FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierFlux principal

Test Konyks Pluviose : une prise connectée pour l’extérieur

11 juillet 2021 à 17:31

I. Présentation

Dans cet article, je vais vous parler de la prise connectée Konyks Pluviose qui présente la particularité d'être résistante aux intempéries, ce qui permet de l'installer en extérieur. Une différence marquante en comparaison des autres modèles de prises connectées de chez Konyks, que vous avez pu découvrir en lisant mes précédents articles.

Voici les caractéristiques de la prise Konyks Pluviose :

  • Puissance : 16A, 3520 Watts max, en 220V
  • Connexion Wi-Fi sur la bande de fréquences 2,4 GHz uniquement (802.11 b/g/n)
  • Indice de protection : IP55
  • Dimensions : 85 x 70 x 65 mm
  • Garantie : 24 mois
  • Fonctions clés : compatible assistants vocaux, pilotable à distance, intégration aux scénarios, gestion d'un planning, etc.
  • Prix : 34,90 euros

Il est à noter que cette prise connectée n'intègre pas le suivi de la consommation électrique.

II. Package et design

Comme à son habitude, Konyks propose un packaging bien présenté où l'on peut apercevoir l'appareil en photo, mais aussi en savoir plus sur ses caractéristiques techniques. À l'intérieur, nous retrouvons la prise connectée, un kit de visserie, la note de garantie et de conformité, et le guide d'installation rapide.

À première vue, la prise semble assez imposante, mais cela ne me choc pas du tout puisqu'elle est destinée à être installée en extérieur. D'autant plus qu'elle est grise, ce qui lui permet d'être passe-partout. La qualité de fabrication est bonne donc j'ai envie de dire que c'est rassurant pour la suite !

Le seul bouton intégré à la prise est facilement identifiable : il est noir et il permet de réinitialiser la prise. Autant vous dire que pour gérer l'interrupteur, il faudra passer par l'application Konyks.

Contrairement à une prise connectée destinée à un usage intérieur, où il suffit de venir connecter la prise directement sur une prise murale existante, la prise Konyks Pluviose va recevoir directement le courant. De ce fait, l'installation sera un peu plus compliquée et nécessite de prendre quelques précautions. Si cela vous semble compliqué, mieux vaut solliciter l'aide d'un professionnel. Dans tous les cas, c'est à prendre en considération.

Concrètement, il faut prévoir une arrivée électrique jusqu'à la prise Konyks et il faudra câbler la prise pour l'utiliser. Bien sûr, vous pouvez remplacer une prise existante par celle-ci pour bénéficier des fonctions connectées.

III. Installation de la prise Konyks Pluviose

Passons maintenant à la mise en route de la prise Konyks Pluviose. Et là, je dois avouer que ce n'est pas si simple ! Alors certes mes connaissances en bricolage sont limitées, mais lorsque je suis bien guidé, ça le fait ! Cependant, là, ce n'est pas le cas puisque le guide d'installation rapide est justement un peu trop rapide à mon goût.

Au final, je m'en suis sortie, mais c'est dommage que la notice ne soit pas plus complète. D'autant plus qu'il n'y a pas de notice plus détaillée sur le site Konyks. Voici les étapes de l'installation, à suivre avec le courant coupé bien entendu.

Tout d'abord, il faut commencer par prévoir une arrivée électrique et l'acheminer jusqu'à l'endroit où vous souhaitez installer la prise connectée : au niveau de votre terrasse, de votre piscine ou à proximité de l'abri de jardin. Chacun lui trouvera l'emplacement qui lui convient, mais veillez à ce qu'elle soit à portée de votre réseau Wi-Fi !

Ensuite, il faut dénuder le câble électrique et le faire entrer à l'intérieur de la prise connectée. Pour cela, il faut découper au cutter l'embout en caoutchouc de manière à faire rentrer le câble. Attention à ne pas trop découper pour maintenir une bonne étanchéité.

Une fois que c'est fait, il faut raccorder la prise électrique : la phase, le neutre et la terre. Le mécanisme du bornage est un peu capricieux et j'ai perdu un peu de temps à comprendre comment il fallait faire pour bloquer les câbles dans la borne. Hormis pour le câble correspondant à la terre puisqu'il se bloque avec une visse.

Lorsque le raccordement est fait, il faut fermer le boîtier de la prise connectée. Pour qu'il soit bien fermé et hermétique, il y a deux visse à mettre. Pour cela, il faut soulever le capot qui protège la prise de courant : vous trouverez deux trous pour visser et verrouiller le boîtier. À aucun moment ce n’est précisé sur la notice, il faut chercher par soi-même !

Pour ma part, j'ai testé la prise sans la fixer au mur dans un premier temps. Si vous souhaitez la fixer quelque part, il faut le faire avant de fermer le boîtier.

Dès que c'est fait, on peut mettre la prise connectée sous tension. L'occasion de remarquer la présence d'un voyant d'état sur la prise, visible en vert sur la photo ci-dessous.

IV. L'application Konyks

L'ajout dans l'application Konyks (Android / iOS) s'effectue facilement et comme les autres appareils Konyks. Si ce n'est que c'est encore plus simple et quasiment automatique avec les appareils dotés du Bluetooth comme la prise Konyks Priska Max Easy. Ici, ce n'est pas le cas, mais l'assistant est simple et efficace.

Lorsque la prise connectée est ajoutée, on la retrouve au sein du tableau de bord avec la possibilité de l'allumer et l'éteindre sans même rentrer dans les paramètres de l'appareil.

Si l'on regarde de plus près les fonctionnalités offertes, on remarque qu'il est possible d'allumer et d'éteindre la prise à distance (même lorsque l'on n’est pas à son domicile) : ce qui est classique. On constate également que l'on peut gérer un planning avec plusieurs programmations : allumer la prise à 21h00 tous les jours, éteindre la prise à 23h00 seulement le samedi et le dimanche, etc... À vous de choisir ce qui correspond à vos besoins si cette fonction vous intéresse. On peut planifier une action pour une seule fois. Il y a également une fonction "minuteur".

La prise est compatible avec les assistants vocaux Alexa et Google, ce qui offre la possibilité de la piloter à la voix. Pour aller plus loin, on peut intégrer la prise Pluviose dans les scénarios et les automatisations. Puisqu'il s'agit d'une prise pour l'extérieur, on peut imaginer des scénarios basés sur la météo, cette dernière étant récupérée à partir de votre position.

On peut également déclencher des actions basées sur les heures de lever et de coucher du soleil (c'est quelque chose que j'apprécie particulièrement pour la gestion des volets roulants, mais pour une prise c'est intéressant aussi). Comme c'est l'été, on peut allumer automatiquement l'éclairage d'ambiance de la terrasse lorsque le soleil est couché. En hiver, on pourra utiliser cette fonction pour allumer les décorations de Noël.

Comme je le disais en introduction, il n'y a pas le suivi de la consommation électrique, c'est dommage.

V. Conclusion

La prise connectée Konyks Pluviose est un bon produit, mais elle n'est pas sans défaut. Sa qualité de fabrication est bonne, mais il faudra voir comment elle vieillit puisqu'en extérieur les conditions sont plus difficiles qu'en intérieur, surtout en Normandie, ahah. Les fonctions "connectées" sont satisfaisantes puisque nous pouvons gérer la prise à distance et créer des routines en fonction d'un planning ou de certains événements (météo, état d'un autre appareil, etc.). Le petit bonus, c'est la compatibilité avec les assistants vocaux.

Concernant, les points négatifs, j'en ai relevé surtout deux : le montage n'est pas très complexe, mais la notice est beaucoup trop légère, ce qui peut représenter un point de blocage et aussi frustrer certains utilisateurs. Ensuite, au niveau des fonctionnalités, il manque le suivi de la consommation électrique : c'est un petit détail que j'apprécie sur les prises connectées.

Enfin, terminons par son prix : 34,90 euros. Il me semble cohérent pour ce type d'appareil qui doit être robuste pour résister à la pluie et à la poussière, comme c'est le cas ici.

The post Test Konyks Pluviose : une prise connectée pour l’extérieur first appeared on IT-Connect.

Comment regarder Netflix sur un appareil Echo Show ?

27 juillet 2021 à 11:00

I. Présentation

Dans ce tutoriel, nous allons voir comment utiliser son appareil Echo Show pour regarder Netflix. Depuis décembre 2020, il est possible de regarder Netflix directement sur un appareil de la gamme Amazon Echo Show. Pour rappel, les appareils Echo Show intègrent l'assistant vocal Alexa d'Amazon et un écran.

Il existe plusieurs modèles avec un écran, ce qui permet d'accéder à diverses applications vidéos comme Netflix, Prime Video, YouTube mais aussi Molotov. L'Amazon Echo Show est proposé avec un écran 5 pouces, un écran 8 pouces et un écran 10 pouces.

Vous pouvez les retrouver sur cette page : Amazon Echo Show

Remarque : si vous avez un appareil équivalent avec l'assistant Google, vous pouvez bénéficier de Netflix depuis bien longtemps.

II. Configurer Netflix sur Echo Show

La configuration se limite à une chose : se connecter avec son compte Netflix. En fait, il n'est pas nécessaire d'installer une Skill, il suffit de dire "Alexa, lance Netflix". Une autre alternative consiste à balayer l'écran de la droite vers la gauche pour faire apparaître le menu puis appuyer sur "Vidéos" : il suffira de choisir Netflix. Néanmoins, la première méthode avec la commande vocale est plus simple.

Echo Show Netflix

Saisissez votre identifiant et votre mot de passe à l'aide du clavier et de l'écran tactile, puis validez la connexion.

Une fois connecté, vous pouvez accéder au catalogue de Netflix et profiter du streaming depuis votre appareil Echo Show ! Rassurez-vous, l'interface de Netflix sera bien en français. Sur la photo ci-dessous, c'est en espagnol, car j'ai piqué le compte de ma femme. 😉

Streaming Netflix Echo Show

Différentes commandes vocales sont disponibles, dont :

  • Ouvrir Netflix : "Alexa, lance Netflix", "Alexa, ouvre Netflix"
  • Rechercher sur Netflix : "Alexa, trouve Lupin sur Netflix", "Alexa, montre-moi Stranger Things sur Netflix"
  • Démarrer la lecture une fois sur la page : "Alexa, démarre la lecture sur Netflix"

L'important étant de bien préciser "Netflix" dans la phrase pour que la recherche soit effectuée sur ce service et pas un autre. Il ne reste plus qu'à profiter de Netflix sur votre appareil Echo Show !

The post Comment regarder Netflix sur un appareil Echo Show ? first appeared on IT-Connect.

Test eufyCam 2 Pro : un kit avec deux caméras 2K et 365 jours d’autonomie

3 août 2021 à 10:00

I. Présentation

Au sein du catalogue d'Eufy, on retrouve plusieurs modèles de caméras et de produits dédiés à la sécurité pour les particuliers, notamment pour surveiller sa maison ou son appartement. Dans cet article, je vous propose de découvrir le kit eufyCam 2 Pro, composé de deux caméras eufyCam 2 Pro et d'une base Eufy HomeBase 2. Il s'agit d'une évolution du kit eufyCam 2 où les caméras bénéficient d'un capteur 2K au lieu du full HD.

La base HomeBase est un élément central de l'installation puisqu'elle sert à stocker les enregistrements en local (pas de frais cachés) et à gérer vos appareils Eufy Security. Les caméras quant à elles, sont totalement sans-fil puisqu'elles ont une batterie qui promet jusqu'à 1 an d'autonomie et elles se connectent en Wi-Fi à votre réseau.

Commençons par les caractéristiques de ces caméras et de la base Eufy :

  • Résolution 2K
  • Zones de détection : grand-angle de 140°
  • Autonomie de 365 jours / 1 an
  • Certifiée IP67
  • Sirène anti-intrusion interne à la caméra
  • Système audio bidirectionnel
  • Vision nocturne infrarouge
  • Détection des humains
  • Amélioration intelligente de l'image
  • Gestion des zones de détection
  • Accès multi-utilisateurs
  • Fonction antivol
  • Visualisation du live et de l'historique des enregistrements
  • Compatible avec les assistants vocaux Amazon Alexa et Google Assistant
  • Compatible Apple HomeKit et Apple HomeKit Secure Video
  • Sécurité des données de qualité militaire avec chiffrement AES-128 et AES-256

En complément, pour la HomeBase 2, on peut préciser :

  • Sirène anti-intrusion de 100 dB
  • Mode répéteur Wi-Fi pour étendre la portée de votre réseau domestique
  • 16 Go eMMC (non extensible)
  • Jusqu'à 3 mois de stockage des enregistrements
  • Dimensions (Largeur x Hauteur x Profondeur) : 8 x 13 x 8 cm

Eufy propose d'autres kits de caméras, notamment les caméras eufyCam 2C que j'ai pu tester l'année dernière. Au final, il y a un véritable écosystème de produits Eufy Security pour sécuriser sa maison : caméra, détecteur de mouvement, détecteur d'ouverture et fermeture, clavier, sonnette connectée, etc.

II. Package et design

Ce packaging proposé par Anker met en avant trois atouts majeurs de cette solution Eufy Security : la résolution 2K des caméras, l'autonomie de la batterie estimée à 365 jours et le fait que la solution soit utilisable sans coût additionnel (pas d'abonnement). À l'intérieur, les éléments sont bien protégés et bien organisés au sein de la boîte.

Cette jolie boîte contient de nombreux accessoires dont voici la liste : la HomeBase 2 avec son alimentation et un câble RJ45 (qui n'est pas indispensable), un guide de démarrage rapide (français inclus), un autocollant "24/7 Monitoring" qui n'est pas disponible en français malheureusement, un outil pour réinitialiser les appareils, et des patrons pour vous aider à faire les trous pour fixer les caméras. En complément, nous avons les deux caméras, avec le kit de visserie nécessaire au montage, ainsi que deux supports de fixation différents pour chaque caméra, soit quatre au total. Un kit très complet, il ne manque rien si ce n'est qu'un autocollant en français aurait été appréciable.

La HomeBase est assez compacte et je suis sûr qu'elle trouvera une petite place à côté de votre box Internet, même si ce n'est pas obligatoire, car elle peut se connecter en Wi-Fi à votre réseau. Sur la façade de la base, nous retrouvons une LED d'état sous le logo Eufy Security.

À l'arrière, nous retrouvons le haut-parleur pour la sirène et les alertes vocales, ainsi que la connectique sur la partie inférieure. Il y a un port USB qui sert à connecter une caméra pour la recharger, un port RJ45 que l'on peut exploiter pour connecter la base à la Box, ainsi qu'un bouton "Sync" pour la synchronisation ou désactiver l'alarme (fonction désactivable).

Les deux caméras bénéficient d'une très belle finition ! Le boîtier est entièrement en plastique, le blanc est brillant, tout comme la façade noire, tandis que le gris est mat. De chaque côté, nous retrouvons la mention Eufy Security. Le haut-parleur se situe sur le dessous de la caméra et il est utile pour la sirène intégrée à la caméra et pour restituer votre voix si vous parlez à distance. A titre de comparaison, la caméra est un peu plus compacte qu'une canette de 33 cl de votre soda préféré. 😉

Sur le dessus, nous retrouvons le bouton "Sync" qui est utile pour associer la caméra à la HomeBase lors de l'initialisation. À l'arrière, on retrouve le pas de vis pour fixer la caméra et le port micro-USB qui est utile seulement pour recharger la caméra. Le port micro-USB est protégé pour éviter qu'il prenne l'eau ou la poussière.

Contrairement aux modèles eufyCam 2C et eufyCam 2C Pro, le modèle eufyCam 2 Pro a une forme cylindrique, ce qui permet à la façade d'être plus compacte. À mon sens, cela permet d'avoir une caméra plus discrète visuellement. Autre différence de conception entre ces modèles, au niveau de la façade : l'absence du projecteur sur le modèle eufyCam 2 Pro.

III. Initialisation du kit eufyCam 2 Pro

L'initialisation du kit eufyCam nécessite l'application Eufy Security sur votre smartphone, où il faudra commencer par créer un compte. En utilisant le guide d'utilisation et l'application, on peut s'en sortir facilement ! Il faudra commencer par la mise en route de la base HomeBase : logique.

Pour installer les caméras, comme je le disais il y a quatre supports et deux types de support différents. Il y en a un qui se visse directement sur la caméra, tandis que l'autre va maintenir la caméra grâce à un aimant puissant (dès que les caméras sont à 5 ou 6 centimètres l'une de l'autre, il y a comme une attirance entre les deux 😉 ).

Concrètement, il y a un support destiné à un usage en extérieur où la fixation est plus robuste, car le support est directement vissé sur la caméra (photo de gauche). Le second support fonctionne avec un système aimanté est doit être installé uniquement en intérieur. Eufy aurait pu proposer seulement le système de fixation pour l'extérieur, car on peut l'installer en intérieur également.

Peu importe le kit utilisé, on peut orienter la caméra dans de multiples directions : haut, bas, droite, gauche, diagonale, etc... Les possibilités sont nombreuses.

L’ajout d’une caméra à partir de l’application Eufy Security est une opération simple : que ce soit pour la première caméra de votre installation, la troisième ou la dixième, les manipulations restent les mêmes. Il suffira de positionner la caméra à proximité de la HomeBase et d’appuyer sur le bouton Sync de la caméra pour basculer en mode appairage. Ensuite, la HomeBase va détecter la caméra et l’intégrer à votre installation automatiquement.

Pour le positionnement des caméras, l’application pourra vous donner des conseils, mais il faut tenir compte d’un élément important : la qualité du signal WiFi entre votre caméra et votre Box (voir ci-dessous). Avant de positionner la caméra au mur, il faudra penser à l’associer avec votre HomeBase. Lors de cette phase d’association, l’application vous indiquera la qualité du signal WiFi en fonction de votre emplacement, ce qui est pratique et évite de faire une erreur.

La connexion entre les caméras et la HomeBase est établie grâce au WiFi, sur la bande de fréquence 2.4 GHz. Quant à la connexion entre la HomeBase et votre Box, elle peut être établie par câble Ethernet RJ45, par WiFi ou bien les deux. Je m’explique. Si vous connectez votre HomeBase par câble Ethernet à votre Box, mais que la connexion par câble est interrompue, le système basculera la connexion en WiFi. Il faut savoir que la HomeBase peut jouer le rôle de répéteur WiFi dans le but d’étendre la portée du réseau WiFi de votre Box, ce qui peut avoir un intérêt selon l’implémentation de votre installation.

IV. Utilisation et configuration

Dans cette partie, nous allons passer en revue l’application Eufy Security, car ce sera votre centre de contrôle pour gérer votre installation. Pour visualiser le direct des caméras, les enregistrements vidéos, configurer vos appareils ou ajouter un nouvel appareil, ce sera votre alliée.

Tous les appareils associés à votre compte sont accessibles depuis l’accueil de l’application, où chaque équipement bénéficie d’une vignette. Pour une caméra, cette vignette montre un aperçu de l’image, le nombre d’événements, mais aussi la qualité du signal WiFi et l’autonomie restante. En appuyant sur une caméra, on peut visualiser l’image en direct, mais aussi accéder à l’historique des événements.

D’ailleurs, la gestion des événements est intuitive. On peut filtrer les événements par date, mais aussi par équipement, tout en sachant que l’on peut sélectionner plusieurs équipements. De quoi tenter de faire le lien entre plusieurs événements sans être perturbé par les autres événements des autres appareils. Sur le calendrier, il y a un point bleu qui est présent au niveau de chaque jour où il y a eu un événement au minimum.

Quant aux modes, il y a certains modes prédéfinis, mais l’on peut créer ses propres modes ou modifier ceux existants, tout simplement. Cette personnalisation s’effectue caméra par caméra, et pour chaque mode. Pour basculer d’un mode à l’autre, il faut utiliser l’application Eufy Security ou le clavier Eufy KeyPad qui prend en charge plusieurs modes.

Il y a également un mode baptisé « Geofencing » qui se base sur votre position géographique et s’active lorsque vous quittez votre domicile.

Je trouve que la caméra est efficace pour détecter les mouvements des humains, et cela même lorsque la personne se situe à plusieurs mètres de l’objectif. La sensibilité de la caméra peut être ajustée dans les paramètres.

Ce modèle dispose d’une fonction antivol qui se déclenchera dans le cas où la caméra bouge. Lorsque ce mode se déclenche, la caméra active sa sirène.

A. Stockage des enregistrements

Le stockage des enregistrements vidéos s’effectue sur la carte mémoire de la HomeBase fournie avec le package. Les caméras ne stockent pas directement les extraits vidéos. La HomeBase dispose d’une carte mémoire de 16 Go, ce qui est suffisant pour stocker les enregistrements pendant plusieurs mois. Bien sûr, cela va dépendre du nombre de caméras au sein de votre installation, mais aussi du nombre de séquences à enregistrer (et de la longueur selon le mode retenu). Par exemple, mon installation basée sur deux caméras eufyCam 2C et la HomeBase stocke plus de 8 000 événements, sur un total de 464 jours, et il reste 7 Go de disponibles.

Grâce à cette solution de stockage intégrée, il n’est pas nécessaire de souscrire à un abonnement pour stocker les enregistrements dans le Cloud. Néanmoins, cette option est proposée à 2.99 dollars par mois pour une caméra et un historique sur un mois, mais aussi à 9.99 dollars par mois pour un historique sur un mois pour un ensemble de 10 caméras. Ces forfaits mensuels sont également disponibles sous la forme de forfaits annuels.

En complément, et sous réserve d'avoir un enregistreur ou un NAS compatible, les enregistrements peuvent être stockés sur un autre périphérique via le protocole RTSP. Malheureusement, le protocole FTP (ou équivalent) n'est pas pris en charge à ce jour.

B. Détection nocturne

Contrairement aux modèles eufyCam 2C et eufyCam 2C Pro, ce modèle n’intègre pas de projecteur. Pour rappel, ce petit projecteur permet d’éclairer une zone en cas de détection et d’avoir une vision nocturne en couleurs. Avec le modèle eufyCam 2 Pro, il faudra se satisfaire de la vision nocturne en noir et blanc grâce aux LEDs infrarouges, bien aidées par la résolution 2K de la caméra.

C. Gestion de la sirène et des alertes

La HomeBase intègre un haut-parleur, ce dernier sert aux alertes vocales, mais aussi à l’alarme. L’alarme intégrée à la HomeBase n’est pas seule : chaque caméra intègre une alarme sonore également.

Lorsqu’il y a une alerte et que la sirène se déclenche, cela ne signifie pas que tous les appareils vont sonner en même temps. Tout dépend de votre configuration et du mode actif. Si vous êtes absent, vous pouvez décider de faire sonner toutes les caméras et la HomeBase en cas de détection, mais avec un autre mode, vous pouvez choisir de déclencher la sirène uniquement sur certains appareils.

Enfin, l’application permet de régler le volume de la sirène et le type de sonnerie (deux disponibles), mais aussi d’éteindre automatiquement l’alarme au bout de 30 secondes. Sinon, elle continuera de sonner jusqu’à ce qu’elle soit désactivée à partir de l’application mobile ou de votre code de sécurité, dans le cas où le clavier Eufy KeyPad est installé également.

Personnellement, je trouve que le volume sonore de l’alarme est un peu juste. Cependant, comme on peut faire sonner tous les appareils en même temps, cela permet d’intensifier le son d’une part, mais aussi de le diffuser sur une zone plus large : si vous avez une caméra à l’intérieur et une autre dans le jardin, cela permet de diffuser l’alerte à l’extérieur.

D. Zone d'alerte personnalisable

Si vous souhaitez détecter les mouvements que sur une zone spécifique de l'image captée par la caméra, c'est possible. Il suffit de créer une ou plusieurs zones de détection, de la taille souhaitée, pour spécifier à la caméra la zone à prendre en compte. Ce n'est pas utile dans toutes les circonstances, mais c'est bien pratique dans certains cas d'usage.

E. Compatibilité avec les assistants vocaux et Apple HomeKit

Les caméras Eufy Security sont compatibles avec les assistants vocaux Amazon Alexa et Google Assistant. En complément et pour les adeptes de produits Apple, sachez qu’il y a une intégration possible avec Apple HomeKit. Cette possibilité permet le stockage des enregistrements dans le Cloud d’Apple via HomeKit Secure Video.

F. Évolution du kit

La base HomeBase est capable de gérer jusqu’à 16 caméras, ce qui me semble confortable pour installer une solution de vidéosurveillance complète chez soi. Il n’est pas nécessaire d’avoir toutes les caméras du même modèle, en fonction des emplacements, de votre budget, et de vos besoins, vous pouvez mixer. Par exemple, prendre un kit de départ eufyCam 2 Pro comme celui présenté dans ce test, et ajouter une caméra eufyCam 2C ou 2C Pro, en complément. Les caméras seront gérables de la même façon à partir de l’application Eufy Security. Selon les fonctionnalités propres à chaque modèle, les actions possibles à partir de l’application peuvent changer.

G. Automatisation

La section automatisation permet d’exploiter toute la puissance de votre installation et de la rendre intelligente. En fait, c’est particulièrement intéressant lorsque vous installez des caméras, des capteurs de mouvements et/ou de détection d’ouverture/fermeture. Vous allez pouvoir automatiser certaines actions en fonction d’événements. Par exemple, si le capteur  d’ouverture de fenêtre de la cuisine détecte que la fenêtre s’ouvre, on peut déclencher un enregistrement vidéo (et/ou la sirène) sur une ou plusieurs caméras.

Ce qui est dommage, c’est que ce les scénarios d’automatisations ne tiennent pas compte du mode actif. Peut-être que l’on a envie d’enregistrer une vidéo si la fenêtre de la cuisine s’ouvre, mais uniquement lorsque l’on est absent, si l’on est à la maison, ce n’est pas forcément utile. Comme le scénario ne tient pas compte du mode, il sera déclenché, peu importe le mode actif. Un détail, mais qui a son importance et dont il faut tenir au moment d’imaginer vos scénarios.

V. Conclusion

J’utilise depuis plusieurs mois la solution Eufy Security, avec plusieurs caméras eufyCam 2C. Mes impressions sur ce système sont bonnes et cela se confirme avec ce kit eufyCam 2 Pro, que j’ai eu l’occasion de tester.

Même si sur ce modèle on perd le projecteur lumineux qui permet d’avoir une vision nocturne en couleurs, on gagne sur d’autres points, notamment la résolution 2K de la caméra qui est appréciable pour zoomer sur l’image et l’autonomie annoncée de 365 jours. Cette autonomie d’un an est géniale, car vous n’aurez à recharger vos caméras qu’une fois par an. Si elle est fixée à 3 ou 4 mètres de hauteur, c’est un détail qui a de l’importance.

Grâce à cette fiche technique boostée, la caméra eufyCam 2 Pro se positionne comme une très bonne caméra sur ce marché où la concurrence est forte. Elle s’intègre parfaitement sur une installation existante en tant que caméra additionnelle, mais également pour commencer son installation en achetant un kit complet comme celui présenté dans cet article. N’oubliez pas que la HomeBase 2 est un élément indispensable pour votre installation Eufy Security.

N'hésitez pas à vérifier le prix sur Amazon, il y a régulièrement des réductions.

The post Test eufyCam 2 Pro : un kit avec deux caméras 2K et 365 jours d’autonomie first appeared on IT-Connect.

Imilab, filiale de Xiaomi, dévoile son premier aspirateur robot !

18 août 2021 à 15:43

Le marché des aspirateurs robots est en pleine croissance ces dernières années et Imilab compte bien s'y faire une place avec son premier modèle, nommé tout simplement Imilab V1.

Pour rappel, Imilab est une filiale de Xiaomi qui propose des objets connectés, notamment des caméras avec plus de 40 millions d'unités vendues dans le monde.

Pour son premier modèle, Imilab veut frapper fort en sortant directement un modèle premium, comme vous allez le voir en poursuivant la lecture de cet article. C'est aussi pour cela que je vous en parle, car ce n'est pas un modèle basique ! Et, quand on sait que les modèles de chez Xiaomi sont performants, on peut espérer que celui-ci s'annonce particulièrement intéressant.

Intéressons-nous à la fiche technique de l'Imilab V1. Déjà, ce qui est surprenant (dans le bon sens), c'est qu'il promet une autonomie pouvant atteindre 4 heures grâce à sa batterie de 5 200 mAh, ce qui est énorme ! À voir ce que cela donnera dans la pratique, mais la puissance n'est pas négligeable non plus : 2 700 Pa. Sur le papier, l'Imilab V1 s'annonce comme un aspirateur robot puissant et endurant, tout en sachant qu'il dispose également d'un module pour le lavage du sol.

Concernant les fonctionnalités, le robot est capable de reconnaître les différentes surfaces et d'ajuster la puissance d'aspiration, sur un tapis par exemple. Il est également capable d'identifier précisément les tapis et d'éviter un tapis si nécessaire, dans le but d'éviter un blocage. Par ailleurs, le robot réalisera une cartographie de votre logement et la carte sera disponible au sein de l'application mobile. Ensuite, lors du retour à la station de charge, l'aspirateur robot pourra se vider tout seul puisqu'il s'agit d'une station d'autovidage.

Au niveau du design, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, l'appareil d'Imilab reprend le même design que les modèles de chez Xiaomi. Il en va de même pour la station de vidage automatique. Comme quoi les deux marques sont très proches.

Pour contrôler cet aspirateur robot connecté, vous allez pouvoir utiliser une application que vous connaissez peut-être déjà : Mi Home, l'application officielle de Xiaomi. 

Cet aspirateur robot sera disponible à partir du 23 août 2021 au prix de 381,40 € TTC : un prix qui s'annonce attractif !

➡Voir sur AliExpress

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce modèle, restez connecté, car un test va arriver rapidement sur le site puisque j'ai la chance d'avoir un exemplaire entre les mains ! 😉

The post Imilab, filiale de Xiaomi, dévoile son premier aspirateur robot ! first appeared on IT-Connect.

Test IMILAB V1 : le premier aspirateur robot de cette filiale de Xiaomi

24 août 2021 à 16:56

I. Présentation

Le fabricant IMILAB se lance sur un nouveau marché, celui des aspirateurs robots avec l'IMILAB V1. Avec ce premier modèle accompagné d'une station de vidage automatique, IMILAB veut frapper fort. J'ai pu avoir un exemplaire de ce nouveau modèle, ce qui me donne l'occasion de vous donner mon avis à son sujet !

Pour rappel, IMILAB est une filiale de Xiaomi, spécialisée dans les objets connectés et particulièrement les caméras. La marque propose différents modèles et a vendu plus de 40 millions de caméras dans le monde. Désormais, IMILAB s'attaque au marché des aspirateurs robots, en reprenant certains éléments de chez Xiaomi et en visant directement le haut de gamme.

Ne changeons pas les bonnes habitudes, commençons par les caractéristiques d'IMILAB v1 :

- Type de navigation : navigation laser (LDS)
- Modes de nettoyage : automatique, nettoyage de zone
- Capacité du bac à poussière : 300 ml
- Capacité du réservoir à eau : 250 ml
- Batterie Li-ion 5 200 mAH
- Autonomie jusqu'à 240 minutes, soit 4 heures
- Temps de charge : 3 heures
- Puissance d'aspiration : 2 700 Pa
- Bruit : 65 dB (en mode silencieux)
- Pilotable avec l'application Mi Home de Xiaomi
- Cartographie précise et personnalisable
- Incompatible avec les assistants vocaux (pour le moment)
- Fonctions pour aspirer et laver le sol

➡Fiche du produit

IMILAB V1, le premier aspirateur robot de la marque !
IMILAB V1, le premier aspirateur robot de la marque !

II. Package et design

La boîte est assez imposante, mais c'est normal puisqu'il faut de la place pour stocker la station de vidage automatique. À l'intérieur de la boîte, tous les éléments sont correctement emballés et protégés, je n'ai rien à redire à ce sujet.

Cet appareil ressemble aux aspirateurs robots de chez Xiaomi, ce qui n'est pas une surprise, mais c'est à souligner. Le design est relativement épuré et basique, le robot est entièrement blanc et intègre seulement deux boutons, positionné sur le dessus (il y a un petit bouton reset sur le côté de l'appareil). Le bouton avec la maison sert à renvoyer le robot à la base lorsqu'il est en cours de nettoyage, et il indique également l'état de l'appareil lors de la charge.

C'est sur le dessus que nous retrouvons également le capteur laser, mis en évidence par rapport au reste de l'appareil, avec le marquage IMILAB.

Test IMILAB V1

La qualité de fabrication du robot est bonne, le seul bémol et personnellement cela me saute aux yeux, c'est le bouton avec les deux boutons qui n'est pas bien aligné par rapport à l'axe du robot (cela se voit sur la photo du dessus). C'est un détail vous allez me dire, et on l'oubliera rapidement si le robot fait bien son travail ! 😉

L'IMILAB V1 intègre de nombreux capteurs (4 capteurs anti-chutes, pare-chocs, etc.) et une roue 360° qui lui permet de s'orienter. Grâce à ses deux roues montées sur un système d'amortis, le robot est capable de franchir des obstacles de 2 cm : utile pour les tapis et les pas de porte.

IMILAB a mis le paquet sur les accessoires de rechange puisque nous avons une brosse latérale, 4 sacs de rechange pour la station de vidage automatique (en plus de celui déjà installé), 10 lingettes nettoyantes jetables pour le lavage du sol (en plus de celle qui est lavable et déjà installée), et 1 filtre HEPA.

Le bac à poussière et le bac à eau sont regroupés au sein d'un même module qu'il est possible d'extraire de l'aspirateur robot grâce à un bouton en façade. La poussière sera vidée automatiquement au sein de la station prévue à cet effet, tandis que le réservoir d'eau sera à remplir avant utilisation, tout comme la lingette de nettoyage. Le bloc pour la lingette peut être retiré si vous ne souhaitez pas utiliser cette fonction.

Il est à noter que les connecteurs pour recharger l'appareil se situent directement sur le bac 2-en-1. Ce choix peut surprendre puisque c'est tout proche du réservoir d'eau.

L'appareil s'installe facilement, mais il y a un sens puisque les connecteurs du robot doivent venir toucher ceux de la station d'auto-vidage (que je vais vous présenter un peu plus loin dans cet article). L'ensemble est harmonieux et assez discret. Le blanc, ça fonctionne bien !

Pour accéder au bac à poussière (et au réservoir d'eau), il faut retirer le robot de la station de charge, car l'accès se fait du côté de la station. Esthétiquement, c'est sur que c'est mieux, car on ne voit pas le bac à poussière, mais par contre c'est un peu moins pratique à l'usage. En effet, pour mettre de l'eau dans le réservoir avant de démarrer le nettoyage, cela oblige à prendre le robot, mettre de l'eau et à le remettre en place.

III. Installation, efficacité, autonomie, station de vidage

A. Installation

Passons à la phase de mise en route de l'IMILAB v1. C'est assez simple, il suffit de l'installer avec sa station, puis de le démarrer en appuyant quelques secondes sur le bouton on/off situé sur le dessus. Ce modèle ne dispose pas d'un interrupteur comme certains modèles concurrents.

La suite se passe en grande partie dans l'application Mi Home : au préalable, il faudra appuyer quelques secondes sur les deux boutons de l'aspirateur, en même temps. Cela va permettre au robot de basculer en mode association et il est détecté assez rapidement par l'application Mi Home. Pratique.

Lorsque l'assistant souhaite effectuer la connexion au Wi-Fi, l'écran n'est pas très clair ! J'ai perdu du temps bêtement sur cet écran, car je m'attendais à avoir la liste des réseaux Wi-Fi visibles, ou que l'assistant reprenne le Wi-Fi auquel j'étais connecté, ce qui n'est pas le cas. Au-delà de cette péripétie, l'installation s'effectue facilement.

Dans la prochaine grande partie de cet article, je vais revenir plus en détail sur l'application Mi Home.

B. Efficacité du nettoyage

L'aspirateur robot IMILAB V1 nettoie-t-il correctement ? Bonne question ! Voici quelques éléments de réponse. Si l'on s'intéresse à l'aspect technique, on peut voir que le robot prend en charge 4 niveaux de puissance pour l'aspiration : silencieux (700 Pa), standard (1200 Pa), moyen (1800 Pa) et enfin, puissant (2700 Pa). Pour le débit d'eau, il y a trois niveaux : petit, milieu et max.

Mon avis sur la qualité du nettoyage : le nettoyage en lui-même est correctement réalisé et la brosse ramasse bien les poussières, miettes, etc... C'est un bon point. Quant à la navigation, il y a du bon et du moins bon. Le robot navigue intelligemment et procède par zone, en faisait des aller-retour pour progresser. Néanmoins, il lui arrive d'être un peu perdu et de partir un peu dans tous les sens avant de se remettre à progresser correctement.

Note : je vous invite à regarder les copies d'écran associées à la partie cartographie pour bien comprendre et voir d'autres exemples.

IMILAB V1, exemple de navigation sur une seule zone

Personnellement, je trouve que le robot est un peu trop bruyant par rapport à ce qui est annoncé. Clairement, la valeur de 65 dB correspond au mode silencieux. En mode moyen, si l'on veut un nettoyage efficace, c'est environ 75 dB.

C. Autonomie

Le constructeur annonce une autonomie monstrueuse de 240 minutes, soit 4 heures. Dans la pratique, en fonction des modes utilisés, on est plutôt à 3h / 3h30 d'autonomie, ce qui est déjà bien. Pour espérer atteindre 4 heures, il faudra commencer par mettre le niveau d'aspiration au minimum, mais ce n'est pas pertinent pour effectuer un bon nettoyage.

D. Station de vidage automatique

La station d'auto-vidage permet de collecter la poussière, mais elle sert aussi de base de recharge au robot, disons que c'est sa maison. 🙂

Elle est entièrement blanche à l'exception de deux zones : un écran sur le haut de la façade (non tactile) et la partie basse de la façade où vient de positionner l'aspirateur lorsqu'il est au repos.

La station d'auto-vidage est relativement compacte par rapport à d'autres fabricants (elle est un peu plus large, mais moins haute), et elle prend l'apparence d'une petite poubelle. Pour être plus précis, sachez qu'elle pèse 4 kg et voici ses dimensions : 35,6 x 25 x 19,3 cm.

Pour être plus précis au sujet de la station, sachez que le sac à poussière qu'elle intègre est d'une capacité de 3 litres. De quoi tenir un bon moment. Le constructeur annonce 30 jours de son côté, mais tout dépend des conditions d'utilisation, notamment si vous avez un chien ou un chat (ou même plusieurs, ahah), cela peut changer la donne.

Parlons de l'écran intégré à la station, car je suis sûr qu'il vous intrigue ! Il intègre trois voyants différents, dont voici la signification de haut en bas :

  • L'état du sac intégré à la station
  • L'état général de la station (vidange)
  • La charge du robot (deux niveaux)

C'est un petit plus qui permet à cette station de se démarquer de la concurrence. Néanmoins, c'est dommage que le niveau de charge du robot ne soit pas plus précis : deux tranches de 50%, ce n'est pas très précis.

IV. L'application Mi Home

Pour piloter l'IMILAB V1, le centre de contrôle à un nom : Mi Home. Suite à l'initialisation effectuée précédemment, on peut piloter le robot à distance via son smartphone. La bonne nouvelle c'est que l'interface de l'application est en français, même si la traduction est très loin d'être parfaite !

Ci-dessous, les fonctions clés accessibles pour ce robot :

  • Programmer le nettoyage

Vous pouvez gérer un planning pour le nettoyage de votre domicile et pour chaque tâche planifiée, il y a plusieurs paramètres accessibles : quand doit-être effectué le nettoyage (du lundi au vendredi, le week-end, tous les jours, etc.), à quelle heure, quel mode de nettoyage et à quel endroit (toute la carte ou seulement une zone).

  • Mode télécommande

Cette télécommande virtuelle sur le smartphone sert à piloter soi-même le robot, ce qui peut s'avérer utile pour nettoyer rapidement une petite zone sans démarrer un cycle de nettoyage.

  • Gestion de la collecte de la poussière

La poussière ne sera pas forcément collectée à la fin de chaque nettoyage, vous avez le choix dans l'application en déterminant la taille de votre domicile, selon plusieurs choix prédéfinis. La station peut collecter la poussière une fois sur deux, par exemple.

  • Maintenance

Un aspirateur robot ça s'entretient ! Rendez-vous dans la partie maintenance de l'application pour en savoir plus, et savoir quand nettoyer les capteurs et la brosse centrale, mais aussi quand changer le filtre ou la brosse latérale.

Le filtre HEPA doit être remplacé au bout de 100 heures d'utilisation, tandis que ce sera 200 heures pour la brosse latérale. Quant aux capteurs, un petit nettoyage est à prévoir toutes les 30 heures pour conserver l'efficacité du robot.

  • Historique des nettoyages

À chaque fois que le robot effectue un nettoyage, une entrée est ajoutée à l'historique. Cela est bien détaillé puisque chaque session intègre plusieurs informations : la carte avec le parcours du robot, le nombre de m² nettoyé, mais aussi la durée.

  • Autres fonctionnalités

L'application sert également à gérer les mises à jour du robot, le volume des alertes vocales, le fuseau horaire, l'automatisation pour l'intégrer dans des scénarios avec d'autres appareils, la plage horaire sur laquelle le robot ne doit pas être actif, etc.

Maintenant, je vais m'intéresser à la partie cartographie. Lors du premier nettoyage, l'aspirateur robot va générer une carte de votre domicile : une fonction clé et super pratique au quotidien ! Je vous explique pourquoi...

Le fait de disposer d'une carte va permettre de créer des zones (le robot crée lui-même des zones) où l'on peut considérer qu'une zone correspond à une pièce. Ainsi, vous pouvez demander au robot de nettoyer seulement la salle et la cuisine, par exemple.

Il faut savoir que la carte est modifiable, voici les actions possibles :

  • Créer une nouvelle zone ou modifier une zone existante
  • Renommer chaque zone, avec le nom de la pièce c'est une bonne idée
  • Créer des murs virtuels pour empêcher le robot d'accéder à une zone
  • Créer des zones virtuelles que le robot ne doit pas nettoyer (ni laver ni aspirer)
  • Créer des zones virtuelles que le robot ne doit pas laver, mais qu'il doit aspirer

De quoi exploiter toute la puissance du robot ! La cartographie, c'est vraiment top !

Au moment de démarrer un nouveau nettoyage, vous avez le choix entre plusieurs modes :

  • Nettoyage complet de la carte : tout 🙂
  • Nettoyage de zone : créer une ou plusieurs zones à nettoyer, dans le cadre de cette session de nettoyage
  • Nettoyage de partition : sélectionner une ou plusieurs pièces à nettoyer
  • Nettoyage des points : nettoyer une zone ciblée, à positionner sur la carte, mais non modifiable, il n'y a pas trop d'intérêt en fait...

Le nettoyage complet et le nettoyage de partition (c'est-à-dire de pièces) sont les deux modes les plus pertinents à mon avis. Les deux autres, on aurait pu s'en passer.

Pour finir sur la cartographie, je vous invite à regarder les copies d'écran ci-dessous afin d'illustrer mes propos. Ce sera aussi l'occasion de voir que la mise en forme de l'application n'est pas parfaite, en tout cas sur mon smartphone (texte tronqué au sein du menu du bas).

Pour démarrer un nettoyage, ne cherchez pas le bouton "démarrer" ou "marche" dans l'application, car il n'y en a pas. Enfin, si, il y en a un, mais son nom est étonnant : "Juste". En appuyant sur le bouton "Juste" dans l'application, le nettoyage démarre.

L'application est satisfaisante, car elle intègre les fonctions essentielles que l'on va utiliser au quotidien. Néanmoins, il faudrait améliorer l'ergonomie et la traduction, car cela pourrait rebuter certains utilisateurs.

V. Conclusion

Le premier aspirateur robot d'IMILAB est prometteur, car même s'il est loin d'être parfait, le modèle V1 a malgré tout plusieurs atouts. Déjà, son prix de vente autour de 400 euros est attractif, car le robot est fourni avec une station d'auto-vidage : à ce prix, c'est rare.

La mission principale de cet appareil est de nettoyer votre domicile. On peut dire qu'il le fait correctement grâce à un bon système d'aspiration, bien complété par le lavage à l'eau. Ce que l'on peut lui reprocher, c'est d'être un peu trop bruyant et parfois imprécis dans la navigation.

Par ailleurs, IMILAB doit travailler son application pour améliorer la traduction, mais aussi l'interface (ergonomie, options inutiles). La bonne nouvelle, c'est qu'une mise à jour peut suffire à rectifier le tir sur ce point. J'espère que cette critique sera entendue.

Pour les adeptes du contrôle vocal avec Google ou Alexa, il faudra repasser, car ce robot est incompatible pour le moment. Là encore, on peut s'attendre à une évolution par la suite.

À l'occasion de sa sortie officielle, IMILAB propose une offre de lancement sur AliExpress (entrepôt France). Voici deux codes à essayer (non cumulable) :

  • EOSSFR35 : réduction de 35 euros
  • FRAUG030 : réduction de 30 euros
The post Test IMILAB V1 : le premier aspirateur robot de cette filiale de Xiaomi first appeared on IT-Connect.

Avec Smart Home Security, Kaspersky dévoile une nouvelle solution pour protéger les appareils domotiques connectés

17 septembre 2021 à 13:35
Par : UnderNews

Kaspersky annonce le lancement d’une nouvelle solution : Kaspersky Smart Home Security. Son approche novatrice aidera les opérateurs télécoms à répondre à la demande croissante des consommateurs, qui cherchent à protéger leurs appareils domotiques connectés.

The post Avec Smart Home Security, Kaspersky dévoile une nouvelle solution pour protéger les appareils domotiques connectés first appeared on UnderNews.

Test Ecovacs Deebot N8+ : un très bon rapport qualité/prix !

1 octobre 2021 à 11:00

I. Présentation

En mars 2021, Ecovacs Robotics a dévoilé sa nouvelle famille d'aspirateurs robots, baptisée DEEBOT N8. Si vous suivez mes articles et plus particulièrement mes tests de produit, vous avez déjà pu découvrir plusieurs modèles de chez Ecovacs. Au sein de la gamme DEEBOT N8, nous retrouvons quatre modèles : N8, N8+, N8 PRO et N8+ PRO. À chaque fois, la version "+" correspond à la version standard, mais avec une station de vidage automatique intégrée au package, comme nous avons pu le voir avec le DEEBOT T9+.

Dans cet article, je vous propose un test du DEEBOT N8+ dont voici les caractéristiques techniques :

- Type de navigation : Smart Navi 3.0, Technologie TrueMapping
- Modes de nettoyage : automatique, zone, personnalisé
- Technologie de nettoyage : OZMO
- Capacité du bac à poussière : 420 ml
- Capacité du réservoir à eau : 240 ml
- Batterie Li-ion 3200 mAH
- Autonomie jusqu'à 110 minutes
- Bruit : 67 dBA
- Pilotable avec l'application Ecovacs Home
- Cartographie précise et personnalisable, multi-étages
- Compatible avec les assistants vocaux

II. Package et design

Le carton met en évidence les fonctionnalités principales de l'aspirateur robot, ainsi que les technologies d'Ecovacs Robotics comme le True Mapping. L'ensemble est imposant, mais c'est systématique à chaque fois qu'il y a une station d'auto-vidage à inclure au packaging.

Tous les éléments sont bien emballés, dans des emplacements distincts et parfaitement protégés avec des plaques de mousse. Je crois que l'on peut difficilement faire mieux et cet emballage est conforme aux habitudes de la marque. Disons que c'est rassurant pour la suite !

En parlant des éléments, voici l'inventaire de ce que l'on va trouver dans le carton : le robot, la station de vidage automatique, un guide d'utilisateur en français, un sac à poussière (en plus de celui préinstallé), deux brosses latérales, une serpillière lavable et un pack de 10 serpillières en microfibre jetables. Petit bémol : pas de filtre de rechange ni de brosse latérale.

D'un point de vue du design, ce modèle est un mix entre un DEEBOT T8 et un DEEBOT T9 : tout cela pour dire qu'il reprend les codes habituels de chez Ecovacs. Il est entièrement blanc à l'exception du pare-chocs anticollision qui est noir et qui couvre une bonne partie de l'avant du robot. À l'arrière, c'est le système de lavage OZMO qui se démarque.

Sur le dessus, nous retrouvons un seul bouton qui permet de démarrer le nettoyage en mode automatique. Il n'y a pas de bouton pour le renvoyer à la base puisque cette opération s'effectue à partir de l'application. En tout cas, ce seul et unique bouton est très pratique au quotidien. À ses côtés, nous retrouvons le capteur laser du système TrueMapping qui est utile pour détecter l'environnement et évaluer la distance entre les obstacles et le robot.

Si l'on soulève le capot de l'appareil (que l'on retrouve chez les autres modèles DEEBOT), on peut accéder au bac à poussière, à l'outil de nettoyage ainsi qu'à un interrupteur qui permet d'allumer ou d'éteindre le robot. Quand ce bouton est sur off, vous êtes sûr que le robot est complètement éteint ! Ce bouton est accompagné par un bouton de réinitialisation, ainsi qu'un voyant d'état du WiFi.

Si l'on retourne la bête, on peut découvrir ses différents capteurs, ainsi que sa brosse principale et les brosses latérales. D'ailleurs, sa conception est identique au modèle le plus haut de gamme de la marque : le DEEBOT T9. La preuve qu'ECOVACS n'a pas négligé le DEEBOT N8 ! Par exemple, nous retrouvons la même brosse principale, constituée de poils souples et d'une partie rigide. La qualité de fabrication de l'ensemble est très bonne.

Je reviendrais sur la station de vidage automatique un peu plus tard dans cet article. Il est temps de passer à la mise en route du DEEBOT N8.

III. Installation, efficacité, autonomie, station de vidage

A. Installation

Je me répète à chaque test d'un nouvel aspirateur robot de chez Ecovacs, mais la mise en route est vraiment simple. En moins de 2 minutes, c'est réglé !

Tout s'effectue avec l'application qui est là pour nous guider pas à pas pour mettre en route l'appareil. Petits changements malgré tout : à la fin de l'assistant, il vous sera demandé de choisir la langue pour les alertes vocales ce qui est appréciable, car avant il fallait rechercher soi-même dans les options. Et comme c'est en anglais par défaut, c'est pertinent de le proposer à la fin de l'initialisation. Il en va de même pour la gestion du mode "Ne pas déranger".

L'écran d'accueil de l'application offre un aperçu sur l'appareil en indiquant son statut, le niveau de charge avec un pourcentage, ainsi que la possibilité de démarrer un nettoyage ou de demander au robot de retourner à la base s'il est en cours de nettoyage. Deux raccourcis pratiques qui évitent de devoir accéder à la gestion complète de l'appareil.

L'initialisation étant terminée, il ne reste plus qu'à lancer le robot sur la piste pour qu'il génère la première carte de votre logement !

B. Efficacité du nettoyage

Le DEEBOT N8 propose quatre puissances d'aspiration différentes : silencieux, standard, fort et maximum. Il dispose aussi de quatre modes pour le débit d'eau : faible, moyen, haut et très fort. Pour le nettoyage, il y a le mode automatique bien sûr (il nettoie tout votre logement), mais aussi le mode zone qui permet de sélectionner sur la carte une ou plusieurs zones à nettoyer et enfin un mode personnalisé qui permet de nettoyer la zone dessinée sur la carte.

Pour le lavage du sol, le DEEBOT N8 est équipé du module OZMO, en version standard j'ai envie de dire. Autrement dit, il n'est pas doté du système de vibrations qui permet d'intensifier et d'améliorer le nettoyage du sol. Ici, la serpillière est fixe et il y a un avantage à cela : c'est moins bruyant.

Comme avec les autres modèles, la carte générée est visible en temps réel sur le smartphone et on peut suivre le parcours exact du robot. Concrètement, le DEEBOT N8 se déplace de façon méthodique : il délimite une zone à nettoyer en suivant les murs (ou les meubles) et ensuite il nettoie cette même zone en effectuant des allers-retours en zigzag. On voit, et ce n'est plus une surprise, que la technologie proposée par Ecovacs est aboutie. Sur certaines séquences de déplacements, il semble un peu moins à l'aise malgré tout que le DEEBOT T9.

Quant au nettoyage en lui-même, il est bon ! Il n'est pas à exclure qu'il reste deux trois miettes dans un coin, mais votre logement sera propre. Après plusieurs nettoyages, il m'a convaincu. La serpillière non vibrante est bien sûr moins efficace que sur la version plus haut de gamme, mais cela est un bon complément à l'aspiration.

C. Autonomie

L'autonomie, c'est selon moi un point négatif de ce robot : je le trouve un peu juste, mais on pouvait s'y attendre, car Ecovacs annonce 110 minutes. Effectivement, en à peine 2 heures avec le mode d'aspiration normal, il doit retourner à la base pour se recharger. Dans la pratique, je dirais qu'il peut nettoyer une surface de 100m² sans devoir s'y reprendre en deux fois.

Ce qui est gênant, c'est qu'il faut environ 3h15 au robot pour se recharger complètement donc autant vous dire que l'arrêt au stand n'est pas de courte durée !

On pourrait évoquer aussi l'autonomie vis-à-vis des opérations de maintenance. L'application Ecovacs Home affiche une estimation quant à la durée de vie des différents éléments. Voici pour indication :

  • Brosse latérale : 150 heures
  • Brosse principale : 300 heures
  • Filtre : 120 heures
  • Nettoyage des capteurs : dans 30 heures

Pour chaque item, il y a des explications imagées pour vous expliquer ce qu'il faut faire.

D. Station de vidage automatique

Mise à part la couleur qui peut évoluer, la station de vidage automatique reste la même chez Ecovacs d'un modèle à l'autre. En tout cas, à ce jour car une nouvelle version pourrait sortir par la suite. Que ce soit sur ce modèle ou les modèles les plus haut de gamme de chez Ecovacs, on bénéficie du même accessoire ! 😉

Un couvercle sur le dessus permet d'accéder au sac à poussière, qu'il faudra changer de temps en temps. L'aspiration de la poussière de l'aspirateur vers la base s'effectue par le dessous grâce à un système d'aspiration relativement puissant. À chaque fin de nettoyage, le robot viendra se positionner sur la base pour se recharger et vider son bac à poussière interne.

La station d'auto-vidage est accessoire très intéressant et pertinent au quotidien, car cela évite de devoir vider soi-même le bac à poussière à la fin de chaque nettoyage. Si l'on est prêt à payer un peu plus cher, il ne faut pas hésiter.

Même si l'ensemble n'est pas aussi joli qu'avec le DEEBOT T9+, ça reste sympa visuellement ! Néanmoins, il est certain qu'avec la station d'auto-vidage, l'appareil est plus imposant, mais on ne peut pas tout avoir.

IV. L'application Ecovacs Home

L'application Ecovacs Home c'est le centre de contrôle pour piloter votre aspirateur robot Ecovacs, ou vos aspirateurs robots si vous en avez plusieurs !

Une application qui va vous permettre de configurer votre robot aux petits oignons : planification du nettoyage, ordre de nettoyage des différentes zones, préférences de nettoyage des zones (combien de passage, puissance d'aspiration et débit d'eau, indépendamment pour chaque zone), modification de la carte (création de limite virtuelle, modification des zones générées automatiquement, etc.), mise à jour de l'appareil, historique du nettoyage, etc...

Par exemple, vous pouvez indiquer au robot d'aspirer plus fort dans la cuisine et de passer deux fois, tandis qu'il pourra se satisfaire d'un seul passage et d'une puissance d'aspiration normale dans le bureau.

Note : le DEEBOT gère les cartes multi-étages, ce qui signifie que vous pouvez le déplacer à l'étage de votre maison.

À l'occasion de la sortie du DEEBOT T9, Ecovacs a amélioré l'interface de son application, mais malheureusement cet appareil n'en bénéficie pas (il est sorti avant). J'aurais apprécié qu'il bénéficie de cette mise à jour qui est seulement logicielle.

V. Conclusion

L'aspirateur robot Ecovacs DEEBOT N8+ n'est pas une révolution, mais plutôt une confirmation : il confirme qu'Ecovacs Robotics maîtrise sa technologie et que son application est aboutie. Ce modèle est assez classique, mais en même temps il répond aux besoins : il nettoie votre logement correctement tout en se déplaçant intelligemment. En complément, la station d'auto-vidage automatique apporte un plus au quotidien, mais c'est un confort qui à un prix : un appareil plus encombrant. Par contre, l'autonomie m'a déçu, car elle sera trop juste pour certains logements et surtout, la charge est longue, trop longue (un peu plus de 3 heures).

Il faut avouer que son prix est attractif pour un appareil efficace, de très bonne qualité et équipé d'une station d'auto-vidage : 479,99 euros en ce moment grâce au code "OFFRE120" sur Amazon, au lieu de 599,99 euros !

The post Test Ecovacs Deebot N8+ : un très bon rapport qualité/prix ! first appeared on IT-Connect.

Test Konyks Dallas Easy : un bandeau LED de 3 mètres au prix attractif

8 octobre 2021 à 14:00

I. Présentation

Dans cet article, je vous propose le test du Konyks Dallas Easy, un ruban LED connecté, avec 16 millions de couleurs et une longueur de 3 mètres.

Le fabricant français Konyks a sorti une nouvelle version de son ruban LED "Dallas" en mettant sur le marché la version "Dallas Easy", c'est-à-dire une version avec le Bluetooth pour faciliter la connexion avec l'appareil. Ces derniers mois, plusieurs produits de chez Konyks ont eu le droit à une déclinaison "Easy", notamment la prise connectée Konyks Priska Max Easy.

Voici les caractéristiques techniques du ruban LED Konyks Dallas Easy :

  • Longueur du ruban : 3 mètres
  • Largeur du ruban : 1,2 cm
  • Connectivité Wi-Fi (2,4 GHz) et Bluetooth
  • 16 millions de couleurs
  • Température de blancs de 2700K à 6500K (lumière blanche et lumière jaune)
  • Pilotable avec les assistants vocaux
  • Puissance de 15 Watts
  • Alimentation 220-240V en entrée et 12V en sortie
  • Classe énergétique : A+
  • Prix : 29,90 euros

Concernant les fonctionnalités connectées et intelligentes de ce ruban LED, je vais vous en parler dans la troisième partie de l'article.

II. Découverte du bandeau LED Konyks Dallas Easy

La boite nous donne de nombreuses informations sur le produit et un aperçu sur le visuel. D'ailleurs, toutes les caractéristiques citées ci-dessus sont marquées à l'arrière de la boîte, ce qui est appréciable. Sachez que ce ruban LED a une durée de vie estimée à 20 000 heures de fonctionnement.

À l'intérieur, nous retrouvons le bandeau LED, l'alimentation secteur, ainsi que le bouton Wi-Fi : ces trois éléments se connectent ensemble. Un guide de démarrage rapide est inclus et nous avons un sachet avec quelques vis et des supports à fixer pour maintenir le bandeau LED. Même si le bandeau LED est entièrement adhésif, cela peut permettre de le fixer sur des surfaces où l'adhérence de la surface autocollante n'est pas suffisante.

Test Konyks Dallas Easy
Test Konyks Dallas Easy

Sur le bandeau LED, nous retrouvons plusieurs types de LEDs : certaines sont là pour l'éclairage en couleurs, et d'autres pour les différentes températures de blanc. Tous les 10 ou 20 cm, on peut retrouver un marquage pour couper le bandeau LED s'il est un peu trop long (cette action est définitive).

Le bandeau en lui-même est très souple et flexible, ce qui facilitera son installation. En termes de largeur, pour vous donner une idée, il est un peu plus large que le modèle Yeelight de chez Xiaomi et un peu moins large que le modèle chez Philips Hue.

L'adaptateur Wi-Fi (troisième photo ci-dessus) devra être connecté sur le bloc secteur d'une part, et sur le bandeau LED d'autre part. Tout en sachant que Konyks ne vend pas d'extension pour le moment. D'après Konyks, il serait possible d'ajouter une extension standard (largeur 12mm) que l'on peut trouver sur le marché, mais je n'ai pas fait l'essai.

La qualité de fabrication du bandeau LED est bonne, tout comme l'alimentation secteur. Néanmoins, la télécommande n'est pas très élégante et fait un peu cheap...

III. Installation et configuration

Comme le nom du produit l'indique, l'installation est easy (facile) ! Je dirais même very easy car l'intégration au sein de l'application ne prend que quelques secondes et il n'y a quasiment rien à faire. En résumé :

1 - On active le Bluetooth sur son smartphone

2 - On connecte le bandeau LED pour le mettre sous tension

3 - On ouvre l'application Konyks et là on a un message pour préciser qu'un nouvel appareil a été détecté

4 - On valide la connexion au Wi-Fi... On patiente quelques secondes et le tour est joué !

Il est à noter que les appareils Konyks sont pilotables avec l'application Konyks, mais aussi les applications Tuya et Smart Life.

Intéressons-nous aux fonctionnalités connectées de ce bandeau LED car sur la boîte on peut lire "Ambiances animées".

Tout d'abord, il y a un onglet "Blanc" qui permet d'allumer le bandeau LED en réglant la température du blanc : lumière chaude ou lumière froide, à vous de choisir. Cela s'effectue très facilement à l'aide d'un curseur pour régler la température de blanc, ainsi qu'un autre curseur pour régler l'intensité lumineuse.

Sur le même principe, l'onglet "Couleur" permet de choisir la couleur que vous voulez ! En plus de l'intensité, il est possible de gérer le contraste de quoi vous permettre de faire votre choix parmi les 16 millions de couleurs.

Ensuite, nous avons l'onglet "Ambiances" : il y a 8 ambiances prédéfinies que vous pouvez utiliser. Certaines comme l'ambiance "Superbe" contiennent plusieurs couleurs, ce qui signifie que la couleur va changer dynamiquement. En modifiant une ambiance, on peut gérer la vitesse de transition, mais aussi modifier les couleurs. Vous pouvez modifier les 8 ambiances par défaut comme bon vous semble, y compris pour changer le nom.

Enfin, l'onglet "Musique" devrait vous plaire pour animer vos soirées ! En effet, le bandeau LED va s'allumer au rythme de la musique. Pour cela, il n'est pas nécessaire d'utiliser Spotify, Deezer, etc... Sur votre smartphone, puisque l'application Konyks va écouter les bruits environnants directement.

C'est bien tout ça, mais il ressemble à quoi le bandeau LED quand il est allumé ? Voici un premier exemple avec le même bleu, mais avec une intensité différente. De gauche à droite : intensité minimale (1), intensité moyenne (50) et intensité maximale (100).

Voici d'autres exemples, avec d'autres couleurs :

En complément des fonctionnalités liées à la gestion des couleurs, nous retrouvons également un minuteur, ainsi que la possibilité de configurer un "Plan de sommeil" ou un "Plan de réveil", pour vous aider à vous endormir ou à vous réveiller en douceur, selon un planning. C'est la première fois que je vois cette fonctionnalité sur un bandeau LED.

Qui dit produit Konyks, dit intégration au sein de l'écosystème du fabricant et création de scénarios manuels ou d'automatisation (actions automatiques). Le bandeau LED peut être allumé/éteins selon certains critères, que ce soit à une heure précise, ou en fonction du statut d'un autre appareil de votre installation.

Grâce à la partie adhésive, le bandeau LED s'installe facilement derrière un meuble, même si c'est un peu plus compliqué pour prendre un angle, mais ce n'est pas spécifique à ce modèle.

Lorsqu'un bandeau LED est installé derrière un meuble, cela donne toujours un effet sympa ! C'est le cas avec ce modèle où la lumière est bien régulière. À voir dans le temps si l'adhésif tient bien sur le meuble, ce dernier étant en métal.

IV. Conclusion

Vendu 29,90 euros, le bandeau LED Konyks Dallas Easy présente un excellent rapport qualité/prix, pour plusieurs raisons :

  • Sa longueur de 3 mètres
  • La lumière en couleurs, mais aussi les différentes températures de blancs
  • Les nombreuses fonctionnalités disponibles sur l'application
  • Sa simplicité d'utilisation

Cette version Easy simplifie la mise en route grâce au Bluetooth, ce qui est rassurant pour les personnes pas spécialement à l'aise avec un smartphone. Les seuls points négatifs sont la télécommande qui mériterait d'être revue et l'absence d'extension officielle si l'on veut plus de 3 mètres.

Il y a certains modèles beaucoup plus chers, comme celui de chez Philips Hue, mais aussi des produits moins chers de fabricants chinois qu'on ne connaît pas ou peu, à l'exception de Xiaomi. D'ailleurs, Xiaomi propose un bandeau LED un peu plus cher et son atout par rapport à celui-ci, je dirais que c'est sa télécommande : plus élégante. Pour rappel, Konyks est une marque française, qui est présente sur le marché depuis plusieurs années, ce qui à mon sens est rassurant.

The post Test Konyks Dallas Easy : un bandeau LED de 3 mètres au prix attractif first appeared on IT-Connect.

A la découverte du système de sécurité AJAX

14 octobre 2021 à 06:21
Par : Korben

— En partenariat avec Ajax —

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de recevoir un colis contenant un système de sécurité sans fil de la marque Ajax. Je n’avais pas prévu d’installer une alarme tout de suite, car il n’y a rien qui ait vraiment de la valeur chez moi, mais quand j’ai vu ce qu’Ajax proposait, je n’ai pas pu résister.

La société Ajax est assez connue dans le monde de la sécurité et a remporté de nombreux prix y compris pour son innovation. Quand on souhaite « protéger » son domicile, on peut se tourner soit vers des offres grand public avec télésurveillance intégrée et abonnement, que personnellement je trouve naze, ou vers des systèmes plus domotisés. Mais de la domotique, j’en ai fait beaucoup et il faut être quand même bidouilleur (et aimer ça) pour mettre en place ses modules et créer les bons scénarios de surveillance.

Bref, d’un côté un truc cher de qualité médiocre (c’est mon avis) et de l’autre, un truc de geeks un peu complexe à mettre en place.

Avec Ajax, on a le meilleur des deux mondes. Je vous le dis tout de suite, je pensais que comme avec la domotique, j’allais passer beaucoup de temps dessus et me galérer un peu, mais en fait, PAS DU TOUT. J’ai été très surpris par la rapidité avec laquelle j’ai pu mettre tout ça en place et tout se fait sans fil, directement depuis le smartphone (iOS / Android). Des applications pour Windows et macOS sont également disponibles (Il faudra vous créer un compte pro).

Alors dans ce colis, il y avait vraiment beaucoup de modules, car Ajax protège non seulement votre domicile des intrus, mais vous prévient également en cas d’incendie ou d’inondation. Ainsi, en cas de problème, le système active les sirènes, m’alerte via une application mobile et peut également prévenir une société de télésurveillance (car oui, Ajax est classé comme une alarme professionnelle de Grade 2).

Le Hub 2 Plus

Le Hub 2 Plus, c’est le premier élément à installer pour déployer son système de sécurité. Il s’agit d’une box très fine, noire ou blanche, très design qui se relie au réseau en Wifi et en Ethernet. La redondance des réseaux ici est importante, car votre box doit pouvoir communiquer avec vous.

Et si votre box Internet tombe en panne, et bien deux cartes SIM M2M 3G / 4G (M2M = Machine To Machine) peuvent également être ajoutées dans le hub pour vous prévenir en cas de coupure. En cas de tentative de sabotage (démontage de l’alarme), celle-ci vous préviendra immédiatement. Et s’il y a coupure de courant, pas de souci, le Hub continuera de fonctionner durant 15h à l’aide de sa batterie intégrée.

Évidemment tout est configurable et de base il y a plus de 64 scénarios à votre disposition : vous pouvez par exemple armer automatiquement l’alarme à partir d’une certaine heure. Il peut commander un générateur de fumé pour plonger les intrus dans le brouillard, allumer l’éclairage en cas d’incendie ou encore piloter une électrovanne en cas d’inondation histoire de couper l’eau.

Ajax propose également un système de groupes qui permet de diviser vos locaux ou votre domicile en plusieurs zones pour pouvoir les armer séparément.

Ce qui est cool, c’est que votre installation évoluera en continu, car il y a régulièrement des mises à jour pour renforcer la sécurité, corriger des bugs ou apporter de nouvelles fonctionnalités.

Niveau connexion, j’avais peur que les modules aient du mal à voir la centrale soit parce qu’elle serait trop loin, soit parce que les murs seraient trop épais, mais c’était sans compter sur le protocole radio Jeweller développé par Ajax qui permet à tous les détecteurs de communiquer de manière bidirectionnelle avec le hub, et cela sur une distance pouvant atteindre 2000 mètres. Des contrôles à distance des modules sont effectués régulièrement et en cas de détection positive, les signaux sont transmis au hub en moins d’une seconde.

Évidemment, tout est chiffré afin de limiter les tentatives de piratage ou les fuites de données. Ce qui m’a surpris, c’est également la batterie des différents modules qui peuvent comme ça fonctionner durant des années sans devoir changer les piles.

Je vous le dis, c’est de la folie ce système de sécurité.

MotionCam + MotionCam Outdoor

Le premier module que j’ai installé, c’est donc le MotionCam. Il s’agit d’un détecteur de mouvement équipé d’une caméra. Ce n’est pas une caméra intrusive qui filme en permanence, mais simplement un appareil photo qui prendra quelques photos en cas d’intrusion, les chiffrera et les enverra immédiatement dans le cloud d’Ajax pour que vous puissiez rapidement effectuer une levée de doute (faux déclenchement) depuis votre smartphone. Comme c’est chiffré de bout en bout, Ajax ne peut pas consulter vos photos donc soyez rassuré.

D’ailleurs, Ajax dispose de sa techno Wings pour transmettre via un protocole radio les photos sur de longues distances en moins de 9 secondes. C’est vraiment impressionnant et hyper fluide.

Concernant l’installation du module, vous cliquez sur « Ajouter un appareil » dans l’application Ajax, vous scannez le QR code du module et c’est parti ! Il est immédiatement rattaché au hub et vous pouvez tout de suite le positionner où vous voulez. Il est fourni avec des vis pour le fixer où bon vous semble, mais vu la légèreté du module, vous pouvez aussi le fixer avec du double face un peu costaud pour faire un essai de positionnement.

Le MotionCam peut parfaitement faire son travail même dans le noir complet et détecter du mouvement jusqu’à 12 mètres. L’autonomie est dingue puisqu’avec un jeu de piles, vous partez pour 4 ans. Comme je vous le disais en intro, la portée est bien large puisque vous pouvez l’installer jusqu’à 1700 mètres du hub. Que du confort.

Et tout est bien sûr réglable concernant la sensibilité de la détection. Et rassurez-vous, si vous avez des animaux qui font moins de 20 kg et qui mesurent moins de 50 cm, Ajax saura en tenir compte et ne se déclenchera pas pour rien. Mon chat apprécie 🐱.

Je l’ai installé dans le prolongement salon – couloir et il couvre vraiment toute la distance, c’est impressionnant.

Le MotionCam existe également en version « outdoor » pouvant être placée en extérieur et résistant aux changements de température et à l’humidité.

DoorProtect

Le DoorProtect est un module qui s’installe au niveau des portes et des fenêtres et qui peut ainsi détecter les ouvertures. C’est pratique, car ça permet de faire gueuler la sirène dès le forçage des entrants, et ainsi décourager les intrus d’entrer dans votre domicile.

Et n’allez pas croire que ce petit module puisse être brouillé, car il est équipé également d’un détecteur de brouillage et comme pour les autres modules, toutes ses communications avec le hub sont chiffrées.

Évidemment, installer des Door Protect sur toutes vos fenêtres et vos portes est possible, mais il y encore plus rapide : Le DualCurtain Outdoor.

DualCurtain Outdoor

Le DualCurtain est un module que je n’avais encore vu nulle part. Il s’agit d’un détecteur de mouvement extérieur qui fonctionne comme un rideau invisible. Si ce rideau est franchi et bien, ça sonne !

Comme avec le MotionCam, il ne tiendra pas compte des animaux, par contre si quelqu’un s’approche de vos portes et franchit ce rideau, ça vous prévient immédiatement. Avec ses deux capteurs IR de chaque côté du détecteur, DualCurtain Outdoor est efficace contre les fausses alarmes. Le détecteur ne se déclenche pas si seulement un des capteurs détecte un mouvement. Lorsque les deux capteurs se déclenchent, le détecteur enclenche un algorithme numérique dédié, ELSA, et décide s’il faut ou non déclencher une alarme.

Cela permet de surveiller un périmètre externe sans gêner les occupants de la maison. Vous pouvez par exemple activer ce module uniquement la nuit, pour un sommeil serein.

Sa portée est de 30 mètres et il dispose d’une sécurité anti-masquage. N’espérez pas pouvoir tromper ce détecteur avec un miroir, un bout de carton placé devant ou de la peinture.

Un module similaire baptisé MotionProtect Curtain est également disponible pour l’intérieur du domicile / local.

Mis à part les éléments de détection d’intrusion, Ajax propose également des modules de détection d’incendie et d’inondation.

FireProtect

Comme son nom l’indique, le FireProtect est donc un détecteur de fumée et un détecteur de température qui s’installe au plafond et détecte de la fumé à l’aide d’une caméra avec capteur photoélectrique. Évidemment, s’il n’y a pas de fumé, il peut aussi détecter une augmentation de la température dans la pièce et vous prévenir.

Et si c’est poussiéreux chez vous, pas de souci, il fera la différence et vous indiquera si vous devez passer un petit coup de chiffon sur le détecteur pour le nettoyer.

Comme il s’agit d’un module d’importance vitale, il peut fonctionner sans le hub et signaler l’incendie à l’aide de sa sirène intégrée.

LeaksProtect

Le LeakProtect quand a lui est un détecteur d’inondation. Il peut se glisser partout et en cas de fuite d’eau, il vous prévient, mais peut également piloter automatiquement une électrovanne et couper l’eau. L’eau peut également être coupée directement depuis l’application.

HomeSiren

Bon, c’est bien beau d’avoir tous ces modules et l’application mobile, mais maintenant comment ça se passe pour la sirène ? Et bien en cas d’intrusion, déjà votre smartphone se met à hurler même s’il est en silencieux. Mais le must, c’est la HomeSiren qui se place à l’intérieur de votre domicile soit pour vous avertir par exemple d’un incendie ou d’une intrusion, voire effrayer les intrus si vous êtes absent.

La sirène est autonome grâce à ses batteries, dispose d’une sécurité antifraude / brouillage et vous pouvez régler le volume sonore de la bête. Une LED est également présente en façade pour vous indiquer si l’alarme est active ou non.

SpaceControl et Keypad

Vous l’aurez compris, tout est pilotable avec votre smartphone, mais pour les membres de la famille ou les invités, vous pouvez également dispose d’une télécommande SpaceControl qui permet en un clic d’activer l’alarme, d’activer le mode nuit ou de désarmer l’alarme.

Et le Keypad est un clavier vous permettant de désactiver l’alarme dès que vous entrez dans votre domicile. Il vous protège aussi, car si vous êtes contraint d’entrer votre code, vous pouvez également déclencher une alarme silencieuse qui préviendra vos proches ou la société de surveillance sans déclencher le sirène.

Le Socket

On pourrait se demander ce que vient faire cette prise connectée dans un système de surveillance, mais sachez-le, c’est indispensable !

Pourquoi ?

Au delà de l’aspect confort, le Socket permet de contrôler vos appareils électriques à distance pour par exemple forcer l’extinction du chauffe-eau, de la télévision ou de l’ordinateur qui ne resteront plus en veille, vous faisant faire des économies. Mais cela va encore plus loin, car si l’un de vos appareils présente un défaut électrique, le Socket saura vous avertir, vous permettant d’éviter un souci plus gros. Et comme tout est pilotable, vous pourrez également faire des scénarios pour par exemple allumer les lumières dans le domicile si le DualCurtain extérieur est franchi.

Enfin, cerise sur le gâteau, avec cette prise, vous pourrez mesurer la consommation de vos appareils et ainsi détecter les plus énergivores.

Et les autres modules ?

Et bien Ajax propose encore bien d’autre chose comme des prolongateurs de portée, des relais sans fil, des bridges, des sirènes d’extérieur, des boutons d’urgence…etc.

Conclusion

Vous l’aurez compris, Ajax propose un système de pointe qui non seulement sera efficace contrairement à pas mal d’alarmes grand public et qui en plus est reconnu par les sociétés de télésurveillance. C’est gage de fiabilité, toutefois, même si un débutant peut l’installer et la configurer très facilement, le fabricant recommande une installation professionnelle à tous les utilisateurs : cela permet d’éviter les fausses alarmes et garantit un fonctionnement sans défauts du système dans une situation critique.

Pas besoin d’être geek pour utiliser ce système de sécurité chez vous. Il suffit juste de correctement penser votre installation et voilà.

Perso, je suis convaincu, et je vais continuer à m’équiper chez eux et si le sujet vous intéresse, dites le moi et je ferais d’autres articles sur Ajax. Enfin, si vous cherchez un revendeur Ajax, c’est par ici.

❌