FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierIT

Veeam Agent for Microsoft Windows – Création d’un job de sauvegarde

Bonjour à toutes et tous ! Nous voici de nouveau ensemble afin de poursuivre notre découverte de la solution Veeam Agent for Microsoft Windows. Jusqu’à présent, nous avons vu seulement la présentation et l’installation de cette solution, aujourd’hui, dans l’article du jour, nous allons voir les différentes étapes à suivre pour la création d’un job …

Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD

21 septembre 2021 à 10:07

Un test DST (Self Test drive) fait référence à une vérification effectué pour évaluer l'intégrité physique d'un disque dur ou SSD. C'est un autre test possible en plus de S.M.A.R.T pour vérifier si un disque dur rencontre des pannes ou dysfonctionnements.
De nombreux fabricants d'ordinateurs comme HP, Lenovo, Dell intègrent vérification court DST dans leur système de diagnostic matériel.
Mais il peut aussi être effectué automatiquement au démarrage du PC par le BIOS après le Power On Self Test (POST).
Cela permet de s'assurer que le disque dur ou SSD fonctionne correctement.

Dans ce tutoriel, je donne quelques solutions pour résoudre les échec DST court du disque dur.

Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD

Qu'est-ce qu'unevérification DST court de son disque dur ou SSD

Un DST effectue une vérification de l'intégrité physique d'un disque ou SSD.
Le but est de prévenir les pannes et la perte de données.
Sur certains PC OEM HP, Lenovo, Dell, le PC effectue un DST chaque démarrage du PC.
Lorsque ce dernier échoue on peut rencontrer une erreur de test court DST avec un code d'erreur spécifique, comme les plus fréquents, 0141, 0142, 0146, etc.

Hard Drive/SSD Short DST Check en échec au démarrage d'un PC HP

Lorsque le Hard Drive/SSD Short DST Check échoue au démarrage du PC ou dans un test diagnostic, votre PC ne fonctionne pas correctement avec :

  • Une lenteur générale du système, le PC ne réagit plus aussi rapidement qu'avant
  • Un BSOD s'affichage au démarrage du PC ou durant son utilisation, par exemple WHEA_UNCORRECTABLE_ERROR
  • Windows 10, Windows 11 boucle sur la réparation automatique au démarrage
  • L'ordinateur cesse de fonctionner correctement et des messages d'erreur peuvent s'afficher
  • Le PC continue de redémarrer et le voyant du disque dur clignote par intermittence.
  • Le disque dur de l'ordinateur ne démarre pas du tout

La vérification dst court du disque dur échoue et en échec a de multiples raisons.
Voici plusieurs solutions.

Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD

Avant de suivre les conseils de dépannage de ce tutoriel, faites une sauvegarde des données contenues sur le périphérique de stockage.
Si vous ne parvenez pas à démarrer sur Windows, suivez ce tutoriel : Comment récupérer les données quand Windows est planté.

Faire un CHKDSK du disque ou SSD

Si Windows Démarre

chkdsk C: /F /R
chkdsk pour détecter et marquer les secteurs défectueux

Lorsque le volume est en cours d'exécution, chkdsk vous propose de faire l'analyse au démarrage de Windows, sinon il lance directement celle-ci.
Le message "chkdsk ne peut pas s'exécuter parce que le volume est utilisé par un autre processus." s'affiche

  • Cliquez sur O pour effectuer l'analyse au redémarrage.
  • Redémarrez l'ordinateur afin que l'analyse chkdsk s'effectue, ce qui va prendre 1h30 au minimum.

Plus de détails sur l'utilisation de l'utilitaire chkdsk dans cet article très complet :

Si Windows ne démarre pas

Windows 10 : les options de récupération
  • Puis cliquez sur options avancées
Windows 10 démarre en boucle sur la réparation automatique
  • Enfin dans la liste des commande, choisissez invite de commandes
Windows 10 : les options de récupération système
  • Une fois l'invite de commandes en administrateur ouverte, saisissez la commande suivante :
chkdsk C: /F /R
  • Laissez l'analyse se faire, cela peut prendre beaucoup de temps, patientez
  • Fermez toutes les fenêtres et redémarrez le PC en espérant que les erreurs de disques soient corrigées

Mettre à jour le firmware du SSD

Les SSD sont des périphériques de stockage électroniques qui comportent un firmware (microcode).
Ce dernier peut être mis à jour pour apporter de nouvelles fonctionnalités ou corriger des bugs.
La mise à jour du microcode peut aider à résoudre les échecs DST court du disque dur ou SSD.

Généralement cela se fait de deux manières :

  • Automatiquement par le logiciel de SSD du constructeur
  • En téléchargeant la mise à jour du firmware depuis le disque du fabriquant

Pour plus de détails, suivez ce tutoriel :

Faire un test et vérification S.M.A.R.T de son disque / SSD

Une autre façon de vérifier l'intégrité du disque dur est d'effectuer une vérification S.M.A.R.T.
Il s'agit d'un autre auto-test du disque pour s'assurer que le SSD ou disque ne rencontre aucune panne ou problème matériel n'est présent.
Le tutoriel suivant vous guide pour y parvenir :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec la technologie SMART

Changer le câble SATA du disque dur / SSD

Parfois le problème matériel ne se situe pas au niveau physique du disque mais sur le câble SATA.
Le câble SATA relie le périphérique de stockage à la carte mère.
C'est par ce dernier que les données transitent.
Si le câble est endommagé, cela peut provoquer des problèmes de fonctionnement du périphérique de stockage.
Par exemple, cela peut générer des erreurs de données CRC et les outils de vérification de test peuvent alors retourner des erreurs.

Pour résoudre l'erreur DST court du disque dur, tentez de remplacer le câble SATA.
Une autre solution consiste à tester le disque dur ou SSD sur un PC.

Remplacer le disque dur ou SSD

Enfin si le disque dur ou SSD rencontre une panne matérielle, celle-ci sont irrécupérables.
Dans ce cas là, il faut tout simplement remplacer le disque dur ou SSD par un neuf.

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article Résoudre échec DST court du disque dur ou SSD est apparu en premier sur malekal.com.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

21 septembre 2021 à 10:07

WD Data LifeGuard Diagnostic est un logiciel gratuit de Western Digital pour vérifier l'état de votre disque dur ou SSD.
Pour cela, l'outil effectue un test et vérification S.MA.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology).
Il s'agit d'un auto-test pour vérifier l'intégrité du disque et remonter les problèmes et erreurs de disque.
Enfin on peut aussi effectuer un test long avec un test de surface de disque afin de détecter et réparer les secteurs défectueux.
En outre, il peut vous fournir le modèle et le numéro de série du lecteur de disque attachés au système.

Ce tutoriel vous présente WD Data LifeGuard Diagnostic et comment faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Introduction au vérification S.M.A.R.T pour tester son disque dur ou SSD

S.M.A.R.T est une technologie d'auto-vérification et d'auto-test des disques dur ou SSD.
Il fonctionne avec des attributs pour tester différents composants matériels du disque.
Lorsque le seuil de l'attribut est dépassé, ce dernier est considéré en erreur.
Cela permet de dégager un état physique du périphérique de stockage afin de prévenir des pannes et de la perte de données.

Pour plus d'informations :

WD Data LifeGuard Diagnostic est un logiciel gratuit fournit par le fabriquant Western Digital pour tester son SSD ou disque dur.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Installer WD Data LifeGuard Diagnostic

  • Télécharger l'utilitaire de vérification de disque depuis ce lien :
  • Puis exécutez le setup et laissez vous guider afin de terminer l'installation

Comment faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Lorsque vous exécutez WD Data LifeGuard Diagnostic, ce dernier affiche les disques en liste avec le modèle, numéro de série, capacité.
En bas, on trouve aussi les lecteurs logiques avec les lettres de lecteurs et tailles de partitions de disque.
Enfin, et surtout, la colonne SMART Status indique si les derniers tests S.M.A.R.T sont passés.

  • Faites un clic droit sur le disque puis Run Diagnostics
  • Choisissez entre :
    • QUICK TEST : Effectue un autotest rapide de lecteur Smart Drive pour rassembler et vérifier les informations de sauveteur de données contenues sur le lecteur
    • EXTENDED TEST : effectue une analyse complète du disque avec un test de surface pour détecter les mauvais secteurs de disques. Cela est beaucoup plus long
  • Puis l'analyse et vérification du disque s'effectue, patientez
  • Pour visualiser le résultat du scan du disque, faites à nouveau un clic droit puis Run Diagnostics
  • Choisissez View TEST Results
  • Une fois l'analyse terminé, le WD Data LifeGuard Diagnostic vous indique le résultat avec le statut SMART : PASS ou FAILED

Comment afficher le statut de santé du disque ou SSD

Grâce aux vérifications S.M.A.R.T, WD Data LifeGuard Diagnostic est capable de dégager un statut du disque.
Trois états du disque sont possibles :

  • Bon (Good) : Tous les attributs sont bons et le disque fonctionne de manière optimal
  • Prudence (Warning) : Certains attributs SMART sont en erreur. Le disque ou SSD commence à rencontrer des problèmes. Il faut suivre l'état et surtout faire des sauvegardes régulières avant de passer en Mauvais
  • Mauvais (Bad) : Le disque est considéré comme étant en mauvais état. En général, il devient impossible de l'utiliser et vous risquez de perdre des données

Pour vérifier le statut du disque :

  • Faites un clic droit sur le disque
  • Puis Properties
  • Ensuite vérifiez Health Status

Comment afficher les informations S.MA.R.T

Il est aussi possible d'afficher les attributs S.M.A.R.T

  • Faites un clic droit sur le périphérique de stockage puis Show SMART Drive Info
  • La liste et le statut des attributs S.M.A.R.T. s'affichent, une coche verte indique que le statut est correcte, sinon vous obtenez une croix rouge. Enfin le tableau fournit les valeurs et les seuils de chaque attribut S.M.A.R.T

HWiNFO est un outil gratuit et complet pour surveiller l'ensemble de votre PC.
Côté disque dur, HWiNFO permet de vérifier les erreurs S.M.A.R.T, les débits entrant et sortant du disque dur et SSD.
Il indique aussi la vitesse de transfert.
Toutefois vous n'avez pas les détails des attributs S.M.A.R.T en erreur.
Un tutoriel complet de présentation de HWiNFO existe sur le site :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HWiNFO

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD est apparu en premier sur malekal.com.

8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD

21 septembre 2021 à 10:07

Votre disque dur ou SSD stocke des données importantes sur votre PC.
Il convient donc de prévenir les pannes, erreur de disque et les dysfonctionnements matériels et ainsi la perte de données.
Pour cela, il est possible de vérifier son disque dur et SSD en utilisant des logiciels pour tester un disque dur ou SSD.
Ces derniers effectuent une vérification S.M.A.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology) ou une vérification DST court du disque dur ou SSD.

Pour y parvenir, ce tutoriel vous présente une sélection des meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T afin de vérifier son disque dur ou SSD.

8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD

8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD

CrystalDiskInfo

CrystalDiskInfo est l'utilitaire de vérification de la santé d'un disque le plus populaire.

  • Il affiche l'état de santé (correcte, Prudence, Mauvais)
  • Connaître la température du disque
  • Les informations du disque (firmware, numéro de série, interface, mode de transfert, vitesse de rotation, ...)
  • Enfin plus bas les attributs et données S.M.A.R.T.

Pour utiliser CrystalDiskInfo, suivez ce tutoriel complet :

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec CrystalDiskInfo

WD Data LifeGuard Diagnostic

WD Data LifeGuard Diagnostic est un logiciel gratuit de Western Digital pour vérifier l'état de votre disque dur ou SSD.
Pour cela, l'outil effectue un test et vérification S.MA.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology).
Il s'agit d'un auto-test pour vérifier l'intégrité du disque et remonter les problèmes et erreurs de disque.
Enfin on peut aussi effectuer un test long avec un test de surface de disque afin de détecter et réparer les secteurs défectueux.
En outre, il peut vous fournir le modèle et le numéro de série du lecteur de disque attachés au système.

WD Data LifeGuard Diagnostic : Faire un test S.MA.R.T de son disque dur ou SSD

Hard Disk Sentinel

Hard Disk Sentinel (HDSentinel) est un utilitaire très complet pour surveiller, diagnostiquer les problèmes matériels sur vos disques dur ou SSD.
Son objectif est de trouver, tester, diagnostiquer et réparer les problèmes de disque dur, signaler et afficher la santé du SSD et du disque dur, les dégradations de performances et les pannes.

L'utilitaire propose les fonctionnalités suivantes :

  • Informations générales du disque (modèle, capacité, taille des blocs, nombre de tour par minutes, etc)
  • Interrogation S.MA.R.T (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology) afin de vérifier et surveiller la santé du disque. Il peut donc détecter des anomalies et problèmes matériel
  • Mesurer la température du disque dans le temps avec un graphique
  • Évaluer les performances du disque avec des mesures de vitesse de transfert. Cela inclut le taux de transfert (lecture et écriture) en temps réel
  • Surveillance par des alertes et notifications par mail ou via le centre de notification de Windows 10
  • Envoie de rapport de diagnostic complet du disque
Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T dans HDSentinel

GSmartcontrol

GSmartcontrol est un logiciel opensource à la fois disponible sur Windows et Linux.
Il est capable d'afficher les attributs S.M.A.R.T, les journaux d'erreur des auto-tests du disque et lancer un test manuel.

  • Téléchargez l'outil de vérification de disque depuis ce lien :
  • Puis on choisit le disque dur à vérifier et diagnostiquer
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.
  • L'onglet Attributes affichent les attributs SMART et de structure du disque. On trouve les seuils. Lorsqu'un seuil est dépassé, ce dernier apparaît en jaune ou rouge.
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.
  • Puis dans l'onglet Error log, on peut accéder aux journaux d'analyse des auto-tests et tests manuels
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.
  • Enfin dans Perform Test, on lance un test et diagnostics du disque court ou long
GSmartcontrol : Vérifier la santé de son disque dur avec les interrogations S.M.A.R.T.

DiskGenius

DiskGenius est un utilitaire de disque très complet qui existe en partie gratuite.

Il permet de faire une vérification S.M.A.R.T d'un disque ou SSD :

  • Ouvrez sur le menu Disk
  • Puis cliquez sur View S.M.A.R.T informations
Vérifier la santé de son disque dur avec S.M.A.R.T
  • En haut, sélectionnez le disque à analyser
  • La température du disque et surtout le statut du disque s'affiche. Enfin plus, on trouve en liste attributs S.M.A.R.T.
Vérifier la santé de son disque dur avec S.M.A.R.T

Speccy

Speccy est une application gratuit de Piriform très simple et facile à utiliser pour surveiller le matériel de son PC.
Voici les caractéristiques du logiciel :

Speccy vérifier le disque dur : température et les remontés SMART

HD Heatlh

HD Health permet d'effectuer divers tests, comme une vérification S.M.A.R.T, un test de surface du disque pour vérifier les clusters défectueux ou encore un test de vitesse.

Le statut de santé du disque s'affiche en bas.
L'onglet Health donne accès aux attributs S.M.A.R.T.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

Si des seuils sont dépassés, les lignes apparaissent en jaune.
Si le seuil est vraiment dépassés, les lignes sont en rouge.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

L'onglet Info donne des informations sur le disque dur, notez qu'en haut à gauche, vous pouvez sélectionner le disque dur, si vous en avez plusieurs.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

En outre dans l'onglet BenchMark, vous pouvez procéder à un test de vitesse du disque dur.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec HD Tune

Enfin l'onglet Error Scan permet d'effectuer une vérification de surface (cluster défectueux).

DiskCheckUp

DiskCheckUp est un utilitaire gratuit capable aussi d'obtenir les remontés SMART.
Effectuer un test interne du disque et obtenir la vitesse de lecture/écriture.
Enfin DiskCheckUp est aussi capable d'afficher les températures du SSD ou disques dur pour prévenir des surchauffes.

Vérifier l'état de santé de son disque dur avec DiskCheckup

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article 8 meilleurs logiciels pour faire un test S.M.A.R.T de son disque dur ou SSD est apparu en premier sur malekal.com.

Windows et les impressions : comment corriger l’erreur 0x0000011b ?

21 septembre 2021 à 08:30

Depuis quelques jours, les imprimantes réseau donnent du fil à retordre aux administrateurs système. La faute au dernier Patch Tuesday par Microsoft qui force l'activation d'un paramètre pour vous protéger contre la faille CVE-2021-1678.

En janvier 2021, Microsoft a publié un correctif pour patcher la faille de sécurité CVE-2021-1678 dans le Spouleur d'impression de Windows. Cependant, il était pris en charge, mais inactif jusqu'ici, mais avec la sortie de ce Patch Tuesday de septembre 2021, le paramètre est automatiquement appliqué. Résultat, de gros problèmes d'impression sur les imprimantes connectées en réseau et à la clé une erreur 0x0000011b.

Ce paramètre se situe dans le Registre, se nomme "RpcAuthnLevelPrivacyEnabled" et il sert à augmenter le niveau de sécurité requis pour les impressions réseau. Lorsque ce paramètre a pour valeur "1", ce qui est le cas si vous avez installé la mise à jour de septembre, la sécurité est appliqué afin de vous protéger contre la faille CVE-2021-1678. Par contre, vous héritez aussi des problèmes d'impression.

Pour le moment, nous vous recommandons de basculer cette valeur à "0" au lieu de "1". Certes, vous ne serez plus protégé contre la faille de sécurité CVE-2021-1678, mais elle ne semble pas activement exploitée. Cela présente l'avantage de faire fonctionner les impressions sans pour autant désinstaller le patch cumulatif de septembre. En attendant que Microsoft propose une solution.

Alors si vous souhaitez vous débarrasser de l'erreur 0x0000011b, ouvrez le Registre et naviguez à cet emplacement :

HKEY_LOCAL_MACHINE\System\CurrentControlSet\Control\Print

Si la valeur "RpcAuthnLevelPrivacyEnabled" n'existe pas, vous devez la créer au format DWORD-32 manuellement à partir de l'éditeur de Registre. Lorsque c'est fait, vous devez lui attribuer la valeur 0. La mise à jour de septembre ne viendra pas remplacer ou écraser la valeur de la clé si elle existe déjà.

Voilà, vous devriez pouvoir imprimer, et respirer un peu !

Merci à @Gilles Delcourt d'avoir relayé cette solution.

The post Windows et les impressions : comment corriger l’erreur 0x0000011b ? first appeared on IT-Connect.

Ransomwares : voici les vulnérabilités exploitées par les pirates en 2021

20 septembre 2021 à 18:17

Des chercheurs en sécurité ont créé une liste des vulnérabilités les plus exploitées par les pirates pour pénétrer le réseau d'une entreprise dans le but d'exécuter un ransomware. Une excellente initiative !

Tout a commencé sur Twitter, ce week-end, suite à l'annonce passée par un membre de l'équipe de Recorded Future. Ensuite, d'autres chercheurs en sécurité ont participé à la constitution de cette liste très utile et qui s'est agrandie très rapidement ! Au final, cette liste est constituée de 42 vulnérabilités réparties au sein de 17 produits différents.

Source : Twitter / Allan Liska

Une synthèse intéressante pour obtenir une liste des vulnérabilités exploitées par les groupes de hackers en 2021. Elle présente l'avantage de permettre d'identifier facilement les produits que l'on utilise au sein de son infrastructure ou chez ses clients.

Nous retrouvons des vulnérabilités connues et qui ont fait beaucoup parler d'elles ces derniers mois. Par exemple, il y a la vulnérabilité dans le moteur MSHTML d'Internet Explorer (et qui touche Office), corrigée dernièrement à l'occasion du Patch Tuesday de Septembre 2021.

On peut également citer la vulnérabilité PetitPotam, exploitée par le ransomware LockFile, ainsi que le ransomware eChoraix qui s'est attaqué aux NAS QNAP et Synology.

Sans oublier les trois failles de sécurité nommées "ProxyShell" et qui touchent les serveurs de messagerie Microsoft Exchange. D'ailleurs, fin août il y a eu des attaques ciblées en France où les pirates cherchaient à exploiter ces failles de sécurité. Encore plus récemment, c'est le ransomware Conti qui s'appuyait sur ses vulnérabilités.

On retrouve aussi la faille de sécurité CVE-2018-13379 de FortiOS et qui a beaucoup fait parler d'elle il y a quelques jours, malgré qu'elle soit corrigée par Fortinet depuis bien longtemps.

Si vous suivez régulièrement l'actualité sur le site, vous avez déjà entendu parler de certaines de ces vulnérabilités, même si le nom "CVE" n'est pas spécialement parlant.

Source

The post Ransomwares : voici les vulnérabilités exploitées par les pirates en 2021 first appeared on IT-Connect.

Reset a Windows 11 password and the Windows Server 2022 administrator password

20 septembre 2021 à 16:05
Par : Leos Marek

Recently, Microsoft released Windows Server 2022 and Windows 11 in Insider Preview. Today, we will see whether the old tricks to reset the administrator password and gain access to Windows systems using built-in tools, such as Utilman.exe, still work or were mitigated.

The post Reset a Windows 11 password and the Windows Server 2022 administrator password first appeared on 4sysops.

Altice (SFR) s’offre Coriolis Télécom pour 415 millions d’euros

20 septembre 2021 à 15:03

L'opérateur Coriolis Télécom va devenir la propriété d'Altice, la maison mère de SFR, pour un montant de 415 millions. L'occasion de récupérer les 500 000 clients de cet opérateur.

Coriolis Telecom fait partie des opérateurs virtuels qui exploitent le réseau des grands opérateurs français : SFR, Bouygues Télécom, Free, et bien sûr Orange. D'ailleurs, Coriolis s'appuie sur les réseaux de SFR et d'Orange.

Dans un communiqué publié ce lundi, nous apprenons qu'Altice a signé un accord d'exclusivité pour le rachat de Coriolis Télécom. Le montant de l'opération s'élève à 415 millions d'euros : 298 millions au moment de l'acquisition, puis 117 millions dans un second temps. Une transaction qui devrait être finalisée au premier semestre 2022.

De son côté, Coriolis Télécom est un opérateur présent depuis 1999 et qui, aujourd'hui, pèse sur le marché avec ses 500 000 clients particuliers et ses 30 000 clients professionnels.

Reste à savoir si, par la suite, Coriolis Télécom va continuer à s'appuyer sur les réseaux de SFR et d'Orange, ou s'il y aura un transfert total sur le réseau de SFR. C'est probablement vers cette direction que l'on s'oriente. Nous ne savons pas également si Coriolis conservera sa propre identité commerciale ou si elle sera absorbée totalement par SFR.

Je vous laisse en compagnie du tweet et du communiqué de presse.

Altice France signe un accord d’exclusivité pour l’acquisition de @CoriolisTelecom pic.twitter.com/efyL9othZp

— Altice France (@AlticeFrance) September 20, 2021

The post Altice (SFR) s’offre Coriolis Télécom pour 415 millions d’euros first appeared on IT-Connect.

Comment fusionner un utilisateur de l’AD local avec un compte Office 365 ?

20 septembre 2021 à 10:00

I. Présentation

Dans ce tutoriel, nous allons voir comment fusionner un compte utilisateur de l'Active Directory local avec un compte utilisateur d'Office 365, en s'appuyant sur Azure AD Connect.

Prenons un cas classique : un tenant Office 365 d'un côté, avec des utilisateurs existants et actifs, créés directement dans le Cloud. Un annuaire Active Directory de l'autre, sur les serveurs de l'entreprise, avec des comptes pour les utilisateurs.

Et là, vous souhaitez mettre en place l'outil Azure AD Connect pour synchroniser les comptes de l'annuaire Active Directory on-premise avec Office 365. Une bonne idée puisque cela permet de synchroniser de nombreux attributs, dont le nom, le prénom, l'identifiant, l'e-mail, les alias ainsi que le mot de passe. Oui, mais comment procéder lorsque l'on a déjà les utilisateurs dans les deux annuaires et que l'on souhaite fusionner les comptes plutôt que de sacrifier les comptes de l'un des deux annuaires ? C'est ce que nous allons voir dans cet article.

II. Environnement et prérequis

Pour commencer, je vais décrire mon environnement et le point de départ de ce tutoriel pour éviter les ambiguïtés. Il peut y avoir plusieurs scénarios, d'où l'intérêt de préciser.

Je dispose de :

  • Un tenant Office 365 pour le domaine it-connect.fr
  • Un domaine Active Directory pour le domaine it-connect.local

L'outil Azure AD Connect est déjà installé et il est configuré de manière à synchroniser seulement certaines OUs de mon annuaire Active Directory local vers Office 365.

Pour le moment, les unités d'organisation à synchroniser sont vides ! Autrement dit, les utilisateurs à fusionner ne doivent pas être dans le périmètre des OUs synchronisées via Azure AD Connect (sauf si vous avez un filtre supplémentaire avec un groupe de sécurité).

Si vous avez besoin d'aide pour installer Azure AD Connect, suivez ce tutoriel : Installation d'Azure AD Connect.

L'objectif est de fusionner le compte Office 365 qui se nomme "[email protected]" avec le compte Active Directory de "[email protected]". Remarquez la subtilité entre le ".fr" et le ".local", c'est important.

Avant de pouvoir synchroniser ce compte dans le but de le fusionner, il va falloir effectuer quelques vérifications, voire modifications !

III. Fusion des comptes AD / Office 365 : les étapes

Pour que l'outil Azure AD Connect soit en mesure de faire la correspondance entre les deux comptes existants, et donc faire une fusion, il va comparer les attributs des objets. Comme l'explique Microsoft dans sa documentation, il y a trois attributs utilisés pour faire la correspondance entre des comptes existants : userPrincipalName, proxyAddresses et sourceAnchor/immutableID.

Il y a deux types de correspondances :

  • Soft-match : correspondance basée sur les attributs userPrincipalName et proxyAddresses
  • Hard-match : correspondance basée sur l'attribut sourceAnchor

Dans notre cas, nous allons miser sur le soft-match puisque la synchronisation sera nouvelle pour ces comptes : nous allons devoir traiter avec une grande attention les attributs userPrincipalName et proxyAddresses de notre utilisateur.

A. Mise à jour de l'attribut userPrincipalName

Nous devons avoir la même valeur pour l'attribut userPrincipalName (appelé UPN) aussi bien dans l'Active Directory que dans Office 365. Pour rappel, cet attribut correspond au nom d'utilisateur dans Office 365 (utilisé pour se connecter) et au "Nom d'ouverture de session de l'utilisateur" dans l'AD.

Pour récupérer la valeur userPrincipalName dans Office 365, on peut regarder dans les "Utilisateurs actifs", à partir du portail Web. Comme ceci :

Note : sur le portail Web, tout à droite de la ligne vous pouvez constater que l'utilisateur est bien de type "Dans le cloud" en regardant la valeur de la colonne "Etat de synchronisation".

On peut aussi procéder avec PowerShell via le module MSOnline (ou un autre module qui permet d'interroger la base de compte Azure AD).

On se connecte à son tenant :

Connect-MsolService

On recherche l'utilisateur, en précisant son nom pour le paramètre -SearchString, par exemple.

Get-MsolUser -All -SearchString "Office"

La console va retourner :

UserPrincipalName             DisplayName         isLicensed
-----------------             -----------         ----------
[email protected]    Florian Office 365  True

Cela confirme qu'au niveau d'Office 365, le userPrincipalName est bien "[email protected]".

Pour rappel, pour récupérer la liste de tous vos utilisateurs Office 365, il suffit de faire :

Get-MsolUser -All

Maintenant, l'idée c'est de reporter la valeur "[email protected]" dans l'Active Directory pour l'utilisateur correspondant.

Rendez-vous dans l'Active Directory... Dans les propriétés de l'utilisateur. Voici ce que j'ai au sein de l'onglet "Compte".

Mauvaise nouvelle : la valeur n'est pas bonne, car le domaine ne correspond pas. Il faut donc modifier le domaine @it-connect.local par @it-connect.fr. Si vous ne pouvez pas changer de domaine, vous devez déclarer un nouveau suffixe UPN correspondant à votre domaine de message.

Ensuite, il suffit de modifier le compte Active Directory avec le bon domaine puisque la première partie de l'identifiant est correcte. Voici le résultat.

Note : si vos utilisateurs se connectent sur les postes avec le nom court (sans @domaine.local), ce changement n'aura pas d'impact. Par contre, un utilisateur qui se connecte sur un PC avec son UPN sera perturbé et vous devez l'avertir de ce changement.

Pour finir avant de passer à l'attribut proxyAddresses, voici comment effectuer les vérifications de l'UPN avec PowerShell (et le module Active Directory).

Get-ADUser -Identity <login>
Get-ADUser -Identity florian.o365

Cette commande retourne bien la valeur de l'UPN :

Pour le modifier en PowerShell, il faudra faire :

Set-ADUser -Identity "florian.o365" -UserPrincipalName "[email protected]"

Voilà, le tour est joué !

B. Mise à jour de l'attribut proxyAddresses

Le champ proxyAddresses est caché dans l'onglet "Editeur d'attributs" de chaque compte utilisateur de l'Active Directory. Parfois méconnu, il est pourtant très important ! Il sert à définir l'adresse e-mail principale d'un utilisateur, mais aussi ses éventuels alias de messagerie.

Dans un scénario comme celui-ci, il est fort possible que cette valeur soit vide, car il n'y avait pas d'intérêt à compléter ce champ. En tout cas, ça c'était avant, car maintenant nous en avons besoin.

Si l'on reprend le compte "[email protected]", on sait que l'adresse de messagerie de cet utilisateur est "[email protected]" (identique à l'UPN, mais ce n'est pas une obligation). On peut récupérer cette information via le portail Web, mais aussi en PowerShell :

Get-MsolUser -UserPrincipalName "[email protected]" | Ft userPrincipalName,proxyAddresses

ou

(Get-MsolUser -UserPrincipalName "[email protected]").proxyAddresses

Il va falloir que l'on injecte cette valeur dans l'attribut proxyAddresses, au niveau de l'AD. Rendez-vous dans les propriétés du compte : Editeur d'attributs (nécessite d'activer : Affichage > Fonctionnalités avancées dans le menu de la console) > proxyAddresses > Modifier.

Pour déclarer l'adresse e-mail principale du compte, il faut utiliser cette syntaxe :

SMTP:[email protected]

C'est important d'écrire "SMTP" en majuscules pour dire qu'il s'agit de l'e-mail principale. Si l'on écrit "smtp" en minuscules, cela sert à déclarer un alias. Pour la fusion, c'est bien l'adresse e-mail principale qui est utile.

Voici un exemple :

Comme tout à l'heure, on peut le faire en PowerShell. Lire la valeur actuelle :

Get-ADUser -Identity "florian.o365" -Properties proxyAddresses | Format-Table userPrincipalName,proxyAddresses

Injecter la nouvelle valeur pour cet attribut en écrasant une éventuelle valeur existante :

Set-ADUser -Identity "florian.o365" -Replace @{proxyAddresses="SMTP:[email protected]"}

Je vous recommande aussi de mettre à jour l'attribut "mail" qui contient l'adresse e-mail. En fait, cela facilite la configuration d'Outlook pour remonter l'adresse e-mail directement, c'est plus agréable pour l'utilisateur final.

Voici la commande PowerShell :

Set-ADUser -Identity "florian.o365" -EmailAddress "[email protected]"

Voilà, le compte de notre utilisateur est prêt ! Nous allons pouvoir le synchroniser pour qu'il soit fusionné avec le compte Office 365 !

C. Déclencher la fusion du compte utilisateur

Dernière étape du processus : la synchronisation qui doit donner lieu à la fusion. Avant de poursuive, lisez ce qui suit : les informations du compte de l'Active Directory local vont venir écraser les informations du compte côté Office 365 au moment de la fusion. Cela signifie que le mot de passe du compte AD local va devenir le mot de passe de l'utilisateur côté Office 365 également.

Si c'est OK pour vous, prenez le compte utilisateur dans l'AD et déplacez-le dans une OU qui est synchronisée avec Azure AD Connect. Une fois que c'est fait, rendez-vous sur le serveur où est installé Azure AD Connect pour forcer une synchronisation, cela évitera d'attendre :

Start-ADSyncSyncCycle -PolicyType Delta

Vous n'avez plus qu'à regarder sur le portail Web d'Office 365 pour voir ce que ça donne. Quand le compte sera fusionné, l'icône va changer : le petit nuage va laisser place à l'icône de synchronisation. Et comme ça fonctionne, c'est vous qui êtes sur un petit nuage. 😉

Sans plus attendre, vérifiez les différentes valeurs pour voir si tout est bien conforme. Vérifiez également que la connexion au compte fonctionne : autant tout tester jusqu'au bout pour ce premier essai.

Si la correspondance n'est pas complète (UPN pas égaux, par exemple), la fusion pourra s'effectuer malgré tout, mais ce ne sera pas concluant. Par exemple, vous pouvez vous retrouver avec un nom d'utilisateur Office 365 qui prend le domaine "votre-domaine.onmicrosoft.com".

Avant d'effectuer la fusion sur un ou plusieurs comptes, je vous recommande fortement d'effectuer un essai avec un utilisateur de test pour valider le processus. Voilà, c'était le mot de la fin.

The post Comment fusionner un utilisateur de l’AD local avec un compte Office 365 ? first appeared on IT-Connect.

Installer elementary OS 6 (Linux) : le guide complet

20 septembre 2021 à 10:00
Par : Le Crabe

elementary OS est un système d’exploitation Linux qui se définit comme « l’alternative réfléchie, performante et éthique à Windows et macOS ». elementary OS est une excellente alternative à Windows 11 et Windows 10. C’est un système d’exploitation simple, rapide, qui propose une interface graphique élégante : à n’en pas douter, c’est l’un des plus beaux systèmes d’exploitation.

Source

Pour le moment, Windows 11 n’est plus compatible avec VirtualBox !

20 septembre 2021 à 08:33

Suite à un changement opéré par Microsoft, le système Windows 11 ne peut plus être installé au sein d'une machine virtuelle Oracle VirtualBox à cause un problème de compatibilité !

Je ne vais pas répéter toute l'histoire, mais souvenez-vous des prérequis de Windows 11 imposés par Microsoft et notamment la nécessité d'avoir une puce TPM 2.0 et le Secure Boot. La puce TPM 2.0 avait beaucoup fait parler d'elle, et vous allez vite comprendre qu'elle est à l'origine de ce problème au sein de VirtualBox.

Jusqu'ici, lorsque Windows 11 était installé à partir de zéro ou via une mise à niveau depuis Windows 10 au sein d'une machine virtuelle, il ne vérifiait pas si la machine physique respectait les prérequis. Microsoft ayant conscience que les machines virtuelles Windows 11 sont là pour réaliser des tests dans la majorité des cas.

Le problème, c'est que la donne vient de changer : sans prévenir, la firme de Redmond a décidé d'appliquer la vérification des prérequis matériels au sein des machines virtuelles. Ces prérequis sont les mêmes que pour une machine physique. Si la machine physique est compatible, la machine virtuelle devrait s'installer sans difficulté. Cependant, il y a un cas particulier : VirtualBox.

Pour VMware Workstation, Hyper-V, Parallels et QEMU, il n'y a pas de problème puisque le Secure Boot est pris en charge, tout comme l'accès à la puce TPM depuis la machine virtuelle. Par contre, VirtualBox ne supporte pas ces fonctions pour le moment ! Ce qui fait qu'il n'est plus possible d'installer Windows 11 dans une VM VirtualBox, même si la configuration physique de la machine respecte les prérequis Windows 11.

Les développeurs de VirtualBox travaillent sur un correctif, ce qui passera par un pilote pour permettre l'interaction entre la puce TPM et la VM. Pour le moment, nous ne savons pas quand ce fameux pilote sera prêt. Espérons que ce soit avant la sortie officielle de Windows 11, le 5 octobre prochain.

Source

The post Pour le moment, Windows 11 n’est plus compatible avec VirtualBox ! first appeared on IT-Connect.

Comment changer l’heure/la date de Windows 10

19 janvier 2021 à 14:05

Windows 10 comme tout OS moderne règle la date et l'heure automatiquement à travers un serveur de temps.
Il synchronise l'horloge du PC avec le serveur de temps time.windows.com via le protocole NTP (Network Time Protocol) mais dans certains cas cela ne fonctionne pas.

Cela peut entraîner des dysfonctionnements comme des erreurs de sécurité et connexions HTTPS lors de la visite de site internet, l'impossibilité de se connecter à des serveurs.
Ainsi, il est important de mettre Windows 10 à l'heure.

Quand cela arrive, il faut alors modifier la date ou l'heure de Windows 10 manuellement pour remettre à la bonne heure.
Cet article vous donne plusieurs façons de changer l'heure du système de Windows 10.

Comment changer l'heure/la date de Windows 10

Comment changer l'heure/la date de Windows 10

Windows 10 est conçu pour se mettre à l'heure automatiquement à partir des serveurs de temps Microsoft à l'adresse time.windows.com.
Mais vous pouvez régler l'heure vous même.

Depuis les paramètres de Windows 10

Dans les paramètres de Windows 10, on trouve une fonction pour ajuster la date et heure.

Temps nécessaire : 5 minutes.

Comment changer l'heure de Windows 10

  1. Ajuster la date et l'heure

    Dans la zone de notification de Windows 10, en bas à droite, faites un clic droit sur l'horloge.
    Puis cliquez sur Ajuster la date/l'heure.
    Comment changer l'heure de Windows 10

  2. Synchroniser l'heure de Windows 10 avec un serveur de temps

    Vous arrivez sur les paramètres de date et heure.
    Vérifiez que le fuseau horaire est correct.
    Si oui cliquez sur synchroniser maintenant afin de forcer la synchronisation de l'heure avec le serveur de temps.
    Comment changer l'heure de Windows 10

  3. Définir la date ou heure manuellement

    Pour plusieurs raisons, la synchronisation avec le serveur sur internet peut ne pas fonctionner.
    Impossible alors de régler l'heure automatiquement sur Windows 10.
    Il faut le faire manuellement.

    Désactiver en haut l'option Régler l'heure automatiquement.
    Puis cliquez sur le bouton Modifier dans la partie Définir une date et heure manuellement.
    Comment changer l'heure de Windows 10

  4. Changer la date et heure

    Depuis la fenêtre suivante, il est alors possible d'ajuster la date et l'heure de Windows 10.
    Une fois fait, cliquez sur Modifier.
    Comment changer l'heure de Windows 10

  5. Comment changer l'heure de Windows 10

Bravo ! vous avez réussi à changer l'heure de Windows 10.

Depuis la date & heure

L'ancienne interface de la date & heure est toujours disponible sur Windows 10.
Voici deux méthodes pour l'ouvrir.

  • Sur votre clavier, appuyez sur la touche
    + R
  • Puis saisissez timedate.cpl
  • Enfin cliquez sur OK

L'autre méthode en passant par les paramètres de Windows 10 :

Ajouter des horloges pour différents fuseaux horaires

Vous arrivez sur la page suivante avec deux boutons :

  • Changer la date et l'heure pour modifier l'heure et la date du système
  • Changer le fuseau horaire
Changer la date et heure de Windows 10

Les réglages de la date et l'heure s'affichent sous la forme d'un calendrier pour choisir l'année, le mois et le jour.
Enfin à droite, on peut régler l'heure.

Changer la date et heure de Windows 10

En invite de commandes

On peut aussi changer l'heure de Windows 10 en invite de commandes.
Pour commencer, forcer la synchronisation de l'heure avec le serveur sur internet.

  • date pour modifier le jour, mois et année au format jj-mm-aa
  • time pour modifier l'heure au format hh-mm:ss

Windows 10 fournit deux commandes pour modifier la date et heure du système :

net stop w32time
Sc w32time start=disabled
  • Puis saisissez date pour ensuite saisir une date au format jj/mm/aa
  • Ensuite tapez time pour indiquer l'heure au format : hh:mm:ss
Modifier la date et heure e Windows 10 en invite de commandes
Bravo ! vous avez réussi à modifier l'heure du système en invite de commandes sur Windows 10.

En PowerShell

net stop w32time
Sc w32time start=disabled
  • Ensuite, on utilise la commande Set-Date pour définir la date du système avec cette syntaxe :
Set-Date "jj/mm/aaaa hh:mm:ss AM/PM"
  • Par exemple pour régler Windows 11 avec la date au 17/07/201 à 12h07 :
Set-Date "17/07/2021 12:07:16 AM"
Modifier la date et heure e Windows 10 en PowerShell
Bravo ! vous avez réussi à modifier l'heure du système en PowerShell sur Windows 10.

Avec des logiciels gratuits

Il existe de nombreux logiciels gratuits pour synchroniser l'heure de votre PC et de Windows 10 comme Time Sync, Atomic Clock, Dimension 4, etc.

  • Atomic Clock Sync
  • Time-Sync
  • Dimension 4
Synchroniser l'heure avec des logiciels gratuits sur Windows 10
Synchroniser l'heure avec des logiciels gratuits sur Windows 10

L’article Comment changer l’heure/la date de Windows 10 est apparu en premier sur malekal.com.

Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

15 décembre 2020 à 14:13

Hard Disk Sentinel (HDSentinel) est un utilitaire très complet pour surveiller, diagnostiquer les problèmes matériels sur vos disques dur ou SSD.
Son objectif est de trouver, tester, diagnostiquer et réparer les problèmes de disque dur, signaler et afficher la santé du SSD et du disque dur, les dégradations de performances et les pannes.

L'utilitaire propose les fonctionnalités suivantes :

  • Informations générales du disque (modèle, capacité, taille des blocs, nombre de tour par minutes, etc)
  • Interrogation S.MA.R.T (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology) afin de vérifier et surveiller la santé du disque. Il peut donc détecter des anomalies et problèmes matériel
  • Mesurer la température du disque dans le temps avec un graphique
  • Évaluer les performances du disque avec des mesures de vitesse de transfert. Cela inclut le taux de transfert (lecture et écriture) en temps réel
  • Surveillance par des alertes et notifications par mail ou via le centre de notification de Windows 10
  • Envoie de rapport de diagnostic complet du disque

HDSentinel est la solution de protection des données parfaite: il peut être utilisé efficacement pour éviter les pannes de disque dur et la perte de données SSD / HDD, car il possède le système d'évaluation de la santé du disque le plus sensible qui est extrêmement sensible aux problèmes de disque.
Il est payant et plutôt destiné aux utilisateurs confirmés.

Voici une présentation de cet utilitaire de surveillance et diagnostic de disque/SSD.

Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

Interface et évaluation des disques / SSD

L'onglet Résumé donne un bon aperçu de l'état du disque :

  • En haut, une évaluation avec un pourcentage et niveau (Excellente, Prudence, Mauvais) qui donne un état général du disque
  • Des commentaires pour améliorer et optimiser les performances de disque
  • Des informations sur le disque comme le temps de fonctionnement, la durée restante, etc.
Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD

Mesurer la température du disque

HDSentinel mesure aussi les températures des disques pour détecter les surchauffes.
Cela permet d'allonger la durée de vie de son disque qui reste dans de bonnes conditions de fonctionnement.

L'utilitaire de disque vous donne :

  • La température actuelle du disque
  • La température moyenne
  • La température maximale

A chaque fois, un graphique est disponible pour évaluer la température du disque dans le temps.

Mesurer la température de son disque avec Hard Disk Sentinel
Mesurer la température de son disque avec Hard Disk Sentinel

Enfin l'icône dans la zone de notification donne la température du disque en temps réel.

Mesurer la température de son disque avec Hard Disk Sentinel

En équivalent, vous avez HWinfo :

Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T

Pour s'assurer que votre disque dur ou SSD ne comporte aucun dommage ou défaillance, Hard Disk Sentinel effectue des interrogations S.M.A.R.T.
C'est une technologie d'auto-test interne du disque pour vérifier que tous les composants fonctionnent correctement.
C'est avec cela que l'utilitaire dégage un statut du disque et prévenir de problèmes matériel du disque.

L'onglet S.MA.R.T affiche les attributs en liste et vous permet d'en désactiver.
C'est notamment à partir de cet onglet que l'on peut déterminer si le disque comporte des secteurs défectueux.

Il faut particulièrement surveiller ces attributs liés à des secteurs de disque ou un problème de surface :

  • 5: Reallocated Sectors Count.
  • 10: Spin Retry Count.
  • 196: Reallocation Event Count.
  • 197: Current Pending Sector Count.
  • 198: Off-Line Uncorrectable Sector Count.
  • 199: Ultra ATA CRC Error Count (data transfer errors).
Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T dans HDSentinel

De plus HDSentinel affiche l'état et le statut du disque dans l'explorateur de fichiers.
De quoi être informé rapidement lorsque votre disque dur commence à rencontre des défaillances.
Cela peut donc prévenir des pertes de données.

Vérifier la santé du disque avec S.M.A.R.T dans HDSentinel

Faire un test son disque dur ou SSD

En plus des auto-tests, l'utilisateur peut aussi exécuter des tests de son disque dur.
Depuis le menu Disque, il est possible d'exécuter des tests et vérifications du disque :

  • Court auto-test : Un test rapide de son disque dur qui vérifie les éléments les plus importants
  • Auto-test étendu : Un test un peu plus long
  • Test de recherche aléatoire : il est possible de vérifier le niveau de bruit, le temps de recherche piste à piste et les niveaux de température du disque dur, en particulier en cas d'utilisation excessive du disque.
Faire un test son disque dur ou SSD avec HDSentinel

Puis le test de surface de disque.
Certaines de ces méthodes sont sûres pour les données stockées mais d'autres sont destructives: les informations stockées sont définitivement effacées pendant l'opération de test.

Faire un test son disque dur ou SSD avec HDSentinel

On choisit alors le type de test:

  • Test d'écriture, de lecture ou combinaison des deux afin de vérifier que les données sont bien écrites ou lisibles
  • On peut aussi effectuer une réinitialisation complète du disque
  • Réparation de disque : Lit la surface du disque pour vérifier si tous les secteurs sont lisibles et force le lecteur de disque à réparer les secteurs problématiques (en attente, faibles): restaurez l'état à bon ou réallouez (remplacez de la zone de réserve) si nécessaire pour empêcher une utilisation ultérieure du secteur d'origine .
Faire un test son disque dur ou SSD avec HDSentinel

Informations du disques (modèle, taille, ...)

L'onglet informations récapitulent toutes les propriétés du disque.

Cela donne des informations générales comme le contrôle de disque, le modèle, le type d'interface (SATA, IDE).
Puis les informations ATA comme le nombre de cylindre, têtes, pistes, etc.
On trouve aussi le nombre d'octets par secteurs.

Informations du disques (modèle, taille, ...) avec HDSentinel

HDSentinel donne la possibilité d'envoyer ces rapports et informations par mail ou les enregistrer au format TXT ou HTML.

Informations du disques (modèle, taille, ...) avec HDSentinel

Mesurer les performances et vitesse du disque

HDSentinel donne aussi des indications sur les performances du disque.
Il mesure en temps réel le taux de transfert en temps réel.
On trouve aussi des indications sur le taux d'utilisation du disque, ce que le gestionnaire de tâches de Windows donne aussi.
Cela donne un aperçu de la vitesse du disque dur.

On retrouve cela dans un graphique pour avoir une idée dans le temps et des moyennes journalière.

De quoi donc surveiller les performances de son disque très facilement.

Mesurer les performances du disque avec HDSentinel

Alertes et notifications

Pour prévenir des pannes et éviter les pertes de données, HDSentinel peut afficher des alertes.
Vous pouvez aussi le configurer pour envoyer un mail avec des rapports.

Dans les paramètres, on indique le type d'alerte sonore, notifications.
Il est même possible de configurer une sauvegarde d'urgence.

Alertes et notifications avec HDSentinel

Enfin on indiquer aussi les paramètres de mails (adresse, serveur SMTP) pour l'envoi de mail automatique.

Alertes et notifications avec HDSentinel

Ajouter des plugins et extensions

Le site officiel propose aussi une page plugin et extensions où l'on peut étendre les fonctions de HDSentinel :

  • Outil Icon Library Maker pour créer des jeux d'icônes personnalisés pour Hard Disk Sentinel. Hard Disk Sentinel: jeux d'icônes Jeux d'icônes personnalisés prêts à l'emploi pour Hard Disk Sentinel.
  • Gadget d'état du PC distant : Gadget de la barre latérale Windows pour afficher le disque dur et l'état général d'un ordinateur distant
  • Raccourci pour Linux : pour lancer Hard Disk Sentinel à partir du bureau.
  • Intégration de Nagios : Surveillez l'état du disque dur par Hard Disk Sentinel avec Nagios
  • Intégration Powershell pour traiter l'état et envoyer des alertes Pushover
HDSentinel : Ajouter des plugins et extensions

Liens

Pour tester d'autres composants matériels de votre PC (batterie, carte graphique, processeur, etc), suivez cet article :

Et surtout notre guide complet pour entretenir Windows.

L’article Hard Disk Sentinel : outil de surveillance et diagnostic de disque/SSD est apparu en premier sur malekal.com.

Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10

20 septembre 2021 à 10:04

Windows 10 règle la date et l'heure automatiquement à travers un serveur de temps (NTP) sur internet.
Mais dans certains cas, l'heure et la date ne sont pas correct car le fuseau horaire n'est pas le bon.
Vous pouvez donc rencontré un décalage de quelques heures.
il faut alors modifier et corriger le fuseau horaire de Windows 10.

Dans ce tutoriel, nous allons voir comment changer de fuseau horaire dans Windows 10.

Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10

Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10

Depuis les paramètres

  • Faites un clic droit sur le menu Démarrer puis Paramètres
  • Puis cliquez à gauche dans le menu Heure et Langue
  • Notez que vous pouvez accéder aux paramètres de date et heure plus rapidement en faisait un clic droit sur l'heure de la zone de notification puis Ajuster la date/l'heure
  • Identifiez le menu déroulant fuseau horaire puis cliquez dessus
  • Choisissez le fuseau horaire à appliquer depuis le menu déroulant
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 10.

Depuis le panneau de configuration

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis dans le champs exécuter, saisissez control et OK
Ouvrir le panneau de configuration dans Windows 11
  • Puis ouvrez la date et heure
Ouvrir les paramètres de date et heure dans le panneau de configuration
  • Ensuite cliquez sur Changer de fuseau horaire
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis le panneau de configuration
  • Cela ouvre les paramètres de fuseau horaire, cliquez sur le menu déroulant
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis le panneau de configuration
  • Enfin choisissez le fuseau horaire à paramétrer dans Windows 11
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis le panneau de configuration
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 10.

Avec Power Shell

Windows Time Zone Utility (tzutil) est une commande disponible dans PowerShell et l'invite de commandes.
Elle permet de gérer la configuration de fuseau horaire de Windows 10.
Par exemple pour afficher le fuseau horaire configuré dans Windows, lister ceux disponible et enfin appliquer un nouveau fuseau horaire.
Voici comment faire :

tzutil /g
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10 avec tzutil dans PowerShell
  • Puis on liste les fuseaux horaires disponibles avec la commande suivante :
tzutil /l
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10 avec tzutil dans PowerShell
  • Enfin on peut appliquer un fuseau horaire disponible dans la liste précédente avec le paramètre /s de la commande tzutil en utilisant la syntaxe suivante :
tzutil /s "Nom fuseau horaire"
  • Par exemple pour appliquer le fuseau horaire Line Islands Standard Time :
tzutil /s "Line Islands Standard Time"
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10 avec tzutil dans PowerShell
  • Eventuellement utilisez tzutil /g pour vérifier la prise en compte du nouveau fuseau horaire
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 10.

Dans le registre Windows

La configuration du fuseau horaire est stockée dans le registre Windows.
Il est tout à fait possible de modifier cette configuration.

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis saisissez regedit et OK. Plus de détails : comment accéder au registre Windows
  • Déroulez à gauche HKEY_LOCAL_MACHINE > SYSTEM >CurrentControlSet > Control > TimeZoneInformation
  • Puis à droite double-cliquez sur TimeZoneKeyName
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 dans le registre Windows
  • Modifiez le fuseau horaire comme souhaité, pour cela, utilisez ceux disponible dans ce fichier :
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 dans le registre Windows
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 10.

L’article Comment changer de fuseau horaire dans Windows 10 est apparu en premier sur malekal.com.

Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11

20 septembre 2021 à 10:03

Vous pouvez utiliser un certain nombre de méthodes pour modifier le fuseau horaire dans Windows 11.
Un fuseau horaire incorrect peut être l'une des raisons pour lesquelles votre ordinateur affiche une mauvaise date ou l'heure.
Bien que Windows 11 puisse régler automatiquement le fuseau horaire, le processus peut échouer s'il n'y a pas de connexion Internet active.

Ce tutoriel vous explique comment changer de fuseau horaire dans Windows 11.

Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11

Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11

Depuis les paramètres

  • Faites un clic droit sur le menu Démarrer puis Paramètres. Pour aller plus vite, vous pouvez aussi utiliser le raccourci clavier
    + I. Sinon d'autres méthodes dans le tutoriel suivant : Comment ouvrir les paramètres de Windows 11
Ouvrir paramètres Windows 11
  • Puis cliquez à gauche dans le menu Heure et Langue
  • Puis à droite Date et heure
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis les paramètres
  • Notez que vous pouvez accéder aux paramètres de date et heure plus rapidement en faisait un clic droit sur l'heure de la zone de notification puis Régler la date et l'heure
Régler la date et l'heure dans Windows 11
  • Identifiez le paramètre de fuseau horaire pour cliquer dessus
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis les paramètres
  • Choisissez le fuseau horaire à appliquer depuis le menu déroulant
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis les paramètres
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 11.

Depuis le panneau de configuration

Le panneau de configuration est encore accessible dans Windows 10.
On y trouve notamment les paramètres de date et heure.

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis dans le champs exécuter, saisissez control et OK
Ouvrir le panneau de configuration dans Windows 11
  • Puis ouvrez la date et heure
Ouvrir les paramètres de date et heure dans le panneau de configuration
  • Ensuite cliquez sur Changer de fuseau horaire
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis le panneau de configuration
  • Cela ouvre les paramètres de fuseau horaire, cliquez sur le menu déroulant
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis le panneau de configuration
  • Enfin choisissez le fuseau horaire à paramétrer dans Windows 11
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis le panneau de configuration
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 11.

Avec Windows terminal

Windows Time Zone Utility (tzutil) permet d'afficher le fuseau horaire configuré dans Windows, lister ceux disponible et enfin appliquer un nouveau fuseau horaire.
Voici comment faire :

tzutil /g
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 avec tzutil dans Windows Terminal
  • Ensuite listez les fuseaux horaires disponibles avec la commande suivante :
tzutil /l
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 avec tzutil dans Windows Terminal
  • Enfin toujours avec la commande tzutil, on peut appliquer un fuseau horaire disponible dans la liste précédente avec le paramètre /s en utilisant la syntaxe suivante :
tzutil /s "Nom fuseau horaire"
  • Par exemple pour appliquer le fuseau horaire Fiji Standard Time :
tzutil /s "Fiji Standard Time"
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 avec tzutil dans Windows Terminal
  • Eventuellement utilisez tzutil /g pour vérifier la prise en compte du nouveau fuseau horaire
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 11.

Dans le registre Windows

La configuration du fuseau horaire est stockée dans le registre Windows.
Il est tout à fait possible de modifier cette configuration.

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches
    + R
  • Puis saisissez regedit et OK. Plus de détails : comment accéder au registre Windows
  • Déroulez à gauche HKEY_LOCAL_MACHINE > SYSTEM >CurrentControlSet > Control > TimeZoneInformation
  • Puis à droite double-cliquez sur TimeZoneKeyName
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 dans le registre Windows
  • Modifiez le fuseau horaire comme souhaité, pour cela, utilisez ceux disponible dans ce fichier :
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 dans le registre Windows
Bravo ! vous avez réussi changer de fuseau horaire dans Windows 11.

L’article Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 est apparu en premier sur malekal.com.

Comment changer l’heure/la date de Windows 11

20 septembre 2021 à 10:03

La date et l'heure est importante, car des applications ou services internet l'utilisent pour fonctionner.
C'est notamment le cas des sites HTTPS.
Garder une date et heure correcte et donc impératif. C'est pour cela que Windows 11 utilise un serveur de temps qui synchronise avec les serveurs de temps de Microsoft à l'adresse time.windows.com via le protocole NTP.

Mais parfois, cela ne fonctionne pas ou internet n'est pas disponible.
Dans ces cas là, il faut régler l'heure ou la date du système manuellement.

Ce tutoriel vous guide et vous explique comment changer l'heure/la date de Windows 11 par les paramètres, Windows Terminal ou avec des logiciels.

Comment changer l'heure/la date de Windows 11

Comment changer l'heure/la date de Windows 11

Depuis les paramètres

  • Faites un clic droit sur le menu Démarrer puis Paramètres. Pour aller plus vite, vous pouvez aussi utiliser le raccourci clavier
    + I. Sinon d'autres méthodes dans le tutoriel suivant : Comment ouvrir les paramètres de Windows 11
Ouvrir paramètres Windows 11
  • Puis cliquez à gauche dans le menu Heure et Langue
  • Puis à droite Date et heure
Comment changer de fuseau horaire dans Windows 11 depuis les paramètres
  • Notez que vous pouvez accéder aux paramètres de date et heure plus rapidement en faisait un clic droit sur l'heure de la zone de notification puis Régler la date et l'heure
Régler la date et l'heure dans Windows 11
  • Puis désactiver l'option Régler l'heure automatiquement
Comment changer l'heure/la date de Windows 11 depuis les paramètres
Comment changer l'heure/la date de Windows 11 depuis les paramètres
  • Vous arrivez sur une page pour changer la date et l'heure sur laquelle vous définissez la date et l'heure
  • Enfin cliquez sur le bouton Modifier
Comment changer l'heure/la date de Windows 11 depuis les paramètres

Depuis Windows Terminal avec w32tm et date

w32tm est une commande interne de Windows pour configurer le service de temps.
On peut désactiver ce dernier afin de configurer une heure et date manuelle avec la commande Set-Date.

net stop w32time
Sc w32time start=disabled
  • Puis utilisez la commande Set-Date avec la syntaxe :
Set-Date "jj/mm/aaaa hh:mm:ss AM/PM"
  • Par exemple pour régler Windows 11 avec la date au 18/08/201 à 11h05 :
Set-Date "18/08/2021 11:05:16 AM"
Comment changer l'heure/la date de Windows 11 en ligne de commandes dans Windows Terminal

Avec des logiciels gratuits

Il existe de nombreux logiciels gratuits pour synchroniser l'heure de votre PC et de Windows 10 comme Time Sync, Atomic Clock, Dimension 4, etc.

Synchroniser l'heure avec des logiciels gratuits sur Windows 10

L’article Comment changer l’heure/la date de Windows 11 est apparu en premier sur malekal.com.

Résoudre ERR_CONNECTION_REFUSED sur Google Chrome

19 septembre 2021 à 17:21

Au moment de vous connecter à un site internet avec Google Chrome, vous rencontrez l'erreur ERR_CONNECTION_REFUSED.
Impossible de vous connecter au site internet, Chrome indique que le site est inaccessible.

Pourquoi vous rencontrez des difficultés pour charger les pages WEB.
Mais surtout, grâce à ce tutoriel, vous allez trouver les solutions pour résoudre l'erreur ERR_CONNECTION_REFUSED de Google Chrome.

Résoudre ERR_CONNECTION_REFUSED sur Google Chrome

Qu'est-ce que ERR_CONNECTION_REFUSED ?

C'est une erreur qui empêche l'ouverture et l'affichage du site sur le navigateur internet.
La source et les raisons sont diverses mais en général :

  • Un problème de fonctionnement du site
  • Un problème de connexion internet, soit votre ligne, soit votre box ou routeur internet
  • Un antivirus, pare-feu ou autre logiciel de sécurité bloque la connexion
  • Une erreur de résolutions DNS
  • La couche réseau de Windows est corrompue
  • Une corruption plus étendue de Windows
Résoudre ERR_CONNECTION_REFUSED et le site est inaccessible sur Google Chrome

Résoudre ERR_CONNECTION_REFUSED sur Google Chrome

Vérifiez le statut de site Web

Il faut distinguer le cas où l'erreur ERR_CONNECTION_REFUSED se produit sur un site en particulier ou sur plusieurs sites différents.
En effet, si le problème se produit sur un site en particulier, il y a de fortes chances qu'il rencontre un problème technique.
Par exemple, le serveur WEB ou l'hébergeur rencontre des dysfonctionnements.
Dans ces cas là, le site internet peut retourner une erreur HTTP 503 "Service unavailable".
Par contre, si l'erreur ERR_CONNECTION_REFUSED se produit sur plusieurs sites différents, il y a de fortes chances que le problème soit de votre côté.

Toutefois, il est possible de vérifier le statut d'un site internet, pour cela :

Vérifier le statut du site Web pour résoudre "ce site est inaccessible" sur Google Chrome
  • Si le site fonctionne correctement, le message vert it's just you, xxx.com is up s'affiche
Vérifier le statut du site internet pour savoir s'il ne fonctionne pas que pour vous ou tout internet

Redémarrez votre routeur

Votre box internet ou routeur internet peut fonctionner de manière aléatoire, par exemple après une mise à jour du firmware.
Pour s'assurer que le problème ERR_CONNECTION_REFUSED ne vient pas de là, il faut redémarrer le routeur.

Pour cela :

Une autre méthode moins recommandée est de débrancher l'alimentation puis de la rebrancher.
Vérifiez avant si un bouton d'alimentation est disponible.

Effacer le cache du navigateur

Bien qu'ils soient utiles, les caches peuvent causer de nombreux problèmes lorsqu'ils deviennent obsolètes. En effet, la version mise en cache d'une page est susceptible de ne plus correspondre à la version actuelle et en direct.
Selon la conception du site internet, un cache obsolète peut provoquer des problèmes d'affichage du site internet.
Heureusement, ce problème est facilement résolu en nettoyant votre cache.

  • Sur votre clavier, appuyez sur les touches CTRL+MAJ+Suppr
  • En haut, réglez la période sur Tout
  • Puis en bas cochez, Images et fichiers en cache
  • Enfin cliquez sur Effacer les données
Vider et supprimer le cache internet de Google Chrome

Pour plus d'aide, suivez ce tutoriel complet :

Vider le cache internet de Chrome, Firefox, Edge

Vérifiez vos paramètres de proxy

Un proxy vous permet d'aller en ligne sous une adresse IP différente et agit comme un intermédiaire entre votre navigateur et les sites Web que vous visitez.
En plus de garder votre adresse IP privée, elle peut également aider à filtrer les données de cache et les communications de serveur. Comme avec la mise en cache, un serveur proxy peut être utile, mais cela peut également provoquer le message ERR_CONNECTION_REFUSED.
Par exemple, un serveur Web peut rejeter l'adresse IP connectée à un serveur proxy, puis rejeter la connexion réelle en conséquence. Il est également possible que le proxy soit hors ligne ou de manière incorrecte. En bref, si le message d'erreur en question se produit, il convient de vérifier vos paramètres de proxy.

Le plus simple est de se connecter sans proxy et donc de supprimer la configuration proxy.
Pour cela, suivez les recommandations de ce tutoriel :

Supprimer proxy de Windows et des navigateurs WEB

Désactiver votre logiciel antivirus et pare-feu

Les pare-feu et les logiciels antivirus sont destinés à protéger les utilisateurs et leurs systèmes. Ils vérifient et protègent constamment votre appareil, notamment ils bloquent automatiquement toute activité suspecte.
Ainsi, un logiciel de sécurité peut parfois conduire à des problèmes de connexion.
En effet, les pare-feu peuvent souvent bloquer les connexions réseaux s'ils sont mal configurés.
Un antivirus peut aussi bloquer la connexion à un site WEB s'il le considère comme malveillant ou dangereux.

Pour vérifier si l'erreur ERR_CONNECTION_REFUSED a pour origine un logiciel de sécurité, essayez de désactiver vos programmes de pare-feu et d'antivirus.
Pour cela, désactiver temporairement la protection antivirus et du firewall.
Ensuite tentez à nouveau de vous connecter au site internet.

Une autre solution consiste à tester la connexion en mode sans échec avec prise en charge du réseau.
Si cela fonctionne alors le problème vient d'une application en mode normal.

Effacer votre cache DNS

Le cache DNS stocke la correspondant entre l'adresse IP et le domaine d'un site.
Si votre cache est corrompue ou stocke des entrées invalides, cela peut gêner la connexion à un site internet.
Pour résoudre cela, il faut vider le cache DNS afin de forcer la résolutions DNS et obtenir une adresse IP récente d'un site.

Voici comment vider le cache DNS :

ipconfig / flushdns
  • Puis ouvrez un nouvel onglet dans Google Chrome
  • Copiez/collez l'adresse chrome://net-internals/#dns
  • Cliquez sur Clear host cache
Vider le cache DNS de Google Chrome
  • Pour plus d'informations, suivez ce tutoriel :
Vider le cache DNS sur Windows 7, 8 et 10

Modifier le serveur DNS

La résolution DNS est une étape importante pour se connecter à un site internet.
Si la résolution DNS ne fonctionne pas ou si l'adresse IP retournée est erronée, le site WEB est inaccessible.
Un problème technique temporaire du site internet ou des DNS menteurs sont une des raisons qui peut conduire à des erreurs Google Chrome comme ERR_CONNECTION_REFUSED.

Pour les pros, vous pouvez suivre ce tutoriel qui vous guide pour tester la résolution DNS avec un autre serveur DNS.
Cela permet de vérifier si le problème vient du DNS de votre FAI :

Sinon configurez un autre serveur DNS :

  • Certains préfèrent utiliser les DNS publics de Google (8.8.8.8.8 et 8.8.4.4) car considérés comme plus rapides et plus fiables
  • Cloudflare propose également ses DNS gratuits rapides sécurisés et flamboyants (1.1.1.1.1 et 1.0.0.0.1)

Pour modifier les serveurs DNS de Windows, suivez ce tutoriel :

Réparer et Réinstaller Chrome

Comme toute application, Chrome n'est pas complètement exempt de bugs.
Votre installation du navigateur peut contenir diverses problèmes, surtout s'il n'a pas été mis à jour depuis un moment. De plus, les problèmes entre votre navigateur et votre système d'exploitation sont étonnamment courants.

Pour résoudre les erreurs Google Chrome, tentez de réparer ce dernier en suivant ce tutoriel :

Réparer ou réinitialiser Google Chrome

Réparer Windows

Enfin en dernier lieu si rien ne fonctionne, vous pouvez tenter de réparer Windows 10, 11 sans perte de données et en conservant les programmes installés.
Cela permet de rétablir le système lorsque ce dernier bug.
La procédure est décrite pas à pas dans cet article :

Il s'agit d'une opération de réinitialisation et de remise à zéro qui supprime les applications et remet le système à son état d'origine.
C'est la solution radicale pour retrouver un système fonctionnelle :

Si la réinitialisation de Windows 10, 11 est impossible (blocage, plantage, etc), la seule solution est de réinstaller Windows 10 avec une clé USB.

L’article Résoudre ERR_CONNECTION_REFUSED sur Google Chrome est apparu en premier sur malekal.com.

Comment utiliser la commande echo avec des exemples sur Linux

19 septembre 2021 à 14:41

La commande echo est une fonction Linux intégrée qui imprime des textes dans sortie standard.
ECHO est couramment utilisé pour afficher les chaînes de texte ou les résultats de la commande en tant que messages.
Par exemple dans un terminal ou un script BASH, vous pouvez afficher un texte.
Enfin on peut aussi utiliser la commande echo pour insérer des textes dans un fichier texte.

Dans ce tutoriel, vous trouverez les explications pour utiliser la commande echo de Linux avec des exemples.

Comment utiliser la commande echo avec des exemples sur Linux

Comment utiliser la commande echo

Voici la syntaxe à utiliser avec la commande echo :

echo [option] [texte]

Elle accepte beaucoup dont voici une liste :

OptionsDescription
-nAffiche la sortie en omettant la nouvelle ligne après.
-EL'option par défaut, désactive l'interprétation des caractères d'échappement.
-e
Permet l'interprétation des caractères d'échappement suivants: \\: affiche un caractère de barre oblique inverse (\).
\a
Joue une alerte sonore lors de l'affichage de la sortie.
\b
Crée un caractère de retour arrière, ce qui équivaut à appuyer sur la touche backspace.
\cOmet toute sortie après le caractère d'échappement.
\eLe caractère d'échappement, équivalent à pressant ESC.
\fLe caractère de flux de formulaire, provoque l'avancée de l'imprimante automatiquement au début de la page suivante.
\nAjoute une nouvelle ligne à la sortie.
\rEffectue un retour de chariot.
\tCrée des espaces d'onglets horizontaux.
\vCrée des espaces de tabulation verticaux.
\\Ecrire un slash dans le texte
\NNNOctet avec la valeur octale de NNN.
\xHHOctet avec la valeur hexadécimale de HH.
Les options de la commande echo de Linux

Exemples d'utilisation de la commande echo

Utilisation basique pour écrire un texte dans le terminal

Voici quelques exemples d'utilisation de la commande echo pour écrire un texte dans le terminal Linux.

Lorsque l'on utilise la commande echo sans aucune option, ni paramètre, cela écrit le texte saisie.
Par exemple pour écrire Hello, World dans le terminal :

echo Hello, World!
Utilisation basique de la commande echo pour écrire un texte dans le terminal

Si vous ne spécifiez aucune texte dans la commande echo, cela va créer une ligne vide.

Utilisation basique de la commande echo pour écrire un texte dans le terminal

La commande ne gère pas les apostrophes et guillemets car ils servent en général à encadrer le texte.
Ainsi, si vous tente de passer la commande echo suivante, cela ne fonctionnera pas :

echo Hello, World et l'univers !

Dans ce cas là, il faut encadrer le texte avec des guillemets :

echo "Hello, World et l'univers !"
Hello, World et l'univers !

Et si vous devez écrire un guillemet, soit encadrez le texte avec des quotes, soit échapper le caractère " :

echo "Je suis un super \"Geek\""

ou

echo 'Je suis un super "Geek"'
Utilisation basique de la commande echo pour écrire un texte dans le terminal

Changer le format de sortie

L'utilisation de l'option -e vous permet d'utiliser des caractères d'échappement. Ces caractères spéciaux facilitent la personnalisation de la sortie de la commande echo.
Par exemple, utiliser \c vous permet de raccourcir la sortie en omettant la partie de la chaîne qui suit le caractère d'échappement:

echo -e "Hello, World! \cje suis malekal.com"
Changer le format de sortie de la commande echo Linux

Utilisez l'option \n pour ajouter un retour chariot à votre texte :

echo -e "Hello, World! \nje suis malekal.com\nle meilleur site informatique"
Hello, World!
je suis malekal.com
le meilleur site informatique

Pour ajouter une tabulation horizontale dans le texte, on utilise l'option \t :

echo -e "Hello, World! \tje suis malekal.com\tle meilleur site informatique"
Hello, World!      je suis malekal.com     le meilleur site informatique

Enfin pour une tabulation verticale, il faut utiliser l'option \v :

echo -e "Hello, World! \vje suis malekal.com\vle meilleur site informatique"
Hello, World!
                   je suis malekal.com
                                      le meilleur site informatique
Changer le format de sortie de la commande echo Linux

Si vous avez besoin d'écrire un slash dans le texte, il faut doubler ce dernier :

echo Hello\\ World \\!
Hello\ World \!

Le caractère d'alerte \a produit un beep audible. Il utilise le son d'alerte par défaut pour votre thème actuel.

echo -e "Est-ce que vous aimez les beep?\a"

L'utilisation des séquences d'échappement ANSI vous permet de modifier la couleur du texte de sortie:

echo -e '\033[1;37mBLANC'
echo -e '\033[0;30mNOIR'
echo -e '\033[0;31mROUGE'
echo -e '\033[0;34mBLUE'
echo -e '\033[0;32mVERT'
Changer le format de sortie de la commande echo Linux

Utilisez la commande reset pour réinitialiser le terminal.

Écrire du texte dans un fichier avec echo

Utilisez les caractères > ou >> pour rediriger la sortie echo vers un fichier.
Par exemple pour créer et écrire le fichier test.txt :

echo -e 'Hello, World!' > test.txt
Comment écrire du texte dans un fichier avec echo

Sinon, utilisez le caractère >> pour ajouter du texte à la fin d'un fichier déjà existant :

echo -e 'Hello, World!' >> test.txt
Comment écrire du texte dans un fichier avec echo

Afficher les valeurs variables

La commande echo peut aussi facilement afficher une variable.
Il suffit de saisir celle-ci.
Par exemple pour afficher le contenu de la variable USER ou HOME :

echo $USER
echo $HOME
Afficher les valeurs variables avec la commande echo

Enfin on peut intégrer celle-ci très facilement dans un texte :

echo "Je suis l'utilisateur $USER"
Je suis l'utilisateur debian

Bien sûr, on peut créer une variable dans le terminal, même si cela est plutôt utiliser dans les scripts BASH :

mon_utilisateur="malekalmorte"
echo "Hello je suis $mon_utilisateur"
Hello je suis malekalmorte
Afficher les valeurs variables avec la commande echo

Utiliser echo en intégrant des commandes

La commande echo vous permet d'inclure le résultat d'autres commandes dans la sortie.
Nous devons utiliser le signe du dollar $ comme si la commande était une variable et envelopper la commande entière entre parenthèses.

echo "[texte] $([commande])
  • [texte]: la chaîne que vous souhaitez inclure avec ECHO
  • [commande]: La commande que vous souhaitez combiner avec la commande ECHO pour afficher le résultat.

Par exemple pour combiner la commande echo avec la commande ls :

echo "Ceci est la liste des répertoires et des fichiers sur ce système: $(ls)"
Comment utiliser echo en intégrant des commandes

Cet autre exemple avec la commande date :

echo "La date d'aujourd'hui est : $(date +%D)"

A noter que l'on peut aussi encadrer la commande par le caractère `

echo -e "Ceci est la liste des répertoires et des fichiers sur ce système:\n `ls`"

Utiliser echo avec des fichiers et des répertoires

Moins connu, echo permet de lister les fichiers d'un répertoire.
Par exemple pour afficher tous les fichiers d'un dossier :

echo *
adresse-ip.png image2.img image3.img image.img sauvegarde sauvegarde.zip test.txt Ubuntu.txt

Pour afficher les fichiers qui commencent par un i :

echo i*
image2.img image3.img image.img

Ou encore pour n'affiquer les fichiers avec l'extension txt :

echo *.txt
test.txt Ubuntu.txt
Utiliser echo avec des fichiers et des répertoires

Bien sûr cela reste assez limité pour lister les fichiers ou répertoire dans un terminal, ainsi pour plus d'utilisation, utilisez la commande ls :

L’article Comment utiliser la commande echo avec des exemples sur Linux est apparu en premier sur malekal.com.

❌