FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 18 octobre 2021Flux principal

Canon sued for disabling scanner when printers run out of ink

16 octobre 2021 à 16:28
Canon USA is being sued for not allowing owners of certain printers to use the scanner or faxing functions if they run out of ink. [...]
À partir d’avant-hierFlux principal

A la découverte du système de sécurité AJAX

14 octobre 2021 à 06:21
Par : Korben

— En partenariat avec Ajax —

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de recevoir un colis contenant un système de sécurité sans fil de la marque Ajax. Je n’avais pas prévu d’installer une alarme tout de suite, car il n’y a rien qui ait vraiment de la valeur chez moi, mais quand j’ai vu ce qu’Ajax proposait, je n’ai pas pu résister.

La société Ajax est assez connue dans le monde de la sécurité et a remporté de nombreux prix y compris pour son innovation. Quand on souhaite « protéger » son domicile, on peut se tourner soit vers des offres grand public avec télésurveillance intégrée et abonnement, que personnellement je trouve naze, ou vers des systèmes plus domotisés. Mais de la domotique, j’en ai fait beaucoup et il faut être quand même bidouilleur (et aimer ça) pour mettre en place ses modules et créer les bons scénarios de surveillance.

Bref, d’un côté un truc cher de qualité médiocre (c’est mon avis) et de l’autre, un truc de geeks un peu complexe à mettre en place.

Avec Ajax, on a le meilleur des deux mondes. Je vous le dis tout de suite, je pensais que comme avec la domotique, j’allais passer beaucoup de temps dessus et me galérer un peu, mais en fait, PAS DU TOUT. J’ai été très surpris par la rapidité avec laquelle j’ai pu mettre tout ça en place et tout se fait sans fil, directement depuis le smartphone (iOS / Android). Des applications pour Windows et macOS sont également disponibles (Il faudra vous créer un compte pro).

Alors dans ce colis, il y avait vraiment beaucoup de modules, car Ajax protège non seulement votre domicile des intrus, mais vous prévient également en cas d’incendie ou d’inondation. Ainsi, en cas de problème, le système active les sirènes, m’alerte via une application mobile et peut également prévenir une société de télésurveillance (car oui, Ajax est classé comme une alarme professionnelle de Grade 2).

Le Hub 2 Plus

Le Hub 2 Plus, c’est le premier élément à installer pour déployer son système de sécurité. Il s’agit d’une box très fine, noire ou blanche, très design qui se relie au réseau en Wifi et en Ethernet. La redondance des réseaux ici est importante, car votre box doit pouvoir communiquer avec vous.

Et si votre box Internet tombe en panne, et bien deux cartes SIM M2M 3G / 4G (M2M = Machine To Machine) peuvent également être ajoutées dans le hub pour vous prévenir en cas de coupure. En cas de tentative de sabotage (démontage de l’alarme), celle-ci vous préviendra immédiatement. Et s’il y a coupure de courant, pas de souci, le Hub continuera de fonctionner durant 15h à l’aide de sa batterie intégrée.

Évidemment tout est configurable et de base il y a plus de 64 scénarios à votre disposition : vous pouvez par exemple armer automatiquement l’alarme à partir d’une certaine heure. Il peut commander un générateur de fumé pour plonger les intrus dans le brouillard, allumer l’éclairage en cas d’incendie ou encore piloter une électrovanne en cas d’inondation histoire de couper l’eau.

Ajax propose également un système de groupes qui permet de diviser vos locaux ou votre domicile en plusieurs zones pour pouvoir les armer séparément.

Ce qui est cool, c’est que votre installation évoluera en continu, car il y a régulièrement des mises à jour pour renforcer la sécurité, corriger des bugs ou apporter de nouvelles fonctionnalités.

Niveau connexion, j’avais peur que les modules aient du mal à voir la centrale soit parce qu’elle serait trop loin, soit parce que les murs seraient trop épais, mais c’était sans compter sur le protocole radio Jeweller développé par Ajax qui permet à tous les détecteurs de communiquer de manière bidirectionnelle avec le hub, et cela sur une distance pouvant atteindre 2000 mètres. Des contrôles à distance des modules sont effectués régulièrement et en cas de détection positive, les signaux sont transmis au hub en moins d’une seconde.

Évidemment, tout est chiffré afin de limiter les tentatives de piratage ou les fuites de données. Ce qui m’a surpris, c’est également la batterie des différents modules qui peuvent comme ça fonctionner durant des années sans devoir changer les piles.

Je vous le dis, c’est de la folie ce système de sécurité.

MotionCam + MotionCam Outdoor

Le premier module que j’ai installé, c’est donc le MotionCam. Il s’agit d’un détecteur de mouvement équipé d’une caméra. Ce n’est pas une caméra intrusive qui filme en permanence, mais simplement un appareil photo qui prendra quelques photos en cas d’intrusion, les chiffrera et les enverra immédiatement dans le cloud d’Ajax pour que vous puissiez rapidement effectuer une levée de doute (faux déclenchement) depuis votre smartphone. Comme c’est chiffré de bout en bout, Ajax ne peut pas consulter vos photos donc soyez rassuré.

D’ailleurs, Ajax dispose de sa techno Wings pour transmettre via un protocole radio les photos sur de longues distances en moins de 9 secondes. C’est vraiment impressionnant et hyper fluide.

Concernant l’installation du module, vous cliquez sur « Ajouter un appareil » dans l’application Ajax, vous scannez le QR code du module et c’est parti ! Il est immédiatement rattaché au hub et vous pouvez tout de suite le positionner où vous voulez. Il est fourni avec des vis pour le fixer où bon vous semble, mais vu la légèreté du module, vous pouvez aussi le fixer avec du double face un peu costaud pour faire un essai de positionnement.

Le MotionCam peut parfaitement faire son travail même dans le noir complet et détecter du mouvement jusqu’à 12 mètres. L’autonomie est dingue puisqu’avec un jeu de piles, vous partez pour 4 ans. Comme je vous le disais en intro, la portée est bien large puisque vous pouvez l’installer jusqu’à 1700 mètres du hub. Que du confort.

Et tout est bien sûr réglable concernant la sensibilité de la détection. Et rassurez-vous, si vous avez des animaux qui font moins de 20 kg et qui mesurent moins de 50 cm, Ajax saura en tenir compte et ne se déclenchera pas pour rien. Mon chat apprécie 🐱.

Je l’ai installé dans le prolongement salon – couloir et il couvre vraiment toute la distance, c’est impressionnant.

Le MotionCam existe également en version « outdoor » pouvant être placée en extérieur et résistant aux changements de température et à l’humidité.

DoorProtect

Le DoorProtect est un module qui s’installe au niveau des portes et des fenêtres et qui peut ainsi détecter les ouvertures. C’est pratique, car ça permet de faire gueuler la sirène dès le forçage des entrants, et ainsi décourager les intrus d’entrer dans votre domicile.

Et n’allez pas croire que ce petit module puisse être brouillé, car il est équipé également d’un détecteur de brouillage et comme pour les autres modules, toutes ses communications avec le hub sont chiffrées.

Évidemment, installer des Door Protect sur toutes vos fenêtres et vos portes est possible, mais il y encore plus rapide : Le DualCurtain Outdoor.

DualCurtain Outdoor

Le DualCurtain est un module que je n’avais encore vu nulle part. Il s’agit d’un détecteur de mouvement extérieur qui fonctionne comme un rideau invisible. Si ce rideau est franchi et bien, ça sonne !

Comme avec le MotionCam, il ne tiendra pas compte des animaux, par contre si quelqu’un s’approche de vos portes et franchit ce rideau, ça vous prévient immédiatement. Avec ses deux capteurs IR de chaque côté du détecteur, DualCurtain Outdoor est efficace contre les fausses alarmes. Le détecteur ne se déclenche pas si seulement un des capteurs détecte un mouvement. Lorsque les deux capteurs se déclenchent, le détecteur enclenche un algorithme numérique dédié, ELSA, et décide s’il faut ou non déclencher une alarme.

Cela permet de surveiller un périmètre externe sans gêner les occupants de la maison. Vous pouvez par exemple activer ce module uniquement la nuit, pour un sommeil serein.

Sa portée est de 30 mètres et il dispose d’une sécurité anti-masquage. N’espérez pas pouvoir tromper ce détecteur avec un miroir, un bout de carton placé devant ou de la peinture.

Un module similaire baptisé MotionProtect Curtain est également disponible pour l’intérieur du domicile / local.

Mis à part les éléments de détection d’intrusion, Ajax propose également des modules de détection d’incendie et d’inondation.

FireProtect

Comme son nom l’indique, le FireProtect est donc un détecteur de fumée et un détecteur de température qui s’installe au plafond et détecte de la fumé à l’aide d’une caméra avec capteur photoélectrique. Évidemment, s’il n’y a pas de fumé, il peut aussi détecter une augmentation de la température dans la pièce et vous prévenir.

Et si c’est poussiéreux chez vous, pas de souci, il fera la différence et vous indiquera si vous devez passer un petit coup de chiffon sur le détecteur pour le nettoyer.

Comme il s’agit d’un module d’importance vitale, il peut fonctionner sans le hub et signaler l’incendie à l’aide de sa sirène intégrée.

LeaksProtect

Le LeakProtect quand a lui est un détecteur d’inondation. Il peut se glisser partout et en cas de fuite d’eau, il vous prévient, mais peut également piloter automatiquement une électrovanne et couper l’eau. L’eau peut également être coupée directement depuis l’application.

HomeSiren

Bon, c’est bien beau d’avoir tous ces modules et l’application mobile, mais maintenant comment ça se passe pour la sirène ? Et bien en cas d’intrusion, déjà votre smartphone se met à hurler même s’il est en silencieux. Mais le must, c’est la HomeSiren qui se place à l’intérieur de votre domicile soit pour vous avertir par exemple d’un incendie ou d’une intrusion, voire effrayer les intrus si vous êtes absent.

La sirène est autonome grâce à ses batteries, dispose d’une sécurité antifraude / brouillage et vous pouvez régler le volume sonore de la bête. Une LED est également présente en façade pour vous indiquer si l’alarme est active ou non.

SpaceControl et Keypad

Vous l’aurez compris, tout est pilotable avec votre smartphone, mais pour les membres de la famille ou les invités, vous pouvez également dispose d’une télécommande SpaceControl qui permet en un clic d’activer l’alarme, d’activer le mode nuit ou de désarmer l’alarme.

Et le Keypad est un clavier vous permettant de désactiver l’alarme dès que vous entrez dans votre domicile. Il vous protège aussi, car si vous êtes contraint d’entrer votre code, vous pouvez également déclencher une alarme silencieuse qui préviendra vos proches ou la société de surveillance sans déclencher le sirène.

Le Socket

On pourrait se demander ce que vient faire cette prise connectée dans un système de surveillance, mais sachez-le, c’est indispensable !

Pourquoi ?

Au delà de l’aspect confort, le Socket permet de contrôler vos appareils électriques à distance pour par exemple forcer l’extinction du chauffe-eau, de la télévision ou de l’ordinateur qui ne resteront plus en veille, vous faisant faire des économies. Mais cela va encore plus loin, car si l’un de vos appareils présente un défaut électrique, le Socket saura vous avertir, vous permettant d’éviter un souci plus gros. Et comme tout est pilotable, vous pourrez également faire des scénarios pour par exemple allumer les lumières dans le domicile si le DualCurtain extérieur est franchi.

Enfin, cerise sur le gâteau, avec cette prise, vous pourrez mesurer la consommation de vos appareils et ainsi détecter les plus énergivores.

Et les autres modules ?

Et bien Ajax propose encore bien d’autre chose comme des prolongateurs de portée, des relais sans fil, des bridges, des sirènes d’extérieur, des boutons d’urgence…etc.

Conclusion

Vous l’aurez compris, Ajax propose un système de pointe qui non seulement sera efficace contrairement à pas mal d’alarmes grand public et qui en plus est reconnu par les sociétés de télésurveillance. C’est gage de fiabilité, toutefois, même si un débutant peut l’installer et la configurer très facilement, le fabricant recommande une installation professionnelle à tous les utilisateurs : cela permet d’éviter les fausses alarmes et garantit un fonctionnement sans défauts du système dans une situation critique.

Pas besoin d’être geek pour utiliser ce système de sécurité chez vous. Il suffit juste de correctement penser votre installation et voilà.

Perso, je suis convaincu, et je vais continuer à m’équiper chez eux et si le sujet vous intéresse, dites le moi et je ferais d’autres articles sur Ajax. Enfin, si vous cherchez un revendeur Ajax, c’est par ici.

NAS ASUSTOR : le système ADM 4.0 est disponible !

13 octobre 2021 à 14:32

Après plusieurs mois de développement, ASUSTOR a publié la nouvelle version de son système pour NAS : ADM 4.0. Dès aujourd'hui, ADM 4.0 est disponible en version stable.

Je vous ai déjà parlé des nouveautés d'ADM 4.0 à l'occasion de la sortie de la bêta, mais cette sortie officielle est l'occasion d'en parler une nouvelle fois.

ASUSTOR annonce avoir retravaillé l'interface utilisateur : dans la pratique, cela se traduit par une nouvelle page de connexion, plus personnalisable, notamment au niveau de l'apparence, mais aussi de la disposition. Pour aller plus loin, d'autres thèmes sont proposés et il y a un mode sombre.

Mise à part l'apparence, ASUSTOR a travaillé sur l'ergonomie et sur l'expérience utilisateur. Par exemple, lors d'une recherche d'un fichier sur votre NAS, vous pouvez obtenir une prévisualisation en temps réel des résultats, et avoir accès aux informations sur le fichier.

ADM 4.0

La nouvelle fonctionnalité Web Center fait son apparition. Elle permet de regrouper les fonctionnalités liées à la création et la gestion d'un serveur Web. Concrètement, Apache et NginX vont devenir configurables directement à partir de l'interface web d'ADM, au sein d'un espace dédié. Ce qui devrait plaire à ceux qui veulent héberger un site ou une application sur leur NAS.

ASUSTOR ADM 4.0

ADM 4.0 va permettre à ASUSTOR de mettre à niveau des composants au cœur du système, là on parle vraiment de mécanique pure. Prenons le cas du noyau Linux : il passe en version 5.4. Grâce à cette mise à niveau du noyau, ASUSTOR propose le système de fichiers exFAT gratuitement, puisqu'il est intégré à cette version du noyau Linux. Jusqu'ici, ce n'était pas le cas, car cela nécessitait l'acquisition d'une licence (à l'époque, Microsoft n'était pas autant tourné vers le monde du libre).

En complément, le paquet SAMBA est mis à niveau vers la version 4.12, de quoi gagner en performances, mais aussi en sécurité pour bénéficier des correctifs contre les vulnérabilités récentes. ASUSTOR va plus loin et évoque une amélioration des performances de l'ordre de 5%, et une meilleure prise en charge des sauvegardes effectuées à partir de Time Machine, sous macOS. Autre composant qui va bénéficier d'une mise à jour : OpenSSL, pour corriger deux failles de sécurité (CVE-2021-3711 et CVE-2021-3712).

Si vous avez un NAS ASUSTOR, vous pouvez mettre à jour votre équipement vers ADM 4.0, tout en sachant qu'il est disponible sur les séries suivantes : AS10, AS31/32, AS40, AS50/51, AS61/62, AS63/64, AS70, AS71, Nimbustor, Lockerstor, Lockerstor Pro.

Une nouvelle version d'ADM, à découvrir ici : Site officiel - ASUSTOR

Si vous êtes intéressé par ASUSTOR, n'hésitez pas à lire mon test de l'ASUSTOR Drivestor 2 Pro.

The post NAS ASUSTOR : le système ADM 4.0 est disponible ! first appeared on IT-Connect.

Windows 11 : si vous avez un CPU AMD Ryzen, il vaut mieux patienter !

12 octobre 2021 à 14:00

Windows 11 est disponible, alors beaucoup de personnes se questionnent : faut-il l'installer dès maintenant ou patienter pour éviter d'essuyer les plâtres ? Le plus sûr, c'est d'attendre, mais parfois la tentation est trop forte ! Cet article s'adresse à toutes les personnes qui ont un ordinateur avec un processeur AMD Ryzen ou qui envisagent d'acheter un ordinateur portable ou un ordinateur fixe pour profiter de Windows 11.

Après avoir mis en avant les bénéfices d'avoir un processeur AMD pour faire tourner Windows 11, le constructeur a publié un second article moins... élogieux. En effet, AMD évoque deux bugs sous Windows 11 qui peuvent réduire les performances des processeurs Ryzen de l'ordre de 15%. Bien entendu, cela dépend du modèle de processeur et de son utilisation.

Pour être plus précis, AMD évoque un bug qui cause une augmentation de la latence du cache L3, de l'ordre de 3 à 5%, et que sur certains jeux, notamment ceux utilisés dans l'eSport, la baisse de performance pourrait atteindre 15%. Ce bug devrait être corrigé par Microsoft à l'occasion d'une mise à jour pour Windows.

Ensuite, AMD parle d'un second bug au sein de la fonctionnalité "Preferred Core" qui sert à optimiser l'utilisation des cœurs du processeur, en exploitant individuellement les cœurs les plus rapides sur certaines tâches. Le fabricant ne donne pas d'indication quant à l'impact réel sur les performances, mais visiblement ce bug se ressent plus sur les processeurs équipés de 8 coeurs ou plus. On pense notamment aux processeurs des gammes Ryzen 7 et Ryzen 9. Quant à ce second bug, c'est AMD qui va le corriger grâce à une mise à jour logicielle, et non une mise à jour Windows.

Windows 11 est là, mais si vous recherchez le meilleur PC portable pour vous accompagner au quotidien, il faudra s'attendre à d'éventuels bugs les premières semaines. La preuve avec cette mésaventure rencontrée par les possesseurs de CPU AMD Ryzen. Néanmoins, cela ne signifie pas qu'il vaut mieux préférer Intel puisque Microsoft et AMD vont rectifier le tir, afin de corriger ces bugs.

Microsoft va publier son nouveau Patch Tuesday dans les prochaines heures, l'occasion pour Windows 11 de recevoir sa première salve de mises à jour. Cela signifie que les premiers bugs seront résolus, reste à savoir s'il y aura un correctif pour les CPU AMD. De son côté, Intel n'est pas tranquille non plus, car il y a un bug connu au sein de l'application Intel Killer, mais cela reste moins impactant.

Source

The post Windows 11 : si vous avez un CPU AMD Ryzen, il vaut mieux patienter ! first appeared on IT-Connect.

MX Keys Mini – Le clavier minimaliste qui en fait beaucoup

11 octobre 2021 à 14:01
Par : Korben

— Article en partenariat avec Logitech —

Vous le savez, je suis un grand fan des claviers Logitech, le MX Keys étant mon préféré.

Et bien il y a quelques jours, Logitech a sorti son MX Keys Mini, qui est donc une version plus ramassée du MX Keys avec quand même quelques nouveautés sympas.

Comme le MX Keys, la version Mini est un clavier sans fil Bluetooth dont le rétroéclairage s’active à l’approche des mains et qui peut être connecté à 3 appareils différents.

Par exemple, je l’utilise pour mon ordinateur de bureau, mon portable et même mon smartphone, ce qui est super pratique quand on déteste rédiger des SMS avec les pouces.

Comme son grand frère, il dispose d’une autonomie de 10 jours, se charge en USB-C et si vous n’utilisez pas le rétroéclairage, vous pouvez tenir à l’aise 5 mois sans recharger.

Le MX Keys dispose également de touches de fonctions très sympas qui permettent d’activer la dictée vocale, de faire des captures écran, de lancer le module de sélection d’émojis, sans oublier les touches multimédias qu’on retrouve partout et même une touche « Ne pas déranger » pour stopper les notifications sur votre appareil.

Bref, c’est un bon petit clavier qui ne fait pas trop de bruit quand on tapote dessus à la vitesse de l’éclair, et qui offre une saisie hyper fluide.

J’ai dû me réhabituer à un clavier plus petit après l’ERGO K860 mais je dois dire que j’aime bien son style qui me rappelle le clavier d’origine des iMac d’Apple. Et surtout, il prend beaucoup moins de place sur mon bureau, ce qui me libère un peu d’espace pour faire d’autres choses à côté.

Il existe en 2 versions : Mac (Gris) et PC (Gris, rose et graphite) et est vendu 109 euros.

Et si vous me suivez au travers de mon Patreon, et bien bonne nouvelle, je vais bientôt vous en faire gagner un !

Test Konyks Dallas Easy : un bandeau LED de 3 mètres au prix attractif

8 octobre 2021 à 14:00

I. Présentation

Dans cet article, je vous propose le test du Konyks Dallas Easy, un ruban LED connecté, avec 16 millions de couleurs et une longueur de 3 mètres.

Le fabricant français Konyks a sorti une nouvelle version de son ruban LED "Dallas" en mettant sur le marché la version "Dallas Easy", c'est-à-dire une version avec le Bluetooth pour faciliter la connexion avec l'appareil. Ces derniers mois, plusieurs produits de chez Konyks ont eu le droit à une déclinaison "Easy", notamment la prise connectée Konyks Priska Max Easy.

Voici les caractéristiques techniques du ruban LED Konyks Dallas Easy :

  • Longueur du ruban : 3 mètres
  • Largeur du ruban : 1,2 cm
  • Connectivité Wi-Fi (2,4 GHz) et Bluetooth
  • 16 millions de couleurs
  • Température de blancs de 2700K à 6500K (lumière blanche et lumière jaune)
  • Pilotable avec les assistants vocaux
  • Puissance de 15 Watts
  • Alimentation 220-240V en entrée et 12V en sortie
  • Classe énergétique : A+
  • Prix : 29,90 euros

Concernant les fonctionnalités connectées et intelligentes de ce ruban LED, je vais vous en parler dans la troisième partie de l'article.

II. Découverte du bandeau LED Konyks Dallas Easy

La boite nous donne de nombreuses informations sur le produit et un aperçu sur le visuel. D'ailleurs, toutes les caractéristiques citées ci-dessus sont marquées à l'arrière de la boîte, ce qui est appréciable. Sachez que ce ruban LED a une durée de vie estimée à 20 000 heures de fonctionnement.

À l'intérieur, nous retrouvons le bandeau LED, l'alimentation secteur, ainsi que le bouton Wi-Fi : ces trois éléments se connectent ensemble. Un guide de démarrage rapide est inclus et nous avons un sachet avec quelques vis et des supports à fixer pour maintenir le bandeau LED. Même si le bandeau LED est entièrement adhésif, cela peut permettre de le fixer sur des surfaces où l'adhérence de la surface autocollante n'est pas suffisante.

Test Konyks Dallas Easy
Test Konyks Dallas Easy

Sur le bandeau LED, nous retrouvons plusieurs types de LEDs : certaines sont là pour l'éclairage en couleurs, et d'autres pour les différentes températures de blanc. Tous les 10 ou 20 cm, on peut retrouver un marquage pour couper le bandeau LED s'il est un peu trop long (cette action est définitive).

Le bandeau en lui-même est très souple et flexible, ce qui facilitera son installation. En termes de largeur, pour vous donner une idée, il est un peu plus large que le modèle Yeelight de chez Xiaomi et un peu moins large que le modèle chez Philips Hue.

L'adaptateur Wi-Fi (troisième photo ci-dessus) devra être connecté sur le bloc secteur d'une part, et sur le bandeau LED d'autre part. Tout en sachant que Konyks ne vend pas d'extension pour le moment. D'après Konyks, il serait possible d'ajouter une extension standard (largeur 12mm) que l'on peut trouver sur le marché, mais je n'ai pas fait l'essai.

La qualité de fabrication du bandeau LED est bonne, tout comme l'alimentation secteur. Néanmoins, la télécommande n'est pas très élégante et fait un peu cheap...

III. Installation et configuration

Comme le nom du produit l'indique, l'installation est easy (facile) ! Je dirais même very easy car l'intégration au sein de l'application ne prend que quelques secondes et il n'y a quasiment rien à faire. En résumé :

1 - On active le Bluetooth sur son smartphone

2 - On connecte le bandeau LED pour le mettre sous tension

3 - On ouvre l'application Konyks et là on a un message pour préciser qu'un nouvel appareil a été détecté

4 - On valide la connexion au Wi-Fi... On patiente quelques secondes et le tour est joué !

Il est à noter que les appareils Konyks sont pilotables avec l'application Konyks, mais aussi les applications Tuya et Smart Life.

Intéressons-nous aux fonctionnalités connectées de ce bandeau LED car sur la boîte on peut lire "Ambiances animées".

Tout d'abord, il y a un onglet "Blanc" qui permet d'allumer le bandeau LED en réglant la température du blanc : lumière chaude ou lumière froide, à vous de choisir. Cela s'effectue très facilement à l'aide d'un curseur pour régler la température de blanc, ainsi qu'un autre curseur pour régler l'intensité lumineuse.

Sur le même principe, l'onglet "Couleur" permet de choisir la couleur que vous voulez ! En plus de l'intensité, il est possible de gérer le contraste de quoi vous permettre de faire votre choix parmi les 16 millions de couleurs.

Ensuite, nous avons l'onglet "Ambiances" : il y a 8 ambiances prédéfinies que vous pouvez utiliser. Certaines comme l'ambiance "Superbe" contiennent plusieurs couleurs, ce qui signifie que la couleur va changer dynamiquement. En modifiant une ambiance, on peut gérer la vitesse de transition, mais aussi modifier les couleurs. Vous pouvez modifier les 8 ambiances par défaut comme bon vous semble, y compris pour changer le nom.

Enfin, l'onglet "Musique" devrait vous plaire pour animer vos soirées ! En effet, le bandeau LED va s'allumer au rythme de la musique. Pour cela, il n'est pas nécessaire d'utiliser Spotify, Deezer, etc... Sur votre smartphone, puisque l'application Konyks va écouter les bruits environnants directement.

C'est bien tout ça, mais il ressemble à quoi le bandeau LED quand il est allumé ? Voici un premier exemple avec le même bleu, mais avec une intensité différente. De gauche à droite : intensité minimale (1), intensité moyenne (50) et intensité maximale (100).

Voici d'autres exemples, avec d'autres couleurs :

En complément des fonctionnalités liées à la gestion des couleurs, nous retrouvons également un minuteur, ainsi que la possibilité de configurer un "Plan de sommeil" ou un "Plan de réveil", pour vous aider à vous endormir ou à vous réveiller en douceur, selon un planning. C'est la première fois que je vois cette fonctionnalité sur un bandeau LED.

Qui dit produit Konyks, dit intégration au sein de l'écosystème du fabricant et création de scénarios manuels ou d'automatisation (actions automatiques). Le bandeau LED peut être allumé/éteins selon certains critères, que ce soit à une heure précise, ou en fonction du statut d'un autre appareil de votre installation.

Grâce à la partie adhésive, le bandeau LED s'installe facilement derrière un meuble, même si c'est un peu plus compliqué pour prendre un angle, mais ce n'est pas spécifique à ce modèle.

Lorsqu'un bandeau LED est installé derrière un meuble, cela donne toujours un effet sympa ! C'est le cas avec ce modèle où la lumière est bien régulière. À voir dans le temps si l'adhésif tient bien sur le meuble, ce dernier étant en métal.

IV. Conclusion

Vendu 29,90 euros, le bandeau LED Konyks Dallas Easy présente un excellent rapport qualité/prix, pour plusieurs raisons :

  • Sa longueur de 3 mètres
  • La lumière en couleurs, mais aussi les différentes températures de blancs
  • Les nombreuses fonctionnalités disponibles sur l'application
  • Sa simplicité d'utilisation

Cette version Easy simplifie la mise en route grâce au Bluetooth, ce qui est rassurant pour les personnes pas spécialement à l'aise avec un smartphone. Les seuls points négatifs sont la télécommande qui mériterait d'être revue et l'absence d'extension officielle si l'on veut plus de 3 mètres.

Il y a certains modèles beaucoup plus chers, comme celui de chez Philips Hue, mais aussi des produits moins chers de fabricants chinois qu'on ne connaît pas ou peu, à l'exception de Xiaomi. D'ailleurs, Xiaomi propose un bandeau LED un peu plus cher et son atout par rapport à celui-ci, je dirais que c'est sa télécommande : plus élégante. Pour rappel, Konyks est une marque française, qui est présente sur le marché depuis plusieurs années, ce qui à mon sens est rassurant.

The post Test Konyks Dallas Easy : un bandeau LED de 3 mètres au prix attractif first appeared on IT-Connect.

AMD warns of up to 15% Windows 11 performance decrease

7 octobre 2021 à 18:17
AMD says it observed performance hits of up to 15% on Windows 11-compatible AMD processors when using some applications. [...]

Test Ecovacs Deebot N8+ : un très bon rapport qualité/prix !

1 octobre 2021 à 11:00

I. Présentation

En mars 2021, Ecovacs Robotics a dévoilé sa nouvelle famille d'aspirateurs robots, baptisée DEEBOT N8. Si vous suivez mes articles et plus particulièrement mes tests de produit, vous avez déjà pu découvrir plusieurs modèles de chez Ecovacs. Au sein de la gamme DEEBOT N8, nous retrouvons quatre modèles : N8, N8+, N8 PRO et N8+ PRO. À chaque fois, la version "+" correspond à la version standard, mais avec une station de vidage automatique intégrée au package, comme nous avons pu le voir avec le DEEBOT T9+.

Dans cet article, je vous propose un test du DEEBOT N8+ dont voici les caractéristiques techniques :

- Type de navigation : Smart Navi 3.0, Technologie TrueMapping
- Modes de nettoyage : automatique, zone, personnalisé
- Technologie de nettoyage : OZMO
- Capacité du bac à poussière : 420 ml
- Capacité du réservoir à eau : 240 ml
- Batterie Li-ion 3200 mAH
- Autonomie jusqu'à 110 minutes
- Bruit : 67 dBA
- Pilotable avec l'application Ecovacs Home
- Cartographie précise et personnalisable, multi-étages
- Compatible avec les assistants vocaux

II. Package et design

Le carton met en évidence les fonctionnalités principales de l'aspirateur robot, ainsi que les technologies d'Ecovacs Robotics comme le True Mapping. L'ensemble est imposant, mais c'est systématique à chaque fois qu'il y a une station d'auto-vidage à inclure au packaging.

Tous les éléments sont bien emballés, dans des emplacements distincts et parfaitement protégés avec des plaques de mousse. Je crois que l'on peut difficilement faire mieux et cet emballage est conforme aux habitudes de la marque. Disons que c'est rassurant pour la suite !

En parlant des éléments, voici l'inventaire de ce que l'on va trouver dans le carton : le robot, la station de vidage automatique, un guide d'utilisateur en français, un sac à poussière (en plus de celui préinstallé), deux brosses latérales, une serpillière lavable et un pack de 10 serpillières en microfibre jetables. Petit bémol : pas de filtre de rechange ni de brosse latérale.

D'un point de vue du design, ce modèle est un mix entre un DEEBOT T8 et un DEEBOT T9 : tout cela pour dire qu'il reprend les codes habituels de chez Ecovacs. Il est entièrement blanc à l'exception du pare-chocs anticollision qui est noir et qui couvre une bonne partie de l'avant du robot. À l'arrière, c'est le système de lavage OZMO qui se démarque.

Sur le dessus, nous retrouvons un seul bouton qui permet de démarrer le nettoyage en mode automatique. Il n'y a pas de bouton pour le renvoyer à la base puisque cette opération s'effectue à partir de l'application. En tout cas, ce seul et unique bouton est très pratique au quotidien. À ses côtés, nous retrouvons le capteur laser du système TrueMapping qui est utile pour détecter l'environnement et évaluer la distance entre les obstacles et le robot.

Si l'on soulève le capot de l'appareil (que l'on retrouve chez les autres modèles DEEBOT), on peut accéder au bac à poussière, à l'outil de nettoyage ainsi qu'à un interrupteur qui permet d'allumer ou d'éteindre le robot. Quand ce bouton est sur off, vous êtes sûr que le robot est complètement éteint ! Ce bouton est accompagné par un bouton de réinitialisation, ainsi qu'un voyant d'état du WiFi.

Si l'on retourne la bête, on peut découvrir ses différents capteurs, ainsi que sa brosse principale et les brosses latérales. D'ailleurs, sa conception est identique au modèle le plus haut de gamme de la marque : le DEEBOT T9. La preuve qu'ECOVACS n'a pas négligé le DEEBOT N8 ! Par exemple, nous retrouvons la même brosse principale, constituée de poils souples et d'une partie rigide. La qualité de fabrication de l'ensemble est très bonne.

Je reviendrais sur la station de vidage automatique un peu plus tard dans cet article. Il est temps de passer à la mise en route du DEEBOT N8.

III. Installation, efficacité, autonomie, station de vidage

A. Installation

Je me répète à chaque test d'un nouvel aspirateur robot de chez Ecovacs, mais la mise en route est vraiment simple. En moins de 2 minutes, c'est réglé !

Tout s'effectue avec l'application qui est là pour nous guider pas à pas pour mettre en route l'appareil. Petits changements malgré tout : à la fin de l'assistant, il vous sera demandé de choisir la langue pour les alertes vocales ce qui est appréciable, car avant il fallait rechercher soi-même dans les options. Et comme c'est en anglais par défaut, c'est pertinent de le proposer à la fin de l'initialisation. Il en va de même pour la gestion du mode "Ne pas déranger".

L'écran d'accueil de l'application offre un aperçu sur l'appareil en indiquant son statut, le niveau de charge avec un pourcentage, ainsi que la possibilité de démarrer un nettoyage ou de demander au robot de retourner à la base s'il est en cours de nettoyage. Deux raccourcis pratiques qui évitent de devoir accéder à la gestion complète de l'appareil.

L'initialisation étant terminée, il ne reste plus qu'à lancer le robot sur la piste pour qu'il génère la première carte de votre logement !

B. Efficacité du nettoyage

Le DEEBOT N8 propose quatre puissances d'aspiration différentes : silencieux, standard, fort et maximum. Il dispose aussi de quatre modes pour le débit d'eau : faible, moyen, haut et très fort. Pour le nettoyage, il y a le mode automatique bien sûr (il nettoie tout votre logement), mais aussi le mode zone qui permet de sélectionner sur la carte une ou plusieurs zones à nettoyer et enfin un mode personnalisé qui permet de nettoyer la zone dessinée sur la carte.

Pour le lavage du sol, le DEEBOT N8 est équipé du module OZMO, en version standard j'ai envie de dire. Autrement dit, il n'est pas doté du système de vibrations qui permet d'intensifier et d'améliorer le nettoyage du sol. Ici, la serpillière est fixe et il y a un avantage à cela : c'est moins bruyant.

Comme avec les autres modèles, la carte générée est visible en temps réel sur le smartphone et on peut suivre le parcours exact du robot. Concrètement, le DEEBOT N8 se déplace de façon méthodique : il délimite une zone à nettoyer en suivant les murs (ou les meubles) et ensuite il nettoie cette même zone en effectuant des allers-retours en zigzag. On voit, et ce n'est plus une surprise, que la technologie proposée par Ecovacs est aboutie. Sur certaines séquences de déplacements, il semble un peu moins à l'aise malgré tout que le DEEBOT T9.

Quant au nettoyage en lui-même, il est bon ! Il n'est pas à exclure qu'il reste deux trois miettes dans un coin, mais votre logement sera propre. Après plusieurs nettoyages, il m'a convaincu. La serpillière non vibrante est bien sûr moins efficace que sur la version plus haut de gamme, mais cela est un bon complément à l'aspiration.

C. Autonomie

L'autonomie, c'est selon moi un point négatif de ce robot : je le trouve un peu juste, mais on pouvait s'y attendre, car Ecovacs annonce 110 minutes. Effectivement, en à peine 2 heures avec le mode d'aspiration normal, il doit retourner à la base pour se recharger. Dans la pratique, je dirais qu'il peut nettoyer une surface de 100m² sans devoir s'y reprendre en deux fois.

Ce qui est gênant, c'est qu'il faut environ 3h15 au robot pour se recharger complètement donc autant vous dire que l'arrêt au stand n'est pas de courte durée !

On pourrait évoquer aussi l'autonomie vis-à-vis des opérations de maintenance. L'application Ecovacs Home affiche une estimation quant à la durée de vie des différents éléments. Voici pour indication :

  • Brosse latérale : 150 heures
  • Brosse principale : 300 heures
  • Filtre : 120 heures
  • Nettoyage des capteurs : dans 30 heures

Pour chaque item, il y a des explications imagées pour vous expliquer ce qu'il faut faire.

D. Station de vidage automatique

Mise à part la couleur qui peut évoluer, la station de vidage automatique reste la même chez Ecovacs d'un modèle à l'autre. En tout cas, à ce jour car une nouvelle version pourrait sortir par la suite. Que ce soit sur ce modèle ou les modèles les plus haut de gamme de chez Ecovacs, on bénéficie du même accessoire ! 😉

Un couvercle sur le dessus permet d'accéder au sac à poussière, qu'il faudra changer de temps en temps. L'aspiration de la poussière de l'aspirateur vers la base s'effectue par le dessous grâce à un système d'aspiration relativement puissant. À chaque fin de nettoyage, le robot viendra se positionner sur la base pour se recharger et vider son bac à poussière interne.

La station d'auto-vidage est accessoire très intéressant et pertinent au quotidien, car cela évite de devoir vider soi-même le bac à poussière à la fin de chaque nettoyage. Si l'on est prêt à payer un peu plus cher, il ne faut pas hésiter.

Même si l'ensemble n'est pas aussi joli qu'avec le DEEBOT T9+, ça reste sympa visuellement ! Néanmoins, il est certain qu'avec la station d'auto-vidage, l'appareil est plus imposant, mais on ne peut pas tout avoir.

IV. L'application Ecovacs Home

L'application Ecovacs Home c'est le centre de contrôle pour piloter votre aspirateur robot Ecovacs, ou vos aspirateurs robots si vous en avez plusieurs !

Une application qui va vous permettre de configurer votre robot aux petits oignons : planification du nettoyage, ordre de nettoyage des différentes zones, préférences de nettoyage des zones (combien de passage, puissance d'aspiration et débit d'eau, indépendamment pour chaque zone), modification de la carte (création de limite virtuelle, modification des zones générées automatiquement, etc.), mise à jour de l'appareil, historique du nettoyage, etc...

Par exemple, vous pouvez indiquer au robot d'aspirer plus fort dans la cuisine et de passer deux fois, tandis qu'il pourra se satisfaire d'un seul passage et d'une puissance d'aspiration normale dans le bureau.

Note : le DEEBOT gère les cartes multi-étages, ce qui signifie que vous pouvez le déplacer à l'étage de votre maison.

À l'occasion de la sortie du DEEBOT T9, Ecovacs a amélioré l'interface de son application, mais malheureusement cet appareil n'en bénéficie pas (il est sorti avant). J'aurais apprécié qu'il bénéficie de cette mise à jour qui est seulement logicielle.

V. Conclusion

L'aspirateur robot Ecovacs DEEBOT N8+ n'est pas une révolution, mais plutôt une confirmation : il confirme qu'Ecovacs Robotics maîtrise sa technologie et que son application est aboutie. Ce modèle est assez classique, mais en même temps il répond aux besoins : il nettoie votre logement correctement tout en se déplaçant intelligemment. En complément, la station d'auto-vidage automatique apporte un plus au quotidien, mais c'est un confort qui à un prix : un appareil plus encombrant. Par contre, l'autonomie m'a déçu, car elle sera trop juste pour certains logements et surtout, la charge est longue, trop longue (un peu plus de 3 heures).

Il faut avouer que son prix est attractif pour un appareil efficace, de très bonne qualité et équipé d'une station d'auto-vidage : 479,99 euros en ce moment grâce au code "OFFRE120" sur Amazon, au lieu de 599,99 euros !

The post Test Ecovacs Deebot N8+ : un très bon rapport qualité/prix ! first appeared on IT-Connect.

Améliorez votre système audio avec Octavio, le lecteur réseau multiroom Wi-Fi

23 septembre 2021 à 09:00
Par : Korben

— En partenariat avec Octavio —

La société française Octavio m’a envoyé son système audio que je vais m’empresser de faire gagner à mes patrons mais avant, je l’ai quand même testé pour vous faire un petit retour.

Imaginez… Vous êtes un fondu de musique haute qualitée et en bon mélomane, vous avez un système HiFi de pointe dans lequel vous avez sûrement déjà investi des milliers d’euros pour écouter le dernier KenV à fond dans la caravane.

Mais malheureusement, votre système audio n’est pas « vraiment » connectée à Internet et ne permet pas de streamer depuis votre compte Qobuz, Deezer HiFi ou Tidal. Et c’est bien dommage.

Alors comment faire pour connecter votre matos à votre smartphone / tablette et y diffuser du bout du doigt, tout votre musique sans tout racheter ?

Et bien Octavio est là pour ça. Vous l’alimentez sur un port USB type-C, vous connectez le port jack (ou RCA ou optique), à vos enceinte ou système audio et c’est parti !

Contrairement à des systèmes similaires bas de gamme qui proposent de balancer de la musique via bluetooth, Octavio lui diffuse la musique via une connexion Wifi, ce qui permet d’avoir du son non compressé, de haute qualité, jusqu’à 24 bits / 192 kHz.

A vous le Wi-Fi Lossless pour un prix tout a faire raisonnable puisque l’Octavio ne coûte que 149 €, là où un système concurrent comme le Sonos Port est quand à lui dispo à 450 €.

Concernant l’application, je la trouve assez épurée pour ne pas dire vide mais bon, pour simplement diffuser de l’audio, y’a pas besoin d’un truc de fou. Moi je l’ai utilisé avec Spotify (réglé pour diffuser de la musique haute qualité, hein) et sur mes enceintes, c’était vraiment cool. Je ne suis pas spécialement audiophile donc je manque de vocabulaire pour vous décrire la sensation.

Le youtubeur l’Audiophile a d’ailleurs fait une super review de l’Octavio que je repartage avec vous :

Octavio permet également de faire du multiroom, c’est à dire de balancer un même son sur toutes les enceintes de chez vous en même temps pour baigner dans la musique comme un beignet dans l’huile.

Si cela a de l’importance pour vous, sachez que ce boîtier (et tout ce qui l’accompagne) est fabriqué à partir de matières recyclées et recyclables et assemblé en France .

L’objectif d’Octavio est donc de rendre accessible au plus grand nombre le son en Wi-Fi et de retarder l’obsolescence et si ça vous intéresse, vous trouverez plus d’infos ici.

Surface Event : Microsoft dévoile sa Surface Pro 8, sa Surface Laptop Studio, etc.

23 septembre 2021 à 08:34

À l'occasion de l'événement Surface Event, Microsoft a dévoilé ses nouveaux ordinateurs portables hybrides ainsi que son nouveau smartphone à double écran. Au programme : Surface Pro 8, Surface Go 3, Surface Duo 2, et un tout nouveau produit avec la Surface Laptop Studio.

Surface Pro 8

Commençons par le produit historique de la gamme Surface : la Surface Pro. Pour cette 8ème génération, Microsoft a apporté quelques évolutions très intéressantes. Alors bien sûr, la Surface Pro 8 aura le droit à un processeur Intel de 11ème génération.

Voici les autres nouveautés principales :

  • Deux ports Thunderbolt 4
  • Une batterie avec 16 heures d'autonomie
  • Support de l'audio Dolby Atmos
  • Caméra frontale de 5 mpx
  • Un nouveau stylet Surface Slim Pen, plus fin et qui se range sur le clavier

Quant à l'écran tactile PixelSense Flow de 13 pouces, il bénéficie d'un taux de rafraichissement à 120 Hz et il est compatible Dolby Vision et Dolby Vision IQ.

La Surface Pro 8 sera disponible à partir du 28 Octobre 2021 avec un prix de départ fixé à 1 179 euros. À ce prix, vous avez le droit à un processeur Intel Core i5, 8 Go de RAM et 128 Go de SSD.

Surface Go 3

La petite sœur de la Surface Pro a le droit à sa mise à niveau. La Surface Go 2 laisse la place à la Surface Go 3, une nouvelle génération qui serait 60% plus rapide grâce aux processeurs Intel, notamment l'Intel Core i3, mais en 10ème génération. Microsoft va sortir un modèle équipé d'une puce 4G+, ce qui est nouveau sur ce produit.

Par ailleurs, la Surface Go 3 sera équipée d'un écran tactile PixelSense de 10,5 pouces, accompagné par une caméra frontale 1080p avec des micros Studio Mics. Sans surprise, la Surface Go 3 sera compatible Windows 11 et le nouveau système de Microsoft sera préinstallé.

La Surface Go 3 sera disponible à partir du 5 octobre 2021 avec un prix de départ fixé à 439 euros. À ce prix, le processeur est un Intel Pentium 6500Y accompagné par 4 Go de RAM et 64 Go de SSD.

Surface Laptop Studio

Le nouvel ordinateur hybride Surface Laptop Studio est un mix entre une Surface Book et une Surface Studio. Ce modèle s'adresse aux créateurs, aux designers, aux graphistes... La plus puissante des Surface, basée sur des processeurs Intel Core Séries H de 11ème génération.

La Surface Laptop Studio bénéficie d'un écran tactile PixelSense Flow de 14 pouces (120 Hz), qui peut s'incliner de manière très surprenante comme la Surface Studio version desktop, afin de basculer en mode Studio ! Pour la partie audio, vous pouvez compter sur les 4 haut-parleurs compatibles Dolby Atmos. Sachez qu'il y aura deux ports Thunderbolt 4.

Au niveau de la carte graphique, Microsoft a choisi d'intégrer une carte NVIDIA GeForce RTX 3050 Ti. Microsoft proposera un modèle avec 32 Go de RAM et 2 To de SSD pour le stockage.

La Surface Laptop Studio sera disponible début 2022 et son prix de départ devrait être de 1 600 dollars.

Surface Duo 2

Le Surface Duo 2 était attendu au tournant afin de relever le niveau vis-à-vis de la première version et de sa configuration décevante. Même si le Surface Duo 2 reprend la même base, Microsoft a clairement mis à niveau la fiche technique ! Voici les caractéristiques principales du Surface Duo 2, le smartphone à double écran de Microsoft :

  • Écrans AMOLED PixelSense 8,3 pouces en mode ouvert / 5,8 pouces en mode fermé
  • Processeur Snapdragon 888 (5G)
  • RAM : 8 Go
  • Stockage : de 128 Go à 512 Go
  • Module photo arrière avec trois capteurs (12 mpx grand-angle + 12 mpx téléobjectif + 16 mpx ultra grand-angle)
  • Module photo avant avec un capteur (12 mpx)
  • Paiement sans contact via NFC
  • Wi-Fi 6
  • Double batterie 4 340 mAh
  • Capteurs : accéléromètre, gyroscope, magnétomètre, capteur de luminosité, capteur de proximité, capteur à effet Hall, lecteur d'empreintes digitales

Le Surface Duo 2 sera disponible à partir du 21 octobre 2021 avec un prix de départ fixé à 1 599 euros.

The post Surface Event : Microsoft dévoile sa Surface Pro 8, sa Surface Laptop Studio, etc. first appeared on IT-Connect.

Vérifier l’état de santé de son disque dur/SSD avec la technologie S.M.A.R.T.

9 août 2016 à 17:04

Le disque dur ou SSD, comme tout élément matériel informatique peut tomber en panne.
Si vous n'avez pas des sauvegardes de vos données alors vous risquez de perdre toutes les données stockées dessus.

Afin de prévenir les pannes et défaillance de disque dur ou SSD, un protocole S.M.A.R.T. (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology) existe qui permet d'effectuer des tests et remontés de pannes.
En clair, vous pouvez effectuer un diagnostic de votre disque dur.
Cela se fait par une interrogation et vérification S.M.A.R.T. sur le disque dur qui peut indiquer si des erreurs matérielles sont présentes.
En effet, le disque effectue un auto-test à intervalles réguliers et prévienne en cas de pannes et erreurs, notamment pour les serveurs.

Pour cela il existe des logiciels pour consulter les données S.M.A.R.T. de nos disques durs.
C'est ce que vous propose cet article à travers les meilleurs logiciels de diagnostics de disque dur.

Comment vérifier l'état de santé de son disque dur ou SSD avec la technologie S.M.A.R.T afin de détecter les problèmes hardware et matériel.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec la technologie SMART

Qu'est-ce que les informations S.M.A.R.T.

Le principe est assez simple, le disque dur va vérifier certains attributs, qui par défaut, ne doivent pas dépasser un certains seuil.
Si le seuil est dépassé, on considère qu'un problème matériel est présent, des compteurs indiquent le taux d'erreur.
Selon le niveau de dépassement, vous pouvez en déduire si le disque est endommagé ou très endommagé.

Les attributs S.M.A.R.T les plus importants :

Attributs S.M.A.R.TDescription
Read Error RateDonne des indications sur des erreurs de lecture sur la surface de disque. Cela peut indiquer des problèmes de disque sur la surface ou tête de lecture
Reallocated Sectors Countindique le nombre de secteurs réalloués. Si des erreurs de lecture ou écriture/vérification d'un secteur sont détectées, les données sont déplacés vers un secteur "sain". Trop de secteurs réalloués peut indiquer un problème matériel. D'autre part, cela peut ralentir la vitesse de lecteur/écriture
Reallocation Event Countnombre de tentative de réallocation de secteurs
Current Pending Sector CountNombre de secteurs potentiellement défectueux, si un secteur marqué comme défectueux a pu être réutilisé, le compteur est diminué
Spin Retry CountNombre total de tentative de rotation à la vitesse nominale du disque. Si ce nombre est trop élevé, cela peut indiquer un problème mécanique du disque dur
Command Timeoutnombre total de d'opération interrompues avec un délai de réponse trop élevé (timeout)
Les principaux attributs S.M.A.R.T

Parmi les remontés S.M.A.R.T, il existe aussi un attribut température qui vérifie la température de l'ordinateur.

Les outils présentés dans cet article sont capables de lire les données S.M.A.R.T. Lorsqu'un seuil est dépassé, ce dernier est considéré comme en erreur.
A partir de là, on dégage un statut du disque : Bon, Prudence ou Mauvais.
Cela permet de prévenir des pannes et défaillances de disque.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec la technologie SMART

Les erreurs Hardrive Failure au démarrage de l'ordinateur

Ces vérifications sont aussi effectuées au démarrage de l'ordinateur.
Le BIOS e l'ordinateur récupère les informations de santé du disque dur. Si ces dernières ne sont pas bonnes, un message vous averti que votre disque dur rencontre un problème et qu'il faut sauvegarder les données et le remplacer en urgence.
Cela se traduit au démarrage de l'ordinateur par un message du type "Hardrive Failure".

Warning Please back-up your data and replace your hard drive. A failure may be imminent and cause unpredictable fail.

Santé des disques dur et Hardrive Failure

Il faut donc sauvegarder vos documents et fichiers puis remplacer le disque dur qui va bientôt tomber en panne.

Vérifier l'état de santé de son disque dur/SSD avec la technologie S.M.A.R.T.

Plusieurs utilitaires existent pour vérifier l'état de votre disque dur et obtenir les remontés S.M.A.R.T. de ces derniers.

CrystalDiskInfo est une application populaire est capable de donner la température du disque dur et aussi récupérer les informations S.M.A.R.T.
Il donne le statut du disque (bon, prudence, mauvais) pour prévenir de défaillance.

  • Téléchargez Malwarebytes Anti-Malware en suivant ce tutoriel :
  • Puis vérifiez l'état de santé de votre disque :
    • Correct : tout va bien, votre disque dur ou SSD fonctionne correctement
    • Prudence : votre périphérique de stockage commence à rencontrer des problèmes de fonctionnement. Il faudra très certainement le remplacer dans les prochaines semaines
    • Mauvais : votre disque dur ou SSD est en panne, il faut le remplacer
Vérifier l'état de santé de son disque dur avec CrystalDiskInfo

Pour le fonctionnement générale et la lecture des attributs depuis CrystalDiskInfo.

Il existe aussi d'autres utilitaires pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD :

Ces mêmes explications pour surveiller et vérifier la santé de son disque dur en vidéo :

Comment faire un test S.M.A.R.T de son disque dur quand Windows plante au chargement

Diagnostic matériel sur les PC HP, Dell ou Lenovo

Certaines marques de PC embarquent des systèmes de diagnostics.
C'est le cas des PC HP, Dell et Lenovo
Il faut tapoter sur une touche au démarrage du PC pour y accéder et lancer des tests de diagnostics.
Vous pouvez très facilement lancer une vérification du disque dur ensuite.

Suivez alors ce tutoriel.

CD Live Malekal

Vous pouvez utiliser le CD Live Malekal qui embarque l'utilitaire HD tune, CrystalDiskInfo et Speccy afin de vérifier les informations SMART : CD Live Malekal
Un article plus complet vous explique comment vérifier le matériel de votre ordinateur.

Live CD Ubuntu

Le Live CD UBuntu permet de démarrer sur un environnement Linux, à part de là, vous pouvez installer le programme GSmartControl qui donnent les informations SMART.
Les lignes rouges indiquent des erreurs matériels sur le disque dur.
Pour plus d'informations sur le Live CD Ubuntu, se reporter à la page.

Autres Live USB de dépannage et diagnostics matériel

Il existe bien d'autres Live USB de dépannage et de secours pour tester et vérifier le matériel hardware de son PC comme Hiren’s BootCD PE, MediCat ou Ultimateboot CD.
Ils embarquent des logiciels comme CrystalDiskInfo, GSmartControl, CheckDisk, etc.

BIOS et détections S.M.A.R.T.

Sachez que certains BIOS intègrent une vérification SMART au démarrage de l'ordinateur.
Ainsi au démarrage de l'ordinateur, vous pouvez rencontrer le message du type : "S.M.A.R.T. Status Bad, Backup and Replace. Press F1 to Resume…"

La détection S.M.A.R.T. sur un BIOS Dell :

détection et erreur SMART sur le BIOS

Et sur un BIOS ASUS, il faut passer en mode avancé (touche F7, voir menu du bas) puis se rendre dans l'onglet Advanced.

détection et erreur SMART sur le BIOS

Certains BIOS récent en UEFI peuvent aussi afficher les infos S.M.A.R.T.

Les infos SMART dans le BIOS

Que faire si des erreurs S.M.A.R.T. sont détectées ?

Si des erreurs sont détectées, la première chose à faire est de sauvegarder les documents importants sur un autre support (autre disque dur, clé USB etc).
Ensuite surveillez les remontés S.M.A.R.T du disque dur pour voir si les compteurs s'aggravent,.
En effet l'état du disque peut se dégrader dans le temps.
Si c'est le cas, il faut s'attendre à des lenteurs Windows et des plantages d'applications et du système d'exploitation.
Mais surtout à ce que le disque dur crashent complètement du jour au lendemain.

Éventuellement, procédez à un checkdisk (chkdsk), voir le tutoriel suivant.

Il faudra vous attendre à remplacer le disque dur dans les semaines ou mois à venir.

Enfin se reporter aussi à la page :

Vérifier son disque dur ou SSD en vidéo

Cette vidéo explique pourquoi et comment vérifier son disque dur ou SSD avec chkdsk et les remontés S.M.A.R.T. :

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article Vérifier l’état de santé de son disque dur/SSD avec la technologie S.M.A.R.T. est apparu en premier sur malekal.com.

Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD

21 septembre 2021 à 10:07

Un test DST (Self Test drive) fait référence à une vérification effectué pour évaluer l'intégrité physique d'un disque dur ou SSD. C'est un autre test possible en plus de S.M.A.R.T pour vérifier si un disque dur rencontre des pannes ou dysfonctionnements.
De nombreux fabricants d'ordinateurs comme HP, Lenovo, Dell intègrent vérification court DST dans leur système de diagnostic matériel.
Mais il peut aussi être effectué automatiquement au démarrage du PC par le BIOS après le Power On Self Test (POST).
Cela permet de s'assurer que le disque dur ou SSD fonctionne correctement.

Dans ce tutoriel, je donne quelques solutions pour résoudre les échec DST court du disque dur.

Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD

Qu'est-ce qu'unevérification DST court de son disque dur ou SSD

Un DST effectue une vérification de l'intégrité physique d'un disque ou SSD.
Le but est de prévenir les pannes et la perte de données.
Sur certains PC OEM HP, Lenovo, Dell, le PC effectue un DST chaque démarrage du PC.
Lorsque ce dernier échoue on peut rencontrer une erreur de test court DST avec un code d'erreur spécifique, comme les plus fréquents, 0141, 0142, 0146, etc.

Hard Drive/SSD Short DST Check en échec au démarrage d'un PC HP

Lorsque le Hard Drive/SSD Short DST Check échoue au démarrage du PC ou dans un test diagnostic, votre PC ne fonctionne pas correctement avec :

  • Une lenteur générale du système, le PC ne réagit plus aussi rapidement qu'avant
  • Un BSOD s'affichage au démarrage du PC ou durant son utilisation, par exemple WHEA_UNCORRECTABLE_ERROR
  • Windows 10, Windows 11 boucle sur la réparation automatique au démarrage
  • L'ordinateur cesse de fonctionner correctement et des messages d'erreur peuvent s'afficher
  • Le PC continue de redémarrer et le voyant du disque dur clignote par intermittence.
  • Le disque dur de l'ordinateur ne démarre pas du tout

La vérification dst court du disque dur échoue et en échec a de multiples raisons.
Voici plusieurs solutions.

Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD

Avant de suivre les conseils de dépannage de ce tutoriel, faites une sauvegarde des données contenues sur le périphérique de stockage.
Si vous ne parvenez pas à démarrer sur Windows, suivez ce tutoriel : Comment récupérer les données quand Windows est planté.

Faire un CHKDSK du disque ou SSD

Si Windows Démarre

chkdsk C: /F /R
chkdsk pour détecter et marquer les secteurs défectueux

Lorsque le volume est en cours d'exécution, chkdsk vous propose de faire l'analyse au démarrage de Windows, sinon il lance directement celle-ci.
Le message "chkdsk ne peut pas s'exécuter parce que le volume est utilisé par un autre processus." s'affiche

  • Cliquez sur O pour effectuer l'analyse au redémarrage.
  • Redémarrez l'ordinateur afin que l'analyse chkdsk s'effectue, ce qui va prendre 1h30 au minimum.

Plus de détails sur l'utilisation de l'utilitaire chkdsk dans cet article très complet :

Si Windows ne démarre pas

Windows 10 : les options de récupération
  • Puis cliquez sur options avancées
Windows 10 démarre en boucle sur la réparation automatique
  • Enfin dans la liste des commande, choisissez invite de commandes
Windows 10 : les options de récupération système
  • Une fois l'invite de commandes en administrateur ouverte, saisissez la commande suivante :
chkdsk C: /F /R
  • Laissez l'analyse se faire, cela peut prendre beaucoup de temps, patientez
  • Fermez toutes les fenêtres et redémarrez le PC en espérant que les erreurs de disques soient corrigées

Mettre à jour le firmware du SSD

Les SSD sont des périphériques de stockage électroniques qui comportent un firmware (microcode).
Ce dernier peut être mis à jour pour apporter de nouvelles fonctionnalités ou corriger des bugs.
La mise à jour du microcode peut aider à résoudre les échecs DST court du disque dur ou SSD.

Généralement cela se fait de deux manières :

  • Automatiquement par le logiciel de SSD du constructeur
  • En téléchargeant la mise à jour du firmware depuis le disque du fabriquant

Pour plus de détails, suivez ce tutoriel :

Faire un test et vérification S.M.A.R.T de son disque / SSD

Une autre façon de vérifier l'intégrité du disque dur est d'effectuer une vérification S.M.A.R.T.
Il s'agit d'un autre auto-test du disque pour s'assurer que le SSD ou disque ne rencontre aucune panne ou problème matériel n'est présent.
Le tutoriel suivant vous guide pour y parvenir :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec la technologie SMART

Changer le câble SATA du disque dur / SSD

Parfois le problème matériel ne se situe pas au niveau physique du disque mais sur le câble SATA.
Le câble SATA relie le périphérique de stockage à la carte mère.
C'est par ce dernier que les données transitent.
Si le câble est endommagé, cela peut provoquer des problèmes de fonctionnement du périphérique de stockage.
Par exemple, cela peut générer des erreurs de données CRC et les outils de vérification de test peuvent alors retourner des erreurs.

Pour résoudre l'erreur DST court du disque dur, tentez de remplacer le câble SATA.
Une autre solution consiste à tester le disque dur ou SSD sur un PC.

Remplacer le disque dur ou SSD

Enfin si le disque dur ou SSD rencontre une panne matérielle, celle-ci sont irrécupérables.
Dans ce cas là, il faut tout simplement remplacer le disque dur ou SSD par un neuf.

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD est apparu en premier sur malekal.com.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

21 septembre 2021 à 10:07

WD Data LifeGuard Diagnostic est un logiciel gratuit de Western Digital pour vérifier l'état de votre disque dur ou SSD.
Pour cela, l'outil effectue un test et vérification S.MA.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology).
Il s'agit d'un auto-test pour vérifier l'intégrité du disque et remonter les problèmes et erreurs de disque.
Enfin on peut aussi effectuer un test long avec un test de surface de disque afin de détecter et réparer les secteurs défectueux.
En outre, il peut vous fournir le modèle et le numéro de série du lecteur de disque attachés au système.

Ce tutoriel vous présente WD Data LifeGuard Diagnostic et comment faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Introduction au vérification S.M.A.R.T pour tester son disque dur ou SSD

S.M.A.R.T est une technologie d'auto-vérification et d'auto-test des disques dur ou SSD.
Il fonctionne avec des attributs pour tester différents composants matériels du disque.
Lorsque le seuil de l'attribut est dépassé, ce dernier est considéré en erreur.
Cela permet de dégager un état physique du périphérique de stockage afin de prévenir des pannes et de la perte de données.

Pour plus d'informations :

WD Data LifeGuard Diagnostic est un logiciel gratuit fournit par le fabriquant Western Digital pour tester son SSD ou disque dur.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Installer WD Data LifeGuard Diagnostic

  • Télécharger l'utilitaire de vérification de disque depuis ce lien :
  • Puis exécutez le setup et laissez vous guider afin de terminer l'installation

Comment faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Lorsque vous exécutez WD Data LifeGuard Diagnostic, ce dernier affiche les disques en liste avec le modèle, numéro de série, capacité.
En bas, on trouve aussi les lecteurs logiques avec les lettres de lecteurs et tailles de partitions de disque.
Enfin, et surtout, la colonne SMART Status indique si les derniers tests S.M.A.R.T sont passés.

  • Faites un clic droit sur le disque puis Run Diagnostics
  • Choisissez entre :
    • QUICK TEST : Effectue un autotest rapide de lecteur Smart Drive pour rassembler et vérifier les informations de sauveteur de données contenues sur le lecteur
    • EXTENDED TEST : effectue une analyse complète du disque avec un test de surface pour détecter les mauvais secteurs de disques. Cela est beaucoup plus long
  • Puis l'analyse et vérification du disque s'effectue, patientez
  • Pour visualiser le résultat du scan du disque, faites à nouveau un clic droit puis Run Diagnostics
  • Choisissez View TEST Results
  • Une fois l'analyse terminé, le WD Data LifeGuard Diagnostic vous indique le résultat avec le statut SMART : PASS ou FAILED

Comment afficher le statut de santé du disque ou SSD

Grâce aux vérifications S.M.A.R.T, WD Data LifeGuard Diagnostic est capable de dégager un statut du disque.
Trois états du disque sont possibles :

  • Bon (Good) : Tous les attributs sont bons et le disque fonctionne de manière optimal
  • Prudence (Warning) : Certains attributs SMART sont en erreur. Le disque ou SSD commence à rencontrer des problèmes. Il faut suivre l'état et surtout faire des sauvegardes régulières avant de passer en Mauvais
  • Mauvais (Bad) : Le disque est considéré comme étant en mauvais état. En général, il devient impossible de l'utiliser et vous risquez de perdre des données

Pour vérifier le statut du disque :

  • Faites un clic droit sur le disque
  • Puis Properties
  • Ensuite vérifiez Health Status

Comment afficher les informations S.MA.R.T

Il est aussi possible d'afficher les attributs S.M.A.R.T

  • Faites un clic droit sur le périphérique de stockage puis Show SMART Drive Info
  • La liste et le statut des attributs S.M.A.R.T. s'affichent, une coche verte indique que le statut est correcte, sinon vous obtenez une croix rouge. Enfin le tableau fournit les valeurs et les seuils de chaque attribut S.M.A.R.T

HWiNFO est un outil gratuit et complet pour surveiller l'ensemble de votre PC.
Côté disque dur, HWiNFO permet de vérifier les erreurs S.M.A.R.T, les débits entrant et sortant du disque dur et SSD.
Il indique aussi la vitesse de transfert.
Toutefois vous n'avez pas les détails des attributs S.M.A.R.T en erreur.
Un tutoriel complet de présentation de HWiNFO existe sur le site :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HWiNFO

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD est apparu en premier sur malekal.com.

8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD

21 septembre 2021 à 10:07

Votre disque dur ou SSD stocke des données importantes sur votre PC.
Il convient donc de prévenir les pannes, erreur de disque et les dysfonctionnements matériels et ainsi la perte de données.
Pour cela, il est possible de vérifier son disque dur et SSD en utilisant des logiciels pour tester un disque dur ou SSD.
Ces derniers effectuent une vérification S.M.A.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology) ou une vérification DST court du disque dur ou SSD.

Pour y parvenir, ce tutoriel vous présente une sélection des meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T afin de vérifier son disque dur ou SSD.

8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD

8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD

CrystalDiskInfo

CrystalDiskInfo est l'utilitaire de vérification de la santé d'un disque le plus populaire.

  • Il affiche l'état de santé (correcte, Prudence, Mauvais)
  • Connaître la température du disque
  • Les informations du disque (firmware, numéro de série, interface, mode de transfert, vitesse de rotation, ...)
  • Enfin plus bas les attributs et données S.M.A.R.T.

Pour utiliser CrystalDiskInfo, suivez ce tutoriel complet :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec CrystalDiskInfo

WD Data LifeGuard Diagnostic

WD Data LifeGuard Diagnostic est un logiciel gratuit de Western Digital pour vérifier l'état de votre disque dur ou SSD.
Pour cela, l'outil effectue un test et vérification S.MA.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology).
Il s'agit d'un auto-test pour vérifier l'intégrité du disque et remonter les problèmes et erreurs de disque.
Enfin on peut aussi effectuer un test long avec un test de surface de disque afin de détecter et réparer les secteurs défectueux.
En outre, il peut vous fournir le modèle et le numéro de série du lecteur de disque attachés au système.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Hard Disk Sentinel

Hard Disk Sentinel (HDSentinel) est un utilitaire très complet pour surveiller, diagnostiquer les problèmes matériels sur vos disques dur ou SSD.
Son objectif est de trouver, tester, diagnostiquer et réparer les problèmes de disque dur, signaler et afficher la santé du SSD et du disque dur, les dégradations de performances et les pannes.

L'utilitaire propose les fonctionnalités suivantes :

  • Informations générales du disque (modèle, capacité, taille des blocs, nombre de tour par minutes, etc)
  • Interrogation S.MA.R.T (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology) afin de vérifier et surveiller la santé du disque. Il peut donc détecter des anomalies et problèmes matériel
  • Mesurer la température du disque dans le temps avec un graphique
  • Évaluer les performances du disque avec des mesures de vitesse de transfert. Cela inclut le taux de transfert (lecture et écriture) en temps réel
  • Surveillance par des alertes et notifications par mail ou via le centre de notification de Windows 10
  • Envoie de rapport de diagnostic complet du disque
Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T dans HDSentinel

GSmartcontrol

GSmartcontrol est un logiciel opensource à la fois disponible sur Windows et Linux.
Il est capable d'afficher les attributs S.M.A.R.T, les journaux d'erreur des auto-tests du disque et lancer un test manuel.

  • Téléchargez l'outil de vérification de disque depuis ce lien :
  • Puis on choisit le disque dur à vérifier et diagnostiquer
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.
  • L'onglet Attributes affichent les attributs SMART et de structure du disque. On trouve les seuils. Lorsqu'un seuil est dépassé, ce dernier apparaît en jaune ou rouge.
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.
  • Puis dans l'onglet Error log, on peut accéder aux journaux d'analyse des auto-tests et tests manuels
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.
  • Enfin dans Perform Test, on lance un test et diagnostics du disque court ou long
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.

DiskGenius

DiskGenius est un utilitaire de disque très complet qui existe en partie gratuite.

Il permet de faire une vérification S.M.A.R.T d'un disque ou SSD :

  • Ouvrez sur le menu Disk
  • Puis cliquez sur View S.M.A.R.T informations
Vérifier la santé de son disque dur avec S.M.A.R.T
  • En haut, sélectionnez le disque à analyser
  • La température du disque et surtout le statut du disque s'affiche. Enfin plus, on trouve en liste attributs S.M.A.R.T.
Vérifier la santé de son disque dur avec S.M.A.R.T

Speccy

Speccy est une application gratuit de Piriform très simple et facile à utiliser pour surveiller le matériel de son PC.
Voici les caractéristiques du logiciel :

Speccy vérifier le disque dur : température et les remontés SMART

HD Heatlh

HD Health permet d'effectuer divers tests, comme une vérification S.M.A.R.T, un test de surface du disque pour vérifier les clusters défectueux ou encore un test de vitesse.

Le statut de santé du disque s'affiche en bas.
L'onglet Health donne accès aux attributs S.M.A.R.T.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

Si des seuils sont dépassés, les lignes apparaissent en jaune.
Si le seuil est vraiment dépassés, les lignes sont en rouge.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

L'onglet Info donne des informations sur le disque dur, notez qu'en haut à gauche, vous pouvez sélectionner le disque dur, si vous en avez plusieurs.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

En outre dans l'onglet BenchMark, vous pouvez procéder à un test de vitesse du disque dur.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

Enfin l'onglet Error Scan permet d'effectuer une vérification de surface (cluster défectueux).

DiskCheckUp

DiskCheckUp est un utilitaire gratuit capable aussi d'obtenir les remontés SMART.
Effectuer un test interne du disque et obtenir la vitesse de lecture/écriture.
Enfin DiskCheckUp est aussi capable d'afficher les températures du SSD ou disques dur pour prévenir des surchauffes.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec DiskCheckup

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article 8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD est apparu en premier sur malekal.com.

Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

15 décembre 2020 à 14:13

Hard Disk Sentinel (HDSentinel) est un utilitaire très complet pour surveiller, diagnostiquer les problèmes matériels sur vos disques dur ou SSD.
Son objectif est de trouver, tester, diagnostiquer et réparer les problèmes de disque dur, signaler et afficher la santé du SSD et du disque dur, les dégradations de performances et les pannes.

L'utilitaire propose les fonctionnalités suivantes :

  • Informations générales du disque (modèle, capacité, taille des blocs, nombre de tour par minutes, etc)
  • Interrogation S.MA.R.T (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology) afin de vérifier et surveiller la santé du disque. Il peut donc détecter des anomalies et problèmes matériel
  • Mesurer la température du disque dans le temps avec un graphique
  • Évaluer les performances du disque avec des mesures de vitesse de transfert. Cela inclut le taux de transfert (lecture et écriture) en temps réel
  • Surveillance par des alertes et notifications par mail ou via le centre de notification de Windows 10
  • Envoie de rapport de diagnostic complet du disque

HDSentinel est la solution de protection des données parfaite: il peut être utilisé efficacement pour éviter les pannes de disque dur et la perte de données SSD / HDD, car il possède le système d'évaluation de la santé du disque le plus sensible qui est extrêmement sensible aux problèmes de disque.
Il est payant et plutôt destiné aux utilisateurs confirmés.

Voici une présentation de cet utilitaire de surveillance et diagnostic de disque/SSD.

Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

Interface et évaluation des disques / SSD

L'onglet Résumé donne un bon aperçu de l'état du disque :

  • En haut, une évaluation avec un pourcentage et niveau (Excellente, Prudence, Mauvais) qui donne un état général du disque
  • Des commentaires pour améliorer et optimiser les performances de disque
  • Des informations sur le disque comme le temps de fonctionnement, la durée restante, etc.
Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

Mesurer la température du disque

HDSentinel mesure aussi les températures des disques pour détecter les surchauffes.
Cela permet d'allonger la durée de vie de son disque qui reste dans de bonnes conditions de fonctionnement.

L'utilitaire de disque vous donne :

  • La température actuelle du disque
  • La température moyenne
  • La température maximale

A chaque fois, un graphique est disponible pour évaluer la température du disque dans le temps.

Mesurer la température de son disque avec Hard Disk Sentinel
Mesurer la température de son disque avec Hard Disk Sentinel

Enfin l'icône dans la zone de notification donne la température du disque en temps réel.

Mesurer la température de son disque avec Hard Disk Sentinel

En équivalent, vous avez HWinfo :

Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T

Pour s'assurer que votre disque dur ou SSD ne comporte aucun dommage ou défaillance, Hard Disk Sentinel effectue des interrogations S.M.A.R.T.
C'est une technologie d'auto-test interne du disque pour vérifier que tous les composants fonctionnent correctement.
C'est avec cela que l'utilitaire dégage un statut du disque et prévenir de problèmes matériel du disque.

L'onglet S.MA.R.T affiche les attributs en liste et vous permet d'en désactiver.
C'est notamment à partir de cet onglet que l'on peut déterminer si le disque comporte des secteurs défectueux.

Il faut particulièrement surveiller ces attributs liés à des secteurs de disque ou un problème de surface :

  • 5: Reallocated Sectors Count.
  • 10: Spin Retry Count.
  • 196: Reallocation Event Count.
  • 197: Current Pending Sector Count.
  • 198: Off-Line Uncorrectable Sector Count.
  • 199: Ultra ATA CRC Error Count (data transfer errors).
Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T dans HDSentinel

De plus HDSentinel affiche l'état et le statut du disque dans l'explorateur de fichiers.
De quoi être informé rapidement lorsque votre disque dur commence à rencontre des défaillances.
Cela peut donc prévenir des pertes de données.

Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T dans HDSentinel

Faire un test son disque dur ou SSD

En plus des auto-tests, l'utilisateur peut aussi exécuter des tests de son disque dur.
Depuis le menu Disque, il est possible d'exécuter des tests et vérifications du disque :

  • Court auto-test : Un test rapide de son disque dur qui vérifie les éléments les plus importants
  • Auto-test étendu : Un test un peu plus long
  • Test de recherche aléatoire : il est possible de vérifier le niveau de bruit, le temps de recherche piste à piste et les niveaux de température du disque dur, en particulier en cas d'utilisation excessive du disque.
Faire un test son disque dur ou SSD avec HDSentinel

Puis le test de surface de disque.
Certaines de ces méthodes sont sûres pour les données stockées mais d'autres sont destructives: les informations stockées sont définitivement effacées pendant l'opération de test.

Faire un test son disque dur ou SSD avec HDSentinel

On choisit alors le type de test:

  • Test d'écriture, de lecture ou combinaison des deux afin de vérifier que les données sont bien écrites ou lisibles
  • On peut aussi effectuer une réinitialisation complète du disque
  • Réparation de disque : Lit la surface du disque pour vérifier si tous les secteurs sont lisibles et force le lecteur de disque à réparer les secteurs problématiques (en attente, faibles): restaurez l'état à bon ou réallouez (remplacez de la zone de réserve) si nécessaire pour empêcher une utilisation ultérieure du secteur d'origine .
Faire un test son disque dur ou SSD avec HDSentinel

Informations du disques (modèle, taille, ...)

L'onglet informations récapitulent toutes les propriétés du disque.

Cela donne des informations générales comme le contrôle de disque, le modèle, le type d'interface (SATA, IDE).
Puis les informations ATA comme le nombre de cylindre, têtes, pistes, etc.
On trouve aussi le nombre d'octets par secteurs.

Informations du disques (modèle, taille, ...) avec HDSentinel

HDSentinel donne la possibilité d'envoyer ces rapports et informations par mail ou les enregistrer au format TXT ou HTML.

Informations du disques (modèle, taille, ...) avec HDSentinel

Mesurer les performances et vitesse du disque

HDSentinel donne aussi des indications sur les performances du disque.
Il mesure en temps réel le taux de transfert en temps réel.
On trouve aussi des indications sur le taux d'utilisation du disque, ce que le gestionnaire de tâches de Windows donne aussi.
Cela donne un aperçu de la vitesse du disque dur.

On retrouve cela dans un graphique pour avoir une idée dans le temps et des moyennes journalière.

De quoi donc surveiller les performances de son disque très facilement.

Mesurer les performances du disque avec HDSentinel

Alertes et notifications

Pour prévenir des pannes et éviter les pertes de données, HDSentinel peut afficher des alertes.
Vous pouvez aussi le configurer pour envoyer un mail avec des rapports.

Dans les paramètres, on indique le type d'alerte sonore, notifications.
Il est même possible de configurer une sauvegarde d'urgence.

Alertes et notifications avec HDSentinel

Enfin on indiquer aussi les paramètres de mails (adresse, serveur SMTP) pour l'envoi de mail automatique.

Alertes et notifications avec HDSentinel

Ajouter des plugins et extensions

Le site officiel propose aussi une page plugin et extensions où l'on peut étendre les fonctions de HDSentinel :

  • Outil Icon Library Maker pour créer des jeux d'icônes personnalisés pour Hard Disk Sentinel. Hard Disk Sentinel: jeux d'icônes Jeux d'icônes personnalisés prêts à l'emploi pour Hard Disk Sentinel.
  • Gadget d'état du PC distant : Gadget de la barre latérale Windows pour afficher le disque dur et l'état général d'un ordinateur distant
  • Raccourci pour Linux : pour lancer Hard Disk Sentinel à partir du bureau.
  • Intégration de Nagios : Surveillez l'état du disque dur par Hard Disk Sentinel avec Nagios
  • Intégration Powershell pour traiter l'état et envoyer des alertes Pushover
HDSentinel : Ajouter des plugins et extensions

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD est apparu en premier sur malekal.com.

Test Xiaomi Mi Pad 5 : une tablette 11 pouces très séduisante !

17 septembre 2021 à 14:59

I. Présentation

Xiaomi est de retour sur le marché des tablettes après plusieurs années d'absence ! Le fabricant chinois a dévoilé deux nouvelles tablettes qui pourraient bien faire de l'ombre à l'iPad de chez Apple. En tout cas, c'est ce que dit le fondateur de Xiaomi, Lei Jui. Au programme, nous avons le droit à deux modèles : Xiaomi Mi Pad 5 (disponible en France) et Xiaomi Mi Pad 5 Pro (non prévue à l'internationale). Dans cet article, je vous propose le test de la Xiaomi Mi Pad 5, un modèle 11 pouces !

Avant d'aller plus loin, voici les caractéristiques techniques de cette tablette qui vise le milieu de gamme :

  • Écran : 11 pouces, WQHD+ (2560 x 1600 px) avec un taux de rafraichissement à 120 Hz, compatible Dolby Vision
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 860 (8 cœurs)
  • RAM : 6 Go
  • Stockage interne : 128 Go
  • Audio stéréo avec 4 haut-parleurs, compatible Dolby Atmos, Hi-Res Audio
  • Module photo avant : un capteur de 8 mpx - vidéo 1080p @ 30 fps
  • Module photo arrière : un capteur de 13 mpx - vidéo 4K @30 fps
  • Connectivité : Bluetooth 5.0, Wi-Fi 802.11a/b/g/n/ac
  • Batterie de 8 720 mAh
  • Chargeur de 22,5 Watts
  • Poids : 511 grammes
  • Prix : 349 euros pour le modèle 128 Go et 399 euros pour 256 Go de stockage

Quand l'on regarde la fiche technique et que l'on voit le tarif, on se dit que cette tablette pourrait bien s'imposer comme une référence. Est-ce réellement le cas ?

II. Découverte de la tablette Mi Pad 5

La boîte est plutôt sobre et ne donne pas vraiment d'informations sur la tablette : il ne reste plus qu'à l'ouvrir pour en savoir plus. À l'intérieur, nous retrouvons la tablette Mi Pad 5 bien sûr, ainsi qu'un guide de démarrage (français), le chargeur officiel et son câble USB-C. Il est à noter que le stylet Smart Pen est vendu séparément.

Dans cet article, je vous présente la version blanche de la tablette Mi Pad 5, mais elle est disponible en noir également. Ma première impression est bonne : la tablette est légère en main, l'écran de 11 pouces fait son petit effet et le dos blanc avec de beaux reflets est très classe !

Le dos de la tablette est logoté "Xiaomi" et nous retrouvons le module photo, avec un seul capteur et le flash. Et oui, au premier coup d'œil, on pourrait croire que la tablette dispose de deux capteurs photo à l'arrière, mais ce n'est pas le cas ! Par contre, il faudra acheter une coque de protection pour la tablette, car le module photo arrière dépasse un peu trop à mon goût.

À l'avant, nous avons l'écran avec ses bords noirs que je trouve un peu épais. La caméra frontale est située au centre de la bordure supérieure de la tablette, qui d'ailleurs est pensée pour être tenue à la verticale.

Si l'on regarde les différents côtés de la tablette, on peut découvrir les quatre haut-parleurs : 2 sur le dessus, 2 sur le dessous et ils sont facilement visibles, car ils sont assez larges. Pour la partie microphone, il y en a deux : 1 sur le dessus et un sur le dessous.

Sur l'un des côtés, nous avons l'emplacement pour venir positionner le stylet Xiaomi Smart Pen afin de le recharger, mais je vous rappelle qu'il n'est pas fourni avec la tablette. De l'autre côté, nous avons un connecteur pour le clavier Xiaomi, qui est vendu séparément aussi.

Concernant les boutons, il y a un bouton on/off sur le dessus de la tablette, et sur le côté droit, au-dessus de l'emplacement pour le stylet, on retrouve un bouton pour gérer le volume. Les deux boutons sont assez proches l'un de l'autre, ce qui permet de prendre des copies d'écran à une seule main, par exemple.

Remarque : si vous décidez d'utiliser la tablette en mode desktop avec un clavier, le capteur frontal qui peut servir de caméra pour vos visioconférences basculera sur le côté.

Au final, certains diront qu'il manque trois choses : le port Jack, une LED de notification et la possibilité d'ajouter une carte microSD pour étendre le stockage.

On aurait pu ajouter un quatrième élément manquant : le lecteur d'empreintes, car il n'y en a pas, que ce soit à l'arrière, sur le côté, ou sous l'écran. Par contre, la reconnaissance faciale est disponible et elle est réactive, on peut dire que ça compense bien !

Malgré que ce ne soit pas un écran OLED, mais bien un écran LED, la qualité d'affichage est satisfaisante. Le rendu des couleurs est bon et la luminosité correcte, mais il ne faudrait pas moins.

III. L'autonomie, ça donne quoi ?

Sur le papier, Xiaomi annonce une autonomie de plus de 16 heures pour la lecture vidéo, plus de 10 heures pour les jeux et plus de 5 jours pour écouter de la musique. Qu'en est-il dans la pratique ?

  • Le streaming vidéo

Pour mesurer l'autonomie en streaming, j'ai mis la tablette avec la luminosité de l'écran au maximum (indispensable pour bien voir en pleine journée), le volume à 50% et j'ai regardé plusieurs films en streaming via Internet.

Résultat, la tablette est passée de 100% à 0% au bout de 5h45 de streaming non-stop ! On est loin des 16 heures annoncées par Xiaomi.

Reste à savoir comment Xiaomi a effectué ses mesures, mais il est certain que la lecture locale ou en streaming via Internet, ça ne consomme pas la batterie de la même façon.

Il est à noter que le streaming vidéo sur Netflix et Disney+ supporte la qualité HD, ce qui est à préciser.

  • Streaming audio

Pour la lecture audio, j'ai utilisé Spotify avec le volume de la tablette à 60%. Ce que je peux vous dire, c'est qu'au bout de 10 heures de streaming, la batterie est passée de 100% à 81%. Cela laisse penser qu'on peut utiliser la batterie pendant plusieurs jours pour écouter de la musique.

  • Temps de charge

La tablette Mi Pad 5 a besoin de 2 heures pour passer de 0% à 100% de batterie.

IV. Qualité des photos

J'ai pris quelques photos avec la tablette, principalement avec le capteur arrière, afin d'évaluer la partie photo de ce modèle. Voici trois photos, prises dans les mêmes conditions. La troisième photo a été prise avec le HDR actif, ce qui a permis de bien éclairer l'arbre sur la photo, sinon il était sombre et en contraste vis-à-vis du ciel.

L'application de la caméra ne contient pas énormément de paramètres, mais il est possible de gérer le format de la prise de vue, d'utiliser le retardateur, d'activer ou non le HDR, d'appliquer des filtres en direct, d'activer ou désactiver la fonction "caméra IA", et bien sûr de gérer la qualité des photos.

Lorsque l'on utile l'appareil photo, si l'on n'utilise pas le zoom, on obtient un cliché d'une qualité satisfaisante et avec un bon niveau de netteté. Par contre, dès que l'on commence à zoomer, il y a un bruit important qui s'installe sur les photos. Le résultat est le même lorsque la luminosité diminue. Le capteur de 13 mpx ne fait pas de miracles.

Le capteur frontal quant à lui suffira pour prendre quelques selfies et effectuer des appels vidéos.

V. Performances, système, etc... : la Mi Pad 5 au quotidien

Le Snapdragon 860 épaulé par 6 Go de RAM et le système MIUI 12.5 basé sur Android 11 permettent-ils à cette tablette de répondre à tous les besoins du quotidien ? Voici mon ressenti.

Après quelques minutes d'utilisation, on se rend compte d'une chose : la navigation au sein de l'interface est fluide. Cela signifie que le SoC répond bien, mais il faut dire qu'il est bien aidé par le taux de rafraichissement de l'écran en 120 Hz. Par défaut, nous retrouvons les applications Google ainsi que les applications Xiaomi comme : Navigateur Mi, Mi Vidéo, et ShareMe. L'application WPS Office est également préinstallée.

Pour les séances de streaming, l'écran sera forcément appréciable, mais il y autre chose que j'ai beaucoup aimé : c'est la qualité de l'audio. Avec les quatre haut-parleurs, nous avons le droit à une qualité audio qui est top ! Il y a une belle profondeur sonore et c'est d'autant plus agréable pour regarder un film.

Pour exploiter la taille de l'écran, on peut compter sur les possibilités offertes par MIUI 12.5 : les fenêtres flottantes et l'affichage fractionné. Petit bémol sur l'affichage fractionné : il supporte seulement le mode 50/50. J'ai eu quelques difficultés à prendre en main la gestion des fenêtres, mais ensuite c'est appréciable.

Le Snapdragon 860 est déjà présent au sein d'autres smartphones, mais pour voir ce que cette tablette a dans le ventre, je vais faire appelle à deux logiciels de Benchmark : 3D Mark et Geekbench 5.

Par ailleurs, si l'on compare le score AnTuTu de cette tablette avec d'autres modèles, on peut voir qu'elle obtient un meilleur score que les tablettes Samsung Galaxy Tab S6 et Huawei Matepad Pro (5G)

Pour ma part, je peux vous assurer qu'elle fonctionne parfaitement pour de la navigation sur Internet, l'utilisation des réseaux sociaux, le streaming (YouTube, Netflix, Disney+ etc.), mais aussi les jeux. En termes de performances, il n'y a pas d'inquiétudes à avoir, sauf peut être pour des usages très spécifiques... Mais sinon, vous pouvez être rassuré.

VI. Conclusion

La tablette Xiaomi Mi Pad 5 propose une belle expérience et elle est agréable à utiliser pour plusieurs raisons : elle tient bien en main malgré sa taille de 11 pouces, son écran est vraiment sympa avec un rendu de l'image qui est top, et surtout elle tourne super bien !

La qualité de fabrication est bonne et le design soigné, le seul bémol sur ce point c'est l'intégration du module photo arrière qui est exposé aux rayures. À voir ce que cela peut donner dans le temps. Si l'on apporte une importance particulière à la connectique, il faut tenir compte du fait qu'il n'y ait pas de slot microSD, pas de port Jack, et il n'y a pas non plus de lecteur d'empreinte, de puce GPS, ni de LED de notifications.

Test Xiaomi Mi Pad 5

VII. Où acheter la tablette Xiaomi Mi Pad 5 ?

Pour finir ce test, parlons du prix et de l'offre de précommande de la tablette Mi Pad 5 ! Actuellement, sur le site Goboo.com (revendeur officiel et partenaire Xiaomi), il y a une belle offre valable jusqu'au 23 septembre :

  • Xiaomi Mi Pad 5 (128 Go) à 299 euros 
  • Xiaomi Mi Pad 5 (256 Go) à 349 euros

Avec cette offre de précommande, vous pouvez obtenir une réduction de 50 euros par rapport aux tarifs annoncés. C'est aussi l'occasion d'avoir le modèle 256 Go au prix de la version 128 Go.

La livraison s'annonce rapide puisque les entrepôts de Goboo sont en Espagne et l'appareil bénéficie d'une garantie de 2 ans.

Si cela vous branche, voici le lien pour accéder à l'offre : Acheter Xiaomi Mi Pad 5

Voilà pour mes premières impressions au sujet de la tablette Xiaomi Mi Pad 5 après quelques jours d'utilisation, si vous avez des questions, n'hésitez pas à poster un commentaire.

The post Test Xiaomi Mi Pad 5 : une tablette 11 pouces très séduisante ! first appeared on IT-Connect.

Activer ou Désactiver l’option CSM dans le BIOS

13 juillet 2018 à 19:01

Le BIOS de l'ordinateur comporte différentes options et notamment concernant les réglages de démarrage de l'ordinateur (Boot).
Parmi ces réglages, on trouve le support CSM (Compatibility Support Module) souvent dans la partie sécurité du BIOS.
En suivant suivant tutoriel, vous avez pu modifier ce paramètre sans trop savoir les conséquences.
Le résultat final est en général des problèmes d'installation de Windows avec un message d'erreur sur la page des partitions de disques.

Ce tutoriel vous explique à quoi sert cette option CSM, si vous devez ou non l'activer.
Enfin et surtout comment activer ou désactiver l'option CSM dans le BIOS UEFI d'un PC ASUS, MSI, Gigabyte.

Activer ou Désactiver l'option CSM dans le BIOS UEFI

Introduction

Il faut bien comprendre à quoi sert cette option CSM du BIOS car elle a des conséquences.

Depuis quelques années une nouvelle norme de BIOS a vu le jour.
Les BIOS dit UEFI, pour plus d'informations, suivez l'article complet : Les BIOS UEFI - rôle et fonctionnement
En clair donc, les ordinateurs fonctionnent en mode UEFI et cela a des conséquences sur la structure des partitions de disques.
Vous devez avoir un disque avec un partition GPT afin de pouvoir démarrer l'ordinateur sur un ordinateur UEFI.

Mais ces ordinateurs UEFI embarquent l'option CSM qui permet à l'ordinateur de booter sur un disque non-UEFI.
Pour résumer donc :

  • Les ordinateurs UEFI fonctionnent avec des disques dur avec des partitions de disques GPT.
  • avec l'option CSM, vous pouvez démarrer votre ordinateur avec des disques dur MBR

Les pages suivants abordent toutes les différentes :

Les conséquences sont importantes, car si vous avez un disque dur GPT et que vous activez l'option CSM, vous ne pourrez pas installer Windows. Par exemple, avec le message : Erreur installation de Windows : Le disque sélectionné est du style de partition GPT
Sur la page des partitions lors de l'installation de Windows, vous rencontrez le message : Windows ne peut pas être installé sur ce disque. Le disque sélectionné est du style de partition GPT.
Malheureusement, vous arrivez souvent dans ce cas de figure car vous suivez des tutoriels qui font activer le CSM dans le BIOS sans aucune raison.

L'option CSM n'est pas disponible sur les PC récent > 2020, car la rétrocompatibilité avec les BIOS Legacy/Hérité n'est plus disponible.

Comment activer ou désactiver CSM dans le BIOS UEFI

La prochaine chose à faire est d'accéder aux BIOS de l'ordinateur.
La procédure pour y parvenir est de tapoter sur une touche au démarrage de l'ordinateur.
Cette touche diffère d'un constructeur de l'ordinateur à l'autre.
Pour plus d'informations donc suivre ces liens :

L'activation du mode CSM nécessite de désactiver le Fast Boot. Cette option se trouve en général dans le menu Advanced ou BIOS.

Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS ASUS

  • Accédez au BIOS du PC
  • Puis appuyez sur la touche F7 pour afficher les options avancées (advanced mode)
Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS ASUS
  • Ensuite rendez-vous dans le menu Boot.
  • En seconde position se trouve l'option Launch CSM, positionnez ce dernier en Disabled pour le désactiver et Enabled pour l'activer
  • Puis dans l'option Boot Device Control choisissez le type de démarrage:
    • UEFI and Legacy OPROM : pour booter à la fois sur un périphérique UEFI ou BIOS Legacy
    • Legacy OPROM Only : pour démarrer le PC que sur des périphériques BIOS Legacy (MBR)
    • UEFI Only : pour démarrer le PC sur des périphériques en UEFI
  • Une fois la modification, effectuez pensez à quitter le BIOS en enregistrant les modifications (Save & Exit).
Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS ASUS
Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS ASUS

Enfin les anciennes interfaces de BIOS Asus notamment sur les ordinateurs portables, on trouve l'option Launch CSM dans le menu Boot.

Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS ASUS

Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS Asrock

  • Accédez au BIOS ASRock
  • Puis cliquez sur le menu Boot
  • Cherchez ensuite CSM Parameters
  • Positionnez CSM sur Enabled pour l'activer
  • Réglez ensuite les options Boot Option Filter et Launch PXE OpRom
  • Enfin cliquez sur Exit puis Save & Exit pour quitter en enregistrant les modifications
Activer ou Désactiver CSM dans un BIOS Asrock

Activer ou Désactiver CSM sur un Bios Gigabyte

  • Ouvrez le BIOS Gigabyte
  • Puis en haut cliquez sur le menu BIOS
  • En bas, cliquez sur CSM Support puis positionnez sur Enabled ou Disabled
  • Enfin cliquez sur le menu Save & Exit pour quitter en enregistrant les modifications
Activer ou Désactiver CSM sur un Bios Gigabyte
Lorsque vous désactiver CSM Support, vous êtes en full UEFI, cela active en bas l'option Secure Boot, pour activer ou désactiver le Secure boot.

Activer ou Désactiver CSM sur un PC MSI

  • Ouvrez le BIOS du PC MSI
  • Puis accédez au menu Boot
  • Dans Boot Mode Select pour changer le mode de démarrage
Activer ou Désactiver CSM sur un PC MSI
Activer ou Désactiver CSM sur un PC MSI
  • Vous avez alors le choix entre :
    • LEGACY : pour démarrer le PC sur des périphériques en BIOS Hérité / MBR
    • UEFI pour démarrer le PC seulement sur des périphériques GPT et compatible 100% UEFI
    • UEFI with CSM : pour booter à la fois sur des périphériques GPT ou MBR
Activer ou Désactiver CSM sur un PC MSI
  • Puis cliquez sur Sauvegarder (Save & Exit) pour prendre en compte les modifications

Activer ou Désactiver CSM sur un PC Samsung

Sur un ordinateur Samsung Series 9, pour activer le mode CSM, il faut tapoter sur la touche F2 pour entrer dans le BIOS.
A partir de là, se rendre dans la partie Advanced pour désactiver le Fast BIOS Mode qu'il faut positionner sur Disabled.

Activer ou Désactiver CSM  sur un PC Samsung

puis se rendre dans le menu boot et placer OS Mode Selection.

Activer ou Désactiver CSM  sur un PC Samsung

Réinitialiser les paramètres du BIOS par défaut pour réactiver CSM

Une solution plus radicale, si vous ne trouvez pas l'option CSM est de réinitialiser les paramètres du BIOS par défaut.
En général, une touche est indiquée avec "Defaults" ou "Defaults Settings". Par exemple sur les BIOS Asus, c'est la touche F9.
Sinon se rendre sur notre lien complet avec toutes les explications.

L’article Activer ou Désactiver l’option CSM dans le BIOS est apparu en premier sur malekal.com.

Comment générer un fichier d’informations système (MsInfo32) sous Windows

15 septembre 2021 à 09:46

Windows inclut un outil appelé Microsoft System Information (Msinfo32.exe).
Cet outil rassemble des informations sur votre ordinateur et affiche une vue complète de votre matériel, de vos composants système et de votre environnement logiciel, que vous pouvez utiliser pour diagnostiquer les problèmes informatiques.
Enfin il vous permet aussi de générer un fichier d'informations système au format NFO.
Très utile pour partager les problèmes ou configuration en vue d'un dépannage.

Ce tutoriel vous explique comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows.

Comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows

Comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows

Depuis l'interface des informations systèmes

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Tapez MSInfo32 et appuyez sur Entrée. Une fenêtre d'informations système s'affiche.
  • Dans la fenêtre Informations système, cliquez sur Fichier
  • Dans le menu déroulant, cliquez sur Enregistrer
Comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows
  • Une fenêtre de destination du fichier s'affiche.
  • Sélectionnez l'emplacement où vous souhaitez enregistrer le fichier. Choisissez un emplacement où vous pouvez facilement trouver le fichier, comme votre bureau.
  • Nommez le fichier MSInfo32 en le tapant dans le champ Nom de fichier.
  • Cliquez sur Enregistrer.
Comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows
  • Le processus d'exportation commence et peut prendre plusieurs minutes
Comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows
  • Cliquez avec le bouton droit sur le fichier .nfo, puis cliquez sur Envoyer vers et sélectionnez Dossier compressé (zippé).
  • Localisez le fichier ZIP et joignez-le à votre réponse de ticket. Le fichier zip sera au même emplacement que vous avez enregistré le fichier MSInfo32.

Avec la commande MSInfo32

La commande MSInfo32 permet aussi de créer un rapport et bien d'autres actions comme :

  • Utiliser les informations système à partir d'un fichier de commandes ;
  • Créer des fichiers .nfo ou .txt contenant des informations provenant de catégories spécifiées ;
  • Ouvrir les informations système et n'afficher que des catégories spécifiques ;
  • Enregistrer un fichier sans avertissement (sans ouvrir les informations système) ;
  • Démarrer les informations système connectées à un ordinateur distant ;
  • Créer un raccourci ouvrant les informations système dans une configuration communément utilisée.

Elle est donc très utile pour intégrer dans un script batch ou pour filtrer les catégories à utiliser dans le rapport.

Le paramètre /nfo permet d'indiquer l'emplacement du fichier rapport à créer :

msinfo32 /nfo C:\TEMP\TEST.NFO

On peut aussi utiliser le paramètre /categories pour filtrer sur les catégories à utiliser dans le rapport.
Par exemple, pour afficher les informations du résumé du système et créer un fichier .nfo appelé syssum.nfo, qui contient des informations dans la catégorie Résumé du système, tapez :

msinfo32 /nfo syssum.nfo /categories +systemsummary

Pour créer un fichier .NFO dans le dossier C:\TEMP, nommé CONFLITS.NFO et contenant des informations concernant les conflits de ressources, tapez :

msinfo32 /nfo C:\TEMP\CONFLITS.NFO /categories +componentsproblemdevices+resourcesconflicts+resourcesforcedhardware
Comment générer un fichier d'informations système (MsInfo32) sous Windows

Liens

L’article Comment générer un fichier d’informations système (MsInfo32) sous Windows est apparu en premier sur malekal.com.

Comment connaître les caractéristiques de son PC avec les informations système de Windows

15 septembre 2021 à 09:46

Les informations système de Windows est un outil très pratique et simple pour récapituler toute la configuration, caractéristiques de votre PC.
On peut très facilement lister les logiciels installés et la configuration logicielle comme la version de Windows ou les pilotes installés.
Du côté hardware, msinfo32 est aussi capable de lister tous les périphériques matériels de votre PC : processeur, carte graphique, carte Audio, ....

Dans ce tutoriel, je vous montre comment connaître les caractéristiques de son PC avec les informations système de Windows.

Comment connaître les caractéristiques de son PC avec les informations système de Windows

Comment connaître les caractéristiques de son PC avec les informations système de Windows

Pour ouvrir l'outil d'informations systèmes, suivez ce tutoriel, vous y trouverez aussi une présentation générale :

Comment savoir quel processeur est présent sur son PC

Le processeur est le composant le plus important de votre PC puisqu'il effectue les calculs pour le fonctionnement des applications, matériel de votre PC.
Il faut donc connaître le type de processeur installé sur votre PC pour savoir si vous pouvez installer la dernière version de Windows, si votre PC répond à la configuration requise pour faire tourner un jeu, etc.

  • Ouvrez l'outil d'informations système
  • Restez dans les résumés système
  • Puis à droite cherchez Processeur. Le modèle du CPU s'affiche, par exemple ici un Intel i7-4790 avec 4 coeurs
Comment savoir quel processeur est présent sur son PC

Pour plus de détails sur votre CPU, comme les jeux d'instructions, architectures et bien d'autres, utilisez le logiciel gratuit CPU-Z :

Comment connaître la quantité de mémoire RAM installée sur son PC

La mémoire RAM stocke les données du système d'exploitation et des applications.
Le processeur pioche dans ces données pour effectuer les calculs.
Ainsi, plus vous avez de mémoire RAM, plus vous pouvez faire tourner d'applications en même temps ou d'application gourmande comme Photoshop ou un jeu vidéo.
Il est donc important de connaître la quantité de mémoire RAM présente dans le système.

L'outil d'information système donne facilement cette caractéristique :

  • Accédez à aux informations système
  • Puis restez dans les résumés système
  • Ensuite à droite cherchez vers la fin Mémoire physique (RAM) installée. Vous pouvez alors avoir 4, 8, 16, 32 Go de RAM
Comment connaître la quantité de mémoire RAM installée sur son PC

Comment connaître le modèle et type de carte mère de son PC

La carte mère est le socle de votre PC, elle permet de faire tourner et communiquer tous les composants comme le processeur, la mémoire, carte graphique, périphérique de stockage.
Elle fournit aussi le BIOS et certains composants comme TPM.
Le modèle de la carte mère vous permet de savoir si vous pouvez mettre à niveau votre PC.

  • Accédez à aux informations système
  • Puis restez dans les résumés système
  • Cherchez à droite Fabricant de la carte de base et Produit de la carte de base

Comment savoir si le PC est en UEFI ou BIOS Legacy

UEFI est le dernier standard et norme de BIOS qui ouvrent la porte au Secure boot, TPM et d'autres mécanismes de sécurité.
Mais on peut configurer un BIOS UEFI en mode Hérité/Legacy pour une rétro compatibilité en activant CSM.
L'outil d'information système peut indiquer le mode BIOS depuis les résumés du système.

  • Ouvrez l'outil d'informations système
  • Puis à gauche cliquez le résumé système
  • Ensuite vérifiez la ligne Mode BIOS. Lorsque le BIOS est en UEFI, ce dernier est indiqué
Comment vérifier si votre ordinateur est en UEFI ou BIOS Hérité/Legacy

  • Mais lorsque le BIOS est configuré en mode Legacy/Hérité, le Mode BIOS indique hérité.
Comment vérifier si votre ordinateur est en UEFI ou BIOS Hérité/Legacy

Comment savoir si le Secure boot est activé

Le Secure boot ou démarrage sécurisé est un composant de sécurité importante des PC UEFI.
Cela permet d'assurer l'intégrité du boot et protéger contre la compromission par des logiciels malveillants.

  • Accédez à l'outil d'informations système
  • Puis à gauche cliquez le résumé système
  • Ensuite à droite, vérifiez que Etat du démarrage sécurisée est bien sur Activé
Vérifier si le Secure boot (démarrage sécurisé) est activé pour installer Windows 11

Comment savoir si TMP 2.0 est activé sur son PC

TPM est un composant de sécurité présent sur les cartes mères des PC UEFI.
Elle est l'axe principale du Secure boot mais aussi de composants de sécurité de Windows comme Windows Defender Guard.

Pour savoir si votre PC est compatible TMP 2.0 ou si TPM est activé sur votre PC :

  • Accédez aux informations système de Windows
  • Déroulez Ressources Matérielles > Mémoire
  • Vérifier si en bas à droite Module de Plateforme sécurisée 2.0 est présent
Vérifier si TPM 2.0 est activé pour installer Windows 11

Comment connaître le modèle de carte graphique

La carte graphique est un composant important pour les gamers puisqu'elle calcul le rendu graphique et images pour les envoyer vers la sortie écran.
La puissance et la quantité de mémoire vidéo est importante.
Pour connaître le type de carte graphique :

  • Accédez à l'outil d'informations système
  • Déroulez Composants > Affichage
  • A droite, la ou les cartes graphiques s'affichent avec le nom, modèle et fabricant. Vous obtenez aussi le nom du pilote, le nombre de couleurs et résolutions écran supportées
Comment connaître le modèle de carte graphique

Comment connaître les disques HDD ou SSD présents sur le PC

Voici comment lister les disques dur, partitions et volumes de disque :

  • Ouvrez les informations système de Windows
  • Déroulez Composants > Stockage > Disque
  • A droite les informations de disque avec le modèle, taille de secteur, taille des volumes et partitions s'affichent

Comment connaître la carte réseau Ethernet ou WiFi installés sur le PC

La carte réseau permet de vous connecter au réseau LAN ou internet.

  • Accédez à l'outil d'informations système
  • Déroulez Composants > Réseau > carte
  • Dans le volet de droite, la liste des interfaces réseaux avec le nom et modèle comme RealTek PCI Ethernet, Qualcomm Wireless, ...

Comment connaître la carte audio installée sur son PC

La carte Audio gère tous les sons et effets sonores de votre PC.
Pour connaître le modèle de carte audio :

  • Accédez à l'outil d'informations système
  • Déroulez Composants > Périphériques Audio
  • A droite le nom, modèle et type de carte son s'affiche comme Realtek Audio, AMD High Definition Audio, NVidia Virtual Audio

Comment vérifier si VBS, virtualisation et protection DMA sont activées

Enfin les informations systèmes vous permettent de déterminer si la protection DMA, la sécurité basée sur la virtualisation (VBS) sont activées.

On trouve cela à la fin du résumé système avec les propriétés :

  • Sécurité basée sur la virtualisation
  • Propriétés de sécurité requises pour la sécurité basée sur la virtualisation
  • Services en cours d'exécution pour la sécurité basée sur la virtualisation
Comment activer Device Guard et la protection DMA sur Windows 10

Enfin plus bas, Microsoft System Information (Msinfo32.exe) vous indique aussi si Hyper-V est activé.

Comment activer Device Guard et la protection DMA sur Windows 10

Liens

L’article Comment connaître les caractéristiques de son PC avec les informations système de Windows est apparu en premier sur malekal.com.

❌