FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 23 septembre 2021Flux principal

Une faille de sécurité a été découverte sur macOS : méfiez-vous des fichiers .inetloc

23 septembre 2021 à 10:59

Une faille de sécurité toute simple, mais plutôt dangereuse, a été découverte sur macOS. Elle permet d’exécuter du code à distance, avec l’aide d’un bête fichier de raccourcis d’apparence inoffensive. [Lire la suite]

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

L'article Une faille de sécurité a été découverte sur macOS : méfiez-vous des fichiers .inetloc est apparu en premier sur Numerama.

À partir d’avant-hierFlux principal

Un fond d’écran à couper le souffle chaque jour sous macOS

31 août 2021 à 09:00
Par : Korben

Hier je vous expliquais comment changer de fond d’écran directement depuis le terminal Linux en allant chercher des photos sur Unsplash. Et aujourd’hui je me suis dit que j’allais penser un peu aux utilisateurs de macOS.

Vous ne le savez peut-être pas, mais Unsplash propose des applications officielles pour changer de fond d’écran sur iOS, macOS, mais également pour faire un économiseur d’écran sur l’AppleTV ou tout simplement décorer votre navigateur Chrome.

Pour ma part, je suis fan de l’application macOS qui se loge dans la barre de menu et nous permet d’obtenir un fond d’écran aléatoire en fonction de nos préférences thématiques.

Y’a plus qu’à choisir et laisser faire l’application ou l’utiliser comme moi en mode manuel pour n’avoir qu’un bouton à cliquer le jour où j’ai envie de changement dans ma vie.

Je ne saurais pas l’expliquer, mais nouveau fond d’écran ça fait toujours du bien au moral.

Évidemment pour les cliqueurs fous, soyez tranquilles, vous pourrez consulter l’historique des wallpapers consultés pour remettre celui qui vous aurait échappé.

Bref, c’est une super appli que j’utilise depuis un moment et que, je pense vous adopterez rapidement vous aussi.

A télécharger ici sur l’AppStore.

Installer macOS sous Linux avec un simple script

21 août 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous êtes sous Linux, la vie est belle, mais vous aimeriez parfois lancer certaines applications macOS qui n’ont pas d’équivalent sous votre OS préféré. Ou alors vous aimeriez tout simplement tester l’OS d’Apple, car vous êtes curieux de tout ce qui se fait en informatique ?

Pas de souci, j’ai ce qu’il vous faut.

Il s’agit d’un script Python baptisé mac-on-linux qui permet très rapidement de télécharger une image officielle de macOS et de la convertir en machine virtuelle lancée avec qemu.

Pour ce faire, vous devez installer les outils suivants :

sudo apt install qemu-kvm dmg2img pulseaudio 

Faire un petit lien symbolique :

sudo ln -s /usr/bin/qemu-system-x86_64 /usr/bin/qemu

Et installer python click avec pip :

pip install -U click

Puis aller récupérer les sources du projet comme ceci :

git clone https://github.com/arindas/mac-on-linux-with-qemu.git

Lancez ensuite, le script

./run.sh

Ce script ira télécharger l’image dmg de macOS puis convertira celle-ci en .img avant de créer automatiquement un disque virtuel puis en le déployant sous qemu avant de le lancer.

Si vous rencontrez un problème lors de l’installation, supprimez le répertoire firmware/ et renommez fallback-firmware/ en firmware/. Une fois installés, ne modifiez pas les fichiers du firmware, ils seront automatiquement récupérés par le système installé.

Windows 11 ne s’inspire pas de macOS, sa nouvelle interface n’a pas d’impact sur les performances

14 août 2021 à 10:27

Windows 11 introduit de nombreux changements. L’un des faits les plus marquants concerne l’interface du bureau avec d’importantes nouveautés. Doucement « Metro », introduit avec Windows 8, s’éclipse. Le langage de conception « Fluent Design » poursuit ses évolutions tout en se déploiement à plus grande échelle dans Windows et les applications du géant. Avec ...

The post Windows 11 ne s’inspire pas de macOS, sa nouvelle interface n’a pas d’impact sur les performances appeared first on GinjFo.

Le malware multiplateforme de WildPressure s’attaque à macOS au Moyen-Orient

11 août 2021 à 14:32
Par : UnderNews

Milum est un cheval de Troie utilisé par WildPressure, un groupe APT (Advanced Persistent Threat) actif au Moyen-Orient, que Kaspersky surveille depuis août 2019. Lors de leurs investigations sur l’une des dernières attaques de ce groupe qui semble viser le secteur industriel, les chercheurs de Kaspersky ont détecté de nouvelles versions du malware écrites dans différents langages de programmation, dont une qui peut infecter à la fois les systèmes Windows et macOS. 

The post Le malware multiplateforme de WildPressure s’attaque à macOS au Moyen-Orient first appeared on UnderNews.

Comment lancer une application iOS sous macOS ?

11 août 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous avez un iPhone / iPad et un ordinateur Apple équipé d’un processeur M1 (ARM), voici un projet bien bidouille qui devrait vous plaire. Cela s’appelle PlayCover et ça permet de lancer des applications iOS sous macOS.

Pour cela, PlayCover détourne une fonction de sideloading implémentée par Apple dans maOS puis retirée après la version 11.2.3. Grâce à cela, PlayCover est capable, même sur les MacOS > 11.2.3, de convertir des applications iOS pour les utiliser en plein écran et avec votre clavier et souris.

Pratique surtout pour les jeux ou ceux qui veulent streamer.

Voici une démo de Genshin Impact 2.0 lancé avec PlayCover.

Pour tester à votre tour PlayCover, vous devez le télécharger ici et l’extraire. Le lancer, accepter la licence et tout simplement glisser / déposer un fichier .IPA (un programme iOS) sur la fenêtre de PlayCover.

PlayCover va alors déchiffrer l’application signée et y ajoutera la prise en charge du clavier et de la souris. Vous obtiendrez alors un .app que vous pourrez lancer sur votre ordinateur M1 sous macOS.

Pour le moment, PlayCover ne prend pas en charge les architectures Intel, mais visiblement, c’est prévu !

À découvrir ici.

Parallels Desktop 17 est disponible : Windows 11, macOS Monterey, puce Apple M1…

10 août 2021 à 06:01
Par : Fx

Parallels Desktop 17 boiteParallels Desktop 17 est disponible dès aujourd’hui, 10 août. Il s’agit d’une version un peu particulière cette année. Tout d’abord, elle est nativement compatible avec les nouveaux Mac disposant d’une puce Apple M1, tout en gardant sa compatibilité avec les processeurs Intel. Aussi, elle est compatible macOS Monterey (sortie prévue cet automne 2021) et Windows 11 (sortie officielle : octobre 2021). Mais ce n’est pas tout… Parallels Desktop 17 Si la version précédente avait permis de découvrir les possibilités de […]

Cet article Parallels Desktop 17 est disponible : Windows 11, macOS Monterey, puce Apple M1… est apparu en premier sur Cachem

Bulletin d’actualité du CERT-FR – 02/08/2021

Bulletin d’actualité du 02/08/2021 Nous voici de nouveau ensemble dans notre rendez-vous de fin de semaine pour revenir sur les différents bulletins de sécurité publiés par le CERT-FR ! Durant la période du 26 juillet au 1 août 2021, le CERT-FR (Centre gouvernemental de veille, d’alerte et de réponse aux attaques informatiques en France) a …

XLoader, un malware qui vole des identifiants sur macOS et Windows

24 juillet 2021 à 11:00

Un malware très populaire sur Windows, connu sous le nom de Formbook, dispose d'une variante nommée XLoader, capable de s'attaquer aussi bien à Windows qu'à macOS.

XLoader est conçu pour dérober des identifiants et des mots de passe sur les machines infectées, en collectant les informations enregistrées au sein des navigateurs (Chrome, Firefox, Opera, Edge, Internet Explorer) mais aussi des clients de messagerie (Outlook, Thunderbird, Foxmail). Mais attention, ce n'est pas tout ce qu'il sait faire...!

Il existe depuis février 2021 et ces derniers temps, sa popularité n'a cessé d'augmenter. Les chercheurs en sécurité de chez Check Point l'ont détecté dans 69 pays, même si plus de la moitié des victimes sont situées aux États-Unis.

Comment expliquer cette popularité ? Tout d'abord, parce que XLoader est un malware multiplateforme, car il est compatible Windows et macOS. Ensuite, parce qu'il s'agit d'un botnet qui ne s'appuie sur aucune dépendance, ce qui le rend facile à utiliser.

C'est grâce à un travail de reverse engineering qu'un lien a pu être fait entre les malwares Formbook et XLoader. En effet, l'exécutable serait le même, et le développeur de Formbook aurait contribué au développement de XLoader. Les fonctionnalités de ces deux logiciels malveillants sont les mêmes : voler des identifiants, prendre des captures d'écran, enregistrer la saisie au clavier, et exécuter des fichiers malveillants sur l'hôte infecté.

Dans la pratique, il est possible de louer XLoader pour un mois en l'échange de 49 dollars, pour la version MacOS, ce qui donne accès à un serveur fourni par les hackers. Concrètement, cette façon de faire permet aux hackers à l'origine de XLoader de garder la main sur l'infrastructure de serveurs C2 (Command and Control). Si vous souhaitez vous en prendre à des machines Windows, il faudra payer un peu plus cher : 59 dollars pour un mois. Pour trois mois, comptez 129 dollars.

XLoader - Génération d'un fichier JAR pour Windows ou macOS

Toujours d'après les chercheurs en sécurité de Check Point, XLoader est suffisamment furtif pour être difficilement détectable par un utilisateur lambda. D'ailleurs, même s'il a les mêmes fonctionnalités que FormBook, XLoader serait plus abouti et plus sophistiqué. Sur macOS, il est recommandé de supprimer les dossiers dans "/Users/<utilisateur>/Library/LaunchAgents" qui ont un nom aléatoire.

De manière générale, le gain en popularité de macOS en fait désormais une cible privilégiée par les hackers, en plus de Windows. Les chercheurs croient que de plus en plus de malwares seront mis à jour pour supporter macOS et cibler les appareils d'Apple.

Source

The post XLoader, un malware qui vole des identifiants sur macOS et Windows first appeared on IT-Connect.

Comment apprendre à écrire en sténographie ?

22 juillet 2021 à 09:00
Par : Korben

Je me souviens qu’ensemble, nous avions déjà essayé de battre des records de vitesse en termes de frappe sur le clavier. Mais aujourd’hui je vous propose d’aller encore plus loin et surtout plus vite en vous mettant directement à la sténographie.

La sténographie (à ne pas confondre avec la stéganographie…) c’est l’art d’écrire aussi vite que la parole avec des signes. Parfois même plus vite que la parole puisqu’il est possible d’enchaîner 200 mots à la minute.

Un crayon et un papier suffisent, mais aujourd’hui, ça se passe avec un clavier et un ordinateur. Alors bien sûr la sténographie est de moins en moins utilisée, mais c’est toujours intéressant à regarder.

Vous pouvez voir ce que ça donne, sans rien installer en utilisant ce site / simulateur.

L’Open Steno Project a pour but de promouvoir et libérer des ressources liées à la sténographie avec comme outil central Plover, un logiciel libre qui vous permet d’écrire en sténo avec des claviers conçus pour ça ou un simple clavier d’ordinateur. Ainsi, il suffit d’appuyer sur plusieurs touches à la fois pour former directement des mots. C’est hyper rapide !

Ainsi Plover, compatible macOS, Windows et Linux permet à tous d’apprendre la sténo, mais également de l’utiliser dans son quotidien sans forcément être sténographe de métier. Imaginez le temps gagné à rédiger vos emails, vos documents, ou même vos tweets !

Alors évidemment, Clover est conçu pour l’anglais, mais il existe également un dictionnaire français qui vous permet d’utiliser l’application ou vous pouvez aussi créer le vôtre si ça vous branche.

Ensuite pour vous former, il y a ce site qui vous guidera étape par étape ou encore ce jeu vidéo pour apprendre la sténographie en s’amusant. D’autres ressources sont disponibles ici.

Amusez-vous bien !

Tu aimes ce site ?

Je mets tout mon cœur et toute mon énergie dans ce site depuis des années et si tu apprécies mon contenu, tu seras sûrement heureux ou heureuse d’apprendre que j’ai mis en place un soutien financier qui permet aux vrais de la première heure d’accéder en avant première aux contenus que je produis pour eux.

Tu auras accès à des vidéos, au groupe privé Discord, à ma veille techno exclusive et tu pourras échanger librement avec d’autres vrais fans.

On se voit de l’autre côté ?

Transformez n’importe quel appareil en un écran supplémentaire pour votre ordinateur

4 juillet 2021 à 09:00
Par : Korben

Vous êtes chez vous, peinard, en télétravail et vous vous sentez à l’étroit avec un seul écran. Vous aimeriez bien un second écran, mais votre employeur refuse.

C’est pas cool pour vous.

Alors que diriez-vous d’utiliser n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone équipé d’un navigateur web pour rajouter un écran supplémentaire à votre poste principal ?

Un écran en plus c’est super pratique pour bosser. Moi j’en ai 3, et j’aurai du mal à faire mon boulot (surtout de streamer Twitch) sans ce 3e écran. Mais même avec un mini écran de la taille d’un smartphone, c’est super pratique, car ça peut vous servir de prompteur si vous faites de la vidéo, ou d’un écran de contrôle si vous faites de la veille ou du trading.

Et comme Deskreen fonctionne en wifi, et bien pas besoin de s’emmerder avec des câbles. Si vous travaillez en mobilité, ça peut valoir le coup, surtout qu’on peut rajouter plusieurs appareils donc avoir un grand nombre d’écrans.

C’est possible grâce à l’application Deskreen qui fonctionne sous macOS, Linux et Windows et qui permet de faire 2 choses.

Premièrement diffuser sur l’appareil de votre choix, une fenêtre ou un écran. Vous lancez Deskreen, vous choisissez ce que vous voulez partager, puis avec un smartphone, une tablette, une TV ou que sais-je encore, vous vous rendez sur l’URL donnée par l’application (ou vous flasher le QR code) pour obtenir un affichage miroir de ce qui se passe sur votre ordinateur.

C’est pratique par exemple si vous voulez faire une présentation sur un écran, sans avoir de câble HDMI. Vous pouvez aussi diffuser une vidéo, mais elle sera légèrement saccadée et surtout le son, lui n’est pas streamé. C’est uniquement l’affichage, donc c’est différent d’un Airplay par exemple.

Deuxièmement, au début de l’article, je vous expliquais qu’il était possible également d’utiliser Deskreen comme écran supplémentaire. C’est évidemment possible, mais il vous faudra en plus un adaptateur « Virtual display » (affichage virtuel).

C’est un petit dongle VGA / DVI / HDMI / (Mini) Display Port / USB-C que vous mettez dans le port de votre ordinateur et qui a pour effet de faire croire au système d’exploitation que vous avez branché un écran supplémentaire. Ça se trouve sur Amazon pour quelques euros.

Ainsi, l’OS activera un affichage supplémentaire et vous pourrez le déporter avec Deskreen sur un smartphone ou une tablette par exemple.

C’est clairement de la bidouille, mais bon, vous aimez ça autant que moi, n’est-ce pas ? En ce qui me concerne, je ne connaissais pas ce genre de connecteur avant d’écrire cet article. C’est fou !

Voici une démo en vidéo :

Bref, Deskreen c’est de la balle, c’est gratuit et open source.

A télécharger d’urgence ici.

Le plus petit Hackintosh du monde

3 juillet 2021 à 09:00
Par : Korben

Le développeur Ike T. Sanglay Jr. s’est amusé à concevoir un ordinateur de poche aussi puissant qu’un Mac pour y faire tourner macOS Big Sur.

Il s’agit bien sûr d’un hackintosh et la machine utilise une carte LattePanda Alpha, un clavier sans fil Ovegna Q9 et est équipée de 8 Go de RAM et d’un SSD M.2 de 240 Go, le tout placé dans un boitier imprimé en 3D.

D’après son créateur c’est une première et c’est le plus petit hackintosh du monde. Mais ce sera peut-être le seul de son genre puisqu’avec le changement d’architecture d’Apple (M1 / M2), macOS ne fonctionnera plus sur du matériel x86 compatible.

En tout cas, ça me fait plus envie que d’avoir un iPad 🙂

source

Le réseau wifi qui tue le wifi

22 juin 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous avez un iPhone ou un iPad, vous allez être content !

Le chercheur en sécurité Carl Schou, spécialisé en reverse engineering a découvert une faille dans iOS qui permet de complètement pourrir la fonctionnalité Wifi du téléphone.

En gros, en exploitant cette faille, un attaquant peut totalement désactiver non pas le wifi comme on le ferait pour économiser de la batterie, mais carrément la fonctionnalité Wifi. Et aucun redémarrage ne pourra réparer le problème.

Seule option : Réinitialiser les réglages réseau.

Ce n’est donc pas dramatique, mais c’est suffisamment relou pour embêter du monde.

Alors vous devez vous dire que c’est super complexe à mettre en oeuvre, qu’il faut surement un payload bien tendu à développer et que c’est à la portée que d’une poignée d’experts en sécurité.

Et bien non. N’importe qui, même votre grand-père peut mettre à mal tous les appareils iOS de son quartier grâce à cette vulnérabilité.

Tout ce qu’il a à faire, c’est de renommer un réseau wifi comme ceci :

%p%s%s%s%s%n

Une fois le SSID du réseau changé, si un appareil iOS s’y connecte et bien ça bloquera le wifi de cette manière ainsi que la fonctionnalité Airdrop :

macOS n’est pas en reste puisque d’après la société AirEye qui a analysé la faille, la chaîne de caractères problématique a également des effets sur macOS. Encore plus problématique, cette attaque peut conduire à l’exécution de code à distance. En effet, comme la faille est bien présente, en forgeant une chaîne mieux conçue et plus complexe, il devient possible d’écrire du code arbitraire dans des zones mémoires aléatoires, ou choisies de l’appareil et donc d’exécuter du code. Ça craint.

Et bien sûr tout cela peut se faire à distance avec une simple borne wifi ouverte et malheureusement, aucun firewall ne peut bloquer cette faille qui par nature se situe au niveau de l’OS et pas du réseau.

Soyez rassurés, Apple a conscience du problème et il semblerait que la faille soit corrigée ou en tout cas bloquée dans la prochaine version d’iOS 15 et probablement de macOS.

Et pas de bêtises, hein !

Un firewall gratuit pour remplacer Little Snitch sous macOS

20 juin 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous me lisez depuis longtemps, vous connaissez forcément Patrick Wardle d’Objective-See qui propose sur son site d’excellents outils pour renforcer la sécurité de son Mac.

Son détecteur de Ransomware était un must-have et c’est également un excellent chercheur en sécurité puisqu’il découvre régulièrement des failles 0day chez Apple.

Et aujourd’hui, j’aimerais vous présenter l’un de ses derniers outils : LuLu.

LuLu est un firewall (pare-feu) gratuit et open source qui bloque les connexions sortantes inconnues, protégeant ainsi votre vie privée et votre Mac. En effet, aujourd’hui la plupart des malwares communiquent avec l’extérieur, donc rien de mieux que se surveiller ses connexions sortantes pour découvrir si un logiciel exfiltre de la donnée sans votre autorisation. D’ailleurs, contrairement à ce que la plupart des gens s’imaginent, le firewall intégré à macOS surveille uniquement les connexions entrantes et pas les sortantes. Donc LuLu vient parfaitement compléter le pare-feu de macOS.

Le nom LuLu est issu de la langue hawaïenne dans laquelle ce mot signifie « protection », « bouclier » ou encore « paix ». Et comme les outils sont développés sur l’île de Maui, la boucle est bouclée.

C’est joli ! J’aimerais bien rendre visite à Patrick Wardle, du coup.

Ce petit firewall se loge dans la barre de menu et sait se faire discret.

Ainsi LuLu est capable de vous alerterdès que nouvelle connexion est initiée. Évidemment il y a tout ce qu’il faut en termes de liste de blocage pour approuver ou rejeter cette connexion et les alertes sont suffisamment détaillées pour trouver le processus fautif et sa destination.

Histoire de ne pas trop vous embêter, LuLu peut approuver automatiquement tout ce qui a déjà été certifié par Apple et également les outils déjà présents sur votre système. Vous pouvez également y ajouter des URLs ou IP manuellement.

Et comme vous pouvez le voir sur les captures écran, il a tout ce qu’il faut pour remplacer le célèbre logiciel payant Little Snitch en matière de gestion des règles de filtrage (Apple / programmes tiers ./ …etc.). Il supporte évidemment le format Regex pour les règles de filtrage.

Une option de monitoring vous permet également de voir les connexions en cours. Ainsi vous saurez exactement quel logiciel se connecte à quoi. Et ça c’est super tranquillisant quand on tient à sa sécurité et à sa vie privée.

Bref, un outil qui sait se rendre vite indispensable. Vous pouvez le télécharger ici.

Merci à Halprr pour l’info !

SanDisk Ultra Fit 64Go Clé USB 3.1 allant jusqu’à 130Mo/s

28 % de réduction 13,70€

Une clé USB 3.1 compacte et plug-and-stay haute vitesse, idéale pour ajouter de l’espace de stockage aux ordinateurs portables, consoles de jeux, autoradios et bien plus encore Un moyen rapide et simple d’ajouter jusqu’à 256 Go d’espace de stockage à votre appareil Vitesses de lecture allant jusqu’à 130 Mo/s

Voir la promo Sandisk

Comment automatiser des traitements sur des jeux de données ? #data-pipeline

12 juin 2021 à 09:00
Par : Korben

Il arrive parfois qu’on doive retravailler des données. Prendre par exemple un fichier JSON, CSV ou SQL, le filtrer pour enlever des données, retirer certaines colonnes, fusionner plusieurs sources…etc.

La plupart du temps, cela nécessite de savoir développer, car il n’y a pas d’outil magique pour faire ça. Toutefois, voici un outil qui ne réglera pas TOUS vos problèmes, mais qui vous permettra de transformer vos données avec quelques clics en automatisant tout ça pour gagner du temps. C’est d’ailleurs un outil qui aurait pu se retrouver dans le livre de Fabien Olicard qui donne des tas d’astuces pour mieux utiliser son temps et donc en gagner !

Cet outil s’appelle Glue et il fonctionne un peu à la manière d’un Yahoo! Pipes pour ceux qui ont connu cet outil. En gros vous placez une ou plusieurs sources de données, cela peut être une base MySQL, un fichier JSON, un fichier CSV, Excel, SQLite et j’en passe. Ensuite, vous pouvez agréger ces sources de données, concaténer les données, ou les alléger en supprimant des colonnes ou ne ressortir que certaines données avec des opérateurs (is, equal, empty…etc.).

Et une fois que votre tambouille est terminée, vous placez un objet Output et vous choisissez un format de sortie (csv, xls, paquet, feather, sqlite, json).

Une fois que le process est en place, y’a plus qu’à cliquer sur Run pour lancer le traitement et obtenir le fichier de sortie de vos rêves.

Les briques essentielles sont là même si on pourrait se trouver limité par rapport à un Yahoo! Pipes mais la bonne nouvelle, c’est que Glue permet d’intégrer également des fonctions en Python. Cela veut dire que vous pouvez également ajouter votre propre couche de traitement fait maison pour modifier les données. C’est super pratique. D’ailleurs, je vous recommande ce livre pour ceux qui veulent se mettre au Python, un langage simple à apprendre et vraiment hyper puissant.

Vraiment top !

Glue est dispo pour macOS, Linux et Windows ici.

Mon TOP des outils de compression d’images

7 juin 2021 à 09:00
Par : Korben

Si vous avez un site web, vous savez sans doute que les performances d’affichage c’est important. Pour vos visiteurs d’abord qui ne veulent forcement attendre que tout se charge ou qui ont des petites connexions, mais également pour vous afin d’économiser de l’espace disque, de la bande passante et surtout éviter de niquer votre référencement. Car oui Google tient compte également des temps de chargement de vos pages pour vous ressortir dans son moteur.

Aujourd’hui je vous propose plusieurs outils, open source pour la plupart, super cools qui vont permettre de compresser vos images via une interface graphique.

Au sommaire :

Imagine

Projet sous licence libre, Imagine permet de compresser de manière individuelle ou en batch des images et de les sortir au format JPG, PNG et même WebP ce qui est le format le plus optimisé du moment.

L’outil fonctionne sous Linux, macOS et Windows et repose comme la plupart sur des outils tiers de compression, en l’occurrence pngquant, mozjpeg et WebP.

À télécharger ici.

ImageOptim

Celui là c’est mon préféré. Il fonctionne avec une interface graphique, tourne uniquement sous macOS (+version web) et utilise de nombreux outils tiers pour vous proposer la meilleure compression possible avec un ratio qualité / poids acceptable en fonction de vos besoins, sachant que tout est paramétrable dans les options. ImagineOptim utilise en effet les outils suivants : Zopfli, PNGOUT, OxiPNG, AdvPNG, PNGCrush, JPEGOptim, Jpegtran, Guetzli, Gifsicle, SVGO, svgcleaner & MozJPEG.

Une gros plus de cet outil c’est que vous pouvez également l’appeler en ligne de commande, donc l’intégrer sans souci dans vos scripts Automator ou autre. Et en plus il est libre.

À télécharger ici.

Et pour les paresseux ou ceux qui n’ont pas de mac, ImageOptim est également dispo en version web ici.

Sqoosh

Sqoosh n’est pas un outil à télécharger, mais un service en ligne qui vous permettra aussi de compresser vos images, mais également de les réduire en taille et en palette de couleurs (ça veut dire moins de couleurs sur l’image). Plusieurs algo de compression sont dispo comme MozJpeg, JPEG XL, OxiPng, WebP, mais aussi les algo de compression intégrés à votre navigateur.

Une fois vos images uploadées, vous pouvez voir les différences avant / après avec un espèce de slider.

À tester ici.

File Optimizer

File Optimizer est également open source et tourne sous Windows. Il est très très moche, mais vous permettra de compresser vos images, mais également tout un tas d’autres fichiers, sans changer le format ou l’extension.

Les formats supportés sont les suivants :

.3G2, .3GG, .3GP, .7Z, .A, .AAI, .AC, .ACC, .ADP, .AI, .AIR, .APK, .APNG, .APPX, .APR, .ART, .ART, .AVI, .AVS, .BAR, .BMP, .BPG, .BPL, .BSZ, .CBT, .CBZ, .CDR, .CDT, .CHI, .CHM, .CHQ, .CHS, .CHW, .CIN, .CMYK, .CMYKA, .CPL, .CSL, .CSS, .CUR, .DB, .DB, .DCX, .DDS, .DEB, .DES, .DIB, .DLL, .DOC, .DOCM, .DOCX, .DOT, .DOTM, .DOTX, .DPX, .DRV, .DWF, .DWFX, .EAR, .EASM, .EML, .EMLX, .EPDF, .EPDF, .EPRT, .EPUB, .EXE, .FAX, .FAX, .FB2, .FDF, .FITS, .FLA, .FLAC, .FLV, .FPX, .FPX, .FXG, .FXG, .GALLERY, .GALLERYCOLLECTION, .GALLERYITEM, .GFT, .GIF, .GRAY, .GRS, .GZ, .HDR, .HRZ, .HTM, .HTML, .ICB, .ICL, .ICO, .ICO, .INK, .INLINE, .IPA, .IPK, .IPSW, .ITA, .ITS, .ITZ, .J2C, .J2K, .JAR, .JFI, .JFIF, .JIF, .JNG, .JP2, .JPC, .JPE, .JPEG, .JPG, .JPS, .JPT, .JS, .JSON, .KML, .KMZ, .KMZ, .KSF, .LIB, .LIT, .LUA, .LUAC, .LXF, .LZL, .LZMA, .M4A, .M4B, .M4P, .M4R, .M4V, .MAX, .MBX, .MCE, .MDB, .MDT, .MDZ, .MHT, .MHT, .MHTML, .MHTML, .MIC, .MIF, .MIFF, .MIX, .MIZ, .MK3D, .MKA, .MKS, .MKV, .MMIP, .MNG, .MONO, .MOV, .MP3, .MP4, .MPC, .MPD, .MPEG, .MPG, .MPO, .MPP, .MPP, .MPR, .MPT, .MSC, .MSG, .MSG, .MSI, .MSL, .MSP, .MST, .MSZ, .MTV, .MTW, .MVG, .MVZ, .MZZ, .NAR, .NBK, .NOTEBOOK, .O, .OBJ, .OCX, .ODB, .ODF, .ODG, .ODP, .ODS, .ODT, .OEX, .OGA, .OGG, .OGG, .OGV, .OGX, .OGX, .OLE, .OLE2, .ONE, .OPT, .ORA, .OSK, .OST, .OTB, .OXPS, .P7, .PALM, .PBM, .PCC, .PCD, .PCDS, .PCL, .PCLS, .PCX, .PDB, .PDF, .PFM, .PFS, .PGM, .PIC, .PICON, .PICT, .PK3, .PNG, .PNM, .PNS, .POTM, .POTX, .PPAM, .PPM, .PPS, .PPSM, .PPSX, .PPT, .PPTM, .PPTX, .PSB, .PSD, .PTIF, .PTIF, .PTIFF, .PTIFF, .PUB, .PUB, .PUZ, .QT, .QWK, .R2SKIN, .RA, .RAM, .RDB, .RDB, .RFA, .RFG, .RFT, .RGB, .RGBA, .RLL, .RM, .RMSKIN, .RMVB, .RTE, .RV, .RVT, .S3Z, .SCR, .SGI, .SGML, .SLDASM, .SLDDRW, .SLDM, .SLDPRT, .SLDX, .SMIL, .SOU, .SPL, .SPO, .SQLITE, .SQLITE2, .SQLITE3, .STZ, .SUN, .SVG, .SVGZ, .SWC, .SWF, .SYS, .TAR, .TGA, .TGZ, .THM, .TIF, .TIFF, .UYVY, .VBX, .VCARD, .VCF, .VDA, .VDX, .VICAR, .VIFF, .VLT, .VOB, .VSD, .VSS, .VST, .VST, .VSX, .VTX, .WAL, .WAR, .WAV, .WBA, .WBMP, .WEBA, .WEBM, .WEBP, .WIZ, .WMA, .WMV, .WMZ, .WPS, .WSZ, .X, .XAP, .XBM, .XHTML, .XHTML, .XL, .XLA, .XLAM, .XLC, .XLM, .XLS, .XLSB, .XLSM, .XLSX, .XLTM, .XLTX, .XLW, .XML, .XML, .XMZ, .XNK, .XPI, .XPM, .XPS, .XSF, .XSL, .XSLT, .XSN, .XWD, .YCBR, .YCBRA, .YUB, .Z01, .Z02, .Z03, .Z04, .Z05, .Z06, .Z07, .Z08, .Z09, .Z10, .ZIP, .ZIPX, .ZX01, .ZX02, .ZX03, .ZX04, .ZX05, .ZX05, .ZX06, .ZX07, .ZX08, .ZX09, .ZX10, STICKYNOTES.SNT and THUMBS.DB

À télécharger ici.

RIOT

RIOT est un outil de compression pour Windows qui est gratuit, capable de compresser des tas de formats d’images même bien chelous en PNG, JPG ou GIF via une interface graphique qui vous permet d’ajuster également les réglages manuellement. RIOT peut prendre en charge plusieurs images en même temps avec son mode batch et une fois l’image compressée, vous pouvez voir un avant / après.

À télécharger ici.

Compressor

Un autre service en ligne, gratuit en version de base qui vous permettra de compresser vos images en « lossy », c’est à dire avec perte de qualité. C’est très basique, mais ça peut faire l’affaire pour un besoin ponctuel.

À découvrir ici.

Image Resizer

Présent dans les PowerToys de Microsoft, ImageResizer vous permet de réduire la taille et le poids de vos photos sous Windows.

À découvrir ici. Et pour installer les PowerToys c’est ici que ça se passe.

Pingo

Pinga quant à lui est un clone de ImageOptim, mais conçu pour Windows et en source fermé. Vous glissez-déposez vos images, et paf, tout sera instantanément optimisé. L’outil gère le multithreading et il y a blinde de paramétrages possibles et les performances sont au top !

À télécharger ici.

EZGif

EZgif, c’est la boite à outils ultime du web qui vous permet de faire énormément de choses avec vos images. De la compression bien sûr, mais aussi de la conception de Gifs animés, etc., etc. J’ai fait un article très détaillé sur EZGif et je vous invite fortement à le lire.

Merci à Lorenper qui m’a aidé pour les bons liens tout frais.

MacOS – Êtes vous infecté par un malware ?

6 juin 2021 à 09:00
Par : Korben

Votre ordinateur Apple est-il infecté par un malware ? Difficile de répondre à cette question…

Mais peut-être que vous n’êtes pas à l’aise, car parfois il se comporte bizarrement ou vous trouvez vous-même que vous prenez pas mal de risques en téléchargeant des tas d’outils étranges sur des sites de torrents peu recommandables.

Alors, comment savoir ?

Et bien grâce à KnockKnock, vous aurez une vue directe de tous les programmes persistants présents sur votre macOS. Persistent, ça veut dire qui s’exécutent à chaque fois que l’ordinateur redémarre… Et bien sûr les malwares sont la plupart du temps persistants. Ça tombe bien.

Une fois installé et lancé, KnockKnock va donc lister l’ensemble des processus concernés et les passer au détecteur de VirusTotal pour savoir si des malwares ou autres virus s’y cachent.

Chaque ligne de ce tableau contient le nom de l’élément détecté, une icône indiquant s’il appartient à Apple, ou à un éditeur tiers (mais toujours signé), ou s’il n’est pas signé, son chemin d’accès complet, puis divers boutons d’information et d’action. Ces boutons fournissent des informations sur les résultats de l’analyse VirusTotal de l’élément, des informations générales sur le fichier et la possibilité d’afficher l’élément dans le Finder.

Si un malware connu est détecté, le nom de l’élément et le bouton VirusTotal seront mis en évidence en rouge comme ceci :

Vous pouvez télécharger Knock Knock ici.

Alors verdict ?

❌