un outil qui génère une palette de couleurs à partir des couleurs dominantes d’une image.

Cela peut-être votre fond d’écran, histoire d’assortir le tout. Il applique ensuite ces couleurs à l’ensemble du système et dans tous vos programmes préférés (la liste est ici). Sachez avant d’aller plus loin que Pywal ne modifie aucun de vos fichiers de configuration pour appliquer ses couleurs. Il les contourne tout simplement.

L’outil propose 5 modèles de génération de couleurs, chacun fournissant une palette de couleurs différente à partir de chaque image. Ça fait assez de possibilités pour que vous trouviez la palette qui vous correspond.

Mais Pywal va plus loin puisqu’il prend également en charge des thèmes prédéfinis. D’ailleurs par défaut, il est livré avec 250 thèmes de couleurs.

Et vous pouvez également créer vos propres fichiers de thèmes pour les partager avec l’ensemble de la communauté des gens qui veulent un peu de couleur dans leurs terminaux !

Si l’outil vous intéresse, vous pouvez l’installer comme ceci :

pip3 install pywal

Ensuite, la commande c’est « wal » qui fait tout. Par exemple, vous téléchargez ce fond d’écran unsplash sur votre disque dur.

Il vous suffit ensuite d’appeler la commande wal comme ceci :

wal -i ~/Downloads/dang-tran-WpcfLtCqa7A-unsplash.jpg

Et voilà, une palette de couleurs sera générée et l’image sera mise en fond d’écran comme ceci :

Wal est un outil assez complet, mais qui nécessite un peu de configuration si vous souhaitez l’intégrer dans des scripts ou si vous voulez rendre vos modifications persistantes après un reboot.

Pour ce faire, ouvrez votre fichier .xinitrc et ajoutez la commande suivante dedans :

wal -R

Cela aura pour effet de restaurer le dernier jeu de couleurs que vous avez utilisé.

Je vous invite fortement à lire la doc pour aller un peu plus loin.

Et pour vous donner un peu d’inspiration, sachez qu’un sub reddit lui est entièrement dédié.

Un éditeur de texte / code moderne pour votre terminal

27 août 2021 à 09:00
Par : Korben

man standing beside train

Vous cherchez un éditeur de texte qui tourne dans un terminal, qui soit facile à utiliser et intuitif, mais qui sait également tirer partie des capacités des terminaux modernes.

Et bien pas de soucis, j’ai ce qu’il vous faut. Cela s’appelle Micro et c’est typiquement le genre de petit outil qui sait se rendre indispensable.

Vous l’installez avec votre gestionnaire de paquet préféré, ou vous pouvez également télécharger les binaires ici pour Linux, macOS, Windows et même BSD.

On peut également l’installer simplement en appelant le script d’install comme ceci :

curl https://getmic.ro | bash

Notez que quand vous voyez une commande avec curl suivie d’une exécution directe dans le bash, il est quand même plus raisonnable d’aller jeter un œil au script appelé pour être certain que ça ne contient aucune mauvaise surprise.

Micro se veut en quelque sorte le successeur de l’éditeur nano en étant facile à installer, facile à utiliser et surtout agréable, ce qui n’est pas anodin quand on passe beaucoup de temps dans un terminal chaque jour à éditer des fichiers de conf ou à écrire du code.

Micro dispose de nombreux raccourcis clavier que vous pouvez personnaliser ainsi que de nombreuses commandes pour faire des recherches / remplacements, ajouter des plugins, lancer des commandes en tâche de fond…etc.

À découvrir ici.

Debian 11 Bullseye : la nouvelle version stable de Debian est disponible !

26 août 2021 à 14:38

Debian 11, la nouvelle version stable de Debian, alias Bullseye, est disponible au téléchargement depuis quelques jours ! L'occasion de parler des nouveautés de Debian 11 !

Debian est une distribution très populaire et sur laquelle s'appuie d'autres distributions. Alors forcément, la sortie d'une nouvelle version majeure de Debian est toujours un petit événement, d'autant plus que ce n'est pas très fréquent. Par exemple, la première version de Debian 10 est sortie en juillet 2019. Quant à Debian 11, il est disponible depuis le 14 août 2021.

Avec Debian, on ne cherche pas à avoir les dernières versions des paquets, mais on mise plutôt sur la stabilité et sur des versions de paquets qui bénéficient d'un support LTS, c'est-à-dire de plusieurs années. Debian 11 ne déroge pas à cette règle.

Avant de commencer, quelques chiffres au sujet de Debian 11 :

  • 11 294 nouveaux paquets
  • 59 551 paquets au total
  • 42 821 paquets mis à jour
  • 9 519 paquets supprimés (obsolètes)

Et oui, on ne chôme pas au sein de l'équipe Debian ! Bien sûr, certains changements sont plus marquants que d'autres... Tout d'abord, sachez que Debian 11 s'appuie sur un noyau Linux 5.10, ce qui signifie que le système prend en charge nativement le système de fichiers exFAT (comme de nombreux systèmes pour NAS). Ce qui implique qu'il n'est plus nécessaire d'installer le paquet exfat-fuse. Cette version de noyau est sortie en décembre 2020 et il s'agit de la version LTS actuelle.

Des paquets populaires, notamment auprès des sysadmins, ont pu bénéficier d'une mise à jour :

  • Apache 2.4.48
  • Nginx 1.18
  • OpenSSH 8.4p1
  • Vim 8.2
  • Samba 4.13
  • GnuPG 2.2.20
  • Bind (DNS) 9.16
  • Python 3.9.1
  • Emacs 27.1
  • PHP 7.4
  • PostgreSQL 13
  • Etc.

Au sein de la documentation de Debian, il y a d'ailleurs un tableau qui montre les changements de versions opérés entre Debian 10 et Debian 11, pour certains paquets :

Debian 10 vs Debian 11
Debian 10 vs Debian 11

Même si Debian s'utilise souvent en tant que serveur sans interface graphique, il peut très bien fonctionner sur un poste de travail. Plusieurs environnements graphiques sont proposés avec Debian 11, voici la liste : Gnome 3.38, KDE Plasma 5.20, LXDE 11, LXQt 0.16, MATE 1.24 et Xfce 4.16. Pas de révolution puisque Gnome 40 n'est pas dans la liste.

Par ailleurs, l'utilisation d'une imprimante et d'un scanner devient simplifiée avec Debian 11 ! En effet, avec la prise en charge de CUPS et de SANE, il devient possible d'utiliser un périphérique sans installer un pilote spécifique au matériel ! Une très bonne nouvelle, d'autant plus que cela prend en charge la majorité des équipements des 5 dernières années.

Enfin, sachez que Debian 11 prend en charge 11 architectures matérielles différentes, parmi lesquelles : x86 (i386 / amd64), ARM (arm64 / armel / armhf), etc. Assez parlé, rendez-vous sur le site officiel pour le téléchargement et les instructions d'installation : Debian 11

Pour plus de détails sur Debian 11, je vous recommande de lire ce très bon article de NextInpact. ou cette page sur le site de Debian.

PS : Hier, c'était le 30ème anniversaire de Linux !

The post Debian 11 Bullseye : la nouvelle version stable de Debian est disponible ! first appeared on IT-Connect.

Pipx – Comme Pip mais plus sécurisé

26 août 2021 à 09:00
Par : Korben

person using macbook pro

Il est fréquent que je présente ici des outils écrits en Python. En général, quand j’installe ce genre de choses, j’aime utiliser la commande pip qui permet de déployer des outils sans avoir à tout faire manuellement. C’est un installateur de paquets si vous préférez.

Bref, c’est cool. Sauf qu’il y a encore plus cool et ça s’appelle Pipx.

Quand vous installez un truc avec Pip ça s’installe sur votre système tout à fait classiquement. Sans que les outils soient isolés du reste du système.

Pipx c’est pareil sauf que ça ajouter une couche d’isolement pour chaque application et ses paquets associés de manière sûre, pratique et fiable. Il est bien sûr étroitement lié à pip car il l’utilise, mais se concentre sur l’installation et la gestion de paquets Python qui peuvent être exécutés depuis la ligne de commande directement en tant qu’applications dans un environnement isolé.

Bref, c’est pareil, mais en mieux.

Pour installer pipx sous mac :

brew install pipx
pipx ensurepath

Ou directement avec pip (sous linux) :

python3 -m pip install --user pipx
python3 -m pipx ensurepath

Ensuite pour installer un paquet avec pipx, faites comme vous le feriez avec pip :

pipx install NOM_DU_PROGRAMME

Et pour lister les programmes installés :

pipx list

Encore mieux, si vous voulez tester un logiciel sans l’installer, lancez-le directement avec pipx comme ceci :

pipx run NOM_DU_PROGRAMME et_ses_paramêtres_si_besoin

Par exemple, pour utiliser cowsay directement sans l’installer, je ferai comme ceci :

pipx run pycowsay Vive Korben !

Bref, encore un bon petit soft à garder sous le coude.

Merci à フ_フノイ0 pour le partage !

La commande cp Linux : utilisation et exemples (copier des fichiers)

22 août 2021 à 11:44

Copier des fichiers est l'une des tâches les plus courantes lors de la manipulation de fichiers sur tout système d'exploitation. Dans le terminal Linux, il s'agit également d'une tâche assez simple à faire et à cela, nous utilisons la commande CP.

CP signifie copie. Cette commande est utilisée pour copier des fichiers ou un groupe de fichiers ou de répertoires.
Il crée une image exacte d'un fichier sur un disque avec un nom de fichier différent.
La commande CP nécessite au moins deux noms de fichiers dans ses arguments.

Ce tutoriel vous explique comment utiliser la commande cp sur Linux en vous donnant tous les exemples pour une bonne compréhension.

La commande cp Linux : utilisations et exemples (copier des fichiers)

Comment utiliser la commande cp sur Linux

Voici la syntaxe de la commande cp :

cp [OPTIONS] SOURCE... DESTINATION

La source peut contenir un ou plusieurs fichiers ou répertoires comme arguments et l'argument de destination peut être un fichier ou un répertoire unique.

  • Lorsque les arguments de la source et de destination sont à la fois des fichiers, la commande cp copie le premier fichier à la seconde. Si le fichier n'existe pas, la commande le crée.
  • Lorsque la source comporte plusieurs fichiers ou répertoires comme arguments, l'argument de destination doit être un répertoire. Dans cette situation, les fichiers et les répertoires source sont déplacés dans le répertoire de destination.
  • Lorsque les arguments de source et de destination sont des deux répertoires, la commande cp copie le premier répertoire dans le second.

Voici les options de la commande cp :

OptionsDescription
-aConserver autant que possible de la structure et des attributs des fichiers d'origine dans la copie
-dCopier des liens symboliques sous forme de liaisons symboliques plutôt que de copier les fichiers qu'ils indiquent et préservent des liens durs entre les fichiers source des copies
-f or –forceCette option force la copie même si le dossier de destination n'est pas disponible pour l'écriture.
-i or –interactiveAfficher un message chaque fois qu'un fichier doit être écrasé.
-lFaites des liens difficiles au lieu de copies des non-répertoires.
-R or -r or –recursiveCopier des arborescence en récursif. Par défaut, ne suivez pas les liens symboliques dans la source.
-s or –symbolic-linkLa commande établira des liens symboliques de tous les fichiers qui ne sont pas des dossiers. Ceci remplace une copie.
-u or –updateCette option ne copie pas de fichiers qui possèdent une modification identique ou plus récente horodatage dans le dossier de destination. C'est une mise à jour d'une copie.
-v or –verboseImprimez le nom de chaque fichier avant de la copier.
Les options de la commande cp

Exemples et utilisations de la commande cp pour copier des fichiers sur Linux

Copier des fichiers avec commande cp

Dans ce premier exemple, on copie un fichier dans le même répertoire.
Par exemple pour dupliquer fichier en fichier_old :

cp fichier fichier_old

Ou encore cette syntaxe :

cp file{,old}

Pour copier un fichier vers un répertoire, il suffit de spécifier ce dernier en destination.
Par exemple pour copier fichier.txt vers le répertoire /sauvegarde :

cp fichier.txt /sauvegarde

Si vous souhaitez copier le fichier sous un nom différent, vous devez spécifier le nom de fichier souhaité. La commande ci-dessous copiera le fichier sur le répertoire spécifié comme fichier_sauv.txt.

cp fichier.txt /sauvegarde/fichier_sauv.txt

Par défaut, si le fichier de destination existe, il est écrasé. L'option -n indique à CP de ne pas écraser un fichier existant.
Pour forcer CP à demander à la confirmation, utilisez l'option -i.

cp -i fichier.txt fichier_sauv.txt

Enfin, la commande cp n'affiche aucune information, pour le rendre bavard et afficher les fichiers copier, utilisez l'option -v :

cp -v fichier.txt fichier_sauv.txt

Copier tous les fichiers d'un répertoire vers un autre répertoire

Il est également possible de copier tous les fichiers d'un dossier à un autre.
Pour ce faire, utilisez l'opérateur Asterisk (*).
Ce qui donne la syntaxe suivante :

cp * [destination]

Par exemple pour copier tous les fichiers du dossier courant vers le dossier /sauvegarde :

cp * /sauvegarde

Pour copier tous les fichiers texte du dossier courant vers le dossier /sauvegarde :

cp *.txt /sauvegarde
Copier tous les fichiers d'un répertoire vers un autre répertoire

On peut aussi spécifier un dossier en source pour copier tous les fichiers de dernier vers un autre emplacement.
Par exemple pour copier tous les fichiers .tar.gz du répertoire /ancienne_sauvegarde vers /sauvegarde

cp /ancienne_savegarde/*.tar.gz /sauvegarde

Pour copier les fichiers du répertoire parents, utilisez ../
Par exemple, ci-dessous on demande de copier les fichiers .txt du répertoire parent dans le répertoire courant désigné par le caractère point (.).

cp ../*txt .
Copier les fichiers du répertoire parents avec la commande cp
Dans ces exemples précédents, seuls les fichiers du répertoire sont copiées.
Les sous-dossiers et leurs contenus, soit donc l'arborescence complète n'est pas complet.
Il ne s'agit pas d'une copie récursive.

Copier des dossiers avec la commande cp

Pour copier un répertoire, y compris tous ses fichiers et sous-répertoires, utilisez l'option -R ou -R.

Par exemple pour copier le dossier Images vers Images_sauv.
La commande crée le répertoire de destination et copier récursivement tous les fichiers et les sous-répertoires de la source vers le répertoire de destination.

cp -R Images Images_sauv

Pour copier uniquement les fichiers et les sous-répertoires, mais pas le répertoire source, utilisez l'option -T :

cp -RT Images Images_sauv

Copier plusieurs fichiers et répertoires

Pour copier plusieurs fichiers et répertoires à la fois, spécifiez leurs noms en source et utilisez le répertoire de destination comme dernier argument:

cp fichier.txt nom_repertoire fichier2.txt /repertoire_destination
Copier plusieurs fichiers et répertoires

Demander de confirmation avant d'écraser un fichier

Par défaut, Linux écrase le fichier si l'existant dans le répertoire de destination.
Pour demander une confirmation avant d'écraser un fichier, utilisez l'option -i :

[email protected]:/tmp/superdossier$ ls -lh /home/debian/sauvegarde/
total 8.0K
-rw-r--r-- 1 debian debian 7.8K Aug 20 13:59 fichier.txt
[email protected]:/tmp/superdossier$ cp -v fichier.txt /home/debian/sauvegarde/
'fichier.txt' -> '/home/debian/sauvegarde/fichier.txt'
[email protected]:/tmp/superdossier$ cp -vi fichier.txt /home/debian/sauvegarde/
cp: overwrite '/home/debian/sauvegarde/fichier.txt'? y
'fichier.txt' -> '/home/debian/sauvegarde/fichier.txt'
Demander de confirmation avant d'écraser un fichier

Éviter d'écraser les fichiers avec la commande cp

Pour ne pas écraser les fichiers, si présents, dans le répertoire de destination, utilisez l'option -n.
Par exemple ci-dessous, on copie des fichiers puis je réutilise la commande cp avec l'option -n.
On voit bien qu'elle ne copie que le nouveau fichier et pas les anciens déjà présents dans dossier de destination.

cp -v employes.txt rose-tatoo.txt superdossier/all.tar.gz /home/debian/sauvegarde/
'employes.txt' -> '/home/debian/sauvegarde/employes.txt'
'rose-tatoo.txt' -> '/home/debian/sauvegarde/rose-tatoo.txt'
'superdossier/all.tar.gz' -> '/home/debian/sauvegarde/all.tar.gz'

[email protected]:/tmp$ cp -v -n employes.txt rose-tatoo.txt superdossier/all.tar.gz superdossier/fichier.txt /home/debian/sauvegarde/
'superdossier/fichier.txt' -> '/home/debian/sauvegarde/fichier.txt'
Éviter d'écraser les fichiers avec la commande cp

Faire des copies tout en maintenant des attributs de fichier et horodatage

Sur les systèmes basés sur Unix, les fichiers ont des attributs spécifiques. Donc, si un utilisateur autre que celui qui l'a créé des copies ou le déplace, il risque de modifier les valeurs de ces attributs. Certains de ces attributs sur les permissions et autorisations du fichiers, propriétés et dates du fichier.

Lors de la copie d'un fichier, le nouveau fichier appartient à l'utilisateur exécutant la commande. Utilisez l'option -p pour préserver le mode de fichier, le propriété et les horodatages.
Par exemple pour copier fichier.txt en fichier_sauv.txt en gardant l'attribut des fichiers :

cp -p fichier.txt fichier_sauv.txt

Mettre à jour les fichiers copiés avec la commande cp

Si vous souhaitez copier le fichier uniquement s'il est plus récent que la destination, appelez la commande avec l'option -u.
Dans cet exemple, je modifie fichier.txt en y ajoutant du texte, on voit que l'option -u ne copie que ce dernier car c'est le seul qui a été modifié depuis la dernière copie.

[email protected]:/tmp/superdossier$ cp * /home/debian/sauvegarde/
[email protected]:/tmp/superdossier$ echo "j'ajoute du texte" >> fichier.txt
[email protected]:/tmp/superdossier$ cp -v -u * /home/debian/sauvegarde/
'fichier.txt' -> '/home/debian/sauvegarde/fichier.txt'
[email protected]:/tmp/superdossier$
Mettre à jour les fichiers copiés avec la commande cp

Sauvegarder les fichiers à copier

C'est une option très utile. Lors de la copie de fichiers, il est courant que vous le modifiez au fil du temps, mais vous pouvez toujours garder une copie de l'original.
Dans ce cas, nous utilisons deux options simultanément.

  • La première est -a qui traite explicitement le fichier comme ce qu'il est, un fichier
  • Et le second option est -b pour effectuer la sauvegarde

Pour créer la sauvegarde, utilisez simplement la commande suivante :

cp -ab fichier.txt /home/angelo/Documents/example/

Automatiquement, Linux créé une copie du fichier dans le répertoire de destination qui se termine par le caractère ~.

Sauvegarder les fichiers à copier

L’article La commande cp Linux : utilisation et exemples (copier des fichiers) est apparu en premier sur malekal.com.

5 exemples pour utiliser de la commande head sur Linux

22 août 2021 à 10:39

Vous savez peut-être que la commande cat est utilisée pour imprimer le contenu d'un fichier, sur le terminal.
La commande cat imprime l'intégralité du fichier sur le terminal.
Mais parfois on peut avoir besoin d'afficher que le début.

Pour ce faire, vous pouvez utiliser la commande head qui permet d'afficher les N premières lignes d'un fichier.
C'est donc l'inverse de la commande tail.

Dans ce tutoriel, je vous donne 5 exemples pour utiliser la commande head.

5 exemples pour utiliser de la commande head

5 exemples pour utiliser de la commande head

Syntaxe de la commande head

Voici la syntaxe par défaut de la commande head :

head [option] [fichier]

Par défaut, elle affiche les 10 premières lignes de chaque fichier à la sortie standard.
Avec plus d'un fichier, précède chacun avec un en-tête donnant le nom du fichier.
Notez que les lignes vides sont considérés comme une ligne à part entière.

Imaginons le texte suivant dans le fichier rose-tatoo.txt :

1  The pictures tell the story
2  This life had many shades
3  I'd wake up every morning and before I'd start each day
4  I'd take a drag from last nights cigarette
5  That smoldered in its tray
6  Down a little something and then be on my way
7
8  I traveled far and wide
9  And laid this head in many ports
10  I was guided by a compass
11  I saw beauty to the north
12  I drew the tales of many lives
13  And wore the faces of my own
14  I had these memories all around me
15  So I wouldn't be alone

Contenu d'un fichier texte sur Linux

Afficher les N premières lignes d'un fichier avec head

Lorsque vous avez besoin d'imprimer un nombre spécifique de lignes, vous pouvez utiliser l'option -n suivie du nombre de lignes.

Par exemple, pour afficher les 2 premières lignes, vous pouvez utiliser ceci:

head -n 2 rose-tatoo.txt
fficher les N premières lignes d'un fichier avec la commande head sur Linux

Une syntaxe plus rapide consiste à écrire directement le nombre de lignes à afficher de cette manière.
Par exemple ici on affiche les quatre premières lignes.

head -4 rose-tatoo.txt

Afficher toutes sauf les N dernières lignes

Vous pouvez exclure un nombre spécifique de lignes à la fin du fichier et imprimer le contenu restant du fichier en fournissant un numéro négatif à l'option.

Par exemple, si vous souhaitez quitter les 15 dernières lignes du fichier, vous pouvez utiliser cette commande:

head -n -2 rose-tatoo.txt
Afficher toutes sauf les N dernières lignes avec la commande head sur Linux

Afficher plusieurs fichiers avec la commande head

head peut afficher plusieurs fichiers à la fois.
Pour cela, indiquez les noms des fichiers en les espaçant.
Par exemple pour afficher les deux premières lignes des fichiers rose-tatoo.txt et test.txt :

head -n 2 rose-tatoo.txt test.txt

Les noms des fichiers s'affichent en en-tête ==> fichier <== avec le contenu.

fficher plusieurs fichiers avec la commande head

Traiter l'en-tête dans la sortie

La commande Head imprime le nom du fichier comme en-tête au-dessus de la sortie de chaque fichier pour les séparer.
Si vous ne voulez pas que la commande head affiche le nom du fichier, ajoutez l'option -q :

head -q -n 2 rose-tatoo.txt test.txt
Traiter l'en-tête dans la sortie de la commande head de Linux

A l'inverse quand vous travaillez avec un seul fichier, si vous souhaitez que l'en-tête avec le nom du fichier apparaisse, ajoutez l'option -v :

head -v -n 2 rose-tatoo.txt
==> rose-tatoo.txt <==
     1  The pictures tell the story
     2  This life had many shades

Afficher un nombre spécifique d'octets / caractères d'un fichier

Si vous souhaitez imprimer un nombre spécifique d'octets d'un fichier, vous pouvez utiliser l'option -c suivi du numéro.
Normalement, la taille d'un caractère est un octet. Donc, vous pouvez y penser comme imprimant un certain nombre de caractères.
Les caractères espaces ou tabulations sont comptés dedans.

Par exemple pour afficher les 30 premiers caractères d'un fichier :

head -c30 rose-tatoo.txt
Afficher un nombre spécifique d'octets / caractères d'un fichier sur Linux

Vous pouvez également exclure un nombre spécifique d'octets à la fin du fichier.
Pour ce faire, spécifiez une valeur négative à l'option -c.

Par exemple pour exclure les 35 derniers caractères d'un fichier :

head -c -35 rose-tatoo.txt

Afficher les N lignes d'un fichier en combinant les commandes head et tail

Et si vous voulez afficher n nombre de lignes au milieu d'un fichier?

Par exemple, si vous souhaitez afficher les lignes de 5 à 10 de fichier, vous pouvez combiner la commande head avec la commande tail.
Comme notre fichier fait 14 lignes, cela affiche la 5e ligne.

head -n 10 rose-tatoo.txt | tail -n +5
     5  That smoldered in its tray
     6  Down a little something and then be on my way
     7
     8  I traveled far and wide
     9  And laid this head in many ports
    10  I was guided by a compass

La commande Head imprime les 10 premières lignes du fichier. Ensuite, la commande tail prend cette sortie et imprime toutes les lignes à partir du numéro de ligne 5. Cela vous donne les lignes de 5 à 10.

Si vous voulez simplement afficher la nième ligne, vous pouvez le faire en combinant head et tail à nouveau.

 head -n 15 rose-tatoo.txt | tail -n 1
    15  So I wouldn't be alone

Ainsi, la commande de tête imprime les 15 premières lignes du fichier, puis la commande queue imprime la dernière ligne de cette sortie. Ainsi, vous obtenez la 15ème ligne.

L’article 5 exemples pour utiliser de la commande head sur Linux est apparu en premier sur malekal.com.

La commande ls Linux : utilisation et exemples

21 août 2021 à 13:44

Ls est l'une des commandes de base que tout utilisateur Linux devrait savoir.

La commande ls répertorie les fichiers et les répertoires dans le système de fichiers et affiche des informations détaillées sur eux.
Il fait partie du package GNU Core Utilities qui est installé sur toutes les distributions Linux.

Ce tutoriel vous montrer comment utiliser la commande ls via des exemples pratiques et des explications détaillées des options ls les plus courantes.

La commande ls : utilisation et exemples

Comment utiliser la commande LS

La syntaxe de la commande LS est la suivante :

ls [OPTIONS] [FICHIERS]

Lorsqu'il est utilisé sans options et arguments, LS affiche une liste des noms de tous les fichiers du répertoire de travail actuel:

[email protected]:/$ ls
bin  boot  dev  etc  home  initrd.img  initrd.img.old  lib  lib32  lib64  libx32  lost+found  media  mnt  opt  proc  root  run  sbin  srv  sys  tmp  usr  var  vmlinuz  vmlinuz.old

Pour afficher les fichiers en liste, utilisez l'option -1 :

ls -1

Pour lister les fichiers d'un répertoire spécifique, saisissez le nom de ce dernier.
Par exemple pour lister le contenu du dossier home, saisissez :

ls /home

Vous pouvez spécifier plusieurs répertoires à la suite afin d'en lister le contenu :

ls /etc /home

Lorsque vous tentez d'accéder à un dossier dont vous n'avez pas les autorisations, le message Permission denied s'affiche.
Par exemple, ici je tente de lister le contenu du dossier /root sans être identifié en root.

ls /root/
ls: cannot open directory '/root/': Permission denied

Exemples d'utilisation de la commande LS

Format de la liste longue de la commande ls

L'option la plus utilisé est l'option -l qui affiche le format de liste longue.
Cela affiche des informations précises sur les fichiers dans un ou plusieurs répertoires

ls -l /etc

La première ligne indique la taille totale occupée par le répertoire.
Pour plus de détails, on peut utiliser la commande du ou df.

Puis la commande ls affiche les fichiers et répertoires en liste avec les informations suivantes :

Lister les fichiers en liste et détails avec la commande ls de Linux

Selon la distribution Linux, des codes couleurs peuvent s'afficher, par exemple ci-dessus, les répertoires sont en cyan.
Le premier caractère identifie le type de fichier :

  • - - Fichier régulier
  • b - Bloc de fichier spécial
  • c - fichier spécial de caractère
  • d - Répertoire
  • l - Lien symbolique
  • n - fichier réseau
  • p - FIFO
  • s - socket

Ainsi dans la capture d'écran précédente listant le répertoire /etc, on voit bien les répertoires avec un d en premier caractère.
Ci-dessous une partie du répertoire plugins de munin qui contient beaucoup de liens symboliques.
On voit qu'il début bien par le caractère l.

Lister les fichiers en liste et détails avec la commande ls de Linux

Puis on trouve les permissions du fichier ou répertoire identifiés comme ceci :

  • r - Permission de lire le fichier
  • w - Permission d'écrire dans le fichier
  • x - Permission d'exécuter le fichier
  • s - setgid bit
  • t - sticky bit

Pour plus d'informations et explications sur les autorisations, suivre ce didacticiel :

En troisième position, on trouve le propriétaire du fichier/répertoire suivi du groupe suivi par la taille du fichier, montré en octets. Utilisez l'option -h si vous souhaitez imprimer des tailles dans un format lisible par l'homme.
Vous pouvez modifier le propriétaire du fichier à l'aide de la commande chown.
Enfin la dernière date et heure de modification de fichier. La dernière colonne est le nom du fichier.

Lister les fichiers du répertoire courant ou le répertoire parent avec ls

Pour lister les ficheirs du répertoire courant, utilisez la commande ls sans aucune option :

ls

Mais on peut aussi mettre un point :

ls .

ou :

ls ./

Pour lister les fichiers du répertoire parent, indiquez ../
Par exemple, en étant dans le répertoire /etc, cela va lister le contenu de / puisque c'est le répertoire au dessus.

[email protected]:/etc$ ls ../
bin  boot  dev  etc  home  initrd.img  initrd.img.old  lib  lib32  lib64  libx32  lost+found  media  mnt  opt  proc  root  run  sbin  srv  sys  tmp  usr  var  vmlinuz  vmlinuz.old

Ainsi o peut remonter indéfiniment dans l'arborescence avec ../../ ou ../../../ et ainsi de suite.

[email protected]:/etc/nginx$ ls ../../../
bin  boot  dev  etc  home  initrd.img  initrd.img.old  lib  lib32  lib64  libx32  lost+found  media  mnt  opt  proc  root  run  sbin  srv  sys  tmp  usr  var  vmlinuz  vmlinuz.old
Lister les fichiers du répertoire courant ou le répertoire parent avec la commande ls de Linux

Lister les fichier du répertoire /root ou /home de l'utilisateur

Pour lister les fichier du répertoire /root :

ls /root

Si vous êtes identifié avec un utilisateur non root, vous devez utiliser la commande sudo :

sudo /root

Pour lister les fichiers du répertoire /home d'un utilisateur, indiquez le répertoire /home suivi du nom de l'utilisateur.
Par exemple pour lister le contenu de l'utilisateur malekalmorte et debian :

ls /home/malekalmorte
ls /home/debian

Si vous souhaitez le faire sur votre répertoire utilisateur, vous pouvez utiliser ~ :

[email protected]:/etc/nginx$ ls ~/
image2.img  image3.img  image.img  Ubuntu.txt

Lister que les répertoires sans les fichiers

Pour ne lister que les répertoires sans les fichiers, utilisez l'option -d suivi de */ :

ls -d */
Lister que les répertoires sans les fichiers avec la commande ls de Linux

Mais Il est possible de ne lister que les répertoires avec la commande ls en le combinant avec la commande grep.
Pour cela, il faut lister que les entrées qui débutent par un d.
On peut facilement le faire en capturant ^d avec grep.

[email protected]ux:/$ ls -lh /etc|grep ^d
drwxr-xr-x 2 root root   4.0K Aug 14 15:40 alternatives
drwxr-xr-x 3 root root   4.0K Jul 15 19:47 apache2
drwxr-xr-x 3 root root   4.0K Aug 14 15:30 apparmor
drwxr-xr-x 7 root root   4.0K Aug 14 15:30 apparmor.d
drwxr-xr-x 7 root root   4.0K Aug 14 15:25 apt
drwxr-xr-x 2 root root   4.0K Aug 14 15:30 bash_completion.d
drwxr-xr-x 2 root root   4.0K Mar 18 19:59 binfmt.d
drwxr-xr-x 3 root root   4.0K Jun 24 11:46 ca-certificates
drwxr-xr-x 2 root root   4.0K Jun 24 11:47 calendar
drwxr-xr-x 4 root root   4.0K Jul 15 01:02 cloud
drwxr-xr-x 2 root root   4.0K Aug 14 15:37 cron.d
drwxr-xr-x 2 root root   4.0K Aug 14 15:37 cron.daily
[...]

Lister la taille de fichiers avec la commande ls

Par défaut lorsque vous utilisez la commande ls avec l'option -l, les tailles de fichiers sont en octets.
Ce qui n'est pas forcément facile à lire pour un humain.

[email protected]:~$ ls -l
total 2705092
-rw-r--r-- 1 debian debian  250000000 Aug 15 14:57 image2.img
-rw-r--r-- 1 debian debian   20000000 Aug 15 14:58 image3.img
-rw-r--r-- 1 debian debian 2500000000 Aug 15 14:57 image.img
-rw-r--r-- 1 debian debian        267 Aug 14 14:12 Ubuntu.txt

Pour rendre la sortie lisible pour un humain, ajoutez l'option -h.
Les tailles de fichiers s'affichent alors en KiloOctet, Megaoctet, Gigaoctet ou Teraoctets, ...

[email protected]:~$ ls -lh
total 2.6G
-rw-r--r-- 1 debian debian 239M Aug 15 14:57 image2.img
-rw-r--r-- 1 debian debian  20M Aug 15 14:58 image3.img
-rw-r--r-- 1 debian debian 2.4G Aug 15 14:57 image.img
-rw-r--r-- 1 debian debian  267 Aug 14 14:12 Ubuntu.txt

Afficher les fichiers cachés avec la commande ls

Par défaut, la commande ls n'affiche pas les fichiers cachés. Sur Linux, un fichier caché est n'importe quel fichier qui commence par un point (.).
Pour afficher tous les fichiers, y compris les fichiers cachés, utilisez l'option -a :

[email protected]:~$ ls ~/
image2.img  image3.img  image.img  Ubuntu.txt

[email protected]:~$ ls -a ~/
.  ..  .bash_history  .bash_logout  .bashrc  .config  .gnupg  image2.img  image3.img  image.img  .joe_state  .lesshst  .mysql_history  .profile  .ssh  Ubuntu.txt  .viminfo  .wp-cli

Tri de la sortie de ls

Par défaut, la commande ls trie les fichiers par ordre alphabétique.
Elle propose quelques options de trie comme par taille de fichiers, date de fichiers.
Enfin l'option -r permet d'inverser le tri.

Inverser l'ordre alphabétique

Pour lister les fichiers dans l'ordre inverse alphabétique :

ls -1r

Ou avec la liste des format long :

ls -lr

Par défaut, les fichiers et les dossiers sont triés ensemble. Si vous préférez trier les dossiers séparément et être affiché avant les fichiers, vous pouvez utiliser la première --group-directories-first.

ls -lr /etc/ --group-directories-first

Par taille de fichiers

Vous pouvez trier le contenu par taille du fichier avec la plus grande taille répertoriée en premier, en utilisant l'option -S.

ls -R

Vous pouvez trier la sortie pour afficher d'abord le fichier le plus petit en utilisant l'option inverse (-R) :

ls -Rr

Par date de modifications de fichiers

Afin de trier le contenu de la dernière heure modifiée, vous devez utiliser l'option -t :

ls -lht

Pour lister les fichiers dans l'ordre inverse de la date de modifications de fichiers :

ls -lhtr

Par extensions de fichiers

Une autre option (-X) offre la possibilité de trier par extension.
Cela vous permet d'afficher des fichiers groupés par des extensions.

ls -lX

Trier ls avec sort

Mais pour trier sur une autre donnée, il faut l'utiliser avec la commande sort.

Pour trier par une colonne particulière, utilisez la commande sort en spécifiant la colonne ou le numéro de champ. Donc, pour trier le nom du propriétaire, qui est dans le champ 3 :

ls -l | sort -k 3

Les options suivantes de la commande sort peuvent être utile.
Notez que ce sont les mêmes options que la commande ls :

  • --sort=extension (ou -X ) - Trier l'alphabétiquement par extension
  • --sort=size (ou-S) - Trier par taille de fichier
  • --sort=time (ou -t) - Trier par délai de modification
  • --sort=version (ou-v) - Sorte de version naturelle.

Liste des sous-répertoires récursives

Enfin l'option -R permet de lister un répertoire en récursif.
Cela va donc lister l'intégralité de l'arborescence.

ls -R

L’article La commande ls Linux : utilisation et exemples est apparu en premier sur malekal.com.

Installer macOS sous Linux avec un simple script

21 août 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous êtes sous Linux, la vie est belle, mais vous aimeriez parfois lancer certaines applications macOS qui n’ont pas d’équivalent sous votre OS préféré. Ou alors vous aimeriez tout simplement tester l’OS d’Apple, car vous êtes curieux de tout ce qui se fait en informatique ?

Pas de souci, j’ai ce qu’il vous faut.

Il s’agit d’un script Python baptisé mac-on-linux qui permet très rapidement de télécharger une image officielle de macOS et de la convertir en machine virtuelle lancée avec qemu.

Pour ce faire, vous devez installer les outils suivants :

sudo apt install qemu-kvm dmg2img pulseaudio 

Faire un petit lien symbolique :

sudo ln -s /usr/bin/qemu-system-x86_64 /usr/bin/qemu

Et installer python click avec pip :

pip install -U click

Puis aller récupérer les sources du projet comme ceci :

git clone https://github.com/arindas/mac-on-linux-with-qemu.git

Lancez ensuite, le script

./run.sh

Ce script ira télécharger l’image dmg de macOS puis convertira celle-ci en .img avant de créer automatiquement un disque virtuel puis en le déployant sous qemu avant de le lancer.

Si vous rencontrez un problème lors de l’installation, supprimez le répertoire firmware/ et renommez fallback-firmware/ en firmware/. Une fois installés, ne modifiez pas les fichiers du firmware, ils seront automatiquement récupérés par le système installé.

Mettre à jour Debian 10 vers Debian 11 (Bullseye)

18 août 2021 à 14:00
Par : Le Crabe

Debian 11 « Bullseye » – la nouvelle version de la plus célèbre distribution Linux – est disponible depuis le 14 août 2021. Cette nouvelle version propose de nouvelles versions pour de nombreux paquets, de nouvelles fonctionnalités ainsi qu’un support de 5 ans. Vous possédez un ordinateur ou une machine sous Debian 10 et vous souhaitez faire la mise à niveau vers Debian 11 ? Dans ce tutoriel...

Source

Comment afficher le contenu d’un fichier texte sur Linux

18 août 2021 à 14:14

Si vous êtes nouveau à Linux et que vous êtes confiné à un terminal, vous pouvez vous demander comment afficher un fichier dans la ligne de commande.

La lecture d'un fichier dans la borne Linux n'est pas la même que celle du fichier d'ouverture dans le bloc-notes.
Depuis que vous êtes en mode de ligne de commande, vous devez utiliser des commandes pour lire le fichier sous Linux.

Voici plusieurs commandes qui vous permettent d'afficher le contenu d'un fichier dans le terminal Linux.

Comment afficher le contenu d'un fichier texte sur Linux

Comment afficher le contenu d'un fichier texte sur Linux

cat

La commande cat est une commande qui affiche le contenu d'un fichier dans la sortie du terminal.
C'est la façon la plus simple pour lire le contenu d'un fichier en ligne de commandes.

La syntaxe est simple puisqu'il suffit de spécifier le nom du fichier :

cat fichier.txt

Par exemple ci-dessous, on affiche le contenu du fichier test.txt :

Utiliser la commande cat pour afficher le contenu d'un fichier sur Linux

Elle offre beaucoup d'options, par exemple pour afficher les numéros de lignes ou encore pouvoir concaténer des fichiers textes.
Le tutoriel suivant vous guide pour utiliser cat avec de nombreux exemples :

L'une des principales limites est lorsqu'il s'agit d'afficher des fichiers volumineux.
Car on se retrouve alors avec des centaines ou milliers de lignes dans le terminal.
On peut toutefois utiliser la sortie pour rediriger vers grep pour recherche le contenu.
Mais pour afficher le contenu d'un fichier volumineux, il vaut mieux utiliser less.

nl

La commande nl (number lines) fonctionne comme cat pour afficher le contenu d'un fichier dans le terminal.
La seule différence est qu'elle affiche les numéros de lignes.

A noter que cat sait aussi le faire avec l'option -n :

cat -n fichier.txt

less

La commande less affiche le contenu d'un fichier par page.
Elle permet d'utiliser des commandes pour manipuler le fichier.
Par exemple, vous pouvez effectuer des recherches, placer un marquer pour revenir sur une partie du fichier, transférer le contenu vers un éditeur de fichiers.

C'est la commande idéale pour afficher le contenu d'un fichier volumineux car elle donne la possibilité de naviguer complètement dans ce dernier.

Le tutoriel suivant vous guide pour utiliser Less :

Il existe aussi la commande more qui fonctionne un peu de la même manière.

Afficher le contenu d'un fichier avec la commande less sur Linux

more

La commande more est très similaire à less et suit le même but : afficher des fichiers importants dans un terminal.
Cependant elle propose beaucoup moins d'options que son homologue.
Comme souvent avec Linux, il s'agit avant tout de préférences et d'habitudes dans le choix des commandes.

head

La commande head est une autre façon de consulter un fichier texte, mais avec une légère différence.
Elle affiche les 10 premières lignes d'un fichier texte par défaut.
Mais avec des options on peut choisir le nombre de lignes à afficher.
Ainsi, vous pouvez afficher les N premières lignes d'un fichier et même les N dernières lignes d'un fichier.

head -n 2 rose-tatoo.txt
Afficher les N premières lignes d'un fichier avec la commande head sur Linux

tail

La commande tail génère les dernières parties d'un seul fichier ou plusieurs fichiers.
Par défaut, la commande tail imprime les dix dernières lignes des fichiers d'entrée.
Enfin on peut aussi l'utiliser pour la lecture de fichiers journaux en temps réel.

tail [options] [fichier]

Par défaut, elle affiche les 10 dernières lignes d'un fichier :

Comment utiliser la commande tail

Mais on peut très bien afficher le nombre de lignes que l'on souhaite avec l'option -n :

tail -n 5 rose-tatoo.txt

Elle permet même d'afficher les ajouts d'un fichier en temps réel, ce qui est idéal pour suivre les modifications d'un fichier comme un journal.
Plus d'informations :

Combiner les commandes pour afficher le contenu d'un fichier texte

Grâce à la commande pipe, il est possible d'envoyer la sortie d'une commande vers une autre afin de combiner les commandes.
Par exemple, on peut utiliser cat avec grep afin de filtrer le contenu d'un fichier texte et afficher que les lignes avec des mots en particulier.
En clair cela permet de rechercher un motif dans un texte.

Par exemple, nous recherche le mot GPL :

cat /usr/share/common-licenses/GPL-3|grep GPL
Combiner les commandes pour afficher le contenu d'un fichier texte

Autre exemple, avec a commande Head imprime les 10 premières lignes du fichier. Ensuite, la commande tail prend cette sortie et imprime toutes les lignes à partir du numéro de ligne 5. Cela vous donne les lignes de 5 à 10.

head -n 10 rose-tatoo.txt | tail -n +5

On peut aussi jouer sur les colonnes avec sort pour trier, cut pour afficher que les colonnes qui nous interressent.
Et bien d'autres utilisations plus complexes avec awk et sed.

Les commandes de base Linux pour afficher le contenu d'un fichier

CommandesActions
awk / gawkLangage de balayage et de traitement des motifs
catAfficher le contenu d'un fichier
cutSupprimer des sections d'un fichier
grepRechercher l'occurence dans un fichier
headAfficher l'entête du fichier
moreAfficher le contenu d'un fichier page par page
lessComme more mais en plus rapide
lookMontre les lignes commençant par un pattern
nlEcrit chaque fichier sur la sortie standard, avec des numéros de ligne ajoutés
sedRecherche/remplacer, substitution de texte
sortTrier le flux d'entrée
teeLit l'entrée standard et l'écrit à la fois dans la sortie standard et dans un ou plusieurs fichiers
tailAffiche les dernières lignes d'un fichier
trTransforme une liste de caractère en une autre liste
wcAfficher le nombre de lignes d'un fichier texte
Les commandes de base Linux sur les textes

L’article Comment afficher le contenu d’un fichier texte sur Linux est apparu en premier sur malekal.com.

La commande cut de Linux : utilisation et exemples

18 août 2021 à 14:12

La commande cut est l'un des outils de filtrage de texte présents dans Linux et UNIX.
Elle s'utilise pour extraire des colonnes spécifiques des lignes de texte. Vous passez du texte à l'aide de fichiers ou la sortie d'une autre commande à la commande cut.
Ensuite elle imprime les données à la sortie standard du terminal.
Ainsi, vous coupez une ligne par délimiteur, caractère et octet.

Dans ce tutoriel, je vous montre quelques exemples d'utilisation de la commande cut de Linux.

La commande cut de Linux : utilisation et exemples

Comment utiliser la commande cut

Le délimiteur est un espace, une tabulation, une virgule virgule, un côlon ou tout autre caractère utilisé pour séparer les mots dans une ligne.
Par exemple, un point de point est utilisé comme fichier de délimiteur dans /etc/passwd pour la séparation de différentes valeurs. Dans les fichiers CSV, la virgule est utilisée comme délimiteur.
La commande cut prend en compte l'onglet en tant que délimiteur par défaut. Donc, si votre fichier a l'onglet en tant que délimiteur, rien besoin d'utiliser -d option avec la commande CUT.

cut options [fichier]

Voici la liste des options disponible pour la commande cut :

OptionsDescription
-f (- champs)Spécifiez les champs que vous souhaitez extraire.
-c (- caractères)Spécifiez les caractères que vous souhaitez extraire.
-b (- octets)Fournissez les octets que vous souhaitez extraire.
-d (-Délimiteur)Ici, vous spécifiez le délimiteur que vous souhaitez utiliser avec la commande CUT.
Par défaut, l'onglet est considéré comme un délimiteur.
--complementIl est utilisé pour obtenir des colonnes non spécifiées par -f, -c ou -b Options.
--output-delimiterPar défaut, la commande CUT utilise le délimiteur d'entrée en tant que délimiteur de sortie,
mais vous pouvez modifier ce comportement en utilisant cette option.
Les options de la commande cut

Chaque liste est composée d'une gamme ou de nombreuses gammes séparées par des virgules.
L'entrée sélectionnée est écrite dans le même ordre qu'il est lu et est écrit exactement une fois. Chaque gamme est une de:

  • N octet, caractère ou champ, compté de 1
  • N- de N octet, caractère ou champ, à la fin de la ligne
  • N-M de N à M (inclus) octet, caractère ou champ
  • -M de première à la m (inclus) octet, caractère ou champ

Exemples d'utilisation de la commande cut

Dans ce tutoriel nous allons utiliser deux fichiers afin de donner des exemples d'utilisation de la commande cut.
Voici un fichier texte employes.txt

Riveau Alain	1919-05-22	2020-02-01	Directeur des operations
Cavalier Bart	1987-09-09	2020-09-01	Directeur des ventes
Stone Emma	1991-01-30	2021-01-02	Directrice des communication
Trembblay Guy	1962-02-02	2020-08-01	Vendeur

Un autre fichier étudiant.txt au format CSV :

S101,Pierre,91
S102,Vincent,84
S103,Laura,989

Comment extraire un champ

En utilisant l'option -f, vous pouvez spécifier les champs que vous souhaitez extraire.

cut -f 2 employes.txt
1919-05-22
1987-09-09
1991-01-30
1962-02-02

Pour afficher les champs 1 à 3 :

cut -f 1-3 employes.txt
Riveau Alain    1919-05-22      2020-02-01
Cavalier Bart   1987-09-09      2020-09-01
Stone Emma      1991-01-30      2021-01-02
Trembblay Guy   1962-02-02      2020-08-01

ou encore :

cut -f -3 employes.txt
Riveau Alain    1919-05-22      2020-02-01
Cavalier Bart   1987-09-09      2020-09-01
Stone Emma      1991-01-30      2021-01-02
Trembblay Guy   1962-02-02      2020-08-01

Pour afficher du 2e au dernier champ, vous devez taper :

cut -f 2- employes.txt
1919-05-22      2020-02-01      Directeur des operations
1987-09-09      2020-09-01      Directeur des ventes
1991-01-30      2021-01-02      Directrice des communication
1962-02-02      2020-08-01      Vendeur

ou encore :

cut -f 2-4 employes.txt
1919-05-22      2020-02-01      Directeur des operations
1987-09-09      2020-09-01      Directeur des ventes
1991-01-30      2021-01-02      Directrice des communication
1962-02-02      2020-08-01      Vendeur
Exemples d'utilisation de la commande cut

Comment couper en fonction d'un délimiteur

Par défaut, le délimiteur est la tabulation mais les fichiers peuvent utiliser d'autres séparateurs de colonnes (espace, virgule, apostrophes, ...).
Ainsi la commande vous permet de spécifier un délimiteur grâce à l'option -d.

Le fichier etudiant.txt est au format CSV, le délimiteur est la virgule.
On utilise donc l'option -d pour indiquer d'utiliser la virgule comme séparateur.

cut -d ',' -f 2 etudiant.txt
Pierre
Vincent
Laura
*

Comment compléter la sélection dans la commande cut

Supposons que vous souhaitiez sélectionner des champs qui ne sont pas spécifiés avec l'option -f, dans ce cas, utilisez l'option --complement.
Cela permet de retirer les champs d'une liste.

[email protected]:/tmp$ cut -f 1 employes.txt
Riveau Alain
Cavalier Bart
Stone Emma
Trembblay Guy

[email protected]:/tmp$ cut -f 1 --complement employes.txt
1919-05-22      2020-02-01      Directeur des operations
1987-09-09      2020-09-01      Directeur des ventes
1991-01-30      2021-01-02      Directrice des communication
1962-02-02      2020-08-01      Vendeur
Exemples d'utilisation de la commande cut

Comment spécifier le délimiteur de sortie

Pour indiquer le séparateur de sorite, utilisez l'option --output-delimiter.
Dans cet exemple, nous indiquons d'utiliser la virgule comme séparateur de sortie, ainsi, on obtient un fichier CSV en sortie.

cut -f 1,2,4 --output-delimiter=',' employes.txt
Riveau Alain,1919-05-22,Directeur des operations
Cavalier Bart,1987-09-09,Directeur des ventes
Stone Emma,1991-01-30,Directrice des communication
Trembblay Guy,1962-02-02,Vendeur

Comment extraire des champs par des caractères et des octets

Chaque personnage ASCII occupe 1 octet alors que les caractères de Unicode ont besoin d'un octet à 4 octets pour la représenter.
La plupart du temps, vous trouverez que les options -b et -c produiront le même résultat.

Par exemple, pour extraire les 3 premiers octets :

cut -b 1,2,3 employes.txt
Riv
Cav
Sto
Tre

Comme 1 caractère = 1 octet, l'utilisation de l'option -c donne le même résultat :

cut -c 1,2,3 employes.txt
Riv
Cav
Sto
Tre

Pour extraire les 10 premiers octets :

cut -b 1-10 employes.txt
Riveau Ala
Cavalier B
Stone Emma
Trembblay

Pour extraire les 10 à 20 premiers caractères :

cut -c 10-20 employes.txt
ain     1919-05
Bart    1987-0
a       1991-01-3
Guy    1962-0
Exemples d'utilisation de la commande cut

Quelques exemples d'utilisations de cut

On peut combiner la commande cut avec d'autres commandes pipe.
Pour lister les noms (première colonne) par ordre alphabétique et de manière unique :

cat employes.txt |cut -f 1|sort -n|uniq
Cavalier Bart
Riveau Alain
Stone Emma
Trembblay Guy

Si l'on veut rediriger le résultat vers un autre fichier, on utilise le caractère > suivi du nom du fichier :

cat employes.txt |cut -f 1|sort -n|uniq > nom.txt

Le séparateur du fichier /etc/passwd est :
Ainsi, si on veut extraire la première colonne soit donc la liste des utilisateurs Linux :

cut -d':' -f 1 /etc/passwd
root
daemon
bin
sys
sync
games
man
lp
mail
news
uucp
[...]

Pour afficher l'historique des commandes bash sans les chiffres.
Pour cela, on utilise la commande cut pour afficher à partir du 8e caractères.

history | cut -c 8-

L’article La commande cut de Linux : utilisation et exemples est apparu en premier sur malekal.com.

❌