FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 27 mai 2022IT

Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11

27 mai 2022 à 15:01

Les variables d’environnement sont responsables du stockage d’informations sur l’environnement du système d’exploitation. Différentes applications et programmes nécessitent des configurations différentes et c’est le travail de Windows pour s’assurer que chacun d’eux a l’environnement le mieux adapté. Simplement, ces variables d’environnement sont des installations de stockage de données.
La variable PATH est l’une des plus utiles du type et vous aide à exécuter n’importe quel exécutable trouvé dans les chemins sans avoir à donner le chemin complet de l’exécutable.
Il est possible de modifier la variable PATH au niveau du système complet ou de l’utilisateur afin de spécifier un dossier et pouvoir saisir directement les commandes de ce dernier depuis l’invite de commandes ou PowerShell.

Ce tutoriel vous aidera à changer la variable d’environnement PATH avec 3 méthodes différentes afin que vous puissiez exécuter des commandes et exécutables à partir de vos répertoires personnalisés.

Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11

Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11

Depuis les paramètres système

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis dans le champs exécuter, saisissez sysdm.cpl et OK
Ouvrir les propriétés du système via sysdm.cpl
  • Puis cliquez sur Paramètres systèmes avancés
  • Accédez en bas à droite sur Variables d’environnements
Modifier variables d'environnement
  • Sélectionnez PATH dans la liste des variables de l’utilisateur ou variables du système :
    • Modifier les variables d’environnement du système
    • Modifier les variables d’environnement pour votre compte
Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11
  • Puis cliquez à droite sur Modifier
  • Ajoutez la nouvelle entrée avec le point virgule comme séparateur :
%USERPROFILE%\AppData\Local\Microsoft\WindowsApps;C:\Mondossier
Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11

Depuis le Panneau de configuration, comptes utilisateurs

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis dans le champs exécuter, saisissez control et OK afin d’ouvrir le Panneau de configuration de Windows
Ouvrir le Panneau de configuration sur Windows avec la commande control
  • Ensuite cliquez sur Comptes d’utilisateurs
Ouvrir les comptes utilisateurs de Windows
  • Sélectionnez le compte utilisateur Windows
  • Puis à gauche cliquez sur Modifier vos variables d’environnement
Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11 depuis le panneau de configuration
  • Sélectionnez PATH dans la liste des variables de l’utilisateur ou variables du système :
    • Modifier les variables d’environnement du système
    • Modifier les variables d’environnement pour votre compte
Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11
  • Puis cliquez à droite sur Modifier
  • Ajoutez la nouvelle entrée avec le point virgule comme séparateur :
%USERPROFILE%\AppData\Local\Microsoft\WindowsApps;C:\Mondossier
Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11

Depuis l’invite de commandes

Vous pouvez définir des variables d’environnement à partir de l’invite de commande Windows à l’aide de la commande set ou setx. La commande set définit uniquement la variable d’environnement pour la session en cours.
La commande setx le définit en permanence, mais pas pour la session en cours. Si vous souhaitez le définir pour les sessions actuelles ainsi que futures, utilisez à la fois Setx et SET.

C:\>setx PATH "C:\mondossier;%PATH%"
SUCCESS: Specified value was saved.
C:\>set PATH=C:\Mondossier;%PATH%

Par défaut, Setx définit la variable dans l’environnement local (sous la clé de registre HKEY_CURRENT_USER). Si vous souhaitez définir la variable système (sous la clé de registre HKEY_LOCAL_MACHINE), utilisez l’indicateur / m. Démarrez l’invite de commande en tant qu’administrateur sur Windows 10, cliquez avec le bouton droit sur le menu Démarrer et sélectionnez Invite de commande (ADMIN).

setx /m PATH "C:\mondossier;%PATH%"
SUCCESS: Specified value was saved.

Par le registre Windows

Ouvrir l'éditeur du registre Windows
  • Puis, à gauche, déroulez l’arborescence suivante HKEY_LOCAL_MACHINE > SYSTEM > CurrentControlSet > Control > Session Manager >Environment
  • Puis à droite double cliquez sur PATH
  • Enfin ajoutez le nouveau dossier avec le point virgule comme séparateur
Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11 par le registre Windows

L’article Comment modifier la variable PATH sous Windows 10, 11 est apparu en premier sur malekal.com.

VMware : un exploit PoC est en ligne pour la vulnérabilité CVE-2022-22972

27 mai 2022 à 12:02

Plusieurs produits VMware doivent être mis à jour en urgence, car le code d'un exploit PoC est disponible et il permet à un attaquant d'outrepasser l'authentification et bénéficier des privilèges d'administrateur. Faisons le point.

Cette faille de sécurité critique, associée à la référence CVE-2022-22972, affecte les produits suivants de chez VMware : Workspace ONE Access, VMware Identity Manager (vIDM), et VMware vRealize Automation. L'entreprise américaine a mis en ligne plusieurs mises à jour de sécurité afin de patcher ces produits.

Les chercheurs en sécurité d'Horizon3 ont mis en ligne un exploit PoC sur GitHub et ils ont mis en ligne également une analyse technique complète. D'après eux, les attaquants n'auront pas besoin de beaucoup de temps pour développeur leurs propres exploits. C'est sûr qu'avec ces informations, cela va les aider...

En exploitant la faille de sécurité CVE-2022-22972, un attaquant peut compromettre une instance vRealize Automation 7.6 en outrepassant l'authentification. Concernant les deux autres produits, ils précisent : "Workspace ONE et vIDM ont des points d'accès d'authentification différents, mais le cœur de la vulnérabilité reste le même". En bref, un attaquant peut obtenir un accès administrateur sans avoir besoin de s'authentifier.

Toutes les entreprises qui utilisent un ou plusieurs de ces produits doivent installer les mises à jour dès que possible. L'agence américaine CISA a également émis une alerte à ce sujet : mettez à jour vos produits VMware ou déconnectez-les du réseau. Le message est clair. De son côté, VMware a mis en ligne des correctifs, car différentes versions sont affectées, mais aussi des instructions pour limiter les risques temporairement.

Ces dernières heures, VMware a fait l'actualité pour une tout autre raison : l'entreprise américaine vient d'être rachetée par Broadcom pour 61 milliards de dollars. Par ailleurs, ce sont les serveurs VMware ESXi qui sont ciblés par un nouveau ransomware baptisé Cheerscrypt par les chercheurs de Trend Micro.

Source

The post VMware : un exploit PoC est en ligne pour la vulnérabilité CVE-2022-22972 first appeared on IT-Connect.

Broadcom rachète VMware pour 61 milliards de dollars !

27 mai 2022 à 11:37

Deux géants de l'informatique vont fusionner puisque Broadcom vient de racheter VMware pour 61 milliards de dollars. C'est l'une des opérations les plus importantes de l'histoire dans le domaine de l'informatique !

D'un côté, Broadcom est l'un des principaux acteurs dans le domaine de l'électronique et des semi-conducteurs, et cette entreprise américaine produit notamment des circuits intégrés que l'on retrouve ensuite chez d'autres géants tels qu'Apple pour ses iPhone. D'un autre côté, VMware est une entreprise d'informatique, elle aussi américaine, spécialisée dans les solutions de virtualisation et le Cloud.

Ce n'est pas la première fois que VMware est racheté car on se souvient de l'acquisition par Dell EMC en 2016. L'année dernière, il y a eu une séparation entre VMware et Dell EMC où chaque entreprise est redevenue indépendante (même si Michael Dell a conservé une part importante chez VMware, et donc il va profiter aussi de se rachat).

Désormais, VMware est tombé entre les mains de Broadcom contre une belle somme : 61 milliards de dollars, soit environ 57 milliards d'euros. C'est l'une des opérations les plus importantes de l'histoire, mais ce n'est pas la plus importante de l'année puisque Microsoft a racheté le studio de jeux-vidéo Activision Blizzard contre 68,7 millions de dollars.

Avec cette acquisition, qui est en bonne voix et devrait se conclure, Broadcom se montre ambitieux et espère devenir « le leader mondial des technologies d'infrastructure ». Ces dernières années, Broadcom a montré un intérêt grandissant pour les entreprises du domaine des logiciels, notamment avec l'acquisition de CA Technologies pour 18,9 milliards de dollars mais aussi la société Symantec, spécialisée dans les solutions de sécurité, pour 10,7 milliards.

Source

The post Broadcom rachète VMware pour 61 milliards de dollars ! first appeared on IT-Connect.

CPU Fan Error : les solutions

27 mai 2022 à 13:42

CPU Fan Error est une erreur des ventilateurs du processeur peut apparaître lors du démarrage d’un ordinateur.
L’avertissement est généralement déclenché après qu’un ordinateur s’est arrêté en raison de la surchauffe. Cela peut arriver lorsque le ventilateur (ou les ventilateurs) ne peut pas refroidir suffisamment le matériel.
Il peut prendre la forme :

  • Error: CPU Fan Has Failed!
  • CPU Fan Error

Bien que frustrant, le message d’erreur CPU Fan Error et l’arrêt forcé permet de protéger votre ordinateur contre tout dommage. Mais si les ventilateurs ne fonctionnent pas et que l’ordinateur continue de surchauffer, cela peut endommager en permanence les composants matériels.

Il existe des moyens de confirmer la cause de la surchauffe et les messages d’erreur résultants, ainsi que des moyens de les réparer.
Consultez sur ce tutoriel pour trouver des explications et solutions pour résoudre le message CPU Fan Error au démarrage du PC.

CPU Fan Error : les solutions

Quelles sont les causes de CPU Fan Error

Le message CPU Fan Error est un avertissement de problème de ventilation CPU lors la phase de POST. Cela peut être lorsque le ventilateur du processeur ne tourne pas ou si le ventilateur tourne à une vitesse en dessous de la valeur qui lui semble judicieuse, généralement 800/1500 rpm).
C’est un seuil que que l’on peut modifier dans les réglages du BIOS (dans la section monitoring).

CPU Fan Error au démarrage du PC est généralement due à des dommages physiques au ventilateur, à des paramètres incorrects ou à des facteurs externes, ce qui fait surchauffer l’ordinateur et forcer le ventilateur à fonctionner à des vitesses inhabituellement élevées. La poussière ou d’autres objets obstruant les bouches d’aération de l’appareil peuvent provoquer des erreurs de ventilateur CPU.

Comment résoudre CPU Fan Error

Voir les températures du processeur et vitesse des ventilateurs

La première chose qui convient de faire est de connaître la température du PC.
Le but est de vérifier si le PC surchauffe.
De plus les programmes tels que HWMonitor, Speccy sont aussi capable de mesurer la vitesse de ventilateurs.
Cela peut donc aider à déterminer si les ventilateurs tournent à une vitesse trop baisse.
Suivez ce guide :

CPUID HWMonitor : Voir les températures du processeur et vitesse des ventilateurs

Placez le PC dans une pièce fraîche

Déplacez votre ordinateur. Laisser votre ordinateur dans une zone avec beaucoup de chaleur ou de soleil peut le faire surchauffer et s’arrêter, peu importe à quel point le ventilateur fonctionne dur.
Essayez de déplacer votre ordinateur dans une pièce plus fraîche et ne le placez jamais au soleil direct tout au long de la journée.

Arrêter l’overclocking du PC

Une conséquence de l’overclocking est une augmentation spectaculaire de la chaleur du système que les fans par défaut ne peuvent pas gérer.
La surchauffe peut endommager les circuits et provoquer des arrêts fréquents et des erreurs de surchauffe.
Si vous avez overclocké votre processeur alors c’est probablement la source de l’erreur CPU Fan Error.

Installer le ventilateur du CPU correctement

Vérifiez l’emplacement de votre fan de processeur. Si vous avez installé le ventilateur CPU vous-même, assurez-vous qu’il est au bon endroit. Vous auriez dû le connecter à l’en-tête du processeur sur la carte mère. Si vous l’avez connecté ailleurs, le ventilateur peut fonctionner lorsque l’ordinateur est en cours, mais il ne refroidira pas suffisamment le CPU, ce qui est son objectif principal.

N’hésitez pas à consulter la notice du PC ou de la carte mère.

Veuillez vous assurer que le ventilateur du processeur est installé sur la bonne position de la carte mère et tordre les vis étroitement

  • Assurez-vous que le câble du ventilateur CPU est installé en toute sécurité sur le connecteur CPU_FAN au lieu du CHA_FAN
  • Si vous installez une autre marque de ventilateur de processeur avec une vitesse de révolutions plus faible, le système peut ne pas être en mesure de le détecter correctement. Vous pouvez essayer de régler “la vitesse de vitesse du processeur” à la limite basse “à 200 tr/min dans la configuration du BIOS
Installer le ventilateur du CPU dans le PC
  • “La vitesse de vitesse du ventilateur de CPU” apparaît uniquement lorsque vous définissez le contrôle CPU Q-Fan sur [Mode DC], [Mode PWM] et [Auto]. Pour ces premières versions, vous devez définir le contrôle CPU Q-Fan sur [activé], [Mode Advance] ou [Auto]

Essayez un en-tête de ventilateur CPU alternatif. Si vous avez plusieurs en-têtes de ventilateur CPU sur votre carte mère, essayez de brancher le ventilateur dans un emplacement différent. Cela corrige parfois l’erreur du ventilateur CPU.

Nettoyez les ventilateurs de votre PC (dépoussiérer)

Les ventilateurs encrassés par la poussière refroidissent moins bien le PC.
Ce dernier surchauffe et vous perdez en performances et même cela peut occasionner des plantages du PC.
La poussière empêche le ventilateur de tourner à sa vitesse nominale.
Cela peut être détecté par les capteurs de la carte mère et générer une erreur CPU Fan Error.

Il convient donc de nettoyer l’intérieur du PC et de le dépoussiérer.
Pour cela, suivez ce guide complet :

Nettoyer l'intérieur de son PC pour le dépoussiérer

Ignorer le Fan Speed Monitor dans les réglages du BIOS

Vous pouvez également basculer les réglages du monitoring du CPU Speed Fan sur “ignorer” pour masquer le message d’erreur.
Comprenez que cela ne règle pas les problèmes de ventilateurs qui tournent au ralenti pour de mauvaises raisons.
Mais si vous avez fait de bon réglages et que cela génère cette erreur, vous pouvez l’ignorer.

  • Vous pouvez définir le moniteur-> la vitesse du ventilateur du processeur sur [ignorer] si vous ne souhaitez pas ouvrir le boîtier de l’ordinateur
  • Vous pouvez définir la vitesse du ventilateur CPU sur [ignorer] si votre ordinateur est déjà livré avec un système de refroidissement liquide

Pour cela :

  • Accédez au BIOS du PC
  • Puis accédez aux options Advanced
  • Monitor > Fan Speed Monitor > N/A > Ignore
  • Puis enregistrez les modifications : Menu Exit > Save Changes.

Régler la vitesse des ventilateurs

Sur les PC modernes, il est possible de régler la vitesse des ventilateurs.
Vous pouvez créer des profils silencieux ou augmenter la vitesse du ventilateur lorsque vous poussez le PC à une utilisation extrême.
Pour y parvenir, suivez ce tutoriel :

Régler la vitesse des ventilateurs du processeur (CPU FAN)

Liens

L’article CPU Fan Error : les solutions est apparu en premier sur malekal.com.

Install ESXi network drivers for Intel e1000 and Intel I220 / I221 / I225/ I226 chipsets

27 mai 2022 à 10:14

Many IT professionals and others run VMware lab environments for learning, certification prep, evaluation, and other use cases. They often use commodity hardware not found on the VMware hardware compatibility list. This leads to driver issues, especially with network adapters. Community Networking Driver for ESXi provides drivers for otherwise unsupported NICs.

The post Install ESXi network drivers for Intel e1000 and Intel I220 / I221 / I225/ I226 chipsets first appeared on 4sysops.

Réveiller à distance les ordinateurs d’un réseau par Wake On LAN

14 juin 2021 à 09:32

Le Wake On LAN est une technologie de réveil d’un PC à distance par le réseau.
Il s’agit d’envoyer un paquet magique et spécifique sur le réseau pour réveiller un PC en veille grâce à sa carte réseau.
Plusieurs méthodes existent avec un logiciel ou en ligne et enfin à partir de sites sur internet.
Cela fonctionne sur Windows 7, 8, 10 ou encore Linux (Ubuntu, Mint, Debian, Fedora, …).

Ce tutoriel vous explique comment réveiller à distance les ordinateurs d’un réseau par Wake On LAN.

Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN

Réveiller à distance les ordinateurs d’un réseau par Wake On LAN

Au préalable, il faut activer le Wake On Lan sur son PC, pour cela :

Puis pour réveiller un PC à distance avec le Wake on LAN, vous devez connaître l’adresse IP et l’adresse MAC du PC.
Pour récupérer ses informations :

Sur Windows 7, 8 ou 10

  • Télécharger Wake On LAN GUI
  • Puis saisissez :
    • L’adresse MAC de la forme 00:00:00:00:00:00 – si vous l’avez récupéré par ipconfig, il faut donc remplacer les – par des :
    • L’adresse IP
    • Le maque de sous réseau dans Subnet Mask
    • Dans Send Option: réglez sur Local Subnet pour envoyer le paquet dans le LAN
    • Remote Port Number : testez avec 9 ou 7, le port réseau par défaut du WOL
Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN sur Windows

A noter qu’il existe aussi le logiciel Wake On Lan Sender, plus complet.
En effet, il gère une liste de PC que l’on peut exporter et importer.
De plus, vous pouvez envoyer un paquet magique sur tout le réseau (via le broadcast).
Enfin, il peut aussi prendre la main à distance par RDP.

Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN sur Windows

Linux

Sur les distributions Linux comme Ubuntu, Debian, Mint ou autres, trois outils existent :

  • En ligne de commandes : etherwake ou wakeonlan.
  • En graphique avec Ampare Wake On Lan

En graphique

Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN sur Linux
  • Puis exécutez le
  • Ensuite saisissez l’adresse MAC et éventuellement un nom
  • Cliquez sur Send pour envoyer le paquet magique afin de réveiller un PC du LAN
  • Pour enregistrer le PC, cliquez sur Save afin de l’ajouter dans la liste en b as
Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN sur Linux

En ligne de commandes

Les outils en ligne de commandes sont à installer avec apt.

wakeonlan permet de réveiller un ou plusieurs PC sur le réseau par WOL.
Ainsi, on peut spécifier un fichier de liste.
Voici un exemple de syntaxe de wakeonlan, pour réveiller un PC avec l’adresse IP 192.168.1.15 et son adresse MAC.

wakeonlan -i 192.168.1.15 00:0C:29:92:3A:3E
Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN sur Linux

La syntaxe etherwake est assez proche où il faut fournir l’adresse MAC :

etherwake 00:0C:29:92:3A:3E

En ligne avec un site internet

Enfin il existe des sites pour envoyer la paquet magique pour réveiller son par internet.
Pour que cela fonctionne, il faut mettre en place un transfert de port depuis son routeur vers votre PC.

  • Accédez Wake On Lan Center
  • Remplissez l’adresse IP publique
  • Le port réseau source que vous avez transféré
  • Enfin l’adresse MAC du PC cible
Réveiller à distance les ordinateurs d'un réseau par Wake On LAN sur Internet

L’article Réveiller à distance les ordinateurs d’un réseau par Wake On LAN est apparu en premier sur malekal.com.

Debugging an IIS 500 – Internal server error

26 mai 2022 à 16:21

If your Internet Information Services (IIS) produces a 500 – Internal server error, your website is in serious trouble. Debugging an IIS 500 – Internal server error can take some time, so you'd better be prepared for the worst-case scenario. You don't want to research how to deal with this error under time pressure.

The post Debugging an IIS 500 – Internal server error first appeared on 4sysops.

Android : le trojan ERMAC 2.0 peut voler les identifiants de 467 applications différentes

26 mai 2022 à 16:07

Le trojan pour Android nommé ERMAC passe en version 2.0, ce qui lui permet de prendre en charge 467 applications au lieu de 378, afin de dérober encore plus d'informations, notamment des identifiants et les données de portefeuilles crypto.

Une fois qu'il est en place sur un appareil Android, le cheval de Troie "ERMAC 2.0" va analyser votre mobile à la recherche d'identifiants et de portefeuilles crypto dans le but de récupérer les informations et de les remonter aux pirates informatiques à l'origine de l'attaque. Une situation qui peut être difficile à gérer lorsque l'on est victime d'un tel logiciel malveillant.

Sur le dark net, ERMAC 2.0 peut être loué sous la forme d'un abonnement facturé 5 000 dollars par mois, soit 2 000 dollars de plus en comparaison de la première version du malware. C'est un signe qu'ERMAC est populaire et qu'il est capable de générer encore plus d'argent qu'avant grâce à la prise en charge d'un plus grand nombre d'applications. Il est susceptible de toucher n'importe quel pays car il prend en charge des institutions bancaires et des services du monde entier.

D'après les chercheurs en sécurité de chez ESET, il y a déjà une première campagne en cours basée sur ERMAC 2.0, et elle concerne le marché polonais avec la fausse application Bolt Food. Cette application serait distribuée par l'intermédiaire du site "bolt-food[.]site" qui n'a rien à voir avec le site officiel de ce service de livraison concurrent direct d'Uber Eats et consort, mais qui est une copie destinée à tromper les utilisateurs. La diffusion de ce lien malveillant s'appuie sur des méthodes habituelles telles que les campagnes de phishing, des publications malveillantes sur les réseaux sociaux, etc...

Android - Exemple ERMAC 2.0

Lorsqu'un utilisateur télécharge l'application et qu'il cherche à l'installer, celle-ci lui demande un contrôle total sur l'appareil (lecture des SMS, accès aux contacts, enregistrement audio, accès en écriture au stockage, création de pop-up, etc...). Grâce à ces autorisations, le trojan peut entrer en action et faire ce qu'il veut sur l'appareil. En fait, il va pouvoir présenter de faux formulaires de connexion dans les différentes applications, en superposition des formulaires officiels, afin de collecter les identifiants de l'utilisateur et de les envoyer au serveur C2 de l'attaquant. Cette possibilité est offerte grâce aux services d'accessibilité d'Android qui sont détournés pour un usage malveillant.

Une nouvelle fois, il est bon de rappeler qu'il ne faut pas télécharger d'applications en dehors des magasins officiels (où il faut rester méfiant également). Sur Android 11 et Android 12, Google a décidé de serrer la vis aux applications qui cherchent à utiliser les services d'accessibilité, ce qui devrait bloquer certaines actions de ce logiciel malveillant.

Source

The post Android : le trojan ERMAC 2.0 peut voler les identifiants de 467 applications différentes first appeared on IT-Connect.

Comment créer une VM Windows 11 avec VirtualBox ?

26 mai 2022 à 10:00

I. Présentation

Vous utilisez VirtualBox et vous souhaitez installer Windows 11 dans une machine virtuelle ? Alors ce tutoriel est fait pour vous ! En effet, nous allons apprendre à créer une machine virtuelle Windows 11 dans VirtualBox. Cela est possible même si VirtualBox est installé sur Windows 10 ou un autre système, car là on parle vraiment du système invité dans la VM.

Débutant avec VirtualBox ? Suivez ce tutoriel pour apprendre à l'installer et à créer une première machine virtuelle dans le détail.

II. Créer la VM Windows 11

Pour créer une nouvelle machine virtuelle sur VirtualBox, que ce soit pour installer Windows 11 ou tout autre système en partant de zéro, il suffit de cliquer sur le bouton "Nouvelle" afin de lancer l'assistant de création d'une VM.

Pour cette première étape, plusieurs champs sont à renseigner :

  • Nom : nom de la machine virtuelle, ici "Windows 11 22H2 (Preview)"
  • Dossier de la machine : où stocker la machine virtuelle, ici ce sera dans le dossier par défaut c'est-à-dire dans le profil de mon utilisateur
  • Type : le type de système d'exploitation donc nous devons sélectionner "Microsoft Windows"
  • Version : la version du système, donc pour Windows 11, nous devons sélectionner "Windows11_64"

Quand tout est correctement configuré, cliquez sur "Suivant" pour continuer.

Puisque l'on a sélectionné Windows 11, VirtualBox va ajuster la configuration recommandée tout au long de l'assistant. De ce fait, pour la RAM, il va se caler sur les prérequis de Microsoft, à savoir 4 Go de RAM (mémoire vive). Si vous avez les ressources nécessaires, je vous recommande de laisser 4 Go, mais si ce n'est pas le cas vous pouvez partir sur 2 Go.

Le stockage est indispensable pour installer le système d'exploitation puis les données par la suite. Il s'agit d'une nouvelle machine virtuelle, donc choisissez "Créer un disque dur virtuel maintenant". Cliquez sur "Créer".

Cette machine virtuelle étant destinée à tourner uniquement en local sur notre installation de VirtualBox, vous pouvez sélectionner "VDI" puisqu'il s'agit du format natif de VirtualBox. Cliquez sur "Suivant".

Il s'agit d'une simple machine virtuelle pour réaliser des tests sur Windows 11, donc un disque dur virtuel dynamique est adapté. Choisissez "Dynamiquement alloué"  avant de poursuivre.

Pour la taille du disque dur virtuel, VirtualBox recommande 80 Go, enfin le curseur est positionné sur 80 Go, mais d'après la documentation de Microsoft, c'est 64 Go la valeur recommandée officiellement. J'indique une taille de 64 Go afin de respecter les prérequis de Windows 11, mais là encore, on pourrait attribuer une taille inférieure. Souvenez-vous que de toute façon, le disque dur grossira dynamiquement en fonction de l'usage utilisé. Cliquez sur "Créer" pour créer la VM !

Pour finaliser la création de la machine virtuelle, nous devons spécifier l'image ISO d'installation de Windows 11 dans la configuration de la VM. En effet, sans les sources d'installation, l'affaire se complique... Suivez les étapes suivantes :

1 - Sélectionnez la VM dans l'inventaire VirtualBox

2 - Cliquez sur le bouton "Configuration"

3 - Cliquez sur "Stockage" à gauche,

4 - Sélectionnez le lecteur DVD où c'est indiqué "Vide" pour le moment

5 - Cliquez sur l'icône en forme de DVD (5)

6 - Choisissez l'option "Choose a disk file"

Sélectionnez l'image ISO du système d'exploitation que vous souhaitez installer puis validez. Autrement dit, sélectionnez l'image ISO d'installation récupérée sur le site de Microsoft. Voici ce que j'obtiens :

Avant de continuer, cliquez sur "Système" à gauche puis sur l'onglet "Processeur" afin de vérifier qu'il y a bien 2 processus associés à cette VM. Validez.

III. Installer Windows 11 dans une VM VirtualBox

La machine virtuelle est prête, nous n'avons plus qu'à la démarrer puis à installer le système Windows 11, même si ce n'est pas si simple comme nous allons le voir. Commencez par sélectionner la VM et cliquez sur le bouton "Démarrer".

Une seconde fenêtre s'ouvre... Avec un visuel sur la VM, ici il faut appuyer sur une touche pour démarrer sur l'image ISO et démarrer le processus d'installation de Windows 11. Lorsque le choix de la langue s'affiche (ou lors choix de la version de Windows 11, si vous avez déjà avancé), vous devez positionner votre souris dans la VM et effectuer la combinaison de touches "SHIFT + F10" avec votre clavier.

Une invite de commande "cmd.exe" va s'ouvrir. Saisissez la commande ci-dessous pour ouvrir l'éditeur de registre :

regedit

Vous allez me dire, pourquoi ? Et bien, nous devons modifier la base de registre pour que l'installation de Windows 11 soit possible, sinon on va être bloqué à cause des prérequis qui ne sont pas respectés (la puce TPM 2.0 ne semble pas prise en charge par VirtualBox). Cette manipulation est indispensable, et elle permet aussi de bypasser certaines vérifications. Par exemple, pour la RAM : Windows 11 requiert 4 Go de RAM mais vous souhaitez attribuer seulement 2 Go.

C'est parti pour effectuer quelques modifications... Commencez par parcourir l'arborescence du registre de cette façon :

HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\Setup

Effectuez un clic droit sur "Setup" à gauche : un menu s'ouvre... Sous "Nouveau", cliquez sur "Clé" afin de créer une nouvelle clé nommée "LabConfig" (en respectant la casse).

Installation de Windows 11 - Création de la clé LabConfig
Installation de Windows 11 - Création de la clé LabConfig

Au sein de la clé LabConfig, en fonction du ou des prérequis que vous souhaitez bypasser, il y a plusieurs valeurs à créer (faites au moins les trois premières) :

  • BypassTPMCheck
  • BypassSecureBootCheck
  • BypassRAMCheck
  • BypassStorageCheck
  • BypassCPUCheck

Commençons par la valeur liée à la puce TPM, que vous devez nommer "BypassTPMCheck". Pour créer une valeur, effectuez un clic droit sur "LabConfig", puis sous "Nouveau" cliquez sur "Valeur DWORD 32 bits".

Nommez la valeur "BypassTPMCheck" et validez. Une fois que la valeur est créée, vous devez la modifier pour indiquer "1" à la place de "0". Le tour est joué pour cette première valeur.

Windows 11 : création de la valeur BypassTPMCheck
Windows 11 : création de la valeur BypassTPMCheck

Répéter cette opération pour créer les autres valeurs, en pensant à mettre l'état à "1". Vous obtenez ceci :

Fermez l'éditeur de registre et l'invite de commande afin de retourner sur l'assistant d'installation de Windows 11. Grâce aux modifications que nous venons d'apporter, vous allez pouvoir continuer l'installation sans aucune difficulté.

L'installation sur le disque de la machine virtuelle va s'effectuer. Une fois que ce sera fait, la VM va redémarrer.

Je ne m'attarde pas sur le processus d'installation de Windows 11 car il n'y a qu'à suivre les étapes. In fine, Windows 11 est installé sur la machine virtuelle VirtualBox. Félicitations ! 🙂

IV. Installer les Additions invité de Windows 11

Pour finaliser l'installation de notre VM Windows 11, nous devons installer les "Additions invité" (Guest Additions) pour Windows. Cette installation s'effectue directement dans la VM sur le système d'exploitation invité. C'est important pour améliorer la prise en charge de la VM par VirtualBox et avoir accès à des fonctionnalités supplémentaires. Par exemple, cela va permettre d'améliorer la prise en charge vidéo au sein de la machine virtuelle, mais également de partager le presse-papier entre l'hôte physique et la VM.

Dans la fenêtre de la machine virtuelle, cliquez sur le bouton "Périphériques" puis "Insérer l'image CD des additions invités...".

Suite à cette action, le lecteur CD virtuel de la VM va contenir les sources d'installation des additions invité. Accédez à son contenu via l'Explorateur de fichiers, et exécutez "VBoxWindowsAdditions".

Note : vous remarquerez le fichier "windows11-bypass" qui permet de créer les valeurs de Registre que nous avons créées précédemment. Personnellement, je trouve que c'est plus simple de le faire manuellement, comme nous avons fait. Sinon, pendant le processus d'installation, il faut éjecter l'ISO de Windows 11 pour charger l'ISO VirtualBox, importer le fichier de Registre, puis refaire remonter le fichier ISO de Windows 11.

Un assistant va s'ouvrir... Cliquez sur "Suivant".

Cliquez sur "Installer" et patientez.

À la fin de l'installation, il sera nécessaire de redémarrer la VM. Après le redémarrage, les additions invité seront actives ! Voilà, la VM Windows 11 est prête, vous n'avez plus qu'à en profiter.

The post Comment créer une VM Windows 11 avec VirtualBox ? first appeared on IT-Connect.

Cheerscrypt, un nouveau ransomware qui cible les serveurs VMware ESXi

26 mai 2022 à 09:36

Il est de plus en plus fréquent que les ransomwares s'en prennent aux serveurs VMware ESXi, et cette tendance se confirme une nouvelle fois avec ce nouveau ransomware baptisé Cheerscrypt. Faisons le point.

Les hyperviseurs VMware sont une cible favorite pour les pirates informatiques, car ils sont très populaires à l'échelle mondiale, aussi bien dans les PME que dans les grandes entreprises, et affecter un hyperviseur permet de toucher X machines virtuelles donc l'impact est fort. D'ailleurs, plusieurs ransomwares sont déjà "compatibles" avec les serveurs VMware ESXi afin de réaliser des attaques, on peut citer LockBit et Hive. Généralement, ce sont des ransomwares pour Linux qui ont une variante pour VMware ESXi, un système basé sur Linux, justement.

Les chercheurs en sécurité de chez Trend Micro ont fait la découverte de ce nouveau ransomware baptisé Cheerscrypt et pour lequel ils ont mis en ligne un rapport qui détaille le mode opératoire.

À partir du moment où un hyperviseur VMware est compromis, l'outil de chiffrement est exécuté sur le serveur et à l'aide d'une commande esxcli, les machines virtuelles vont être énumérées et arrêtées.

esxcli vm process kill –type=force –world-id=$(esxcli vm process list|grep 'World ID'|awk '{print $3}')

Au moment de chiffrer les fichiers du datastore, il s'intéresse particulièrement aux fichiers correspondants aux machines virtuelles, avec les extensions suivantes : .log, .vmdk, .vmem, .vswp et .vmsn. On remarque notamment le format VMDK correspondant aux disques virtuels des machines virtuelles.

Ce qui est surprenant, c'est que les fichiers sont renommés en ".cheers" avant même d'être chiffrés, donc si le renommage ne fonctionne pas, le chiffrement échouera. En complément, un fichier nommé "How To Restore Your Files.txt" sera déposé dans chaque dossier, avec les habituelles instructions et notamment un lien vers le site Tor (adresse en .onion) des pirates informatiques afin d'entrer en contact.

Si l'on se réfère à ces notes, les victimes auraient trois jours pour accéder au site sur le réseau Tor et payer la rançon afin d'obtenir la clé de déchiffrement. Dans le cas où la rançon n'est pas payée, les données seront revendues sur le marché noir, donc on parle bien ici de double extorsion, car les données sont exfiltrées, et pas seulement chiffrées. Si les données ne trouvent pas preneur, elles seront tout simplement mises en ligne.

D'après le site Bleeping Computer, le site serait actif depuis mars 2022 et il y aurait 4 victimes pour le moment, dont un hôpital belge.

Source

The post Cheerscrypt, un nouveau ransomware qui cible les serveurs VMware ESXi first appeared on IT-Connect.

Windows Server 2022 est désormais compatible avec WSL 2 !

26 mai 2022 à 09:00

Microsoft vient de faire une annonce intéressante : les distributions Linux via WSL 2 sont désormais prises en charge sur Windows Server 2022. Pour en profiter, il suffit d'installer la mise à jour KB5014021 sur son serveur.

Pour rappel, WSL pour Windows Subsystem for Linux permet d'utiliser des distributions Linux directement depuis Windows. Parmi les distributions Linux prises en charge, nous avons Debian, Ubuntu, Kali Linux ou encore Alpine Linux. C'est une fonctionnalité qui est disponible depuis 2018 et elle est apparue la première fois sur Windows 10. En mai 2019, Microsoft a apporté une mise à jour majeure afin de passer sur WSL 2 : une version plus évoluée et qui permet de bénéficier d'un véritable noyau Linux, notamment en s'appuyant sur de la virtualisation (avec les composants Hyper-V).

  • Ma série de tutoriels sur WSL est disponible ici : Tutoriels WSL

C'est sur GitHub que Craig Loewen, Windows Developer Platform Program Manager chez Microsoft, a annoncé la nouvelle en répondant à un incident qui remonte à décembre 2020 où un utilisateur affirmait que WSL ne fonctionnait pas sur Windows Server. Désormais, c'est chose faite !

WSL 2 distros are now supported on Windows Server! This is currently available by installing a KB for seekers, and will be pushed as part of a regular update soon.https://t.co/s3aF4cJNZ6

— Craig Loewen (@craigaloewen) May 25, 2022

La mise à jour KB5014021 est disponible sur Windows Server 2022 en effectuant une recherche manuelle des mises à jour via Windows Update. Il s'agit d'une mise à jour cumulative en version preview, ce qui signifie qu'elle sera publiée pour tout le monde dès le mois prochain avec le fameux Patch Tuesday. Elle est aussi disponible par l'intermédiaire du Microsoft Catalog.

Source

The post Windows Server 2022 est désormais compatible avec WSL 2 ! first appeared on IT-Connect.

DuckDuckGo supprime les traqueurs, sauf ceux de Microsoft

26 mai 2022 à 08:45

DuckDuckGo est un navigateur qui se veut respectueux de la vie privée, et cela passe par la suppression des différents éléments de tracking. Cependant, DuckDuckGo ne supprime pas les traqueurs de Microsoft, à cause d'un accord commercial.

Le respect de la vie privée et la protection des données personnelles sont au coeur de DuckDuckGo, et c'est pour cela que les utilisateurs l'apprécient, d'autant plus qu'il continue à grappiller des parts de marché, petit à petit. On peut l'utiliser à partir de son navigateur en accédant à duckduckgo.com, mais aussi sur mobile via l'application DuckDuckGo Privacy Browser disponible sur Android et iOS, en attendant la version desktop du navigateur DuckDuckGo.

Un chercheur en sécurité, nommé Zack Edwards, a fait une révélation au sujet du navigateur pour mobile : les traqueurs sont bien identifiés et bloqués de manière générale, ce qui est en accord avec la promesse de DuckDuckGo, sauf ceux de Microsoft. Et là, c'est un problème.

I tested the DuckDuckGo so-called private browser for both iOS and Android, yet *neither version* blocked data transfers to Microsoft's Linkedin + Bing ads while viewing Facebook's workplace[.]com homepage.

Look at DDG bragging about stopping Facebook on Workplace, no MSFT..: pic.twitter.com/xfqhUOZMmf

— ℨ𝔞𝔠𝔥 𝔈𝔡𝔴𝔞𝔯𝔡𝔰 (@thezedwards) May 23, 2022

Il a mis en ligne ses résultats sur Twitter, et Gabriel Weinberg, le PDG de DuckDuckGo lui adressé une réponse en confirmant les faits. Il a expliqué que c'est lié à un accord commercial, mais que des négociations sont en cours avec Microsoft pour que la firme de Redmond accepte que ses traqueurs soient traités comme les autres. En attendant, dans cet accord commercial qui n'est pas nouveau, il y a une clause qui empêche DuckDuckGo d'éliminer les traqueurs de Microsoft.

Dans cet accord commercial, il est question de publicités. En effet, Microsoft fournit des publicités à DuckDuckGo en fonction des résultats affichés dans le moteur de recherche, mais ces résultats restent anonymes et il n'y a pas de profilage. Néanmoins, Microsoft collecte l'adresse IP du visiteur et son user-agent (c'est-à-dire son type de navigateur), mais ces deux informations seraient utilisées uniquement à des fins de statistiques.

Au final, au-delà des faits, ce manque de transparence de la part de DuckDuckGo ne devrait pas plaire aux utilisateurs. Désormais, DuckDuckGo devrait accélérer auprès de Microsoft pour corriger le tir.

Source

The post DuckDuckGo supprime les traqueurs, sauf ceux de Microsoft first appeared on IT-Connect.

Un VPN peut-il limiter les e-mails de phishing ?

26 mai 2022 à 07:00

Les cybermenaces peuvent commencer par quelque chose d'aussi simple qu'un courrier électronique. Certains sites Web douteux ont tendance à collecter des adresses e-mail dans le seul but de constituer des listes à transmettre aux pirates informatiques. À partir de là, ces boîtes aux lettres sont ciblées régulièrement par des campagnes de phishing, ce qui va venir remplir la boîte de courriers indésirables de l'utilisateur, même si certains e-mails finiront toujours par arriver dans la boîte de réception. Un courrier électronique malveillant, c'est souvent de là que commence une attaque informatique. Vous vous demandez peut-être si un VPN peut vous aider à améliorer votre expérience en ligne et à la rendre plus sûre ? Autrement dit, un VPN peut-il arrêter ou réduire le spam, empêcher les e-mails malveillants de type "phishing" et vous protéger contre d'autres cybermenaces dangereuses ? Réponse dans cet article.

Le phishing en quelques mots

Le phishing, ou hameçonnage en français, est une escroquerie très courante sur Internet permettant d'inciter l'utilisateur à communiquer des informations personnelles à son sujet en se faisant passer pour un tiers de confiance, c'est-à-dire un organisme ou une entreprise connue. L'objectif des pirates informatiques à l'origine de l'attaque est de récupérer des identifiants, des mots de passe, des adresses e-mail, mais également des coordonnées bancaires afin d'arnaquer la victime.

Par exemple, l'utilisateur reçoit un e-mail aux couleurs de sa banque où il lui est demandé de se connecter immédiatement sur son compte pour vérifier la dernière opération bancaire qui vient d'être effectuée. Paniqué, l'utilisateur va cliquer sur le lien afin d'accéder au site Web, se connecter avec ses identifiants bancaires et se faire piéger ! En effet, l'e-mail en question n'était qu'un e-mail falsifié envoyé dans le cadre d'une campagne de phishing, et le site n'est qu'une vulgaire copie du site officiel de la banque. Résultat, les identifiants de connexion de l'utilisateur sont entre les mains des pirates. Ce type d'escroquerie s'applique à des services et sites divers et variés : sites des impôts, compte Office 365, compte Google, compte Améli pour l'Assurance Maladie, etc.

Cet article du site Cybermalveillance.gouv.fr explique très bien le comportement à tenir pour se protéger et différencier un e-mail légitime d'un e-mail malveillant.

Un VPN peut-il empêcher le phishing ?

Les pirates ne manquent pas d'imagination lorsqu'il s'agit de créer des campagnes de phishing toujours plus vraie, toujours plus trompeuse. Résultat, elles parviennent toujours à faire de nouvelles victimes, malheureusement. Soyons clairs dès le départ : aucun logiciel ne peut éliminer complètement le risque. Néanmoins, on peut réduire le risque et en étant vigilant, réussir à esquiver les différentes tentatives.

Les différents services de messagerie intègrent des filtres anti-spam, ce qui va permettre de donner un score à chaque e-mail que vous allez recevoir afin de déterminer s'il est légitime ou non. Ensuite, il pourra être bloqué totalement, être orienté vers votre boîte de courriers indésirables ou arriver dans votre boîte de réception.

En utilisant une bonne solution VPN, il est possible d'éliminer certains risques, et donc indirectement, de se protéger. Le détail se trouve dans la suite de cet article.

Gardez à l'esprit que, lorsque l'on active son accès VPN grand public, tout le trafic transite vers ce tunnel VPN. On parle de full tunnel, ou tunnel complet en français. Dans certains cas, c'est gênant, car certaines applications ou certains services seront perturbés par la présence d'un VPN, et notamment la latence du VPN. Pour proposer un mode hybride, si on peut l'appeler ainsi, il est bon de connaître la fonctionnalité de tunneling partagé du VPN par PIA qui va permettre d'exclure certains flux du VPN afin d'avoir plus de confort à l'usage. On parle de split tunnel.

Comment un VPN peut-il limiter le phishing ?

Un accès VPN va vous permettre de bloquer certaines attaques de phishing, mais peu surtout réduire la quantité d'e-mails que vous recevez dans le cadre de campagnes de phishing. Par définition, un service de VPN grand public va permettre de surfer de façon anonyme sur Internet, de bloquer le tracking publicitaire, la géolocalisation, et de sécuriser vos communications grâce aux différents niveaux de chiffrement du tunnel VPN.

En limitant la collecte de données personnelles, vous êtes plus discret sur Internet, et donc potentiellement, vous serez moins ciblés par les campagnes de phishing. Accessoirement, c'est la quantité de courriers indésirables qui sera réduite. Quand c'est trop tard, et que l'e-mail de phishing est déjà dans votre boîte de réception, c'est plus compliqué.

Néanmoins, certains services VPN, tels que NordVPN, incluent des fonctionnalités spécialement conçues pour détecter et bloquer les sites Web malveillants. Cela signifie que si vous cliquez sur un lien dans un e-mail de phishing, le service peut vous avertir que le site n'est pas sûr et qu'il peut essayer de voler vos informations. C'est intéressant, car ces services maintiennent une base de données de liens de sites Web qui sont réputés pour être assimilés à du phishing. Grâce à cette base, le VPN peut bloquer les sites malveillants et éviter que les utilisateurs tombent dans le piège.

The post Un VPN peut-il limiter les e-mails de phishing ? first appeared on IT-Connect.

Résoudre Kernel Data Inpage Error (BSOD)

27 mai 2022 à 09:33

L’erreur Kernel Data Inpage Error est un écran bleu (BSOD) qui correspond à une erreur fatale de Windows.
Il s’agit d’une erreur d’inscription des données dans le noyau de Windows.
Votre ordinateur compilera généralement certaines données de diagnostic, puis redémarrera lorsque cette erreur se produit. Si le problème persiste, votre ordinateur finira par se plonger à nouveau avec le même message d’erreur de mise en page des données du noyau.

Les BSOD Kernel Data Inpage Error est généralement associée aux défaillances matérielles liées aux modules de mémoire et aux disques durs. Dans d’autres cas, cette même erreur apparaîtra en raison des effets d’un virus.

Résoudre Kernel Data Inpage Error (BSOD)

Quelles sont les causes de Kernel Data Inpage Error

Kernel Data Inpage Error est un code d’arrêt affiché pendant les accidents de l’écran bleu et est généralement dû à un problème avec la mémoire d’accès aléatoire (RAM) ou le disque dur.

Voici quelques codes supplémentaires associés à cette erreur et les problèmes spécifiques auxquels ils font référence :

  • 0x0000007a : erreurs d’accès au fichier
  • 0xc000009c : secteurs de mauvais disque dur
  • 0xc000009d : câbles lâches ou panne du disque dur
  • 0xc000016a : secteurs de mauvais disque dur
  • 0xc0000185 : câbles non tués ou endommagés
Kernel Data Inpage Error (BSOD)

Résoudre le BSOD Kernel Data Inpage Error

Voici quelques solutions afin de corriger ce problème.

Faire un hard reset

Une réinitialisation de l’alimentation ou un redémarrage matériel ou encore en anglais Power Reset ou Hard Reset efface toutes les informations de la mémoire de l’ordinateur sans effacer les données personnelles.
Cela peut résoudre des corruptions de sources d’alimentation qui peut provoquer des comportements aléatoires de votre PC.

Voici la procédure générique pour les PC portables :

  1. Éteignez votre ordinateur
  2. Débranchez le cordon d’alimentation, s’il s’agit d’un portable retirez la batterie (voir notice si nécessaire).
  3. En ayant le cordon d’alimentation débranché ou la batterie retirez, appuyez sur la touche d’alimentation pendant quelques secondes, comme si vous vouliez allumer ce dernier. Cela va vider toute l’électricité contenu dans l’ordinateur.
  4. Re-branchez le tout ou remettez la batterie du portable.

Plus de détails avec tous les conseils et autres méthodes sur cette page :

Vérifier la santé de vos disques et SSD

Un problème matériel sur le disque dur ou SSD qui peut engendrer des erreurs, problèmes de fonctionnement de Windows, vous pouvez vérifier ce dernier.
En effet, grâce aux auto-tests et la technologie S.M.A.R.T., il est possible de vérifier la santé de son disque.
Pour cela, suivez ce tutoriel :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec la technologie SMART

Si le test révèlent un problème matériel sur le disque, c’est probablement la source de l’erreur Kernel Data Inpage Error.
Dans ce cas, tentez un chkdsk mais si les problèmes sont trop importants, il faudra à terme changer le disque dur/SSD.

Faire un chkdsk

chkdsk C: /F /R
chkdsk pour détecter et marquer les secteurs défectueux

Lorsque le volume est en cours d’exécution, chkdsk vous propose de faire l’analyse au démarrage de Windows, sinon il lance directement celle-ci.
Le message “chkdsk ne peut pas s’exécuter parce que le volume est utilisé par un autre processus.” s’affiche

  • Cliquez sur O pour effectuer l’analyse au redémarrage.
  • Redémarrez l’ordinateur afin que l’analyse chkdsk s’effectue, ce qui va prendre 1h30 au minimum.

Plus de détails sur l’utilisation de l’utilitaire chkdsk dans cet article très complet :

Faire un memtest

Une barrette de mémoire RAM défectueuse peut cause de gros problèmes de fonctionnement de votre PC.
En effet, cela fausse les données stockées par les applications en cours de fonctionnement.
Le processeur travaille alors avec de mauvaises données ou ne parvient pas à les récupérer.
Cela peut alors provoquer des plantages avec votre PC qui redémarre tout seul.

Vous pouvez tester vos barrettes de mémoire RAM à partir d’application memtest.

Vérifier la santé barrettes de mémoire RAM

Déconnecter tous les périphériques USB

Bien que moins probable, cette erreur peut se produire en raison d’autres périphériques. Pour exclure cela, fermez votre ordinateur, débranchez tous vos périphériques matériels et rallumez votre ordinateur.

Si votre ordinateur ne s’écrase pas avec l’erreur d’inscription des données du noyau, reconnectez chaque périphérique un à la fois. Lorsque vous trouvez l’appareil causant le problème, vous pouvez le laisser débranché ou le remplacer.

Corriger les fichiers systèmes de Windows

Pour réparer les fichiers systèmes de Windows 10 ou Windows 11, on utilise les utilitaires SFC (vérificateur de fichiers systèmes) et DISM.
Ces deux outils s’utilisent en invite de commandes.

sfc /scannow

Laisse le vérificateur de fichiers systèmes analyser Windows 10 ou Windows 11.
Enfin si des fichiers systèmes sont corrompus, SFC tente de les réparer.

sfc scannow - le vérificateur de fichiers systèmes de Windows 10

Ensuite on peut utiliser DISM pour réparer les images de Windows 10.
Toujours depuis l’invite de commandes, saisissez successivement les commandes suivantes :

Dism /Online /Cleanup-Image /CheckHealth
DISM - réparer les images de Windows 10

Plus de détails dans l’article suivant :

Réparer Windows

Enfin en dernier lieu si rien ne fonctionne, vous pouvez tenter de réparer Windows 10, 11 sans perte de données et en conservant les programmes installés.
Cela permet de rétablir le système lorsque ce dernier bug.
La procédure est décrite pas à pas dans cet article :

Il s’agit d’une opération de réinitialisation et de remise à zéro qui supprime les applications et remet le système à son état d’origine.
C’est la solution radicale pour retrouver un système fonctionnel :

Réparer Windows 10 sans perte de données et CD

L’article Résoudre Kernel Data Inpage Error (BSOD) est apparu en premier sur malekal.com.

À partir d’avant-hierIT

Comment désactiver les touches rémanentes sur Windows

26 mai 2022 à 09:33

Les touches rémanentes est une fonction d’accessibilité et d’ergonomie qui vous permet d’utiliser les raccourcis clavier en appuyant sur une touche à la fois au lieu de tout en même temps. Une fois que vous avez fini de l’utilisation de la fonctionnalité, il existe plusieurs façons de l’éteindre

Ce tutoriel vous explique comment désactiver les clés rémanentes afin que la fenêtre ne s’ouvre plus. Les instructions de cet article s’appliquent à Windows 11, Windows 10, Windows 8 et Windows 7.

Comment désactiver les touches rémanentes sur Windows

Comment désactiver les touches rémanentes sur Windows

Sur Windows 11

  • Faites un clic droit sur le menu Démarrer puis Paramètres. Pour aller plus vite, vous pouvez aussi utiliser le raccourci clavier
    + I. Sinon d’autres méthodes dans le tutoriel suivant : Comment ouvrir les paramètres de Windows 11
Ouvrir paramètres Windows 11
  • Puis cliquez à gauche sur Accessibilité
  • Ensuite dans le volet de droite, descendez pour cliquer sur Clavier
Ouvrir les paramètres de clavier de Windows 11
  • Ensuite vous pouvez désactiver totalement les touches rémanentes ou choisir celles à activer en cliquant sur la flèche >
Désactiver les touches rémanentes de Windows 11
  • Enfin désactiver Raccourci clavier pour les touches rémanentes
Désactiver les touches rémanentes de Windows 11

Sur Windows 10

Comment ouvrir les paramètres de Windows
  • Puis à gauche cliquez sur Clavier, tout en bas dans la partie Interaction
  • Ensuite à droite, décochez Autoriser la touche de raccourci pour lancer les touches rémanentes
Autoriser/Désactiver la touche de raccourci pour lancer les touches rémanentes sur Windows 10

Sur Windows 7, 8 (par le panneau de configuration)

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis dans le champs exécuter, saisissez control et OK afin d’ouvrir le Panneau de configuration de Windows
Ouvrir le Panneau de configuration sur Windows avec la commande control
  • Puis cliquez sur les options d’ergonomie
Ouvrir les options d'ergonomie du Panneau de configuration
  • Ensuite accédez à Modifier le fonctionnement de votre clavier
Modifier le fonctionnement de votre clavier dans les options d'ergonomie du Panneau de configuration
  • Au milieu décocher Activer les touches rémanentes
Activer/Désactiver les touches rémanentes depuis les options d'ergonomie du Panneau de Configuration

Qu’est-ce que les touches rémanentes de Windows ?

Chaque clavier utilise des touches de modificateur, qui modifient la fonction d’une touche du clavier. Celui que vous utilisez probablement le plus souvent est MAJ, qui modifie les lettres minuscules en majuscules et utilise les caractères “Row Top” sur la plupart des touches, comme le point d’exclamation (&) sur la touche 1.
Selon les programmes que vous utilisez sur votre ordinateur, vous pouvez également utiliser CTRL, ALT ou les touches Windows sur les appareils Windows. Utilisez la clé de commande sur Mac.

Les touches rémanentes aident les personnes handicapées ou qui souffrent de blessures au stress répétitives. Au lieu de maintenir une touche, vous pouvez le taper et il restera «enfoncé» jusqu’à ce que vous appuyez sur une autre touche.
Dans Windows 11, 10, 7 et 8, cette fonctionnalité s’active en appuyant cinq fois sur la touche Maj.
Une fenêtre apparaît vous demandant si vous voulez activer les touches rémanentes.

Les touches rémanentes peuvent être utiles si vous n’aimez pas maintenir une touche enfoncée pendant de longues périodes. Si vous n’êtes pas un tactile, en particulier, ou si vous apprenez à utiliser des logiciels qui utilisent souvent les touches de modificateur, cela peut être utile pendant que vous suivez la touche que vous souhaitez appuyer. Sinon, cette fonctionnalité n’a pas d’intérêt pour vous.

Les touches rémanentes de Windows

L’article Comment désactiver les touches rémanentes sur Windows est apparu en premier sur malekal.com.

Comment supprimer/désactiver Cortana de Windows 11

26 mai 2022 à 09:33

Cortana est l’assistant numérique basé sur le cloud de Microsoft qui aide les utilisateurs avec leurs commandes vocales. Il fait partie intégrante du système d’exploitation Windows depuis Windows 8.1. Vous pouvez utiliser Cortana pour trouver des fichiers, des dossiers et des applications sur votre PC, garder une trace des calendriers, définir des rappels, des requêtes de recherche sur le Web, configurer les paramètres de l’ordinateur et bien plus encore.

Ce n’est plus le moteur de recherche par défaut dans Windows 11 mais plutôt une application. Bien qu’il soit préinstallé avec le système d’exploitation Windows 11, il n’est pas actif par défaut. Même si Microsoft n’essaie plus de forcer les gens à utiliser Cortana, il démarre toujours avec le système et s’exécute en arrière-plan dans Windows 11, en attendant d’être appelé.

Que vous pensiez que l’assistant virtuel de Microsoft envahit votre vie privée ou que ce soit juste un bloatware que vous n’utilisez pas et que vous souhaitez vous débarrasser, vous pouvez désactiver / supprimer Cortana sur votre PC.
Dans ce tutoriel, je vous montre comment désactiver temporairement ou en permanence ainsi que désinstaller Cortana dans Windows 11.

Comment supprimer/désactiver Cortana de Windows 11

Comment supprimer Cortana de Windows 11

Supprimer Cortana en PowerShell

Voici une méthode simple pour désinstaller Cortana par PowerShell.

  • Appuyez sur le raccourci clavier  
    + X ou cliquez avec le bouton droit de la souris sur le menu Démarrer puis sélectionnez “Terminal Windows (admin)“. Plus d’informations : Comment ouvrir Windows Terminal
Ouvrir Windows Terminal sur Windows 11 avec le clic droit du menu Démarrer
  • Puis copiez/collez la commande suivante :
Get-AppxPackage *Microsoft.549981C3F5F10* | Remove-AppxPackage
Comment supprimer Cortana de Windows 11 en PowerShell
  • Cortana est maintenant supprimé de Windows 11

Désinstaller Cortana avec ThisIsWin11

ThisIsWin11 est une application qui permet de personnaliser Windows 11 mais aussi supprimer les bloatwares et applications préinstallées.

  • Téléchargez ThisIsWin11 depuis ce lien :
Décompresser et installer ThisISWin11
  • Puis cliquez à gauche sur Apps (Debloat Windows 11) 1[/point]
  • Dans la liste de gauche, cliquez sur Microsoft.549981C3F5F10
  • Puis cliquez sur Move Selected pour le basculez à droite 2[/point]. Vous pouvez basculez d’autres applications préinstallées que vous désirez supprimer
  • Ensuite cliquez sur Empty Bin 3[/point]
Comment désinstaller Cortana de Windows 11 avec ThisIsWin11
  • Confirmez la suppression sur la popup
  • Cortana est supprimé de Windows 11
Comment désinstaller Cortana de Windows 11 avec ThisIsWin11

Comment réinstaller Cortana

Si vous changez d’avis et désirez réinstaller Cortana, c’est très simple.

ouvrir Microsoft Store sur Windows 11
  • Ouvrez la fiche et cliquez sur le bouton bleu Obtenir
Comment réinstaller Cortana sur Windows 10, 11

Comment désactiver Cortana de Windows 11

Désactiver Cortana depuis applications

  • Faites un clic droit sur le menu Démarrer puis Paramètres. Pour aller plus vite, vous pouvez aussi utiliser le raccourci clavier
    + I. Sinon d’autres méthodes dans le tutoriel suivant : Comment ouvrir les paramètres de Windows 11
Ouvrir paramètres Windows 11
  • Puis dans le menu de gauche, cliquez sur Applications
  • Et dans le menu de droite sur Applications et fonctionnalités
Ouvrir applications et fonctionnalités de Windows 11
  • Ensuite dans la liste, cherchez Applications
  • Cliquez sur l’icône trois points à droite
  • Puis Options avancées
Ouvrir les options avancées de Cortana
  • Puis dans Autorisations pour les applications, passez Autorisations d’applications en arrière-plan sur Jamais
  • Désactiver l’option S’exécuter à la connexion
Comment désactiver Cortana de Windows 11

Désactiver Cortana du démarrage

  • Ouvrez le gestionnaire de tâches par un clic droit sur le menu Démarrer ou utilisez le raccourci clavier
    + X
  • puis Gestionnaire des tâches. Vous pouvez aussi utiliser le raccourci clavier CTRL+MAJ+ESC
Ouvrir le gestionnaire de tâches sur Windows 11
  • Cliquez sur l’onglet Démarrage
  • Sélectionnez Cortana dans la liste puis cliquez en bas à droite sur Désactiver
Désactiver Cortana du démarrage de Windows 11

Désactiver Cortana par le registre Windows

Ouvrir l'éditeur du registre Windows
  • Puis, à gauche, déroulez l’arborescence suivante HKEY_LOCAL_MACHINE > SOFTWARE > Policies> Microsoft > Windows
Dérouler l'arborescence du registre Windows
  • Faites un clic droit sur la clé Windows
  • Puis Nouveau > Clé
Désactiver Cortana de Windows 11 par le registre Windows
  • Nommez la clé Windows Search puis cliquez dessus
Désactiver Cortana de Windows 11 par le registre Windows
  • Ensuite dans le volet de droite, faites un clic droit Nouveau > Valeur D-Word 32 bits
Créer une valeur DWORD 32 bits dans le registre Windows
  • Nommez la valeur AllowCortana et laissez la donnée à 0
Désactiver Cortana de Windows 11 par le registre Windows
  • Dorénavant lorsque vous exécutez Cortana, un message indique Cortana est désactivé
Message Cortana est désactivé au lancement
  • Pour réactiver Cortana, supprimez la clé AllowCortana ou passez la donnée à 1

Désactiver Cortana par l’éditeur de stratégie de groupe locale

gpedit.msc est l’éditeur de stratégie de groupe locale pour activer ou désactiver des modèles de configuration ou de restrictions administrateur.
Ce dernier n’est pas disponible dans les éditions familles de Windows 11 et Windows 10.
Si vous utilisez ces éditions, vous devez l’activer :

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis saisissez gpedit.msc
Ouvir gpedit.msc sur Windows 10, 11
  • Puis déroulez Stratégies de l’ordinateur local > Configuration ordinateur > Modèles d’administration > Composants Windows
Accédez aux composants Windows depuis gpedit.msc, l'éditeur de stratégie de groupe locale
  • Toujours dans le volet de gauche, cherchez Rechercher
  • Puis dans le volet de droite, double cliquez sur Autoriser Cortana
Désactiver Cortana de Windows 11 par l'éditeur de stratégie de groupe locale
  • Passez sur Désactiver et cliquez sur Appliquer et OK
Désactiver Cortana de Windows 11 par l'éditeur de stratégie de groupe locale
  • A partir de maintenant, lorsque vous exécutez Cortana, un message indique Cortana est désactivé
Message Cortana est désactivé au lancement

Désactiver Cortana avec WinAero

WinAero Tweaker est un logiciel pour personnaliser Windows.
Vous pouvez modifier des paramètres cachés de Windows dont le son à l’ouverture de Windows.

  • Téléchargez et installez WinAero Tweaker :
  • Puis à gauche accédez à Windows Apps puis Disable Cortana 1[/point]
  • A droite, cochez Disable Cortana 2[/point]
  • En bas, cliquez sur Reboot Now 3[/point]
Désactiver Cortana avec WinAero

L’article Comment supprimer/désactiver Cortana de Windows 11 est apparu en premier sur malekal.com.

Cortana ne fonctionne plus sur Windows 11 : Réparer Cortana

26 mai 2022 à 09:32

L’assistant Cortana est très utile au quotidien pour organiser ses journées.
C’est une application intégrée à Windows 11 mais qui n’est plus directement présent dans la barre des tâches.
Dans certains cas, il peut arriver que vous rencontrez des problèmes de fonctionnement de Cortana.
Par exemple, Cortana bug, se bloque ou encore il ne s’ouvre plus.

Ce tutoriel vous aide à résoudre le problème de Cortana ne fonctionne plus sur Windows 11.
Vous trouverez différentes méthodes pour réparer Cortana.

Cortana ne fonctionne plus sur Windows 11 : Réparer Cortana

Cortana ne fonctionne plus sur Windows 11 : Réparer Cortana

Réinitialiser/Réparer Cortana

  • Faites un clic droit sur le menu Démarrer puis Paramètres. Pour aller plus vite, vous pouvez aussi utiliser le raccourci clavier
    + I. Sinon d’autres méthodes dans le tutoriel suivant : Comment ouvrir les paramètres de Windows 11
Ouvrir paramètres Windows 11
  • Puis dans le menu de gauche, cliquez sur Applications
  • Et dans le menu de droite sur Applications et fonctionnalités
Ouvrir applications et fonctionnalités de Windows 11
  • Ensuite dans la liste, cherchez Applications
  • Cliquez sur l’icône trois points à droite
  • Puis Options avancées
Ouvrir les options avancées de Cortana
  • Puis cliquez sur Réparer dans la partie Réinitialiser
Comment réparer Cortana de Windows 11
  • Patientez jusqu’à la réinitialisation se termine
Comment réparer Cortana de Windows 11
  • Exécutez Cortana et vérifiez s’il refonctionne à nouveau. Si ce n’est pas le cas, recommencez la procédure mais en cliquant sur Réinitialiser. Cela supprime tous les paramètres de l’application

Désinstaller/Réinstaller Cortana

  • Appuyez sur le raccourci clavier  
    + X ou cliquez avec le bouton droit de la souris sur le menu Démarrer puis sélectionnez “Terminal Windows (admin)“. Plus d’informations : Comment ouvrir Windows Terminal
Ouvrir Windows Terminal sur Windows 11 avec le clic droit du menu Démarrer
  • Puis copiez/collez la commande suivante :
Get-AppxPackage *Microsoft.549981C3F5F10* | Remove-AppxPackage
Comment supprimer Cortana de Windows 11 en PowerShell

Cortana est maintenant supprimé de Windows 11, pour le réinstaller :

ouvrir Microsoft Store sur Windows 11
  • Ouvrez la fiche et cliquez sur le bouton bleu Obtenir
Comment réinstaller Cortana sur Windows 10, 11

Windows Repair

Windows Repair est un utilitaire gratuit qui permet de réparer des composants et fonctionnalités de Windows.

Installer Windows Repair
  • Windows Repair se lance automatique, acceptez les conditions d’utilisation
Windows Repair EULA
  • Toutefois, il est conseillé de faire les réparations en mode sans échec. Pour cela, en bas, cliquez sur Reboot To Safe Mode.. ou suivez ce guide complet : Redémarrez Windows en mode sans échec
Démarrer Windows en mode sans échec avec Windows Repair
Démarrer Windows en mode sans échec avec Windows Repair
  • Puis relancez Windows Repair
  • Cliquez sur l’onglet Réparation – Principal
  • La liste des type de réparation de Windows s’affiche : cliquez sur Préréglages : Réparations communes
Windows Repair - réparer Windows
  • Vous obtenez alors la liste ci-dessous, laissez les éléments cochés
Liste des réparation Windows Repair
  • Enfin cliquez en bas à droite sur Démarrer les réparations
  • L’opération se lance avec une succession d’étape… des fenêtres noires peuvent s’ouvrir ou se refermer.
Réparer Windows avec Windows Repair
  • Laissez terminer, un message vous indique que la réparation Windows Repair est terminée.
  • Redémarrez le PC en mode normal de Windows

Plus de détails dans ce tutoriel complet :

La vidéo suivante vous guide pour utiliser Windows Repair :

Réparer Windows 11

Enfin en dernier lieu si rien ne fonctionne, vous pouvez tenter de réparer Windows 11 sans perte de données et en conservant les programmes installés.
Cela permet de rétablir le système lorsque ce dernier bug.
La procédure est décrite pas à pas dans cet article :

Il s’agit d’une opération de réinitialisation et de remise à zéro qui supprime les applications et remet le système à son état d’origine.
C’est la solution radicale pour retrouver un système fonctionnel :

Si la réinitialisation de Windows 10, 11 est impossible (blocage, plantage, etc), la seule solution est de réinstaller Windows 11 avec une clé USB.

L’article Cortana ne fonctionne plus sur Windows 11 : Réparer Cortana est apparu en premier sur malekal.com.

Comprendre les différents types de réseaux VirtualBox

25 mai 2022 à 17:00

I. Présentation

VirtualBox, au même titre que les autres solutions de virtualisation, propose différents modes pour connecter la machine virtuelle au réseau. Cependant, ce n'est pas facile de s'y retrouver d'autant plus si l'on débute avec la virtualisation. La bonne nouvelle, c'est que cet article va vous expliquer comment fonctionnent les différents modes d'accès au réseau de VirtualBox et quelles sont leurs différences !

Un tour dans les propriétés réseau d'une machine virtuelle permet de visualiser les différents modes d'accès réseau disponibles : NAT, accès par pont, réseau interne, réseau privé hôte, Generic Driver, réseau NAT, Cloud Network, aucune connexion. Avec autant de choix, il y a de quoi répondre à de nombreux besoins, mais aussi de perdre de nombreux utilisateurs.

Types de réseaux VirtualBox

Ce tutoriel est disponible au format vidéo :

II. VirtualBox et le NAT

A. Le mode "NAT"

Commençons par étudier le mode "NAT", car lorsqu'une machine virtuelle est créée dans VirtualBox, elle hérite de ce mode de fonctionnement. L'avantage de ce mode, c'est que votre VM accède à Internet, via la même connexion que l'hôte physique, sans pour autant obtenir une adresse IP sur votre réseau local. Effectivement, c'est le serveur DHCP de VirtualBox qui va attribuer une adresse IP à votre machine virtuelle, et non le serveur DHCP de votre réseau local. Lorsque ce mode est utilisé, VirtualBox crée un réseau local virtuel et isolé du reste de vos machines physiques.

L'inconvénient de ce mode, c'est que vous ne pouvez pas accéder aux services de votre machine virtuelle (RDP, site Web, etc...) à partir d'une autre machine de votre réseau local. C'est compréhensible, car c'est le principe du NAT et VirtualBox, au sein de ce réseau virtuel, va jouer le rôle de routeur pour que la VM accède au réseau local puis à Internet. Néanmoins, VirtualBox intègre un assistant qui permet de créer une règle de redirection de port pour contourner cette restriction.

Au sein d'une machine virtuelle, la création d'une règle de redirection de port est une opération assez simple. Dans les paramètres de la VM, vous devez cliquer sur "Réseau" (1), choisir le mode d'accès réseau "NAT" (2) puis cliquer sur le bouton "Redirection de ports" (3). Une fenêtre va s'ouvrir afin d'afficher les différentes règles. Cliquez sur le bouton avec un "+" pour ajouter une règle (4) et configurez la règle (5). Ensuite, validez (6).

Dans l'exemple ci-dessous, on redirige le port 443 (source et destination) vers la VM pour faire du HTTPS. Ainsi, si quelqu'un se connecte sur l'adresse IP correspondante à l'ordinateur physique, sur le port 443 (HTTPS) alors ce flux sera redirigé vers la machine virtuelle ! Il n'est pas forcément nécessaire de configurer les champs "IP hôte" et "IP invité" sauf si vous souhaitez pointer vers des adresses IP spécifiques, dans le cas où vous avez plusieurs adresses IP.

Lorsque le mode NAT est utilisé, la VM hérite toujours de la même adresse IP (10.0.2.15/24) tandis que VirtualBox utilise 10.0.2.2. Ce mode est pratique pour connecter une seule VM à Internet, sans exploiter le réseau local sur lequel est connecté l'hôte physique. Néanmoins, pour profiter de ce mécanisme sur plusieurs machines virtuelles, il est recommandé de créer un "Réseau NAT".

B. Le mode "Réseau NAT"

VirtualBox permet de créer plusieurs réseaux NAT : les VM connectées à un même réseau NAT peuvent communiquer entre elles, et elles peuvent aussi accéder à Internet grâce au NAT (comme dans le mode précédent). De la même manière, elles ne sont pas joignables directement depuis l'hôte physique ou depuis une autre machine connectée à votre réseau local (à moins de créer des règles de redirection de ports).

Pour créer un nouveau réseau NAT, car par défaut il n'y en a pas, il faut cliquer sur "Fichier" puis "Préférences" dans le menu de VirtualBox. Ensuite, dans la partie "Réseau", il suffit de cliquer sur le bouton avec un "+" pour créer un nouveau réseau NAT. Ensuite, ce réseau NAT est personnalisable notamment pour définir une adresse réseau, un nom, et activer la prise en charge du DHCP. Le réseau par défaut est "10.0.2.0/24".

C'est également à cet endroit que l'on crée les règles de redirection de ports, sauf que dans ce cas, il faudra forcément préciser l'adresse IP "IP invité", car sur ce réseau NAT il peut y avoir plusieurs VMs donc VirtualBox doit savoir vers quelle adresse IP il doit rediriger le flux.

VirtualBox réseau NAT

Si je prends l'exemple de deux machines virtuelles connectées à mon nouveau réseau NAT, c'est-à-dire avec la configuration réseau suivante :

Et bien, je peux constater qu'elles ont toutes les deux un accès à Internet, avec une adresse IP différente, en étant connectées sur le même réseau.

III. VirtualBox et l'accès par pont

En sélectionnant le mode "Accès par pont" que l'on peut appeler le mode "Bridge", la machine virtuelle aura un accès à votre réseau, au même titre que votre ordinateur physique. De ce fait, si elle est configurée en DHCP, elle va solliciter le serveur DHCP de votre réseau local pour obtenir une adresse IP et accéder au réseau local.

Avec un accès par pont, la VM pourra contacter les autres machines connectées au réseau et elle pourra être contactée par les autres machines de ce réseau, contrairement au mode NAT où ce n'était pas possible (à moins de créer une ou plusieurs règles de redirection de ports).

Si l'on configure l'accès par pont sur une machine virtuelle, il faut sélectionner la carte réseau de l'ordinateur physique avec laquelle le pont doit être établi. Dans cet exemple, si je sélectionne la carte "MediaTek Wi-Fi 6 MT7921 Wireless LAN Card", cela va me permettre de me connecter au travers de ma carte Wi-Fi et donc d'accéder au réseau Wi-Fi auquel est connectée ma machine physique.

VirtualBox et l'accès par pont

Le mode "Accès par pont" est avantageux pour connecter la VM au réseau dans les mêmes conditions que l'ordinateur physique où est installé VirtualBox.

IV. VirtualBox et le mode Host-Only

Continuons à explorer les différents modes d'accès au réseau, en s'intéressant au mode "Réseau privé hôte" que l'on appelle généralement le mode "Host-Only". Une VM connectée en mode "réseau privé hôte" peut contacter l'hôte physique où est installé VirtualBox et elle peut contacter également contacter les autres machines virtuelles connectées sur ce même réseau "Host-only". Cependant, la machine virtuelle ne peut pas accéder à votre réseau local, ni même à Internet.

Ce qui donne la représentation suivante, où j'attire votre attention sur l'absence de lien entre la carte réseau host-only et la carte physique de la machine :

Dans les paramètres d'une machine virtuelle, le mode "réseau privé hôte" doit être sélectionné pour utiliser ce mode, comme ceci :

Lorsque ce mode est sélectionné, nous avons la possibilité de choisir l'interface sur laquelle se connecter. Par défaut, VirtualBox est livré avec une interface nommée "VirtualBox Host-Only Ethernet Adapter" qui est un adapteur réseau virtuel. Cette carte est visible à partir de l'hôte VirtualBox, à côté des cartes physiques :

VirtualBox - Carte Host-only

En accédant aux paramètres de VirtualBox, il est envisageable de créer des interfaces Host-Only supplémentaires. Voyons comment faire pour créer une interface host-only... À partir de l'interface VirtualBox, cliquez sur "Fichier" puis "Gestionnaire de réseau hôte".

La liste des interfaces Host-Only apparaît. Une seule carte est présente, ce qui est normal. Cliquez sur le bouton "Créer" pour ajouter une nouvelle interface : cela va nécessiter une élévation de privilèges (droit admin) pour créer la carte donc cliquez sur "Oui" lorsque Windows demande une confirmation.

VirtualBox ajouter interface host-only

Voilà, la deuxième carte est créée ! On peut voir que la première carte utilise le réseau "192.168.56.0/24" tandis que cette seconde carte utilise le réseau "192.168.183.0/24". Donc, c'est bien deux réseaux Host-Only distincts. Une machine virtuelle connectée au premier réseau Host-Only ne pourra pas communiquer avec une machine virtuelle connectée dans le second réseau Host-Only, mais dans les deux cas il sera possible de communiquer avec l'hôte physique VirtualBox.

À chaque fois, il est possible d'activer ou non le serveur DHCP de VirtualBox sur l'interface host-only. De ce fait, la VM connectée à un réseau host-only obtiendra directement une adresse IP. Le serveur DHCP de chaque interface host-only se gère dans l'onglet "Serveur DHCP", après avoir sélectionné l'interface dans la liste.

V. VirtualBox et le réseau interne

Le mode d'accès "réseau interne" va permettre de créer un réseau virtuel isolé, où les communications seront possibles uniquement entre les machines virtuelles connectées sur un même réseau interne. De ce fait, une VM connectée à un réseau interne ne peut pas communiquer avec l'hôte physique VirtualBox, ni avec le reste du réseau où est connecté cet hôte physique, ni même avec Internet.

Ce mode d'accès réseau est intéressant pour reproduire un vrai réseau puisque l'on isole totalement ce réseau virtuel des autres réseaux. Par exemple, on peut installer et tester son propre serveur DHCP sans risquer de perturber le réseau local de production, ni même être perturbé par le serveur DHCP de votre box, de votre entreprise, ou celui de VirtualBox. Avec ce mode, c'est à vous de gérer le plan d'adresse IP au sein du réseau virtuel, soit par l'intermédiaire d'un serveur DHCP ou via des adresses IP fixes. Autrement dit, le serveur DHCP de VirtualBox ne pourra pas vous être utile.

VirtualBox autorise la création de plusieurs réseaux internes, simplement en donnant des noms différents. Par défaut, le réseau interne est nommé "intnet" donc toutes les VMs associées à ce réseau interne pourront communiquer entre elles. Si un autre réseau interne nommé "intnet2" est créé, les VMs de ce nouveau réseau ne pourront pas communiquer avec celles du réseau "intnet".

VirtualBox réseau interne

Afin de permettre aux machines virtuelles connectées au réseau interne "intnet" d'accéder à Internet malgré tout, on peut imaginer le scénario ci-dessous. C'est un scénario très intéressant à reproduire dans un lab puisque l'on positionne son propre routeur/pare-feu (VM 3) pour permettre les communications vers l'extérieur, de la même façon qu'on le fait avec un réseau réel.

Dans cet exemple, la VM 3 a une carte réseau configurée dans le réseau interne "intnet" ainsi qu'une carte réseau configurée en mode NAT  afin de permettre aux machines du réseau interne d'accéder à Internet. La VM 3 peut être un pare-feu PfSense ou OPNsense, mais aussi sous Linux ou Windows en activant les fonctions de routage.

VI. VirtualBox et le Cloud Network

Depuis la version 6.0 de VirtualBox, il est possible d'interagir avec Oracle Cloud Infrastructure (OCI) depuis VirtualBox. De ce fait, à partir de VirtualBox on peut créer une VM sur son environnement OCI et donc il est possible de connecter une VM au réseau du Cloud Oracle. Pour le moment, il s'agit d'une fonctionnalité expérimentale.

Afin d'utiliser ce mode d'accès réseau, il faut déclarer son profil OCI dans les paramètres de VirtualBox, via "Fichier" puis "Gestionnaire de profils Cloud".

VII. VirtualBox et le mode "Generic Driver"

Le mode d'accès réseau "Generic Driver" est très spécifique et il est probable qu'il soit utilisé assez rarement. Avec ce mode, on peut spécifier un pilote spécifique à utiliser et que l'on a pu obtenir par l'intermédiaire d'un pack d'extensions. D'après la documentation de VirtualBox, il fonctionne selon deux sous-modes :

  • Tunnel UDP
  • Réseau VDE (Virtual Distributed Networking)

VirtualBox Generic Driver

Personnellement, je n'ai pas de retour d'expérience à vous partager quant à l'utilisation de ce mode.

VIII. VirtualBox et le mode "Aucune connexion"

Terminons par le mode "aucune connexion" qui peut sembler étonnant au premier abord, mais qui est pratique pour simuler une action très simple : un câble réseau débranché. En effet, avec un adapteur physique, si l'on souhaite simuler une coupure réseau, on peut débrancher le câble RJ45 physiquement, mais comment faire avec une VM ? Et bien, avec VirtualBox, il y a cette option nommée "Aucune connexion" et qui permet d'avoir l'interface réseau virtuelle présente et visible dans la VM, mais avec le statut "Câble réseau non connecté".

VirtualBox Aucune connexion

Néanmoins, lorsque l'on souhaite effectuer des tests et simuler l'action de déconnecter un câble réseau, il y a une autre alternative que l'on peut utiliser : l'option "Câble branché" qui est incluse avec les autres modes tels que NAT, le mode pont, etc...

Si la VM est connectée à un réseau NAT, avec une connexion active, il suffit d'accéder aux paramètres de la VM, de décocher l'option "Câble branché" pour faire comme si on débranchait le câble. Pour valider le changement, il ne faut pas oublier de cliquer sur "OK". Cette opération est faisable à tout moment, y compris lorsque la VM est allumée : ce sera pris en compte en direct.

IX. Choisir le type de cartes réseau

VirtualBox propose plusieurs types de cartes réseau, mais est-ce nécessaire de choisir une autre carte que celle par défaut ? Tout d'abord, la carte réseau sélectionnée par VirtualBox peut changer en fonction du type d'OS que vous affectez à la VM lors de la création. La première réponse est non, mais dans certains cas, le fait de choisir une autre carte réseau permettra de corriger des problèmes de compatibilité avec un système d'exploitation spécifique. Par exemple, la carte "Intel PRO/1000 MDT Desktop" est prise en charge par Windows nativement depuis Windows Vista, tandis que pour les versions précédentes, il faut utiliser le type "Intel PRO/1000 T Server".

Types de cartes réseau VirtualBox

Pour conclure, voici un tableau récapitulatif qui, pour chaque mode d'accès réseau, vous montre quels sont les flux possibles :

Grâce à cet article, vous maîtrisez les différents types de réseau intégré à VirtualBox ! Il ne vous reste plus qu'à vous exercer !

The post Comprendre les différents types de réseaux VirtualBox first appeared on IT-Connect.

Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

15 juin 2018 à 22:26

Cet article vous explique comment réinitialiser le mot de passe perdu ou oublié de Windows 11, Windows 10 ou Windows 7 et 8 avec la méthode ultiman.exe de l’invite de commandes.

Cette méthode utilman permet de changer le mot de passe depuis une clé USB d’installation de Windows ou depuis depuis une clé de récupération de Windows.
Le but est d’utiliser l’icône des options d’ergonomie pour ouvrir l’invite de commandes.
A partir de là, on passe des commandes pour réinitialiser le mot de passe d’un compte utilisateur Windows sans Live USB.

Attention dans cette page, on parle bien de compte local et non de compte Microsoft.

Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows 7 ou Windows 10

Introduction

Cette méthode consiste l’icône des options d’ergonomie par celle de l’invite de commandes de Windows.
Ensuite on passe les commandes de réinitialisation du mot de passe.
Ci-dessous, l’icône des options d’ergonomie qui s’affiche sur la page d’identification de Windows où vous êtes bloqué.

Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

Voici toutes les étapes à suivre décrites dans cet article pour remettre un mot de passe oublié :

  1. Créer une clé USB d’installation de Windows 10 ou de récupération et démarrer l’ordinateur dessus.
  2. Depuis la clé USB, on accès aux options de récupération puis l’invite de commandes
  3. Dans l’invite de commandes, on passe les commandes qui vont remplacer l’icône des options d’ergonomie
  4. Redémarrer l’ordinateur
  5. Sur la page d’identification, Cliquez sur les options d’ergonomie pour ouvrir l’invite de commandes
  6. Passer les commandes pour réinitialiser le mot de passe oublié et enfin pouvoir accéder à Windows à nouveau.
Ce n’est pas la méthode la plus simple à causer des commandes à saisir.
Il existe des solutions plus simples avec des Live CD.
Plus d’informations : Réinitialiser le mot de passe Windows perdu ou oublié depuis un Live CD.

Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

Créer une clé USB de réparation de Windows

Si vous avez déjà une clé d’installation de Windows, vous pouvez passer au paragraphe suivant.
Sinon, suivez ce lien pour créer une clé USB de récupération de Windows : 

Pour se faire, il faut bien entendu avoir accès à un ordinateur qui fonctionne.

Notez que vous pouvez utiliser cette méthode avec le Live CD Malekal.
De plus ce dernier propose des outils pour réinitialiser le mot de passe de Windows.
Plus d’informations : Créer le Live CD Malekal pour dépanner son ordinateur.

Une fois la clé USB de récupération créé, suivez ce lien pour démarrer votre ordinateur dessus : 

Depuis les options de récupération

Ouvrir les invites de commandes

  • Cliquez sur Réparer l’ordinateur pour ouvrir les options de récupérations.
Accéder à l'invite de commandes depuis les options de récupération de Windows
  • Sur la page Choisir une option, cliquez en bas à gauche sur Dépannage.
Accéder à l'invite de commandes depuis les options de récupération de Windows
  • Dans la nouvelle fenêtre des options avancées, cliquez sur invite de commandes.
Accéder à l'invite de commandes depuis les options de récupération de Windows

Pour plus d’informations sur les options avancées de récupération de Windows, suivre notre article :

Réinitialiser le mot de passe perdu ou oublié

Voici ensuite les commandes à saisir dans l’invite de commandes pour pouvoir modifier l’icône des options de récupération.

  • Tapez les commandes suivantes :
c:
cd Windows
cd System32
  • Ensuite, nous allons sauvegarder le fichier Ultiman.exe en le copiant en Ultiman.exe.old
copy Utilman.exe Utilman.exe.old
  • On remplace le fichier Ultiman.exe par celui de l’invite de commandes (cmd.exe) :
copy cmd.exe Utilman.exe
  • Confirmez le remplacement du fichier par « O » ou « Oui » .
Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

Enfin vous pouvez sortir de l’invite de commandes en cliquant sur la croix en haut à droite ou en saisissant exit puis Entrée.
Enfin de retour sur les choix des options, cliquez sur Continuer pour redémarrer l’ordinateur.

Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

Modifier le mot de passe perdu ou oublié

Une fois Windows redémarré, vous pouvez cliquez sur l’icône des options ergonomique, cela devrait ouvrir l’invite de commandes.
Voici la syntaxe pour changer le mot de passe d’un compte utilisateur Windows courant :

net user <utilisateur> <motdepasse>

Ainsi pour changer le mot de passe de l’utilisateur demo en toto, il faut saisir :

net user demo toto
Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

On peut même aller plus loin puisqu’il est possible de créer un nouvel utilisateur administrateur.
Cela est très utile, si vous avez perdu les accès administrateur, comme expliqué sur notre page :

net user <utilisateur> <motdepasse> /add
net localgroup Administrateurs <utilisateur> /add

Par exemple, pour ajouter un utilisateur administrateur superadmin avec le mot de passe toto, il faudra saisir :

net user superadmin toto /add
net localgroup Administrateurs superadmin /add
Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe)

Plus d’informations sur ces commandes de gestions des utilisateurs et de mot de passe Windows : Comment Ajouter, modifier ou supprimer le mot de passe d’un utilisateur sur Windows 7, 8 ou 10

Enfin pour remettre le fichier  des options d’ergonomie à l’origine, il faut saisir les commandes suivantes :

del Utilman.exe
ren Utilman.exe.old Utilman.exe

En vidéo

La vidéo suivante résume les commandes à saisir afin de réinitialiser le mot de passer oublié.
Suivez ce tutoriel en vidéo en lisant bien les instructions et en vous aidant aussi de cet article.

L’article Réinitialiser mot de passe oublie ou perdu sur Windows en invite de commandes (ultiman.exe) est apparu en premier sur malekal.com.

❌