FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 20 octobre 2021Flux principal

Un thème Geocities pour Bootstrap

20 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Le bon goût en matière de site web nous a quitté le 26 octobre 2009 avec la fermeture de Geocities.

Geocities, pour les plus jeunes d’entre vous, était un service gratuit de création de pages perso, lancé en 1994 à l’époque où les sites web n’étaient pas commerciaux, où les blogueurs comme moi s’appelaient webmasters et où les réseaux sociaux et leurs hordes de cons-plotistes n’existaient pas encore.

La bonne époque donc.

Et bien je vous propose de faire revivre cet âge d’or et de bon goût grâce à ce thème « Geo » pour Bootstrap qui vous permettra de donner un look de furieux à votre site.

Ainsi pourquoi ne pas proposé avec votre thème clair et votre thème sombre, un 3e thème : le thème moche !

Comic Sans MS, couleurs criardes, GIFs animés, fond de page qui flash, tableaux, et petites icônes Netscape ou « Site créé avec Notepad« , les formulaires et j’en passe.

Tout y est !

À découvrir ici sur Github.

À partir d’avant-hierFlux principal

Comment télécharger et utiliser Metamask ?

19 octobre 2021 à 15:45
Par : Korben

Cet article n’est en aucun cas un conseil en investissement, mais simplement la présentation d’un projet technique autour de la blockchain.

Qu’est-ce que Metamask ?

MetaMask est l’une des extensions navigateur les plus connues servant à stocker votre Ethereum et d’autres jetons ERC-20 / ERC-721 (pour les NFTs, coucou les cryptokitties !!), mais également servant à interagir avec des applications décentralisées (DApps).

C’est donc un wallet (portefeuille cryptomonnaies) qui se présente sous la forme d’une extension Chrome, Firefox, Edge, Brave gratuite et sécurisée. Elle permet aux applications web de lire et d’interagir avec la blockchain d’Ethereum ou d’autres blockchains comme la Binance Smart Chain.

Metamask a été lancé en 2016 la société ConsenSys de Joseph Lubin, un nord-américain qui a été l’un des premiers investisseurs dans Ethereum.

Pourquoi utiliser l’extension Metamask ?

Il existe de très nombreux wallets pour les cryptos mais ils ne sont pas forcement tous supportés par les applications décentralisées ni tous très simple à prendre en main pour les utilisateurs. Comme Metamask est la référence, forcément, vous n’aurez pas de souci lorsque vous vous connecterez pour la première fois à un DEX (Exchange Décentralisé) ou tout autre DApp.

Et surtout Metamask est open source. Vous pouvez donc consulter son code ici et il est audité en permanence par les développeurs et des chercheurs en sécurité du monde entier. D’ailleurs, Metamask compte plus de 3 millions d’utilisateurs par mois (chiffre d’avril 2021).

N’oubliez quand même que c’est un wallet logiciel, donc si vous perdez la clé ou si vous vous faites pirater votre ordinateur, vous risquez de perdre vos cryptomonnaies. Il y a donc quelques petites notions de sécurité à savoir, mais ça je vous en parle plus tard.

Quelles crypto peut-on mettre sur son wallet Metamask ? (Ethereum, Binance Smart Chain…)

Metamask supporte tous les tokens (jetons) basés sur Ethereum. Ce sont donc des jetons de type ERC-20, ERC-721…etc. de la blockchain Ethereum, mais également de toutes les blockchains compatibles Ethereum comme la BSC (Binance Smart Chain capable de faire du smart contract tout comme Ethereum).

Où télécharger Metamask pour Chrome, Firefox, Edget et Brave ?

Alors attention lorsque vous téléchargez Metamask. Il y a beaucoup de faux sites qui vous proposent un download donc méfiance. Une seule adresse à connaître pour télécharger Metamask en toute sécurité : le site officiel Metamask.io.

Comment fonctionne et comment utiliser Metamask ? Le tuto !

Étape 1. Comment installez MetaMask sur votre navigateur.

Pour créer un nouveau portefeuille, vous devez d’abord installer l’extension. Vous pouvez la trouver sur les stores d’extension de vos navigateurs Chrome, Firefox, Brave ou Edge, mais le plus simple reste encore de vous rendre directement sur le site de Metamask.io et de cliquer sur « Download Now ».

Cliquez ensuite sur le bouton « Install Metamask ».

Cela vous redirigera vers le bon store d’extensions. Ajoutez ensuite l’extension à votre navigateur en cliquant sur le bouton « Ajouter à Chrome ».

Étape 2. Créez un compte sur l’addon.

Normalement, dès l’installation, Metamask doit vous afficher une page pour commencer la configuration de l’extension, mais si ce n’est pas le cas, vous pouvez cliquer sur la petite icône de l’extension dans le coin supérieur droit pour ouvrir MetaMask.

Cliquez ensuite sur le bouton « Démarrer ».

Metamask vous demandera alors si vous êtes nouveau. Si vous aviez déjà un compte Metamask, cliquez sur le bouton « Importer le portefeuille ».

Vous devriez avoir une seed obtenue lors de votre précédente installation, c’est-à-dire une phrase mnémotechnique à entrer à nouveau dans Metamask pour déverrouiller l’accès au portefeuille.

Maintenant, si c’est la première fois que vous créez un compte Metamask, cliquez sur « Oui, passons à la configuration » pour créer un nouveau portefeuille.

L’outil vous demandera alors si vous acceptez la collecte de données anonymes afin d’améliorer le service. Peu importe ce que vous choisissez. Pour ma part, je vais cliquer sur « No thanks » (non merci).

À ce moment-là, Metamask vous demande de créer un mot de passe. C’est un mot de passe utilisé uniquement localement pour protéger l’accès à votre wallet au cas où quelqu’un accéderait à votre ordinateur. Attention, il ne s’agit pas de votre seed.

Une seed ou « Phrase de sauvegarde » est une suite de mots clés qui vous permettra de restaurer l’accès à votre portefeuille. C’est donc quelque chose de primordial à sauvegarder et à ne communiquer à PERSONNE ! JAMAIS !

Votre seed phrase vous sera alors communiquée. Cliquez sur la zone grise avec le petit cadenas pour la voir et la sauvegarder. Le mieux est de conserver cette liste de mots dans un gestionnaire de mots de passe. Ne la gardez pas en clair dans votre ordinateur. Vous pouvez aussi l’écrire sur une feuille la ranger dans un endroit sûr. Certains utilisateurs s’amusent même à la diviser en plusieurs phrases réparties sur plusieurs feuilles de papier cachées à des endroits différents.

Vous pouvez aussi tout simplement la mémoriser, mais là, attention aux trous de mémoire.

Metamask vous demandera ensuite de confirmer votre phrase de sauvegarde. Vous n’avez qu’à cliquer sur les mots dans le bon ordre pour passer à l’étape suivante. Cette procédure permet de s’assurer que vous avez bien conservé une sauvegarde de cette phrase.

Et voilà, félicitations, votre portefeuille est fonctionnel. Vous disposez alors d’une adresse de portefeuille commençant par 0x…

Comment transférer des cryptos sur Metamask ?

Maintenant en cliquant sur l’icône de Metamask dans le coin supérieur droit, vous verrez apparaître votre portefeuille. Vous avez actuellement 0 ETH donc il va falloir alimenter votre compte en Ether. Metamask propose des moyens d’acheter des Ether en cliquant sur le bouton « Buy ».

Autrement, vous pouvez acheter des ETH sur le site de Bitpanda, Binance ou sur LiteBit puis les envoyer à l’adresse de votre portefeuille Metamask

Vous trouverez cette adresse de réception en cliquant ici.

L’extension de navigateur MetaMask sera toujours disponible dans la barre d’outils de votre navigateur, et vous pourrez la connecter aux différents sites sur lesquels vous voudrez vendre ou acheter vos NFT.

Avec Metamask, vous pouvez donc acheter des Ethereum, en envoyer, en recevoir et également en swapper, c’est-à-dire échanger une cryptomonnaie contre une autre cryptomonnaie. Vous pouvez également signer numériquement des autorisations si certains sites web l’exigent.

Maintenant si vous formatez votre ordinateur et que vous voulez restaurer votre portefeuille Metamask, vous n’aurez qu’à recommencer cette procédure en entrant la phrase de récupération que vous avez précieusement sauvegardée et vous retrouverez l’accès à votre portefeuille et à vos fonds.

Comment se connecter avec Metamask à Binance DEX ?

Malheureusement, Binance DEX, la version décentralisée de Binance ne supporte pas Metamask. C’est une volonté de Binance pour pousser uniquement son Wallet dispo sur Chrome aux utilisateurs de la blockchain. Donc si vous voulez connecter votre Wallet avec Binance Dex, il faut installer Binance Chain Wallet ou un autre wallet mobille comme Trust Wallet ou SafePal.

Comment se connecter à PancakeSwap avec Metamask ?

Mais pourquoi aller sur Binance pour faire de la DeFi (Finance décentralisée) quand on peut aller sur PancakeSwap ?

Cliquez ici pour aller sur PancakeSwap puis cliquez sur le bouton « Connect Wallet » qui se situe en haut à droite du site.

Au moment de la connexion, il vous demandera de choisir un wallet. Ici ce sera donc Metamask.

Et également d’ajouter le réseau Binance Smart Chain Mainnet. Rien de compliqué, vous approuvé et c’est rajouté.

Et voilà, vous êtes connecté à PancakeSwap.

Vous l’aurez remarqué, pas besoin de vous créer un compte avec un login / mot de passe, ni d’entrer la moindre information personnelle. C’est là tout l’intérêt de la DeFi. Vous êtes anonyme et responsable de vos fonds. C’est vos clés de chiffrement qui font la loi.

D’où l’importance de mettre en sécurité votre seed. (petit rappel OKLM)

Une fois que vous aurez effectué vos premières transactions, vous pourrez les voir dans l’onglet « Activity » au sein de Metamask. Attention, il s’agit uniquement des transactions effectuées depuis votre ordinateur et pas TOUTES les transactions liées à votre adresse 0x.

Comment ajouter la Binance Smart Chain dans Metamask ?

Ici 2 méthodes possibles : La première c’est aller sur PancakeSwap et de connecter votre wallet comme je vous l’ai montré ci-dessus. Ça se fera tout seul et vous pourrez alors consulter le solde et faire des transactions sur la BSC.

La seconde possibilité c’est de l’ajouter manuellement. Pour cela, allez dans les options de Metamask -> Réseau et cliquez sur « Ajouter un réseau« .

Entrez ensuite les informations suivantes :

  • Nom du réseau : Binance Smart Chain Mainnet
  • URL du Réseau : https://bsc-dataseed1.ninicoin.io
  • ID de la chaine : 56
  • Symbole : bnb
  • URL de l’explorateur de blocs : https://bscscan.com

Comment ajouter un jeton non listé sur Metamask ?

Par défaut, Metamask reconnait beaucoup de Token. Mais si vous voulez en ajouter un qui n’est pas encore listé, pas de panique c’est possible. Voici comment.

Ouvrez Metamask et cliquez sur « Import Token ».

Il vous faudra l’adresse de contrat du jeton à ajouter. Vous le trouverez sur des sites comme Bscscan, mais attention à celui que vous sélectionnez, car il y en a également des faux / copies / arnaques. Donc soyez toujours bien sûr que le contrat et le bon et correspond à ce qui est communiqué par les porteurs officiels du projet.

Vous indiquez le symbole du jeton, puis le nombre de décimales dont vous avez besoin et voilà ! Ainsi vous aurez vos tokens ajoutés dans Metamask.

Notez que votre wallet peut recevoir des jetons ERC-20 (fongible) et ERC-721 (non-fongible) ou jetons compatibles comme le BEP-20 (fongible), le BEP-721 (non-fongible) et le BEP-1155 qui mixe les deux. Et pas besoin d’ajouter le token comme je viens de vous le montrer pour en recevoir via vos transactions.

Votre wallet peut TOUT recevoir, mais pour voir les montants de ce que vous avez reçu, ce sera ajouté automatiquement dans Metamask si la valeur est listée. Sinon, il faudra l’ajouter manuellement comme ce que je viens de vous montrer.

Et si vous n’avez vraiment pas envie de vous compliquer la vie, il existe un site baptisé Chainlist qui permet d’ajouter d’un simple clic le réseau de votre choix.

Comment sécuriser son Metamask, mon avis ?

La sécurité de Metamask passe selon moi par 2 aspects.

Le premier est bien évidemment la mise en sécurité de votre seed (Phrase de sauvegarde). Cette seed doit être conservée en lieu sûr, et n’être accessible en clair que de vous. Cela peut être votre gestionnaire de mot de passe préféré ou un coffre à la banque (non j’rigole !).

Comme Metamask est ce qu’on appelle un « hot wallet », c’est-à-dire un portefeuille logiciel, le plus gros risque c’est que votre ordinateur soit défectueux / piraté / prenne feu. Pour l’ordinateur qui tombe en panne ou prend feu, si vous avez votre seed, rien de dramatique. Il suffit de restaurer votre compte.

Mais si vous êtes négligeant sur la sécurisation de votre PC / Mac, un malware ou une personne mal intentionnée pourrait accéder à votre wallet et détourner vos fonds. Vous devez donc prendre soin de votre hygiène numérique. C’est-à-dire ne pas installer n’importe quoi et disposer d’un antivirus. Je vous invite fortement à lire ce guide que j’avais écrit sur le sujet de la sécurité personnelle.

Veillez également à ne pas connecter votre Metamask sur n’importe quel site. Car c’est sites pourraient faire approuver des smarts contracts malicieux et vous vous feriez voler vos cryptomonnaies.

Comment restaurer / récupérer un compte Metamask ?

Pour récupérer un compte Metamask, il suffit d’installer Metamask et arrivé à cette étape de la configuration du plugin, de cliquer sur « Non, j’ai déjà une phrase mnémotechnique ». Et de rentrer votre seed.

Et voilà, vous aurez à nouveau accès à vos cryptomonnaies.

Comment swapper avec Metamask ?

Chose amusante, Metamask embarque son propre système de Swapping. Alors qu’est-ce que le swapping ?

Derrière ce terme barbare, rien de bien compliqué. Il s’agit simplement d’échanger des jetons contre d’autres jetons. Plus besoin de passer par un exchange centralisé pour faire vos transactions et vous gardez le contrôle de vos données.

Le swapping de Metamask permet d’avoir les meilleurs tarifs, car il consulte en temps réel différents agrégateurs et places de marché. Évidemment, Metamask prend des frais de service qui sont de 0,875 %. Frais qui sont ensuite réinvestis dans le développement du plugin.

Comment connecter sa Ledger sur Metamask ?

Pour rappel, un Ledger ou Trezor est un wallet hardware utilisé pour conserver votre clé privée crypto et ainsi accéder à vos fonds.

C’est hyper simple ! Il suffit d’aller dans les options de Metamask et de cliquer sur « Connecter un portefeuille hardware« 

Ensuite, vous aurez le choix de connecter un Ledger ou Trezor (cold wallet).

Et voilà, vous pourrez ainsi profiter de la DeFi et des exchanges décentralisés et autres DApps avec votre clé hardware. Selon moi, c’est le meilleur des 2 mondes puisqu’un d’un côté vous aurez accès à tous les services compatibles avec Metamask sans mettre en danger vos fonds en crypto dans un hot wallet.

Et Metamask mobile (Android / iOS) ?

Oui, Metmask est également disponible sur nos smartphones pour iOS et Android. Perso, je ne suis pas un grand fan de la version mobile. Je trouve qu’elle ne fonctionne pas super bien et je lui préfère Trust Wallet ou SafePal.

De plus, je n’ai pas trop confiance dans les smartphones pour conserver des cryptomonnaies.

Bref, vive les wallets hardware comme Ledger ou Trezor.

Revolt – Comme Discord mais en open source

19 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Envie de faire la révolution ? De combattre un système propriétaire à armes égales en utilisant du logiciel libre ?

Alors pourquoi ne pas vous intéresser à Revolt, une plateforme de messagerie instantanée qui reprend l’UX et l’UI de Discord, sauf que c’est totalement open source et maintenu par une communauté très active qui propose donc cette plateforme à installer côté serveur, mais également des clients, des API, un serveur vocal, un serveur de fichiers, une application desktop…etc., etc., le tout dans presque toutes les langues de la terre.

Le projet a été lancé en 2019 par 3 étudiants et depuis, il commence à rencontrer son petit succès avec quelques serveurs (les serveurs français ont d’ailleurs des noms rigolos). Pour déployer Revolt sur votre serveur, il vous faudra un serveur équipé de Node, Rust, Docker…etc.

Le serveur API de Revolt s’appelle Delta et vous pourrez la trouver ici. Et le premier client s’appelle Revite et il est dispo là. Vous pouvez d’ailleurs avoir une démo ici : https://app.revolt.chat/

Il existe également quelques bots, dont un qui permet de faire passerelle entre Discord et Revolt.

On est encore à des années lumières d’un vrai Discord mais les fans de logiciels libres vont s’éclater à mettre ça en place sur leur serveur et monter leurs communautés alternatives.

Par contre, ce n’est ni décentralisé ni fédéré. C’est juste un gros script que vous pouvez déployer sur votre serveur et sur lequel vos utilisateurs pourront créer leurs espaces de discussion.

À découvrir ici.

Télécharger L0phtcrack et comment l’utiliser ?

18 octobre 2021 à 11:33
Par : Korben

L’histoire de L0phtcrack

L0pthcrack est sorti en novembre 1997. À l’époque, c’était l’un des premiers outils d’audit de mots de passe du système d’exploitation Windows. « Audit » pour ne pas dire « cracking » car à l’époque, il y avait quand même plus de hackers que d’experts en sécurités légaux. Ainsi, un mot de passe Windows de 8 caractères était facilement crackable en moins de 24h avec un petit PC de l’époque (genre un Pentium 100 Mhz) grâce a une technique de bruteforce.

À cause ou grâce à L0pthcrack, Microsoft a même changé son algorithme de hashage de passwords Windows de l’époque (LANMAN) pour passer à NTLM. Évidemment, L0phtcrack s’est ensuite adapté pour proposé également le support de NTLM. Au début de sa vie, le logiciel n’était qu’un proof of concept qui rassemblait un moteur de cracking développé par Mudge (Peter Zadko), une interface graphique développée par Weld Pond et des petits bouts de softs tiers comme PWDUMP de Jeremy Allison.

La version 1.5 de L0pthcrack sortie en décembre 1997 a été rapidement le tournant de quelque chose de plus commercial, de mieux finalisé. Enfin un outil de pentest tout-en-un avec une interface graphique ! Autant dire une révolution pour l’époque !

Une grosse nouveauté en 2001 a été de proposer du cracking distribué, c’est-à-dire utilisant la puissance de plusieurs machines. L0phtcrack a ensuite été décliné en plusieurs versions et vendu sous licence.

Ce fut vrai succès jusqu’en mai 2001 où L0pht Heavy Industries a fusionné avec la société de sécurité @Stake. À partir de là, les mises à jour ont été beaucoup plus espacées, jusqu’au rachat de la société @Stake par Symantec en 2004.

4 années passent et le 31 décembre 2008, L0phtcrack est racheté par ses créateurs Mudge (Peter Zatko), Chris Wysopal (Veracode), et Christien Rioux de Symantec. Le logiciel d’audit de mots de passe revient alors sous pavillon L0pht Heavy Industries. Puis en 2020, la société Terahash rachète L0phtCrack.

Comme vous pouvez vous en douter, ça se passe mal et L0phtCrack est alors racheté une nouvelle fois par ses fondateurs via une holding (L0pht Holdings). Les développements sont alors totalement gelés et L0phtcrack n’évoulue plus.

Puis, surprise ! Le 17 octobre 2021, L0phtcrack passe en open source ! L’outil utilise toujours du brute force et des dictionnaires (tables rainbow) et peut coupler les 2 méthodes pour mener à bien des attaques hybrides (hybrid attacks) sur des mots de passe Windows et des mots de passe Linux. Évidemment, vous pouvez sélectionner les méthodes dont vous avez besoin.

Où télécharger L0phtcrack ? Download gratuit et pas besoin de crack !

Pour télécharger et installer L0phtcrack, vous devez être équipé d’un ordinateur sous Windows et vous rendre sur cette URL.

Vous y trouverez le code source de L0phtcrack, mais également des versions compilées (.exe) pour Windows 32 bits et 64 bits. Comme l’outil est distribué en open source, il est devenu gratuit et vous n’avez plus besoin de crack pour L0phtcrack 😉 .

D’ailleurs, les sources sont ici sur Gitlab (un concurrent de Github dont j’ai déjà parlé ici.)

Comment utiliser Lophtcrack sous Windows 7, 10 et 11 ? Le tutoriel !

Pour utiliser L0phtcrack, rien de plus simple. Lancez l’outil et cliquez sur le bouton « Password Auditing Wizard ».

Le Wizard est tout simplement un assistant qui vous guidera étape par étape pour vous permettre d’auditer / cracker les mots de passe Windows d’une machine.

La première question qui vous sera posée c’est sur quel système d’exploitation vous voulez récupérer les hashs de mots de passe. Car oui, avec L0phtcrack, vous pouvez également audit des mots de passe Unix / Linux en plus de Windows.

Pour ce tutoriel L0phtcrack, j’ai choisi une machine Windows. Sélectionnez ensuite la machine sur laquelle vous voulez procéder à l’attaque. Ça peut être la machine locale, mais également une machine distante sur laquelle vous pouvez agir (vous devez être admin et la machine doit être dans un domaine).

Vous pouvez également porter l’attaque sur un dump réalisé avec PWDump, FGDump…etc.

À ce moment-là vous devez indiquer un compte Windows capable de procéder à l’extraction des hash du Windows. C’est un compte admin local ou distant.

À vous ensuite de choisir le type d’audit que vous voulez mener. Soit un audit rapide avec un petit dictionnaire ou des audits de plus en plus complexes avec bruteforce et attaques hybrides.

Pour le rapport, vous pouvez choisir un export en CSV, HTML ou XML et surtout indiquer si vous voulez ou non que les mots de passe découverts et leurs hashs soient affichés.

Il ne reste plus qu’à lancer l’attaque ou à programmer son lancement à plus tard. Par exemple la nuit quand vous n’utilisez pas votre machine.

Et voilà ! L0phtcrack lancera alors le cracking de mot de passe Windows / Unix. Le reste n’est plus qu’une question de temps et de puissance machine.

J’espère que ce tutoriel vous aura plu.

GitFS – Un système de fichiers basé sur Git

18 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Globalement, grâce à FUSE, il est possible de faire des systèmes de fichiers (FS) à partir de n’importe quoi. Je pense par exemple à FFmepgfs, un système de fichiers qui convertit vos vidéos. A SecureFS ou EncFS qui proposent des systèmes de fichiers chiffrés. Ou encore BTFS qui utilise Bittorrent comme système de fichiers.

Toutefois aujourd’hui, je tiens à vous présenter GitFS.

GitFS est un système de fichiers de type FUSE qui s’intègre totalement à l’outil Git. Ainsi, vous pouvez monter localement la branche d’un dépôt distant, et toute modification apportée aux fichiers sera automatiquement commitée sur le dépôt distant.

Cela permet à des gens qui ne sont pas forcément familiers avec Git, de garder une trace de tous vos fichiers et de leurs évolutions. GitFS permet ainsi la validation automatique des modifications : création, suppression, mise à jour des fichiers et de leurs métadonnées.

Vous pourrez également parcourir l’index ou l’historique des commits, fusionner des fichiers, regrouper les pushs pour réduire le nombre de commits et un cache vous permettra de faire tout cela beaucoup plus rapidement.

Pour l’installer sous Linux :

sudo add-apt-repository ppa:presslabs/gitfs
sudo apt-get update
sudo apt-get install gitfs

Pour l’installer sous macOS :

brew install gitfs

Ensuite, y’a plus qu’à monter le dépôt Git dans le point de montage de votre choix :

gitfs http://your.com/repository.git /mount/directory

Pour plus d’infos, la doc est là.

Utilisez votre smartphone Android / iOS comme webcam

17 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous avez un smartphone Android / iOS et une pénurie de caméra ou de webcam chez vous, j’ai ce qu’il vous faut. Cela s’appelle Droidcam, et c’est une application pour Android / iPhone + client Windows / Linux qui permet de transformer votre smartphone en caméra.

Vous installez Droidcam d’un côté (sur le smartphone), le client qui va bien en allant le télécharger ici et il suffit ensuite de mettre votre ordinateur et votre smartphone sur le même réseau Wifi ou reliés avec un câble USB.

Une fois l’adresse IP de votre smartphone entrée dans le client Windows / Linux, vous verrez alors apparaître le flux vidéo de la caméra du téléphone. Ce flux vidéo sera ensuite exploitable en configurant dans vos outils habituels (Zoom, Skype, OBS…etc) l’utilisation de la webcam Droidcam. Vous pouvez même récupérer le son du micro (même bluetooth).

Dans sa version gratuite, l’outil est très basique mais ça peut dépanner. Notez que le smartphone reste utilisable même si Droidcam est utilisé (en tâche de fond donc…).

Il existe aussi une version pro payante qui vous apportera plus de fonctionnalité sur les contrôles caméra, la qualité du flux…etc

Amusez-vous bien !

Tangram – Organisez et exécutez vos applications web

15 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous vous souvenez de Multi sous macOS qui permet de transformer n’importe quel site web en application ? Ou encore de Franz qui permet de regrouper tous ces services web à un seul endroit ? Et de l’outil libre Rambox ?

Et bien aujourd’hui je tiens à vous présenter Tangram qui n’est ni plus ni moins qu’un navigateur pour Linux permettant de regrouper tous les services web que vous utilisez le plus souvent au sein d’une même application. L’une des forces de Tangram étant de pouvoir accéder au même site avec différents comptes. En effet, chaque onglet est permanent et indépendant des autres.

Très pratique quand vous jonglez entre plusieurs messageries ou réseaux sociaux pour le perso ou le boulot. Tangram propose donc des onglets dans une sidebar, onglets que vous pouvez ordonner comme bon vous semble. Pour faciliter l’affichage des services, vous pouvez également personnaliser le User Agent (desktop ou mobile) en fonction de vos besoins et Tangram propose bien sûr des raccourcis clavier pour maximiser votre productivité.

Les puristes du Linux seront surement déçus, car Tangram est disponible en flatpak mais au moins, ça fonctionnera direct out of the box comme on dit.

Voici la commande d’installation de Tangram :

flatpak install flathub re.sonny.Tangram

Et le dépôt Github se trouve ici.

A la découverte du système de sécurité AJAX

14 octobre 2021 à 06:21
Par : Korben

— En partenariat avec Ajax —

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de recevoir un colis contenant un système de sécurité sans fil de la marque Ajax. Je n’avais pas prévu d’installer une alarme tout de suite, car il n’y a rien qui ait vraiment de la valeur chez moi, mais quand j’ai vu ce qu’Ajax proposait, je n’ai pas pu résister.

La société Ajax est assez connue dans le monde de la sécurité et a remporté de nombreux prix y compris pour son innovation. Quand on souhaite « protéger » son domicile, on peut se tourner soit vers des offres grand public avec télésurveillance intégrée et abonnement, que personnellement je trouve naze, ou vers des systèmes plus domotisés. Mais de la domotique, j’en ai fait beaucoup et il faut être quand même bidouilleur (et aimer ça) pour mettre en place ses modules et créer les bons scénarios de surveillance.

Bref, d’un côté un truc cher de qualité médiocre (c’est mon avis) et de l’autre, un truc de geeks un peu complexe à mettre en place.

Avec Ajax, on a le meilleur des deux mondes. Je vous le dis tout de suite, je pensais que comme avec la domotique, j’allais passer beaucoup de temps dessus et me galérer un peu, mais en fait, PAS DU TOUT. J’ai été très surpris par la rapidité avec laquelle j’ai pu mettre tout ça en place et tout se fait sans fil, directement depuis le smartphone (iOS / Android). Des applications pour Windows et macOS sont également disponibles (Il faudra vous créer un compte pro).

Alors dans ce colis, il y avait vraiment beaucoup de modules, car Ajax protège non seulement votre domicile des intrus, mais vous prévient également en cas d’incendie ou d’inondation. Ainsi, en cas de problème, le système active les sirènes, m’alerte via une application mobile et peut également prévenir une société de télésurveillance (car oui, Ajax est classé comme une alarme professionnelle de Grade 2).

Le Hub 2 Plus

Le Hub 2 Plus, c’est le premier élément à installer pour déployer son système de sécurité. Il s’agit d’une box très fine, noire ou blanche, très design qui se relie au réseau en Wifi et en Ethernet. La redondance des réseaux ici est importante, car votre box doit pouvoir communiquer avec vous.

Et si votre box Internet tombe en panne, et bien deux cartes SIM M2M 3G / 4G (M2M = Machine To Machine) peuvent également être ajoutées dans le hub pour vous prévenir en cas de coupure. En cas de tentative de sabotage (démontage de l’alarme), celle-ci vous préviendra immédiatement. Et s’il y a coupure de courant, pas de souci, le Hub continuera de fonctionner durant 15h à l’aide de sa batterie intégrée.

Évidemment tout est configurable et de base il y a plus de 64 scénarios à votre disposition : vous pouvez par exemple armer automatiquement l’alarme à partir d’une certaine heure. Il peut commander un générateur de fumé pour plonger les intrus dans le brouillard, allumer l’éclairage en cas d’incendie ou encore piloter une électrovanne en cas d’inondation histoire de couper l’eau.

Ajax propose également un système de groupes qui permet de diviser vos locaux ou votre domicile en plusieurs zones pour pouvoir les armer séparément.

Ce qui est cool, c’est que votre installation évoluera en continu, car il y a régulièrement des mises à jour pour renforcer la sécurité, corriger des bugs ou apporter de nouvelles fonctionnalités.

Niveau connexion, j’avais peur que les modules aient du mal à voir la centrale soit parce qu’elle serait trop loin, soit parce que les murs seraient trop épais, mais c’était sans compter sur le protocole radio Jeweller développé par Ajax qui permet à tous les détecteurs de communiquer de manière bidirectionnelle avec le hub, et cela sur une distance pouvant atteindre 2000 mètres. Des contrôles à distance des modules sont effectués régulièrement et en cas de détection positive, les signaux sont transmis au hub en moins d’une seconde.

Évidemment, tout est chiffré afin de limiter les tentatives de piratage ou les fuites de données. Ce qui m’a surpris, c’est également la batterie des différents modules qui peuvent comme ça fonctionner durant des années sans devoir changer les piles.

Je vous le dis, c’est de la folie ce système de sécurité.

MotionCam + MotionCam Outdoor

Le premier module que j’ai installé, c’est donc le MotionCam. Il s’agit d’un détecteur de mouvement équipé d’une caméra. Ce n’est pas une caméra intrusive qui filme en permanence, mais simplement un appareil photo qui prendra quelques photos en cas d’intrusion, les chiffrera et les enverra immédiatement dans le cloud d’Ajax pour que vous puissiez rapidement effectuer une levée de doute (faux déclenchement) depuis votre smartphone. Comme c’est chiffré de bout en bout, Ajax ne peut pas consulter vos photos donc soyez rassuré.

D’ailleurs, Ajax dispose de sa techno Wings pour transmettre via un protocole radio les photos sur de longues distances en moins de 9 secondes. C’est vraiment impressionnant et hyper fluide.

Concernant l’installation du module, vous cliquez sur « Ajouter un appareil » dans l’application Ajax, vous scannez le QR code du module et c’est parti ! Il est immédiatement rattaché au hub et vous pouvez tout de suite le positionner où vous voulez. Il est fourni avec des vis pour le fixer où bon vous semble, mais vu la légèreté du module, vous pouvez aussi le fixer avec du double face un peu costaud pour faire un essai de positionnement.

Le MotionCam peut parfaitement faire son travail même dans le noir complet et détecter du mouvement jusqu’à 12 mètres. L’autonomie est dingue puisqu’avec un jeu de piles, vous partez pour 4 ans. Comme je vous le disais en intro, la portée est bien large puisque vous pouvez l’installer jusqu’à 1700 mètres du hub. Que du confort.

Et tout est bien sûr réglable concernant la sensibilité de la détection. Et rassurez-vous, si vous avez des animaux qui font moins de 20 kg et qui mesurent moins de 50 cm, Ajax saura en tenir compte et ne se déclenchera pas pour rien. Mon chat apprécie 🐱.

Je l’ai installé dans le prolongement salon – couloir et il couvre vraiment toute la distance, c’est impressionnant.

Le MotionCam existe également en version « outdoor » pouvant être placée en extérieur et résistant aux changements de température et à l’humidité.

DoorProtect

Le DoorProtect est un module qui s’installe au niveau des portes et des fenêtres et qui peut ainsi détecter les ouvertures. C’est pratique, car ça permet de faire gueuler la sirène dès le forçage des entrants, et ainsi décourager les intrus d’entrer dans votre domicile.

Et n’allez pas croire que ce petit module puisse être brouillé, car il est équipé également d’un détecteur de brouillage et comme pour les autres modules, toutes ses communications avec le hub sont chiffrées.

Évidemment, installer des Door Protect sur toutes vos fenêtres et vos portes est possible, mais il y encore plus rapide : Le DualCurtain Outdoor.

DualCurtain Outdoor

Le DualCurtain est un module que je n’avais encore vu nulle part. Il s’agit d’un détecteur de mouvement extérieur qui fonctionne comme un rideau invisible. Si ce rideau est franchi et bien, ça sonne !

Comme avec le MotionCam, il ne tiendra pas compte des animaux, par contre si quelqu’un s’approche de vos portes et franchit ce rideau, ça vous prévient immédiatement. Avec ses deux capteurs IR de chaque côté du détecteur, DualCurtain Outdoor est efficace contre les fausses alarmes. Le détecteur ne se déclenche pas si seulement un des capteurs détecte un mouvement. Lorsque les deux capteurs se déclenchent, le détecteur enclenche un algorithme numérique dédié, ELSA, et décide s’il faut ou non déclencher une alarme.

Cela permet de surveiller un périmètre externe sans gêner les occupants de la maison. Vous pouvez par exemple activer ce module uniquement la nuit, pour un sommeil serein.

Sa portée est de 30 mètres et il dispose d’une sécurité anti-masquage. N’espérez pas pouvoir tromper ce détecteur avec un miroir, un bout de carton placé devant ou de la peinture.

Un module similaire baptisé MotionProtect Curtain est également disponible pour l’intérieur du domicile / local.

Mis à part les éléments de détection d’intrusion, Ajax propose également des modules de détection d’incendie et d’inondation.

FireProtect

Comme son nom l’indique, le FireProtect est donc un détecteur de fumée et un détecteur de température qui s’installe au plafond et détecte de la fumé à l’aide d’une caméra avec capteur photoélectrique. Évidemment, s’il n’y a pas de fumé, il peut aussi détecter une augmentation de la température dans la pièce et vous prévenir.

Et si c’est poussiéreux chez vous, pas de souci, il fera la différence et vous indiquera si vous devez passer un petit coup de chiffon sur le détecteur pour le nettoyer.

Comme il s’agit d’un module d’importance vitale, il peut fonctionner sans le hub et signaler l’incendie à l’aide de sa sirène intégrée.

LeaksProtect

Le LeakProtect quand a lui est un détecteur d’inondation. Il peut se glisser partout et en cas de fuite d’eau, il vous prévient, mais peut également piloter automatiquement une électrovanne et couper l’eau. L’eau peut également être coupée directement depuis l’application.

HomeSiren

Bon, c’est bien beau d’avoir tous ces modules et l’application mobile, mais maintenant comment ça se passe pour la sirène ? Et bien en cas d’intrusion, déjà votre smartphone se met à hurler même s’il est en silencieux. Mais le must, c’est la HomeSiren qui se place à l’intérieur de votre domicile soit pour vous avertir par exemple d’un incendie ou d’une intrusion, voire effrayer les intrus si vous êtes absent.

La sirène est autonome grâce à ses batteries, dispose d’une sécurité antifraude / brouillage et vous pouvez régler le volume sonore de la bête. Une LED est également présente en façade pour vous indiquer si l’alarme est active ou non.

SpaceControl et Keypad

Vous l’aurez compris, tout est pilotable avec votre smartphone, mais pour les membres de la famille ou les invités, vous pouvez également dispose d’une télécommande SpaceControl qui permet en un clic d’activer l’alarme, d’activer le mode nuit ou de désarmer l’alarme.

Et le Keypad est un clavier vous permettant de désactiver l’alarme dès que vous entrez dans votre domicile. Il vous protège aussi, car si vous êtes contraint d’entrer votre code, vous pouvez également déclencher une alarme silencieuse qui préviendra vos proches ou la société de surveillance sans déclencher le sirène.

Le Socket

On pourrait se demander ce que vient faire cette prise connectée dans un système de surveillance, mais sachez-le, c’est indispensable !

Pourquoi ?

Au delà de l’aspect confort, le Socket permet de contrôler vos appareils électriques à distance pour par exemple forcer l’extinction du chauffe-eau, de la télévision ou de l’ordinateur qui ne resteront plus en veille, vous faisant faire des économies. Mais cela va encore plus loin, car si l’un de vos appareils présente un défaut électrique, le Socket saura vous avertir, vous permettant d’éviter un souci plus gros. Et comme tout est pilotable, vous pourrez également faire des scénarios pour par exemple allumer les lumières dans le domicile si le DualCurtain extérieur est franchi.

Enfin, cerise sur le gâteau, avec cette prise, vous pourrez mesurer la consommation de vos appareils et ainsi détecter les plus énergivores.

Et les autres modules ?

Et bien Ajax propose encore bien d’autre chose comme des prolongateurs de portée, des relais sans fil, des bridges, des sirènes d’extérieur, des boutons d’urgence…etc.

Conclusion

Vous l’aurez compris, Ajax propose un système de pointe qui non seulement sera efficace contrairement à pas mal d’alarmes grand public et qui en plus est reconnu par les sociétés de télésurveillance. C’est gage de fiabilité, toutefois, même si un débutant peut l’installer et la configurer très facilement, le fabricant recommande une installation professionnelle à tous les utilisateurs : cela permet d’éviter les fausses alarmes et garantit un fonctionnement sans défauts du système dans une situation critique.

Pas besoin d’être geek pour utiliser ce système de sécurité chez vous. Il suffit juste de correctement penser votre installation et voilà.

Perso, je suis convaincu, et je vais continuer à m’équiper chez eux et si le sujet vous intéresse, dites le moi et je ferais d’autres articles sur Ajax. Enfin, si vous cherchez un revendeur Ajax, c’est par ici.

Composez de la musique en 3D

13 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Faire un peu de musique, ça détend. Et maintenant plus besoin d’avoir un DAW comme Ableton pour s’amuser. C’est possible directement depuis le navigateur comme je vous l’ai déjà pouvé dans les articles suivants :

Et aujourd’hui, je tiens à vous présenter LudoTune, un site qui permet de créer des séquences musicales avec des cubes paramétrables. Attention, c’est super amusant mais c’est une sacrée gymnastique pour le cerveau car il faut apprendre à composer dans un espace 3D.

Vous placez ces cubes dans l’espace, vous leur donnez une note, vous associez un instrument et surtout vous les polarisez avec un sens pour que la séquence musicale sache exactement où aller. Et voici ce que ça donne dans une démo :

Ça vous semble un peu gadget ? Alors allez écouter cette création et faites la pivoter avec le bouton droit de votre souris pour l’observer et regarder comment la musique se déplace.

Comment sauvegarder et restaurer vos drivers sous Windows 10 & 11 ?

12 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous avez monté votre propre PC sous Windows, vous avez peut-être passé un peu de temps à sélectionner les bons drivers. En effet, Windows propose par défaut des pilotes génériques pour pas mal de matos, mais les rois et les reines de la config savent qu’entre deux versions d’un même driver ou entre un driver générique et celui du constructeur, on n’a pas forcément les mêmes performances ni les mêmes possibilités.

Seulement, un ordinateur il faut parfois le formater et le réinstaller. C’est-à-dire réinstaller Windows et remettre tous les drivers qu’on avait passé du temps à sélectionner et à installer.

Heureusement, sous Windows 10 et Windows 11, il est possible d’exporter les pilotes en place pour en conserver une sauvegarde et pouvoir les restaurer en cas de besoin. Et cela est possible avec la commande DSIM.

Voici donc comment l’utiliser. Avant tout, créez un dossier sur votre disque dur où vous souhaitez sauvegarder vos drivers (exemple : D:\Drivers sur une clé USB). Puis lancez ensuite un terminal en tant qu’Administrateur puis entrez la commande suivante :

Dism /online /export-driver /destination:D:\Drivers

Chaque driver actuellement utilisé sur la machine sera alors exporté dans ce répertoire.

Ensuite, lorsque vous voudrez restaurer ces pilotes pour les replacer sur un système fraîchement installé, il faudra utiliser la commande suivante :

Dism /online /Add-Driver /Driver:D:\Drivers /Recurse

Ce n’est pas plus compliqué que ça et comme cette commande est intégrable dans vos scripts, ça peut permettre de programmer des sauvegardes régulières de vos drivers.

Enfin, si vous voulez gérer vos sauvegardes de drivers de manière un peu plus visuelle, il existe un utilitaire déjà un peu ancien, mais qui fonctionne très bien qui s’appelle DriveStoreExplorer et qui va vous permettre de lister, ajouter, installer ou encore supprimer des éléments du « driver store » de Windows.

Source

MX Keys Mini – Le clavier minimaliste qui en fait beaucoup

11 octobre 2021 à 14:01
Par : Korben

— Article en partenariat avec Logitech —

Vous le savez, je suis un grand fan des claviers Logitech, le MX Keys étant mon préféré.

Et bien il y a quelques jours, Logitech a sorti son MX Keys Mini, qui est donc une version plus ramassée du MX Keys avec quand même quelques nouveautés sympas.

Comme le MX Keys, la version Mini est un clavier sans fil Bluetooth dont le rétroéclairage s’active à l’approche des mains et qui peut être connecté à 3 appareils différents.

Par exemple, je l’utilise pour mon ordinateur de bureau, mon portable et même mon smartphone, ce qui est super pratique quand on déteste rédiger des SMS avec les pouces.

Comme son grand frère, il dispose d’une autonomie de 10 jours, se charge en USB-C et si vous n’utilisez pas le rétroéclairage, vous pouvez tenir à l’aise 5 mois sans recharger.

Le MX Keys dispose également de touches de fonctions très sympas qui permettent d’activer la dictée vocale, de faire des captures écran, de lancer le module de sélection d’émojis, sans oublier les touches multimédias qu’on retrouve partout et même une touche « Ne pas déranger » pour stopper les notifications sur votre appareil.

Bref, c’est un bon petit clavier qui ne fait pas trop de bruit quand on tapote dessus à la vitesse de l’éclair, et qui offre une saisie hyper fluide.

J’ai dû me réhabituer à un clavier plus petit après l’ERGO K860 mais je dois dire que j’aime bien son style qui me rappelle le clavier d’origine des iMac d’Apple. Et surtout, il prend beaucoup moins de place sur mon bureau, ce qui me libère un peu d’espace pour faire d’autres choses à côté.

Il existe en 2 versions : Mac (Gris) et PC (Gris, rose et graphite) et est vendu 109 euros.

Et si vous me suivez au travers de mon Patreon, et bien bonne nouvelle, je vais bientôt vous en faire gagner un !

Spotify en sait beaucoup sur vous. Voici comment vous protéger.

11 octobre 2021 à 09:01
Par : Korben

Il y a 1 mois, les gens qui me soutiennent via Patreon (merci à vous, vous êtes les meilleurs !) ont eu le droit à ces explications sur la façon de se protéger de la collecte de données effectuée par Spotify.

Cette semaine, je libère donc cette vidéo en espérant qu’elle vous serve, car oui Spotify en sait beaucoup sur nous avec ses trackers et que malgré nos abonnements payants, le service pompait beaucoup de nos données. 

Heureusement, grâce au RGPD, il est possible de sortir un peu de tout ça, mais y’a plein de choses à faire. Donc je vous ai fait une vidéo qui vous permettra de limiter au maximum l’envoi de vos données personnelles à Spotify.

Transformez votre Linux en routeur avec une seule commande

10 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous voulez en faire un routeur capable de vous connecter à Internet, de proposer un hotspot Wifi, de faire office de proxy transparent ou de router convenablement les ports de vos machines virtuelles ou conteneurs ?

Alors bonne nouvelle, si vous avez une vieille machine qui traine dans un coin (ou un Raspberry Pi), vous allez pouvoir le transformer facilement en routeur grâce à cet outil pour Linux nommé Linux-router (lnxrouter).

Ce script appelle à la fois iptables, dnsmasq, hostapd…etc et permet de :

  • Créer un sous-réseau NAT
  • Fournir de l’Internet
  • Proposer un serveur DHCP et Relay Agent
  • Proposer un serveur DNS
  • Avoir de l’IPv6 (derrière le LAN NAT, tout comme IPv4)
  • Créer un hotspot Wifi :
  • Sélectionner le canal du wifi ainsi que son chiffrement WPA2/WPA, WPA2, WPA (pas de WPA3 supporté encore)
  • De créer un point d’accès sur la même interface que celle où vous arrive Internet.
  • Mettre en place un proxy transparent (redsocks)
  • Mettre en place un proxy DNS

Linux Router peut donc être extrêmement utile dans le cas des configurations réseau suivantes :


Internet----(eth0/wlan0)-Linux-(wlanX)AP
                                       |--client
                                       |--client

                                    Internet
Wifi AP(no DHCP)                        |
    |----(wlan1)-Linux-(eth0/wlan0)------
    |           (DHCP)
    |--client
    |--client

                                    Internet
 Switch                                 |
    |---(eth1)-Linux-(eth0/wlan0)--------
    |--client
    |--client

Internet----(eth0/wlan0)-Linux-(eth1)------Another PC

Internet----(eth0/wlan0)-Linux-(virtual interface)-----VM/container

Ainsi pour créer un hotspot wifi, vous n’aurez qu’à entrer la commande suivante :

sudo lnxrouter --ap wlan0 NomPointAcces -p MotDePasse

Pour monter un proxy transparent qui passe par Tor :

sudo lnxrouter -i eth1 --tp 9040 --dns 9053 -g 192.168.55.1 --p6 fd00:5:6:7::

Et spécifier la config suivante dans le fichier torrc

TransPort 192.168.55.1:9040 
DNSPort 192.168.55.1:9053
TransPort [fd00:5:6:7::1]:9040 
DNSPort [fd00:5:6:7::1]:9053

Ou encore créer un proxy transparent pour VirtualBox :

sudo lnxrouter -i vboxnet5 --tp 9040 --dns 9053

Je ne m’étends pas sur toutes les possibilités du soft, mais concrètement, lnxrouter ne fait rien de plus que ce qu’il est possible de faire avec un Linux de base. C’est juste que ce script rend les choses plus simples et plus abordables. Je suis certain que ça vous plaira.

Vous retrouverez le script et la doc sur Github.

Activer / Désactiver le réseau en 1 clic sous Windows

9 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous êtes sous Windows, il peut vous arriver de vouloir couper votre connexion Internet d’un seul clic en cas d’urgence. La plupart des gens éteindront l’ordinateur, d’autres arracheront le câble réseau avec les dents ou pulvériseront la box Internet avec une masse.

Mais pas besoin d’en arriver là. Si vous êtes sous Windows, vous pouvez mettre en place un simple « kill switch » sous la forme d’un raccourci qui désactivera l’interface réseau que vous utilisez. Cela peut être du wifi, de l’Ethernet…etc, ce que vous voulez.

Alors comment ça fonctionne ?

Et bien tout d’abord, notez dans un coin le nom de votre interface réseau. Ici chez moi c’est Ethernet0.

Puis faites un clic droit sur votre bureau et créez un nouveau raccourci.

Entrez ensuite la commande suivante dans le champ prévu à cet effet.

C:\\Windows\\System32\\netsh.exe interface set interface name="NOM_INTERFACE" admin = disabled

Pensez bien à remplacer NOM_INTERFACE par le nom de votre interface réseau et à mettre le paramètre admin = disabled.

Une fois que c’est fait, validez la création du raccourci, puis refaites un clic droit dessus et allez dans les propriétés de celui-ci. Cliquez alors sur le bouton « Avancé » et cochez la case « Exécuter en tant qu’administrateur ». Validez toutes les fenêtres en cliquant sur « OK » et voilà.

En double cliquant sur ce raccourci, votre connexion réseau sera immédiatement interrompue.

Maintenant si vous voulez la réactiver à tout moment, et bien c’est exactement la même procédure sauf qu’au lieu de mettre admin=disabled, et bien vous mettez admin=enabled.

C:\\Windows\\System32\\netsh.exe interface set interface name="NOM_INTERFACE" admin = enable

Et voilà, vous avez maintenant un interrupteur pour activer ou désactiver votre connexion réseau quand bon vous semble en un clic.

Source

Pika Backup – La sauvegarde simple sous Linux

8 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous êtes sous Linux et que vous cherchez un petit utilitaire sympa pour faire des sauvegardes de vos données en toute simplicité, ne cherchez plus.

Basée sur Borg Backup dont j’ai déjà parlé ici, Pika Backup va vous permettre de déclencher une sauvegarde dès que vous insérez un disque externe ou une clé USB.

Pas de sauvegardes programmées pour le moment donc. Notez que Pika Backup est véritablement destiné aux personnes qui veulent sauvegarder uniquement leurs précieux documents. Ce n’est pas un outil qui permet de faire une sauvegarde complète du système. Ce n’est pas non plus un outil qui permet d’exclure certains fichiers.

C’est tout simplement un logiciel qui vous permet de créer des dépôts pour vos sauvegardes, locales ou distantes, évidemment en dédupliquant la donnée comme ce que propose Borg. Ainsi vous gagnerez du temps et de l’espace disque, car la même donnée ne sera pas copiée 2 fois.

Comme tout bon logiciel qui se respecte, Pika permet de chiffrer vos backups et lorsque vous voudrez vous replonger dans vos archives sauvegardées, il suffira de vous balader dans le dépôt de sauvegarde à partir de n’importe quel explorateur de fichiers.

Vous l’aurez compris, Pika est très simple à utiliser, mais également limité. Cela conviendra à des personnes qui ont des choses très spécifiques à sauvegarder et qui ne veulent pas déployer l’artillerie lourde pour quelques documents.

Pika s’installe à l’aide de l’utilitaire Flatpak en passant par cette page ou en entrant simplement les lignes de commande suivantes :

sudo apt install flatpak
sudo apt install gnome-software-plugin-flatpak
flatpak remote-add --if-not-exists flathub https://flathub.org/repo/flathub.flatpakrepo
flatpak install flathub org.gnome.World.PikaBackup

Et voilà !

Devenez un pro à GeoGuessr

7 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

GeoGuessr, vous connaissez ?

C’est un vrai sport sur Twitch. Il s’agit d’un site qui vous propulse dans un endroit aléatoire de la planète en mode Google Streetview et c’est à vous de deviner où vous vous situez.

Plus vous êtes prêt du véritable lieu, mieux vous serez classé.

Évidemment, il n’y a que 4 manières efficaces de gagner :

  • 1/ Avoir une chance de dingue.
  • 2/ Tomber pas loin de chez soi et reconnaitre le paysage
  • 3/ Avoir suffisamment voyagé dans sa vie pour reconnaitre certains endroits. Au moins les pays.
  • 4/ S’entraîner comme un furieux !
J’ai eu une chance de dingue !

Et pour s’entraîner, rien de mieux que GeoTips, un site qui vous propose tout un tas de trucs et astuce pour GeoGuessr. Cliquez sur un continent puis un pays e enfin une région pour connaître quelques détails afin de mieux vous situer sur Terre.

Au-delà de GeoGuessr, c’est bon pour la culture générale, et ça vous sauvera peut-être la vie un jour où après une soirée un peu trop arrosée, vous vous retrouverez dans un pays inconnu où vous ne comprenez ni la langue ni les coutumes. Cela pourrait aussi bien être le Paraguay ou Roubaix, alors pensez-y !

Merci à Laurent

Renommage automatique de balises dans Visual Studio Code

6 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Edit : On vient de me signaler que Visual Studio intégrait maintenant nativement cette fonctionnalité. Il suffit d’aller dans les paramètres et de chercher « Link Editing » et de cocher la case. Merci à Juan pour le partage.


Visual Studio Code est sans doute l’un des meilleurs IDE du moment, notamment au niveau de sa galaxie d’extensions.

Si vous êtes développeur, vous l’utilisez peut-être et voici une extension qui fait un truc tout simple, mais vachement pratique : gérer le renommage des balises HTML / XML.

En effet, quand vous modifiez l’ouverture d’une balise, il faut également en modifier la fermeture, sinon vous allez provoquer malheur et damnation.

Mais pour les têtes en l’air comme moi, il existe l’extension Auto Rename Tag que vous pouvez trouver ici et qui vous permettra de faire ceci :

Et si vous souhaitez en apprendre plus sur Visual Studio Code pour le maîtriser à fond, il y a un bon bouquin en anglais qui s’appelle Visual Studio Code Distilled que je vous invite à lire.

Annotez facilement n’importe quel site web

5 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous devez proposer des améliorations sur un site web, ce n’est pas toujours pratique ou évident d’annoter une page web. Il y a plein de façon de faire mais souvent, ce n’est pas pratique, ce n’est pas lisible…etc.

Même chose quand vous faites de la documentation, et que vous devez entourer des trucs en rouge, annoter certaines parties du site et j’en passe.

Et si je vous disais qu’aujourd’hui ce site web allait vous rendre heureux ? Grâce à l’outil de création de schéma Excalidraw dont je vous ai déjà parlé et cette extension pour Chrome baptisée Scrawl, vous allez pouvoir tout simplement dessiner et écrire sur n’importe quelle page web. Plusieurs outils sont disponible, il est possible de modifier la taille du trait, de la police, des couleurs et également d’importer des bibliothèques de petits dessins (c’est une fonctionnalité de base d’Excalidraw).

Une fois l’extension installée, vous pouvez l’activer en utilisant un raccourci clavier (par défaut cmd/ctrl+shift+e) aussi bien sur les pages web que les PDF ouverts avec votre navigateur.

Une fois votre œuvre terminée, vous pouvez l’exporter au format image en un clic . Et comme les dessins créés par scrawl sont stockés en local et sont associés à l’URL exacte de la page web, vous pouvez y revenir à tout moment, même après avoir fermé l’onglet du site.

Super pratique vous ne trouvez pas ?

Merci à Lorenper pour le partage.

Prenez une photo de votre code avec Polacode

4 octobre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si comme moi, vous alimentez un site, vous partagez du code sur les réseaux sociaux ou si tout simplement vous faites de la documentation, vous aurez peut-être besoin à un moment de produire des captures écrans (des images) de votre code pour illustrer certaines choses.

Mais vous ne voulez pas simplement faire une capture écran. Non, vous voulez un truc joli, qui fasse pro et qui ne soit pas prise de tête.

Un truc qui ressemble à ça par exemple :

demo3

Alors dans ce cas, pas de souci. Il vous suffit d’installer l’extension Polacode pour Visual Studio Code. Cette extension va vous permettre simplement en surlignant quelques lignes de code de générer une image. Cette image vous pouvez la redimensionner, et bien sûr l’exporter en PNG comme ceci :

Et si vous souhaitez en apprendre plus sur Visual Studio Code pour le maîtriser à fond, il y a un bon bouquin en anglais qui s’appelle Visual Studio Code Distilled que je vous invite à lire.

❌