FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 6 décembre 2021Flux principal

Cozy – Un player linux pour vos livres audio

6 décembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous êtes Linuxien et que vous aimez les livres audio, j’ai un bon petit soft à vous recommander. Il s’agit de Cozy, un lecteur dédié aux audiobooks qui apporte pas mal de confort.

Déjà, au niveau la présentation, vous verrez tous vos livres audios classés par auteur, nom ou par date d’ajout. Cozy supporte de nombreux formats sans DRM (MP3, M4a…etc).

Ensuite, au niveau de la lecture, pour vous lire votre livre en accéléré mais surtout, vous pouvez mettre un minuteur pour stopper la lecture au bout de X minutes ou à la fin d’un chapitre. Pratique pour ne pas se laisser embarquer dans une histoire sans fin. Mais surtout, si c’est le soir avant de vous endormir, vous pouvez également programmer la mise en veille ou l’extinction de votre PC.

Un mode offline permet également de conserver une copie du livre audio en cours, ce qui est pratique si vous stocker vos livres sur un disque réseaux (genre votre NAS).

Par contre, dommage, il y avait une version pour macOS mais elle n’est pas maintenue à jour par manque de moyens. Donc si vous avez des compétences sur macOS, prenez contact avec les porteurs du projet Cozy pour proposer une version pour les ordinateur Apple.

Cozy est dispo sur un tas de distrib Linux ici et vous pouvez aussi l’installer directement en passant par Flathub.

Hier — 5 décembre 2021Flux principal

Sharik – Partage de fichiers via Wifi ou hotspot mobile

5 décembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous voulez partager des fichiers entre 2 appareils que ce soit un smartphone ou un PC Linux / Windows, mais vous n’avez pas grand-chose sous la main.

Alors bien sûr il y a ShareDrop que vous avez découvert ici, mais ShareDrop nécessite d’avoir Internet. Car oui, la solution que je vous propose vous permet de partager des fichiers entre appareils connectés sur le même réseau Wifi, mais même si vous n’avez pas de Wifi et pas Internet, vous pourrez quand même y arriver avec le partage de connexion (hotspot) de votre smartphone.

Il vous suffit d’installer Sharik sur l’ordinateur ou le smartphone qui doit expédier le fichier puis de le recevoir sur l’autre appareil, soit avec une autre application Sharik, soit directement en entrant l’URL communiquée par l’outil dans un navigateur. Ainsi, vous pouvez partager des images, des fichiers, des applications installées ou simplement du texte.

Et voilà. C’est hyper simple, l’outil est dispo dans toutes les langues, sur tous les OS (sauf macOS, qui n’est pas dispo encore, mais osef puisqu’on peut quand même recevoir des trucs si on le souhaite).

Sharik est entièrement gratuit, open source et vous pourrez y contribuer en vous rendant sur sa page Github.

Vous pouvez télécharger Sharik pour :

Visual Studio Code dans votre navigateur

4 décembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous vous souvenez de Cloud9 qui permettait d’avoir un IDE (environnement de dev) dans le navigateur pour coder depuis n’importe où ?

Et bien même si le service a été absorbé par Amazon, je ne l’ai pas oublié.

Alors je vous laisse imaginer mon plaisir lorsque j’ai découvert VSCode.dev qui n’est ni plus ni moins qu’un portage de Visual Studio Code dans le navigateur.

Alors bien sûr, on est à des années-lumière de Cloud9 puisqu’on ne peut pas lancer le code pour le débugger. On est là, face à un simple éditeur, mais comme les navigateurs récents supportent l’API File System Access, il est possible d’accéder à vos fichiers locaux depuis le browser.

Ainsi, avec VSCode.dev vous pourrez par exemple visualiser et éditer des fichiers locaux, prendre des notes en markdown, créer des app full HTML, JS, CSS côté client en utilisant les outils de debug du navigateur pour votre débogage. Il est même possible d’ouvrir des dépôts Git directement depuis l’éditeur.

VSCode.dev est ainsi parfaitement adapté pour éditer du code sur des machines peu performantes ou qui ne font pas tourner VSCode comme les Chromebook ou les iPad.

À découvrir ici.

À partir d’avant-hierFlux principal

GeekTyper – Faites vous passer pour un hacker (en carton)

3 décembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous êtes entouré de gens qui ne comprennent rien à l’informatique et vous voulez leur en mettre plein les yeux ?

Alors, devenez hacker !

Trop compliqué, me direz-vous ? Que nenni !

Car oui, grâce au site GeekTyper, vous pouvez passer votre navigateur en plein écran et adopter un environnement de bureau totalement faux aux couleurs de la NSA, de Mr Robot, Umbrella Corp ou Militech.

GeekTyper permet de lancer des applications très flippantes de cracking de mots de passe, de coding à la vitesse de la lumière et autres machins qui font des lignes de commande automatiquement pendant que vous tapez sur votre clavier.

De quoi vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas 🙂 En tout cas, il y a de quoi faire de bonnes blagues.

Un petit tour d’horizon en vidéo…

De mon côté, j’ai une grosse préférence pour l’ordinateur de Didier Raoult (lol) :

Le site est également disponible sous la forme d’un économiseur d’écran voire d’une application Windows si vous en faites un usage intensif. Et si votre truc, c’est de vous la raconter au bistrot, il y a également la version mobile sur Android.

GeekTyper c’est par ici.

Un outil pour supprimer rapidement le contenu Facebook que vous n’assumez pas

2 décembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Qu’ont en commun :

  • Une soirée complètement bourrée
  • Une élection présidentielle
  • La recherche d’un travail de qualité
  • Un youtubeur dans la sauce
  • Un divorce compliqué

Vous ne voyez pas ?

Et bien c’est simple : L’absolue nécessité de nettoyer son compte Facebook avant que d’autres découvre un commentaire, une photo, un like… qui pourrait être retourné contre son auteur.

Et pour faire ça, rien de mieux que l’outil libre « Facebook Delete » qui permet de supprimer les contenus de votre choix (les likes, les commentaires, les posts…etc) aux dates de votre choix, sans vous fatiguer et sans avoir à supprimer tout votre compte Facebook.

L’outil est développé en Go et vous pouvez récupérer les sources ici mais des binaires pour Linux, Windows et macOS sont également téléchargeables ici.

Une fois téléchargé, rendez ce binaire exécutable comme ceci :

chmod +x deleter-linux

et lancez le :

./deleter-linux

Pour le lancer directement depuis les sources, faites comme ceci :

git clone https://github.com/marcelja/facebook-delete.git
cd facebook-delete
go install
go run deleter.go

Et voilà ! Vous aurez un compte Facebook tout beau tout propre pour aller de l’avant !

Uptime Kuma – Un service de monitoring à héberger vous-même

1 décembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous connaissez ces sites payants qui permettent de surveiller un site web ou n’importe quel service exposé sur Internet ?

Et bien, plus la peine de chercher ce genre de truc de monitoring à la Uptime Bot ou StatusPage, car il existe l’équivalent sous licence libre que vous pouvez déployer sur votre propre serveur : Uptime Kuma.

Une fois en place sur un serveur, vous pouvez ajouter des sondes qui iront vérifier que le service que vous voulez surveiller répond bien toutes les X secondes / minutes. Et bien sûr, vous prévenir immédiatement dès que c’est inaccessible.

Uptime Kuma vous donnera le temps de réponse du dernier test, le temps de réponse moyen, le % d’uptime (disponibilité) sur 24h et sur 30 jours ainsi que la date d’expiration de votre certificat SSL.

De cette manière, vous pourrez donc contrôle la disponibilité des services en HTTP(s) / TCP / Ping / enregistrement DNS et Push. L’interface est plutôt jolie et vous pouvez le programmer pour recevoir des alertes via le service désiré : Telegram, Discord, Slack, email…etc.

Cerise sur le gâteau, une page de statut publique est également disponible pour que vous puissiez la communiquer aux gens qui ne peuvent plus se passer de vos services.

Ce script pour nodeJS peut s’installer dans un docker comme ceci :

docker volume create uptime-kuma
docker run -d --restart=always -p 3001:3001 -v uptime-kuma:/app/data --name uptime-kuma louislam/uptime-kuma:1

Et si Docker ce n’est pas votre truc, vous pouvez également l’installer comme ceci :

# Mettez à jour NPM
npm install npm -g

#Clonez le git du projet
git clone https://github.com/louislam/uptime-kuma.git
cd uptime-kuma
npm run setup

# Lancez le service comme ceci : 
node server/server.js

Ensuite, y’a plus qu’à lancer votre navigateur et à vous rendrez sur l’URL locale suivante :

http://localhost:3001

Et dans le même style, il existe également Monitorix qui n’est pas un personnage d’Astérix, mais bien un outil open source de monitoring ou encore Cachet que vous pouvez télécharger ici. Merci à TeicionX et Polyum, pour l’info.

Comment mettre l’ISO Windows 11 sur une clé USB et contourner la vérification TPM 2.0 / Securecheck ?

30 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous vous souvenez de cette vidéo dans laquelle je vous explique comment installer Windows 11 en contournant la vérification de TPM et SecureCheck sur votre ordinateur ?

Et bien voici une méthode encore plus simple avec l’outil Rufus que j’ai déjà présenté ici.

La première étape consiste à télécharger une ISO de Windows 11 sur le site de Microsoft. Ensuite, munissez vous d’une clé USB suffisamment grande (8 Go par exemple) et insérez là dans votre ordinateur.

Téléchargez Rufus ici et lancez-le.

Ensuite, sélectionnez votre périphérique, c’est-à-dire la clé USB sur laquelle sera déployée l’ISO, choisissez ensuite l’ISO de Windows 11 puis dans les options d’image, vous aurez alors le choix entre une installation classique pour les systèmes équipés de TPM 2.0, de SecureCheck et de +8GB de RAM ou une installation sur un ordinateur auquel il manque l’une de ces choses, normalement requises par Microsoft.

Et oui, c’est aussi simple que ça. Ensuite, cliquez sur le bouton « Démarrer » pour lancer le formatage de la clé et l’installation de l’ISO de Windows 11 sur celle-ci.

Si vous êtes plutôt amateur de Ventoy et que vous avez aimé mon tutoriel à ce sujet, sachez que ces derniers proposent également la possibilité de contourner les vérifications de Windows. Pour cela, il faudra utiliser le paramètre

"VTOY_WIN11_BYPASS_CHECK": "0"

dans la config de Ventoy. Vous aurez tous les détails ici.

Bonne installation !

Un tableau blanc gratuit pour laisser libre cours à votre créativité

29 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous cherchez un moyen simple de partager des idées à plusieurs pendant une conférence par exemple, rien de mieux qu’un bon schéma sur un tableau.

Browserboard est un service qui va vous permettre de dessiner à plusieurs sur un tableau blanc partagé. Une multitude d’outils sont disponibles comme des stylos, des surligneurs, des post-its, des flèches, des formes…etc.

Pas besoin de vous créer un compte, et le service est entièrement gratuit. À la création d’un tableau blanc, vous obtenez un lien unique que vous pouvez alors partager avec d’autres personnes.

Ensuite pour l’export, vous pouvez tout simplement sortir une image PNG de votre œuvre. Notez également que le service fonctionne aussi sur mobile.

À découvrir ici

Et dans le même style, il y a également Awwapp, WiteBoard et PixClip.

Merci à J0j0b4rj0 pour l’info

Comment trouver les adresses emails des utilisateurs de Github

28 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous faites du logiciel libre et vous cherchez à contacter l’un de vos pairs ?

Pas de souci avec l’outil d’OSINT baptisé Zen qui scanne les dépôts publics Github et vous sort la liste de toutes les boites mail et pseudo des contributeurs au projet que vous visez. Attention, ça ne pirate rien… ça scanne simplement les dépôts et les pages Github à la recherche d’emails en clair.

Pour l’installer, faites un

git clone https://github.com/s0md3v/Zen.git

Puis placez-vous dans le répertoire

cd Zen

Et installez les dépendances :

pip install -r requirements.txt

Ensuite vient le moment d’utiliser le script. Si vous avez uniquement le pseudo de la personne et que vous voulez son mail, entrez simplement :

python zen.py username

Si vous avez l’URL du dépôt Github, c’est comme ça :

python zen.py https://github.com/username/repository

Et si vous ciblez une organisation / société précise, c’est cette commande qu’il vous faudra :

python zen.py organization --org

Il n’y a pas de limite mis à part le nombre de requêtes que vous pouvez adresser à Github à la minute. Si vous n’êtes pas authentifié sur le site, vous serez limité à 60 requêtes par heure. Authentifié, ce chiffre passe à 6000 requêtes par heure.

Zen permet de faire du multithreading histoire d’aller plus vite. Et vous pouvez même vérifier sur la base haveibeenpwned.com si tel ou tel email a été poutré.

python zen.py username --breach

Amusez-vous bien, mais ne faites pas de bêtise. Je vous rappelle que le spam est illégal. Et si votre email traine sur Github, pensez à l’enlever ou à en changer. Je vous invite à lire ce guide qui vous expliquera comment protéger vos données personnelles sur Github.

Comment télécharger un gros fichier en ligne de commande depuis Google Drive ?

27 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous devez télécharger des fichiers depuis Google Drive en ligne de commande avec Curl ou Wget, il y a de fortes chances que cela échoue.

Pourquoi ? Et bien il semblerait que l’avertissement que Google envoie pour les fichiers dépassant une certaine taille soit bloquant pour ces outils.

Alors, comment faire ?

Et bien il existe un petit outil sous licence libre qui s’appelle Gdown qui permet de contourner le problème. Ainsi, grâce à GDown vous pourrez télécharger de gros fichiers depuis Google Drive en ligne de commande.

Elle n’est pas belle la vie ?

Pour installer GDown, ouvrez un terminal et entrez la commande suivante :

pip install gdown

Ensuite, entrez la commande gdown suivie de l’URL du fichier Google Drive :

gdown https://drive.google.com/uc?id=1l_5RK28JRL19wpT22B-DY9We3TVXnnQQ

Et voilà !

L’outil supporte également les URLs classiques qui ne sont pas des URL Google Drive, à la manière de n’importe quel Wget.

Un paramètre –fuzzy permet également de récupérer des répertoires complets de Google Drive ou des fichiers comme ce PowerPoint :

gdown --fuzzy "https://docs.google.com/presentation/d/15umvZKlsJ3094HNg5S4vJsIhxcFlyTeK/edit?usp=sharing&ouid=117512221203072002113&rtpof=true&sd=true"

Notez que Gdown peut également être importé en tant que lib dans vos scripts Python qui peut être très pratique.

Enjoy !

Merci à Laurent

DaProfiler – Un outil OSINT spécial France pour rassembler de l’information et trouver des emails

26 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous voulez faire un peu de renseignements (OSINT), voici un script baptisé DaProfiler qui vous permet d’obtenir des emails, des comptes de médias sociaux, des adresses, les emplois et plus encore d’une votre cible.

Cet outil conçu pour la France uniquement, utilise notamment des techniques de web scraping et de Google dorking, pour trouver toutes ces infos et notamment les adresses e-mail de votre cible via des recherches sur Skype, Pinterest et à l’aide de combinaison de différentes adresses e-mail qu’il vérifie par la suite pour savoir si l’adresse e-mail existe ou non

DaProfiler est également capable de contrôler le contenu d’une biographie Instagram pour trouver des informations intéressantes telles que les adresses e-mail, les profils PayPal, la ville, l’école, l’âge, les hobbies et plus encore…

Évidemment, on parle ici uniquement de données disponibles publiquement sur Internet et cet outil n’est à utiliser qu’à des fins éducatives sur vos propres données.

Pour l’installer :

git clone https://github.com/TheRealDalunacrobate/DaProfiler.git
cd DaProfiler
pip install -r requirements.txt

Incarnez la personne de vos rêves et trompez les algos avec la #CookieFactory

25 novembre 2021 à 10:32
Par : Korben

L’UNESCO a à coeur de nous aider à protéger notre identité en ligne. Seulement, voilà, sans même nous en rendre compte, avec d’infimes détails, nous laissons chaque jour des tas de données durant nos séances de surfs. Les sujets qui nous animent, notre niveau de vie, nos habitudes, nos petits secrets…etc.

Et tout cela vient nourrir les bases de données des GAFAM et de leurs acolytes. Chaque donnée est ensuite analysée automatiquement par des systèmes d’IA (deep learning) qui peuvent ensuite nous cataloguer pour mieux nous servir de la publicité voire de l’information ciblée.

Dans ce cas, notre vie privée n’est pas réellement respectée et bien sûr comme pour le moment, il n’y a pas de cadre autour de l’éthique de l’intelligence artificielle, c’est un peu la fête ! Alors, comment sensibiliser les gens au sujet tout en frappant un grand coup pour que les politiques commencent à s’y intéresser ?

Et bien pour cela, l’UNESCO a mis au point la Cookie Factory, une extension Chrome qui va sauvegarder vos cookies, les supprimer et vous forger une toute nouvelle identité.

Je dois avouer que je n’ai jamais vu une extension aussi originale. C’est un vrai spectacle en image et en musique et je vous invite vraiment à la tester rien que pour le show. Ainsi vous pourrez choisir entre revêtir l’identité d’un fan de chats, d’un hacker, d’un multimillionnaire, d’un platiste, d’un fan de voiture…etc.

Chaque cookie a son parfum.

Évidemment, tout est réversible et vous pouvez retrouver à tout moment vos cookies d’origine, mais à quoi bon quand on peut incarner quelqu’un d’autre. Vous pouvez même créer un profil personnalisé… Devenez un homme, une femme, un(e) ado, adulte, sénior, fan de rap, de plongée sous-marine, de pâtisserie, de licornes, de danse classique…etc. Et

Ensuite, y’a plus qu’à surfer et voilà, vous ne serez plus la même personne aux yeux des algos. Très cool non ?

L’extension est disponible uniquement sous Chrome et vous pouvez la télécharger ici.

Une fois encore, je vous invite à la télécharger même si vous pensez ne pas en avoir besoin, ne serait que pour l’expérience. C’est un vrai show, j’ai adoré !

Bravo à l’UNESCO ainsi qu’à l’agence DDB Paris, c’est bien joué ! Puis maintenant que je suis une jeune fille multimillionnaire, fan de licorne et de combats de robots, je sens que ma vie numérique va basculer.

Comment extraire des données de Google Maps ?

25 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Voici un outil de scraping absolument bluffant qui se concentre sur l’extraction de données en provenance de Google Maps.

Imaginez que vous ayez un annuaire web à remplir ou un listing à consister à partir des données publiques de Google Maps.

Comment faire ? Tout recopier à la main ?

Bien sûr que non ! Grâce à l’extension G Map Extractor sous Chrome, vous pourrez à partir d’une simple requête, vous consister un fichier CSV contenant le nom, l’adresse, le code postal, le numéro de téléphone, le site web et les coordonnées géodésiques des lieux.

Par exemple, je suis ici sur la carte des Kebabs de Clermont-Ferrand… Je lance alors l’extension, j’entre ma requête…

« Kebab Clermont-Ferrand » … Et hop, les données vont commencer à être collectées automatiquement. On est bien dans un cas de scraping pur et dur. Pas sûr que ce soit approuvé par Google, mais vu qu’ils ont autorisé cette extension sur leur Chrome Store, j’imagine qu’ils s’en fichent.

Une fois les données extraites, y’a plus qu’à télécharger le CSV et voilà ! Vous aurez un beau fichier tout beau avec toutes les coordonnées de ce que vous avez recherché.

Edito du 24/11/2021

24 novembre 2021 à 11:50
Par : Korben

Hello les copains,

J’espère que vous allez bien. Ici, ça va mieux. Avec le Covid, professionnellement c’était la catastrophe, mais j’ai travaillé très dur depuis juillet et ça y est, je sors enfin un peu la tête de l’eau, alors c’est cool. Korben.info va continuer à vivre et je ne serai pas obligé de tout arrêter. D’ailleurs, c’est en partie grâce à mes Patrons qui me soutiennent ! Merci les amis !

Comme je suis sur les rotules, je vais me couper un peu du net durant la période de Noël. En profiter pour lire, jouer à Age of Empires IV, coder un peu pour me détendre et pourquoi pas refaire un peu de musique. Bref, chiller… J’ai hâte !

Entre deux coups d’enduit et de ponçage (oui je suis encore dans les travaux jusqu’au cou), j’ai quand même trouvé le temps pour commencer la nouvelle saison de Dexter (New Blood) et franchement, ça commence pas mal.

Bon, je vous laisse, faut que j’aille faire la cuisine pour ma petite famille…

Enjoy !

Comment synchroniser automatiquement des sous-titres de films ?

24 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Quand j’ai fini de retranscrire des sous-titres pour l’une de mes vidéos, si je veux ensuite les synchroniser comme il faut avec le bon timecode, je passe par Youtube qui est capable de faire le travail de synchronisation automatiquement. C’est formidable !

Mais quand il s’agit d’un film téléchargé sur Internet et de sous-titres récupérés sur des sites comme OpenSubtitles, balancer tout ça sur Youtube juste pour re-synchroniser des sous-titres c’est un peu fastidieux.

Alors que faire ?

Et bien si vous êtes sous Windows, macOS et Linux, vous pouvez utiliser SubSync. Cet outil sous licence libre réalise sa synchronisation par l’écoute de la piste audio ce qui va vous permettre de gagner beaucoup de temps.

Les pistes peuvent être dans des langues différentes, elles seront également traduites si nécessaire. De plus, une synchronisation avec d’autres sous-titres est également possible.

Ainsi, grâce à SubSync, vous n’avez plus besoin d’ajuster les sous-titres manuellement !

SubSync dispose d’une interface graphique mais vous pouvez également l’utiliser en ligne de commande ce qui est support cool pour intégrer ce process dans vos scripts.

Génial non !?

Et ce qui est encore plus génial, c’est que SubSync est maintenant accessible en ligne. Vous pouvez donc réaliser la synchronisation directement en passant par cette page web.

Pour aller plus loin :

Xpra – Établir un accès distant à des applications graphiques sous Linux (Screen for X)

23 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous utilisez Linux, notamment à distance, vous vous êtes peut être déjà demandé comment déporter l’affichage graphique d’une app Linux distante sur un autre ordinateur Linux voire un Windows ou un macOS.

Un début de réponse avait d’ailleurs été posté dans mon article sur l’installation de WSL2 sous Windows 10/11.

Mais il y a encore plus simple et cela s’appelle Xpra. Derrière cet acronyme signifiant « X11 Persistent Remote Application », se cache un outil sous licence libre GPLv2+ connu également sous le nom de « screen for X ».

Xpra permet d’exécuter des programmes X11, généralement sur un hôte distant, puis de diriger leur affichage vers votre machine locale. Ensuite quand vient le moment de vous déconnecter de ces programmes, aucun souci. A la reconnexion à partir de la même machine ou d’une autre, l’état de l’application ne sera pas perdue.

Xpra peut également être utilisé pour accéder à des sessions de bureau existantes ou démarrer des sessions de bureau à distance. Plusieurs clients sont disponibles et le serveur Xpra intègre une interface cliente en HTML5.

Xpra est utilisable sur une grande variété de protocoles réseau TCP chiffrés et fait de son mieux pour s’adapter à toutes les conditions de réseau que ce soit SSL, SSH, websockets…etc.

Xpra transmet et synchronise de nombreuses fonctionnalités du bureau Linux, ce qui permet aux applications distantes de s’intégrer de manière transparente dans l’environnement de bureau du client : entrée et sortie audio, imprimantes, presse-papiers, plateaux système, notifications, webcams, etc.

Il peut également ouvrir des documents et des URL à distance et d’afficher du contenu à haute résolution (comme ça votre écran à 3 000 euros ne vous sert pas à rien).

Pour lancer par exemple Xterm depuis une machine distante, entrez la commande suivant en prenant soin de remplacer USER par votre utilisateur et HOST par l’IP de votre machine.

xpra start ssh://[email protected]/ --start=xterm

Cette méthode est similaire à ssh -X pour ceux qui connaissent, sauf que les performances seront nettement meilleures et que vous pourrez vous déconnecter et vous reconnecter à cette session autant de fois que vous le souhaitez.

Pour vous reconnecter ou vous connecter à cette session depuis une autre machine, utilisez la commande attach comme ceci :

xpra attach ssh://[email protected]/

Vous trouverez plus d’infos ici sur Github et les binaires sont ici pour Windows, macOS et Linux.

Test de la friteuse à air connectée d’Ultenic

22 novembre 2021 à 14:35
Par : Korben

— En partenariat avec Ultenic —

Ultenic, dont j’avais testé le dernier robot aspirateur m’a fait une surprise en m’envoyant une… friteuse. Mais attention, pas n’importe quelle friteuse.

La friteuse à air K10 connectée !

Je n’ai jamais eu de friteuse, encore moins connectée donc j’étais très curieux de voir un peu comment ça fonctionnait. Alors déjà, le concept même de friteuse à air, je ne connaissais vraiment pas… Pour moi, les friteuses ça fonctionnait qu’avec de l’huile.

Et bien là, pas besoin d’huile pour faire frire des frittes ou griller du poulet. Même déshydrater des fruits c’est possible. Pour cela, la friteuse K10 propulse de l’air chaud dans son tiroir de 5 litres (1,2 kg) pour permettre une cuisson homogène, un peu comme un mini-four, mais en 4 fois plus rapide.

Sur l’aspect friteuse, rien à redire. Cela fait un mois que je l’utilise et je ne peux déjà plus m’en passer… Que ce soit pour faire des frites ou des toasts de chèvre chaud ou encore des nuggets maison, le résultat est impeccable.

Sur l’aspect tech de l’objet, c’est très agréable à utiliser. Déjà sur le dessus de la machine, il y a tout un tas de programmes automatiques pour faire cuire un peu tout ce dont vous rêvez. Légume, pizza, poulet, poisson, viande rouge, frites et bien sûr pain. Une fonction de maintien au chaud permet également de conserver à la bonne température vos aliments si l’apéro se prolonge.

Vous pouvez bien sûr ajuster la température et la durée si besoin et une petite sonnerie retentira pour vous indiquer que c’est le moment de secouer vos frites ou retourner vos nuggets pour une cuisson plus homogène.

Au niveau de l’application smartphone, et bien tout est pilotable à distance. Vous pouvez commencer le préchauffage, démarrer ou stopper la cuisson, voire même la programmer pour que tout soit cuit à votre arrivée. On peut clairement se passer de l’application, mais je la trouve quand même pratique pour recevoir une alerte sur mon téléphone pour penser à retourner les aliments, ou tout simplement lancer la cuisson sans quitter mes invités (ou ma série TV) par exemple. Et comme c’est compatible Alexa et Google Assistant, vous pouvez même piloter tout ça à la voix si vous êtes équipé.

L’objet est hyper silencieux et mesure 30 cm de large, ce qui permet d’éviter d’encombrer la cuisine et niveau nettoyage, le revêtement du panier est antiadhésif du coup, ça se nettoie super bien avec de l’eau chaude et un peu de liquide vaisselle. Vous pouvez même le passer au lave-vaisselle.

J’ai également été surpris par toutes les recettes trop cools qu’Ultenic a intégrées dans son application, mais également sous la forme d’un petit livret fourni avec la K10. Ces recettes en plus de donner de bonnes idées permettent de prendre conscience de tout ce qu’on peut faire avec la K10.

J’en suis super content et je l’utilise quasiment tous les jours. Pour le moment, je m’en sers comme d’une friteuse, mais également de four et de grille-pain au quotidien…etc. On peut même s’en servir pour faire du pain, il faudra que je teste ça également.

Si ça vous intéresse, vous trouverez la friteuse K10 ici sur Amazon au prix de 103 euros car elle est déjà en promo si vous êtes abonné Amazon Prime. Normalement elle coûte 129 euros. Mais la bonne nouvelle, c’est que je vous propose 10 euros de réduction supplémentaire avec le code K10KORBEN.

Donc Amazon Prime + les codes, ça vous fait l’appareil à 93,20 € !

CuteFish OS – Une bien meilleure expérience des Linux Desktop

22 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Hier, je vous ai présenté Q4OS qui se veut être une distribution Linux robuste et stable, mais au look assez basique malgré les nombreux thèmes.

Toutefois si le look pour vous, c’est important, je vous invite aujourd’hui à tester CuteFish, une distrib basée sur Ubuntu qui met l’accent sur la simplicité d’utilisation, le côté pratique de l’OS et surtout le look plutôt léché. Par certains aspect, ce Linux me fait penser à la distribution Chinoise Deepin.

Avec CuteFish, l’expérience utilisateur est au rendez-vous avec notamment des applications dédiées à l’OS et surtout cohérentes entre elles.

CuteFish est un projet encore super récent, et le site est clairement vide donc je pense pas que ça deviendra tout de suite votre Linux de référence, mais quoiqu’il en soit, c’est un projet à suivre.

S’il tient ses promesses, il permettra d’aider à la transition vers Linux Desktop des utilisateurs habitués à Windows, n’en déplaise à Linus Torvalds.

Et si vous cherchez le grand amour niveau Linux, je vous renvoie vers cet article.

Q4OS – Une distribution Linux Desktop stable et puissante

21 novembre 2021 à 09:00
Par : Korben

Comme hier, on reste dans la thématique Linux avec aujourd’hui une petite présentation de Q4OS.

Q4OS est une distribution Linux desktop rapide et conviviale, basé sur Debian Linux.

Ce système d’exploitation fournit un ensemble d’utilitaires et d’optimisations spécifiques, tout en offrant un système pensé pour la productivité. Rien de superflu dans Q4OS et surtout pas de processus inutile qui viendrait occuper les ressources du système. On est vraiment sur quelque chose d’assez pur et de surtout hyper stable.

Car oui, le but de Q4OS est de proposer un système LTS (Long Term Support) recevant des mises à jour de sécurité bien après sa sortie. C’est d’ailleurs ce que garantit la base Debian

Tout cela le rend idéal pour les personnes qui souhaitent obtenir un environnement de travail adapté à leurs besoins et préférences individuels.

Niveau look, Q4OS n’est pas en reste avec certes un design assez basic, mais plusieurs thèmes parmi lesquels j’en suis sûr, vous trouverez votre bonheur. Pour l’environnement de bureau, Q4OS embarque l’environnement desktop Trinity qu’on en trouve sur aucune distribution Linux grand public. Trinity est d’ailleurs capable de cohabiter parfaitement avec l’environnement Plasma si vous le souhaitez.

De ce point de vue, Q4OS convient aussi bien aux nouveaux venus qu’aux utilisateurs expérimentés. Un installeur pour Windows est d’ailleurs dispo, ce qui vous permettra d’installer Q4OS sur un PC équipé de Windows et profiter du multi-boot (Windows et Linux) au lancement de la machine.

Si cet OS vous intéresse, c’est par ici que ça se passe.

Maintenant une question : Pensez-vous que Q4OS devrait figurer dans mon Top des meilleures distributions Linux ?

❌